Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

E. Lockhart

E. Lockhart

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, connectez-vous pour proposez la vôtre :

/1200

Merci d’utiliser une photo au format portrait en indiquant les copyrights éventuels si elle n’est pas libre de droits.

Nous nous réservons le droit de refuser toute biographie qui contreviendrait aux règles énoncées ci-dessus et à celles du site.

Les textes à caractère commercial ou publicitaire ne sont pas autorisés.

Avis sur cet auteur (34)

  • add_box
    Couverture du livre « Trouble vérité » de E. Lockhart aux éditions Gallimard-jeunesse

    Sabrina Desremp sur Trouble vérité de E. Lockhart

    L'avis de *S* 27 ans, rêveuse et mangeuse de papier
    https://revesurpapier.blog4ever.com/trouble-verite-de-elochkart


    Cette lecture ne s'est absolument pas passée comme prévu...


    Jule fuit quelque chose. La jeune fille voyage de villes en villes, dans le luxe des grands hôtels, et reste...
    Voir plus

    L'avis de *S* 27 ans, rêveuse et mangeuse de papier
    https://revesurpapier.blog4ever.com/trouble-verite-de-elochkart


    Cette lecture ne s'est absolument pas passée comme prévu...


    Jule fuit quelque chose. La jeune fille voyage de villes en villes, dans le luxe des grands hôtels, et reste sur ses gardes. Et pour se faire, Jule change d'identité, se transforme, s'adapte à chaque situation. Jule est un véritable caméléon, capable de devenir qui elle souhaite ...


    C'est une histoire qui nous est racontée à l'envers et c'est la première particularité de ce roman. On remonte peu à peu le temps pour découvrir le parcours d'un personnage bien difficile à cerner. D'où vient-elle? Que fuit-elle? Qui a t-elle rencontré en chemin? Au coeur de ce récit, nous suivons plus particulièrement l'évolution de son amitié avec Imogen, une belle jeune fille privilégiée.


    Rappelons le, la découverte de cette amitié se fait à reculons. Je dois avouer que cette chronologie inversée m'a plutôt perturbée dans ma lecture. Tout n'était pas toujours très clair et il m'a fallu lire la moitié du roman avant de trouver cela réellement utile et efficace.


    Mais ce qui est vraiment déstabilisant, c'est Jule. Jule est un personnage en qui je n'avais aucune confiance et cette impression ne m'a pas quittée. Elle est intelligente, mais impitoyable. Jule est une mauvaise personne et c'est assez troublant de suivre ce personnage tout au long de la lecture. Elle n'est pas ce qu'elle prétend, elle ment à tout le monde et on se pose des tas de questions à son sujet. Mais ce qui m'a finalement déplu, c'est de ne jamais, jamais entrevoir la véritable Jule.


    Je n'ai pas réussi à m'attacher un tant soit peu à cette héroïne complexe et à être touchée par son histoire. De la même façon, à aucun moment son amitié avec Imogen n'est sincère. Il n'y a donc pas vraiment eu de surprises au cours de ma lecture. Il y a un gouffre entre les deux amies et on sait bien que c'est mauvais signe. On sait ce qui nous attend.


    Habituellement, je prends rarement le temps de parler de mes déceptions. Mais celle-ci est si grande que j'avais besoin d'en parler avec vous et d'avoir d'autres retours. Je passe toujours d'agréables moments avec les romans de E.Lockhart. Nous les Menteurs m'avait particulièrement surprise et j'en garde un très très bon souvenir. Mais cette fois-ci, je suis totalement passée à côté de ce roman. J'ai vraiment eu beaucoup de mal à comprendre l'héroïne, qui est tout sauf attachante et qui se fuit elle-même. Dommage...

  • add_box
    Couverture du livre « Trouble vérité » de E. Lockhart aux éditions Gallimard-jeunesse

    Clara Pailhon sur Trouble vérité de E. Lockhart

    Nous les menteurs avait été un gros coup de cœur autant pour sa construction originale et bien pensée que pour son histoire et son magnifique et surprenant final. J'étais donc très impatiente de découvrir cette nouvelle histoire de l'auteure. La lettre glissée dans le roman m'a encore plus donné...
    Voir plus

    Nous les menteurs avait été un gros coup de cœur autant pour sa construction originale et bien pensée que pour son histoire et son magnifique et surprenant final. J'étais donc très impatiente de découvrir cette nouvelle histoire de l'auteure. La lettre glissée dans le roman m'a encore plus donné envie de le lire. C'était déjà attirant et glaçant.

    Dès les premiers chapitres nous découvrons une construction atypique du récit. Tout de suite, je me suis demandée où l'auteure allait nous amener. Plusieurs fois durant ma lecture, j'ai dû revenir en arrière pour bien suivre tous les éléments et me repérer dans l'espace et le temps. Cette construction est surprenante et totalement déstabilisante.

    Nous faisons la connaissance de Jule, un personnage féminin hors du commun. Elle est a glacé le sang. Je ne peux pas dire que je l'ai détesté mais elle m'a fait peur. Encore ici, l'auteure marque un point en créant un personnage complexe où la rage, l'ambition et la noirceur sont ses principales caractéristiques. Cette part sombre terrifie, dans le cas de Jule elle ne se contrôle pas. Jule est une antihéroïne comme j'en ai vu très peu dans la littérature. Je ne sais pas quoi penser d'elle... Je pourrais la comprendre et à la fois c'est totalement inconcevable.

    Meurtres, trahisons, jalousies et amitié toxique sont la définition du récit. Autant que Jule, Immie est toxique, cruel et méchante. Manipulatrice, elle veut que le monde soit à ses pieds. Elle doit garder le contrôle. Je ne peux pas dire que son personnage m'a plu, bien au contraire. Elles sont toutes les 2 horribles, chacune à ses raisons et à sa façon. Où le récit est fort, c'est qu'E.Lockhart arrive à nous faire "apprécier" ou a voir de la compréhension pour celle qui a les actes les plus répréhensibles...

    Et pourtant, malgré tous les bons points du récit, je ressors perplexe de ma lecture. Je ne sais pas quoi en penser... Je n'ai pas aimé, ni détesté. Les personnages m'ont dérangé dans leur personnalité et dans leurs actes, ce qui est un bon point car l'histoire m'a dérangé et je pense que c'est l'effet rechercher par l'auteure. Je pense que j'attendais à un retournement de situation, à un rebondissement, à être surprise autant que je l'avais été pour Nous les menteurs. Malheureusement au moment où tu penses qu'il y en aura un, ça retombe comme un soufflet... Rien ... C'est dommage, j'ai trouvé la chute plus plate et moins exaltante que son précédent.

    En conclusion, les deux personnages sont bien construits et complexes. Deux antihéroïnes noires, sombres et cruelles. Elles font froid dans le dos avec leurs gestes. L'auteure met en avant la face sombre et cachée en nous, quand celle-ci prend possession de nous. L'histoire est bien ficelée et bien pensée dans la psychologie des personnages et originale dans sa construction. Pour autant, ma préférence reste à Nous les menteurs.

  • add_box
    Couverture du livre « Nous les menteurs » de E. Lockhart aux éditions Gallimard-jeunesse

    GeorgesSmiley sur Nous les menteurs de E. Lockhart

    Les menteurs sont quatre, trois cousins et une ‘pièce rapportée’ qui passent leurs étés sur l’île privée de leurs grands-parents, quelque part entre Martha’s Vineyard, Nantuket et Cap Cod; là où la famille Kennedy prenait (et prend toujours je crois) ses quartiers d’été, à une heure de Boston et...
    Voir plus

    Les menteurs sont quatre, trois cousins et une ‘pièce rapportée’ qui passent leurs étés sur l’île privée de leurs grands-parents, quelque part entre Martha’s Vineyard, Nantuket et Cap Cod; là où la famille Kennedy prenait (et prend toujours je crois) ses quartiers d’été, à une heure de Boston et Harvard, guère plus en ferry de Newport, la Mecque du nautisme. De longues plages de sable fin, de très belles maisons de vacances dans les tons bleu pastel enfouies sous les fleurs et, au large, les baleines qui font la joie des touristes.
    On est au cœur de l’Amérique riche et blanche, celle des WASP (White, Anglo-Saxon, Protestant). Les Sinclair ont trois filles (qui sont les mères des cousins) « bénies et tannées par le soleil. Grandes joyeuses et riches, c’étaient des princesses de conte de fée, réputées dans tout Boston pour leurs cardigans en cachemire et leurs fêtes somptueuses ». La génération suivante s’entend merveilleusement bien, Cadence (!) l’héroïne et Gat (la pièce rapportée d’ascendance indienne qui est le neveu du nouveau compagnon d’une de ses tantes) sont amoureux depuis leurs huit ans.
    C’est beau, trop beau ? Bien sûr ! Les cartes postales ne font pas les bons romans, les familles heureuses et unies non plus. Les grands-parents ont voté Obama mais ne seraient-ils pas un peu racistes ? Les trois princesses, si belles, si bien éduquées seraient-elles jalouses les unes des autres ? Leur père ne les dresserait-il pas les unes contre les autres?
    Les petits-enfants seraient-ils les révolutionnaires que le monde attendait pour « …transformer ce putain de château en tas de cendres »? Cadence est-elle « une visionnaire, une héroïne, une rebelle…qui transforme le cours de l’Histoire » après s’être aperçue qu’elle ne connaissait pas les prénoms de la gouvernante et du jardinier qu’elle côtoie depuis près de dix ans. Gat « met de la politique partout » et sait que « le monde va de travers », lui qui ne vient pas du même.
    Ca se lit très facilement en un après-midi, les courts chapitres aident à tourner les pages pour obtenir le fin mot de l’histoire qu’on nous a si soigneusement caché jusqu’à la fin. Bref c’est génial ?...
    Non, pas du tout ! Tout est construit pour masquer une histoire simplette habitée par des fantômes de personnages sans consistance. C’est tellement superficiel et caricatural que je ne saurais en conseiller la lecture.
    Si vous passez à Cap Cod ou si vous en rêvez, contentez-vous des cartes postales ; allez en mer admirer les baleines, promenez-vous sur les plages et dans les jolis villages et, de retour chez vous, regardez la série « The Affair » qui se passe à Montauk (extrémité est de Long Island à deux heures de ferry) dans un cadre et un milieu social sensiblement équivalent avec des personnages et des péripéties nettement, nettement plus complexes et attachants.

  • add_box
    Couverture du livre « Nous les menteurs » de E. Lockhart aux éditions Gallimard-jeunesse

    Lili-book'n'cook sur Nous les menteurs de E. Lockhart

    Dès les premiers mots, les premières phrases, la première page il en était fini de moi. Piégée, cernée, Nous les menteurs a été comme un boomerang à chaque page tournée. En usant d'un style éclectique et utilisant les métaphores comme terrain de jeu, Emily Lockhart a conquis mon cœur et mon...
    Voir plus

    Dès les premiers mots, les premières phrases, la première page il en était fini de moi. Piégée, cernée, Nous les menteurs a été comme un boomerang à chaque page tournée. En usant d'un style éclectique et utilisant les métaphores comme terrain de jeu, Emily Lockhart a conquis mon cœur et mon esprit pour décrocher le coup de cœur immédiat. Classé roman jeunesse, il est plus que ça: l'histoire d'une parenthèse le temps d'un été, le point culminant d'un basculement, le dysfonctionnement d'une famille, finalement, ordinaire. D'une profondeur et surtout d'une grande maîtrise surgit un récit à la fois émouvant et révoltant, où un halo de mystère entretient la légende de la famille Sinclair touchée certes par un drame mais toujours encline à garder le masque des apparences.

    Cadence en nous racontant l'histoire de la famille Sinclair se raconte elle-même. Les étés à Beachwood island, les cousins, le premier émoi amoureux, les drames familiaux... Cette famille se distingue à travers plusieurs choses: une vieille fortune qui comprend la possession d'une île privée où tous se retrouvent chaque année, l’excellence, la beauté et évidemment un snobisme de principe. Mais sous le vernis se cache la jalousie, l'avarice, la manipulation et surtout un secret dont est victime Cadence depuis son accident lors de l'été de ses quinze ans. Aujourd'hui elle en a dix-sept et retrouve enfin ses cousins et cousines Johnny et Mirren ainsi que Gat, un ami de la tribu qui fait battre son cœur. Quel secret entoure son accident dont elle n'a aucun souvenir? Parviendra-t-elle à renouer avec Gat? Cette famille est-elle aussi bien sous tous rapport qu'elle le prétend? Une intrigue qui m'a embarqué, le tout porté par une ambiance caniculaire où l'odeur du secret est plus forte que celle de la mer.

    Happée, j'ai dévoré ce roman en à peine deux jours, séduite tout autant par la forme que le fond. Grâce à des personnages attachants par la justesse de leurs caractères et leurs réflexions, l'auteur a su également me charmer par son écriture épurée, sobre et très efficace qui contribue au mystère de l'intrigue. Avec de courtes phrases elle rythme son scénario et le ficèle tellement bien que je me suis laissé embobiner avec joie! Elle arrive à ponctuer son récit de petites touches poétiques et y placer de petits contes délivrant ainsi une dimension supplémentaire au roman. Quelle habileté! Le seul bémol est, parfois, la confusion du temps. Il est vrai qu'au fil de son histoire, Cadence nous ramène à l'été de ses quinze ans tout en nous contant les révélations durant l'été des dix-sept. Mais peut-être est-ce une manœuvre de la romancière pour accentuer le flou dans l'esprit de sa protagoniste comme celui de ses lecteurs? Une chose est sûre, elle a su capter la puissance adolescente et parler à travers elle de la complexité familiale. Un puzzle bluffant réunit autour d'un thé glacé framboise citron et d'un muffin rose pistache devrait exploser en bouche tout comme la surprise qui vous attend.
    http://bookncook.over-blog.com/

Récemment sur lecteurs.com