Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Edgar Hilsenrath

Edgar Hilsenrath

Né en Allemagne en 1926, Edgar Hilsenrath a connu les ghettos durant la guerre, avant de partir pour Israël et pour New York. Toute son oeuvre s'inspire de cette expérience, mais sur un mode burlesque, quasi rabelaisien.

Vidéos relatives à l'auteur

  • Parole de libraire vous invite à Marseille

    Nadia Champesme, libraire à la librairie Histoire de l'oeil à Marseille, nous fait part de ses trois coups de coeur : La singulière tristesse du gâteau au citron d'Aimée Bender Numéro d'écrou 362573 d'Arno Bertina Orgasme à...

Articles en lien avec Edgar Hilsenrath (1)

Avis sur cet auteur (17)

  • add_box
    Couverture du livre « Nouvelles » de Edgar Hilsenrath aux éditions Le Tripode

    Musdjo32 sur Nouvelles de Edgar Hilsenrath

    Pour ceux qui ont aimé "le nazi et le barbier" et "Fuck America", c'est un peu le recueil des scènes coupées ou "les teasers de fin de film".
    Hilsenrath est un maître de la satyre, conjugué à cet humour teinté de désespoir et d'ironie.

    Dans ces nouvelles qui auraient dû être intitulées"Ils...
    Voir plus

    Pour ceux qui ont aimé "le nazi et le barbier" et "Fuck America", c'est un peu le recueil des scènes coupées ou "les teasers de fin de film".
    Hilsenrath est un maître de la satyre, conjugué à cet humour teinté de désespoir et d'ironie.

    Dans ces nouvelles qui auraient dû être intitulées"Ils tapaient du poing en cadence" on découvre un intellectuel qui n'hésite pas à livrer ses coups de cœur littéraires et ses pensées profondes.

  • add_box
    Couverture du livre « Le nazi et le barbier » de Edgar Hilsenrath aux éditions Points

    Patou. sur Le nazi et le barbier de Edgar Hilsenrath

    Livre très dur et cru qui montre toute la montée du nazisme et la violence de cette période

    Livre très dur et cru qui montre toute la montée du nazisme et la violence de cette période

  • add_box
    Couverture du livre « Terminus Berlin » de Edgar Hilsenrath aux éditions Le Tripode

    Jean-Paul Degache sur Terminus Berlin de Edgar Hilsenrath

    Retrouver Edgar Hilsenrath est un véritable plaisir, hélas teinté d'émotion et de regret car Terminus Berlin est son dernier livre comme l'avait annoncé lui-même son auteur et puisque celui-ci est mort fin 2018.
    Même si je n'ai pas tout lu de cet écrivain allemand, le nazi et le barbier,...
    Voir plus

    Retrouver Edgar Hilsenrath est un véritable plaisir, hélas teinté d'émotion et de regret car Terminus Berlin est son dernier livre comme l'avait annoncé lui-même son auteur et puisque celui-ci est mort fin 2018.
    Même si je n'ai pas tout lu de cet écrivain allemand, le nazi et le barbier, Orgasme à Moscou et Fuck America m'ont permis de comprendre, d'apprécier son style et surtout de réaliser ce que fut sa vie. Cette vie, justement, il nous en redonne les clés dans Terminus Berlin, même s'il change les noms et modifie quelques événements.

    Il a tout connu de la barbarie nazie, les brimades et les souffrances durant son enfance dans la ville de Halle où ses parents, juifs, étaient commerçants. Il a vécu la fuite, le pogrom et cette shoah qu'il voit appliquer avant de s'exiler aux États-Unis après avoir trouvé refuge en France.
    Dans les années 1980, c'est de New York que son héros, Joseph Leschinsky qu'on appelle Lesche, où il est écrivain sans succès, veut partir pour revenir en Allemagne, à Berlin. Malgré tout ce que lui et sa famille ont enduré à cause de son pays d'origine, il veut y retourner car il a besoin du pays et surtout de la langue qu'il continue à pratiquer et dans laquelle il écrit.
    Lui qu'on prend pour un clochard, à 58 ans, car « Rien n'est plus suspect qu'un écrivain pauvre. », retrouve tous ses souvenirs d'enfance et le cauchemar de l'antisémitisme poussé au paroxysme par les nazis.
    Il nous fait partager les problèmes qu'il rencontre et aussi ses joies les plus intimes dont ses succès féminins pour lesquels sa truculence fait mouche. Malgré tous les malheurs qui ont jalonné son existence, Edgar Hilsenrath a toujours su conserver un humour dévastateur.
    C'est l'occasion aussi de parler de son pays encore coupé en deux puisqu'il se rend à Berlin-Est. de plus, il n'a pas son pareil pour détecter les anciens nazis ou sympathisants lorsqu'il rencontre des concitoyens comme ce gardien de musée. le plus terrible, c'est la montée de l'extrême-droite qui s'en prend d'abord aux Turcs avant de brimer à nouveau les Juifs.
    Au travers de la vie de Lesche, son héros, j'ai apprécié ses recherches à propos du génocide arménien. Dans l'oeuvre d'Edgar Hilsenrath, cela a donné le conte de la dernière pensée .
    Si l'Allemagne est réunifiée, cela n'a pas que des effets positifs comme il le constate dans Berlin et les néo-nazis sont de plus en plus virulents.

    J'ai été terriblement ému à la lecture de Terminus Berlin car Edgar Hilsenrath possède une façon de raconter truculente, efficace et tellement juste. Un grand écrivain nous a quittés mais restent ses oeuvres profondément marquées par l'holocauste, tout ce qu'il a vu et vécu durant les premières années de sa vie, un mal jamais vraiment éradiqué, toujours prêt à ressurgir si nous ne sommes pas vigilants.

    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/2019/08/edgar-hilsenrath-terminus-berlin.html

  • add_box
    Couverture du livre « Orgasme à Moscou » de Edgar Hilsenrath aux éditions Le Tripode

    Jean-Paul Degache sur Orgasme à Moscou de Edgar Hilsenrath

    "Le Nazi et le barbier" est un livre hors normes, tellement inhabituel et décapant qu'il était curieux de découvrir un autre ouvrage du même auteur, livre traduit et édité en France des années après puisque Edgar Hilsenrath l'a écrit en 1979.
    Nous sommes ici dans les années 1970, en pleine...
    Voir plus

    "Le Nazi et le barbier" est un livre hors normes, tellement inhabituel et décapant qu'il était curieux de découvrir un autre ouvrage du même auteur, livre traduit et édité en France des années après puisque Edgar Hilsenrath l'a écrit en 1979.
    Nous sommes ici dans les années 1970, en pleine guerre froide. À 65 ans, Nino Pepperoni, américain d'origine sicilienne, patron de la mafia, prend sa retraite. Il est le plus riche de son continent mais un de ses yeux a été crevé par sa femme… « par mégarde ». Il est mince, pas comme Clara, son épouse « au postérieur gigantesque »…
    Sa fille, Anna Maria, a plus de 30 ans, se dit journaliste et s'envole pour Moscou afin d'y interviewer Brejnev (chef du PC soviétique) et Kossyguine (président du Conseil des ministres). Voilà qu'elle ne rentre qu'au bout de cinq mois… enceinte ! Qui a fait le coup ? Anna Maria reconnaît que Brejnev et Kossyguine n'y sont pour rien mais que le futur père est un juif russe, fils de rabbin, Sergueï Mandelbaum. Il lui a procuré son premier orgasme : « des frissons glacés qui vous brûlent… comme un millier de bougies allumées qui vous pénètrent… »
    Pour Nino, la décision est vite prise : ou buter le séducteur ou lui faire épouser Anna Maria. Hélas, Sergueï est un scientifique travaillant à Novossibirsk et le KGB s'opposera à ce qu'il quitte l'Urss. Il faut donc l'extraire et l'avocat de Nino propose le passeur le plus célèbre, S.K. Lopp qui est, hélas, un dépeceur sexuel s'acharnant exclusivement sur les hommes… Il faut donc le castrer !
    Ainsi est mise en place une histoire rocambolesque, pleine d'humour, déclenchant le rire à chaque page : «… le 10 juin, S.K. Lopp, alias P.D. Rodriguez, arriva à Moscou. Sans bourses mais avec un plan » et voilà que le chauffeur de taxi lui propose d'aller voir « Casse-noisettes de Tchaïkovski » !
    Si ce roman n'est pas au niveau du premier cité avec des répétitions parfois lassantes et des péripéties trop détaillées, l'auteur est toujours en verve : « le trafic autoroutier était un vrai problème. Cette société d'abondance produisait trop de voitures et trop de monde avait les moyens de s'en payer une… le système était en cause, qui encourageait la surproduction et l'achat à crédit… » ou un peu plus loin : « Une voiture de sport n'est pas faite pour rouler vite, mais pour vous rajeunir. Elle confère à son conducteur, fût-il d'âge mûr, une aura d'intrépide jeune mâle nimbé de vent, de soleil et de pluie… La plupart des femmes s'y laissent prendre… »
    De surprise en rebondissement, Edgar Hilsenrath nous fait beaucoup voyager jusqu'à un pays qui lui est cher, concluant sur l'absurdité de la vie : « Beaucoup se demandaient pourquoi ils avaient un orgasme, beaucoup d'autres pourquoi ils n'en avaient pas… Beaucoup coururent voir un psy parce qu'ils ne manquaient de rien, beaucoup d'autres en auraient eu grand besoin mais manquaient de moyens… »

    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/2019/07/edgar-hilsenrath-orgasme-a-moscou.html

Ils suivent Edgar Hilsenrath

Thèmes en lien avec Edgar Hilsenrath

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !