Emmanuel Dongala

Emmanuel Dongala
Né en 1941 d'un père congolais et d'une mère centrafricaine, Emmanuel Dongala a quitté le Congo au moment de la guerre civile de 1997. Il vit actuellement aux États-Unis, où il enseigne la chimie et la littérature africaine francophone à Bard College at Simon's Rock. Son oeuvre est traduite dans ... Voir plus
Né en 1941 d'un père congolais et d'une mère centrafricaine, Emmanuel Dongala a quitté le Congo au moment de la guerre civile de 1997. Il vit actuellement aux États-Unis, où il enseigne la chimie et la littérature africaine francophone à Bard College at Simon's Rock. Son oeuvre est traduite dans une douzaine de langues et son roman Johnny chien méchant (Le Serpent à plumes, 2002) a été adapté au cinéma par Jean-Stéphane Sauvaire sous le titre Johnny Mad Dog.

Vidéos relatives à l'auteur

  • Rentrée Littéraire : les 5 livres qui font chaud au cœur

    Cette semaine MaLibrairie vous emmène à Nantes rencontrer Charlotte. Cette jeune femme malvoyante a fait le pari un peu fou il y a plus deux ans de créer sa librairie La vie devant soi. Elle est pétillante, dynamique et partage avec nous cette sélection de la...

Articles en lien avec Emmanuel Dongala (1)

Avis sur cet auteur (24)

  • add_box
    Couverture du livre « Photo de groupe au bord du fleuve » de Emmanuel Dongala aux éditions Actes Sud

    Pascal Gillet sur Photo de groupe au bord du fleuve de Emmanuel Dongala

    Une épopée de femmes absolument délicieuse et inoubliable.
    C'est un auteur remarqué et remarquable : il faut lire Emmanuel DONGALA!
    Ces casseuses de cailloux, humbles femmes a priori invisibles vont réussir à nous emporter dans leur lutte légitime!
    Le verbe est haut et truculent, les...
    Voir plus

    Une épopée de femmes absolument délicieuse et inoubliable.
    C'est un auteur remarqué et remarquable : il faut lire Emmanuel DONGALA!
    Ces casseuses de cailloux, humbles femmes a priori invisibles vont réussir à nous emporter dans leur lutte légitime!
    Le verbe est haut et truculent, les personnages incroyables et forts, les femmes africaines restent debout pour nous debout et combattantes de l'impossible!
    formidable !

  • add_box
    Couverture du livre « La sonate à Bridgetower (sonata mulattica) » de Emmanuel Dongala aux éditions Actes Sud

    Manika sur La sonate à Bridgetower (sonata mulattica) de Emmanuel Dongala

    Inspiré de faits réels, ce texte nous plonge dans la fin du XVIII ème sur les traces d'un jeune violoniste virtuose. Le récit est riche de personnages plus ou moins connus dans ce milieu musicale de l'époque, nous voyageons à travers l'Europe au gré des différents concerts et sommes plongés dans...
    Voir plus

    Inspiré de faits réels, ce texte nous plonge dans la fin du XVIII ème sur les traces d'un jeune violoniste virtuose. Le récit est riche de personnages plus ou moins connus dans ce milieu musicale de l'époque, nous voyageons à travers l'Europe au gré des différents concerts et sommes plongés dans l'histoire de l'époque : le fonctionnement des programmation, les influences, le travail... George Bridgetower en plus d'être jeune et prodige du violon, est aussi noir ce qui ajoute une dimension sociale à ce roman.

    Passionnant pour les férus d'histoire, j'ai trouvé ce roman sans grande émotion où les faits s'enchainent, le thème de la musique est au final peu abordé si ce n'est dans sa dernière partie où l'on assiste presque en direct à la création de la Sonata Mulatica, par Beethoven.

    J'espérais vibrer un peu plus à cette écoute... même si les intermèdes musicaux sont bien venus.

  • add_box
    Couverture du livre « La sonate à Bridgetower (sonata mulattica) » de Emmanuel Dongala aux éditions Actes Sud

    LIRE LIRE sur La sonate à Bridgetower (sonata mulattica) de Emmanuel Dongala

    Ouvrage captivant par ses sujets traités qui entremêlent la Révolution Française à l'histoire européenne de la musique classique (fin du classicisme, émergence du violon comme instrument soliste, rôle et codes sociétaux de la musique classique dans le milieux de l'aristocratie française ou des...
    Voir plus

    Ouvrage captivant par ses sujets traités qui entremêlent la Révolution Française à l'histoire européenne de la musique classique (fin du classicisme, émergence du violon comme instrument soliste, rôle et codes sociétaux de la musique classique dans le milieux de l'aristocratie française ou des clubs fermés et confidentiels d'Angleterre ...) mais aussi au regard de l'impact international de la Déclaration des Droits de l'Homme ou de la Convention de l'Abolition de l'Esclave et de leur application plus qu'approximative. Qu'est-ce qu'un homme noir ? Un être humain ? Une marchandise ? Comment résoudre ce conflit intérieur et ce conflit social de reconnaissance mais aussi d'intégration ?

    Dès l'incipit, le ton est donné. Nous sommes en présence d'un jeune artiste de talent qui se produit sur les plus belles scènes de France et par la suite d'Europe. Malgré son jeune âge, qui pour son père est significatif du génie de son fils -tel un Wolfgang Amadeus Mozart-, George Bridgetower est en pleine gloire face à son public.

    Leur départ de France pour l'Angleterre les déstabilisera quelque peu tous deux mais très rapidement les aptitudes "d'imprésario" de Frédéric de Augustus Bridgetower permettront à son fils de retrouver à juste titre sa place au cœur des clubs fermés et confidentiels de la cour. Le prince de Galles, séduit par les dispositions artistiques de George, décidera même de le placer sous sa protection durant onze années.

    Seule ombre au tableau : le conflit naissant entre George et son père. Frédéric de Augustus est rongé par le manque de reconnaissance identitaire accordé aux populations noires et métisses venues des colonies. Tout au long de son parcours en Europe, lui-même s'attribuera un rôle en société afin de se donner une image plus flatteuse. Mais le malaise restera plus fort et le poussera à partir loin de son fils pour s'engager auprès de Toussaint Louverture dans le combat anticolonialiste.
    George, trop jeune et choyé par l'aisance quotidienne que la tutelle du Prince de Galles lui procure, ne comprendra pas l'inconvenance de son père. Ce n'est qu'autour de ses vingt ans qu'il prendra conscience de la réalité du racisme.

    Ce roman est un très bon moment de lecture. L'écriture y est aisée, fluide et si riche de savoirs que l'on ne peut que parfaire sa culture générale avec plaisir. Un agréable voyage au cœur des prémices de la Révolution Française, en compagnie d'artistes ou de personnalités historiques tout aussi célèbres les uns que les autres tel Mozart, Haydn, Kreutzer, Beethoven, Alexandre Dumas, le Marquis de La Fayette, Thomas Jefferson, Toussaint Louverture …

    A lire sans hésiter !

  • add_box
    Couverture du livre « La sonate à Bridgetower (sonata mulattica) » de Emmanuel Dongala aux éditions Actes Sud

    Ellexa sur La sonate à Bridgetower (sonata mulattica) de Emmanuel Dongala

    À travers le portrait de George Bridgetower, jeune violoniste prodige et métis, Emmanuel Dongala explore toute une époque et les grandes révolutions politiques et scientifiques. Sonate à Bridgetower est un roman dense et très documenté tout en restant une belle aventure.

    Le roman débute sur...
    Voir plus

    À travers le portrait de George Bridgetower, jeune violoniste prodige et métis, Emmanuel Dongala explore toute une époque et les grandes révolutions politiques et scientifiques. Sonate à Bridgetower est un roman dense et très documenté tout en restant une belle aventure.

    Le roman débute sur le premier concert parisien du jeune prodige. L'élite musicale et intellectuelle ne tarit pas d'éloges sur la dextérité de George. Son père négocie ses contrats l’intègre à cette aristocratie qui trouve fort exotique les métisses. De ville en ville, de pays en pays, George découvre Paris, Londres, Vienne, suit les enseignements des plus grands et fait mille rencontres.

    L'auteur s'est réellement investi dans son sujet. La célèbres Sonate à Kreutzer de Beethoven n'ayant pas été écrite pour le célèbre musicien mais pour un jeune homme mystérieux, l'écrivain s'est mis à la rechercher de toutes les informations disponibles sur ce dernier. Il a notamment déniché une partition annotée par Beethoven, dédicaçant son oeuvre au «mulâtre Brischdauer». Il a ensuite décidé d’écrire son roman à travers les yeux du jeune George.

    Que l’on soit mélomane ou non, c’est un bonheur de découvrir de quelle manière est née la «Sonata mulattica» en lisant ce formidable roman.