Emmanuel Brault

Emmanuel Brault

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (4)

  • Couverture du livre « Les peaux rouges » de Emmanuel Brault aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Racchaela sur Les peaux rouges de Emmanuel Brault

    J'ai beaucoup aimé ce roman. Il dérange nos bonnes pensées, révèle notre intolérance. Les expressions revues et corrigées à la sauce Amédée Gourd (le personnage principal) ne manquent pas de faire sourire.

    J'ai beaucoup aimé ce roman. Il dérange nos bonnes pensées, révèle notre intolérance. Les expressions revues et corrigées à la sauce Amédée Gourd (le personnage principal) ne manquent pas de faire sourire.

  • Couverture du livre « Les peaux rouges » de Emmanuel Brault aux éditions Grasset Et Fasquelle

    PrestaPlume sur Les peaux rouges de Emmanuel Brault

    Pour un premier roman, Emmanuel Brault marque les esprits. Il rue dans les brancards du politiquement correct en s’attaquant à un fléau antédiluvien, la haine de l’étranger ! Le gros mot est lâché. Pourtant, c’est sans jugement que l’auteur prête sa plume à un raciste décomplexé, un être mal...
    Voir plus

    Pour un premier roman, Emmanuel Brault marque les esprits. Il rue dans les brancards du politiquement correct en s’attaquant à un fléau antédiluvien, la haine de l’étranger ! Le gros mot est lâché. Pourtant, c’est sans jugement que l’auteur prête sa plume à un raciste décomplexé, un être mal dégrossi et analphabète. Pour laisser s’épanouir tous les ressorts de ce personnage, il crée une société imaginaire où vivent les blancs et les rouges, les rouges représentant l’union symbolique de tous les peuples stigmatisés par leur couleur de peau. Dans ce monde de fiction, le racisme est puni tel un assassinat. Amédée Gourd va vivre les accusations, la mise à l’index, la honte, la prison, la cure de désintoxication, l’espoir de guérison. Grâce à une narration sans filtre, sans pudeur de langage, sans autocensure, la fable parvient à toucher le lecteur avec sa musique ensorcelante qui, par un dosage équilibré, déploie la palette des nuances entre l’abjection et la compassion.

    Amédée est un être ordinaire, un cariste sans histoire, se contentant de sa médiocrité. Il n’est pas bien méchant, mais il ne faut pas l’asticoter. Quand un jour, une Peau rouge enceinte le bouscule sur le trottoir, les insultes fusent, un témoin s’indigne. Alors, les ennuis s’abattent en escadrille. Il proclame son innocence au tribunal, mais revendique sa détestation des hommes à la peau rouge. À cet aveu qui lui échappe, l’incident se mue en agression volontaire à caractère racial sur une femme, de surcroît, enceinte. Amédée Gourd devient alors un objet de la haine publique. Il va connaître une descente aux enfers vertigineuse : la prison, la violence, un fort sentiment d’injustice et l’immense chagrin d’avoir dû laisser sa mémé impotente… Quand, un mois plus tard, on lui propose une cure de désintoxication pour éradiquer sa haine, il accepte. Il veut changer, il est certain qu’il peut changer. Il suffirait qu’on l’aime juste un peu. Mais voilà, peut-on aimer un ex-raciste ? Le nouvel Amédée veut y croire…

    Le lecteur suit avec intérêt les tribulations de ce raciste handicapé du bonheur. C’est plus fort que lui. Contre toute attente, il est prêt à lui trouver des circonstances atténuantes, et même à croire à sa reconversion rédemptrice. L’auteur est très à l’aise avec ce thème pourtant dérangeant et peu abordé, du moins pas aussi ouvertement. Il a su créer une atmosphère à la Céline, avec une frénésie poétique dans l’écriture. Le langage est populaire, imagé et coloré ; cette impression est renforcée par le défaut de négation et le détournement d’expressions, lorsqu’Amédée se “met à rassasier les mêmes pensées” ou partage ses “ébats d’âme“. Cette limitation intellectuelle, qui l’empêche de savoir d’où lui vient son racisme, consolide la crédibilité du personnage. On peut s’en défendre tant qu’on veut, on y croit à ce raciste au cœur attendri par sa mémé. Ce roman, qui navigue entre la tragédie et le drolatique, n’a pas d’ambition moralisatrice. C’est un ovni qui a sa place dans le paysage littéraire, ne serait-ce que parce qu’il vient éclairer la part d’ombre tapie en chacun qui peut surgir à tout moment. Un roman courageux, réussi et rageusement humain.

  • Couverture du livre « Les peaux rouges » de Emmanuel Brault aux éditions Grasset Et Fasquelle

    ANNE-CECILE DUCARD sur Les peaux rouges de Emmanuel Brault

    J'aime bien les auteurs qui osent, ceux qui sont tout sauf consensuels et qui ne font pas dans la facilité. Suite à la lecture de LES PEAUX ROUGES, j'ai l'impression qu'Emmanuel BRAULT est de ceux-là et je salue d'autant plus son audace qu'il s'agit de son premier roman.

    Evoquer le racisme,...
    Voir plus

    J'aime bien les auteurs qui osent, ceux qui sont tout sauf consensuels et qui ne font pas dans la facilité. Suite à la lecture de LES PEAUX ROUGES, j'ai l'impression qu'Emmanuel BRAULT est de ceux-là et je salue d'autant plus son audace qu'il s'agit de son premier roman.

    Evoquer le racisme, rien de bien original me direz-vous; sauf quand on choisit de se placer du côté du raciste, d'en faire le "héros" de son roman et de nous présenter un personnage jusqu'au-boutiste.

    Oui, Amédée GOURD est raciste, il ne supporte pas les rouges, et il est où le problème, il assume, et comme on ne peut plus le dire hé bien il décide de nous l'écrire. Sauf que parfois ça déborde et qu'il le dit quand même, comme cette fois où il se cogne à une femme rouge enceinte, qu'elle tombe, s'énerve contre lui et qu'il répond en retour "fais pas chier sale rougeaude". Condamné pour des violences et des insultes à caractère raciste, Amédée part en prison.

    LES PEAUX ROUGES est un livre courageux, parce qu'il s'attaque au racisme en donnant la parole au raciste et pas aux victimes, c'est à dire à un sujet toujours tangent car rarement dépassionné, en tout cas un sujet pas du tout "bankable" quand il est traité de ce point de vue-là. Qui se préoccupe du raciste?

    C'est aussi un livre intelligent, subtil.

    D'abord, en choisissant de faire des rouges et donc d'une population imaginaire la cible du rejet d'Amédée, Emmanuel BRAULT évite toute critique liée au fait de mettre en avant une population ou une religion plutôt qu'une autre.

    Ensuite, l'auteur évite de tomber dans le cliché du raciste que vous ne pouvez que détester - j'y reviendrai - créeant un contraste entre l'ignominie du personnage, la violence avec laquelle il déteste les rouges, et le dévouement et la tendresse qui transpirent de lui lorsqu'il s'occupe de sa grand-mère et l'évoque. Emmanuel BRAULT nous parle de ce raciste du quotidien, celui qui fait profil bas la plupart du temps mais n'en pense pas moins, celui qui est raciste sans savoir pourquoi, juste parce que les rouges ne sont pas comme lui, celui dont le rejet n'est en fait que l'expression de la peur et de l'incompréhension de la différence.

    Enfin, le passage sur la cure imposée à Amédée par le juge m'a beaucoup intéressée. S'il veut abréger sa peine de prison, Amédée va devoir suivre - et réussir - une cure d'antiracisme, une sorte de groupe de paroles autour du suivi psy, de la musique... et du "pourquoi c'est mal, le racisme". Personnellement, j'ai songé à la déradicalisation... et plus généralement ce passage suscite plein de questions. L'auteur instille une certaine forme de suspense, notre curiosité est titillée : pendant cette cure Amédée est-il sincère ou se conforme juste à ce que le juge attend de lui? Une fois sorti, est-ce qu'il va tenir le coup ou est-ce que la naturel va revenir au galop? Peut-on vaincre le racisme d'un individu juste avec des bons sentiments?

    LES PEAUX ROUGES est également un livre dérangeant, dans le bon sens du terme, ce genre de livres qui vous bouscule dans votre confort et qui pousse vos certitudes dans leurs retranchements. Je me suis surprise à rire lors de ma lecture, à rire d'Amédée, puis avec lui, à le plaindre et même à le trouver touchant... avant de ressentir une certaine gêne à éprouver la moindre forme de complicité et de compassion envers lui. Parce que c'est un raciste, quand même, ce genre de personne ne peut - ne doit pas - susciter de ma part ni empathie ni aucune autre forme de réaction positive. Et pourtant si, ce qui démontre à mon sens toute l'intelligence et la subtilité de ce roman.

    Seul bémol, la fin que je n'ai pas vraiment comprise, mais je conçois qu'il était d'avance compliqué de trouver un terme à l'histoire d'Amédée.

    LES PEAUX ROUGES est assurément un roman pas comme les autres et ça n'arrive pas si souvent; je suis certaine qu'il suscitera des réactions diverses et variées et sûrement pas toujours aussi positive que la mienne; à vous de tenter cette drôle d'expérience qu'est cette rencontre avec Amédée GOURD.

    http://cousineslectures.canalblog.com/archives/2017/10/04/35738145.html

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !