Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Emmanuel Grand

Emmanuel Grand
Emmanuel Grand, né en 1966, vit à Colombes, en région parisienne. Son premier polar, Terminus
Belz (Liana Levi 2014, Points Seuil 2015), a été sélectionné entre autres pour le Prix du Meilleur
Polar 2015. Il a déjà remporté trois prix et est en lice pour le Prix du polar SNCF. Un court inédit,
Pavil... Voir plus
Emmanuel Grand, né en 1966, vit à Colombes, en région parisienne. Son premier polar, Terminus
Belz (Liana Levi 2014, Points Seuil 2015), a été sélectionné entre autres pour le Prix du Meilleur
Polar 2015. Il a déjà remporté trois prix et est en lice pour le Prix du polar SNCF. Un court inédit,
Pavillon rouge à La Baule, a paru dans la collection estivale 2015 des « Petits Polars Le Monde-
SNCF » et a été adpaté sur France Culture.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Emmanuel Grand (8)

Avis sur cet auteur (43)

  • add_box
    Couverture du livre « Terminus Belz » de Emmanuel Grand aux éditions Points

    Sandrine1616 sur Terminus Belz de Emmanuel Grand

    Polar moite, étrange, tombant dans le fantastique.
    J'avoue, jamais je n'aurais lu ce livre si je ne l'avais pas reçu. Un polar mélangeant mafia, pèche et Ankou, ça ne m'inspire pas vraiment. Et pourtant, il n'est pas si mal.
    Assez fascinant par certains cotés, faciles par d'autres. Si...
    Voir plus

    Polar moite, étrange, tombant dans le fantastique.
    J'avoue, jamais je n'aurais lu ce livre si je ne l'avais pas reçu. Un polar mélangeant mafia, pèche et Ankou, ça ne m'inspire pas vraiment. Et pourtant, il n'est pas si mal.
    Assez fascinant par certains cotés, faciles par d'autres. Si quelqu'un pouvait dire à l'auteur que : non les femmes n'ont pas envie de se jeter dans les bras d'un mec venu d'on ne sait où même si il a ce charme « bad boyen » et de grands yeux clairs (ou foncés, je me rappelle pas).
    Des personnages un peu trop blanc ou trop noir, une fin assez facile quoique réjouissante, et puis ce coté fantastique qui me hérisse quelque peu le poil !
    Mais mais mais, il y a quelque chose dans l'écriture, dans ce que l'auteur transmet qui donne envie de lire son prochain ! En espérant un peu plus de maturité dans ses descriptions de relations entre personnes et moins de fantastique (ou alors totalement assumé) pour ma part.

  • add_box
    Couverture du livre « Les salauds devront payer » de Emmanuel Grand aux éditions Lgf

    eirenamg sur Les salauds devront payer de Emmanuel Grand

    C’est un roman noir, j’avais apprécié le premier de l'auteur Terminus Belz, découvert il y a 2 ans. Ici, on retrouve la force de l’écriture de l’auteur, un univers particulier et un lieu qui devient un personnage à part entière du récit. La petite ville de Wollaing dans le nord de la France,...
    Voir plus

    C’est un roman noir, j’avais apprécié le premier de l'auteur Terminus Belz, découvert il y a 2 ans. Ici, on retrouve la force de l’écriture de l’auteur, un univers particulier et un lieu qui devient un personnage à part entière du récit. La petite ville de Wollaing dans le nord de la France, ancien fleuron de l’industrie avec l’usine Berga. Le meurtre d’une jeune fille Pauline fait ressurgir d’anciens démons.


    Le commandant Buchmeyer et la jeune lieutenant Salilah Bouazem enquêtent sur cette affaire qui peu à peu se complexifie au fil des pages. Ces flics atypiques et cabossés sont complémentaires et ne s’en laissent pas compter. La minutie et le déroulé de l’enquête est intéressant à suivre.


    Chaque chapitre donne la voix à un personnage, une véritable galerie entre flics, grands et petits délinquants. Passé et présent qui font de ce livre une fresque presque sociale et historique. La construction est maitrisée et le suspense s’intensifie au fur et à mesure. J’ai trouvé le début un peu lent dans sa mise en place, puis avec l’enquête et surtout les descriptions de la ville, des anciennes usines je me suis laissée embarquer. J'avais envie de découvrir les motivations des personnages.


    Une réflexion est développée dans le roman sur la violence, le choc de la désindustrialisation et le chômage et sur une région sacrifiée au prix de la rentabilité économique. En filigrane, l’histoire de la région se dessine à travers les destins des personnages principaux et secondaires. Une virée saisissante et noire du Nord, dense et précise.


    Les descriptions sont très cinématographiques et ultra réalistes, on a parfois l’impression d’être dans un documentaire ou en train de prendre des photos comme un des personnages secondaires. On se laisse mener par le bout du nez et la plume de l’auteur. Le côté social, cette plongée dans cet univers austère et froid m’a intéressé. Un auteur à suivre qui avec originalité déploie son savoir faire et nous fait enquêter avec ses personnages.


    Un agréable moment de lecture qui au-delà de la résolution de l’enquête fait réfléchir sur notre société, ses préjugés, son héritage. Alors découvrez cette ville et ses secrets pour comprendre ce qui est arrivé à Pauline.

  • add_box
    Couverture du livre « Terminus Belz » de Emmanuel Grand aux éditions Points

    frédéric albin sur Terminus Belz de Emmanuel Grand

    parcours de survie entre cruelles réalités et croyances bretonnes, à travers un périple organisé par la mafia roumaine qui nous mène d'Europe de l'est à l'ile de Belz. A découvrir.

    parcours de survie entre cruelles réalités et croyances bretonnes, à travers un périple organisé par la mafia roumaine qui nous mène d'Europe de l'est à l'ile de Belz. A découvrir.

  • add_box
    Couverture du livre « Les salauds devront payer » de Emmanuel Grand aux éditions Lgf

    Isabelle Quella-Guyot sur Les salauds devront payer de Emmanuel Grand

    L'an dernier, lors du prix Polar Points pour lequel j'avais été sélectionnée en tant que membre du jury lecteurs, j'ai découvert Emmanuel Grand et son premier roman Terminus Belz. J'avais alors apprécié l'aspect social et politique des aventures du personnage principal ainsi que l'enquête menée...
    Voir plus

    L'an dernier, lors du prix Polar Points pour lequel j'avais été sélectionnée en tant que membre du jury lecteurs, j'ai découvert Emmanuel Grand et son premier roman Terminus Belz. J'avais alors apprécié l'aspect social et politique des aventures du personnage principal ainsi que l'enquête menée au fil de ce qui pouvait apparaitre comme un road movie. Mais bien moins apprécié l'aspect fantastique que prenait la cache du héros dans cette ile bretonne où le quotidien de la vie des pêcheurs se mêlait allegrement aux légendes encore bien vivantes.C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai lu le deuxieme roman de cet auteur qui me semble avoir un bel avenir littéraire.
    Les salauds devront payer. Titre incitateur à la lecture? Pas forcement! Titre classique qui rappelle d'autres titres de polars des années 70. Titre efficace cependant qui donne des pistes de lecture intéressantes. Des salauds, il y en a depuis les premières pages - où le lecteur se retrouve successivement plongé dans la guerre d'Indochine, puis dans celle d'Algerie en proie à des questionnements variés sur la suite du recit, voire sur la justification de ces 30 pages- jusqu'au rebondissement final. La référence aux annees 70 est également présente et ce, tout au long de l'histoire par l'évocation de Wollaing, cité industrielle du nord de la France, autrefois prospère grâce au plein emploi assuré par la fonderie Berga et aujourd'hui dévastée par la désindustrialisation et son lot de malheurs sociaux ( chômage ou emploi précaire, alcool et drogue). Le reclassement des employés ne s'est pas fait ou alors dans la douleur: certains ont eu l'opportunité de racheter des bistrots, d'autres ont choisi d'ouvrir une salle de musculation ou de devenir ferrailleur, certains se sont exilés pour trouver du travail au port d'Anvers. Le contexte local devient page d'histoire économique comme beaucoup de villes le connaissent de nos jours. Roman social et politique avec l'évocation des luttes du passé qui ressurgissent dans un présent bien sombre qui m'a fait penser par certains aspects - la description de la friche industrielle entre autres- à Daewoo, roman publié en 2004 par François Bon.
    L'intrigue qui parait simple au début ( le meurtre de Pauline Leroy, jeune toxico endettée auprès d'un organisme de prêts un peu particulier) se complexifie au fil des pages et des rencontres de personnages bien campés et jamais stéréotypés. Parmi eux on trouve le père de Pauline, Rémy Leroy, ex ouvrier de l'usine et ex syndicaliste aux heures les plus chaudes des revendications, son petit ami Serge Maes avec lequel elle rêvait de partir à l'étranger, le médecin de famille, le sympathique et compréhensif Antoine Vanderbeken, humaniste issu d'une vieille famille de la region dont le père ex militaire a été employé comme chef du personnel de l'usine....Il y a aussi les gros bras, ceux dont on préfère oublier les noms, qui cognent avant de réfléchir, qui se vengent sur les plus faibles de leurs propres faiblesses, bref des salauds ordinaires. Il y a surtout les vrais salauds, ceux qui sont capables de détruire des vies y compris celles de leurs proches, sans aucun état d'âme. Tout cela donne au lecteur une belle galerie de portraits violents. Et puis bien sûr, il y a les policiers, en l'occurence deux enquêteurs au profil bien différent. Attachants tous les deux. Un flic chevronné, le commandant Erik Buchmeyer, qui travaille à l'ancienne, à l'intuition alors que la jeune femme qui l'accompagne, le lieutenant Saliha Bouazem est beaucoup plus rationnelle. Aucune animosité entr ces deux là, même s'ils ne se comprennent pas toujours, même si chacun doute de l'efficacité des méhodes de l'autre. Car tous les deux oeuvrent à la recherche de la vérité et se mettent parfois l'un et l'autre en danger face à ces salauds que rien ni personne n'effraie.
    Au final, un roman prenant, bien ficelé qui surpend le lecteur jusque dans les dernières pages. A lire absolument!

Récemment sur lecteurs.com