Dolan Eva

Dolan Eva
Eva Dolan vit dans l'Essex au nord-est de Londres. Rédactrice pour la
presse et joueuse de poker, elle publie Les Chemins de la haine en 2014 chez
Harvill, classé parmi les meilleurs romans policiers de l'année par The
Guardian. Suivront, chez le même éditeur : Tell No Tales (2015), After You Die
(20... Voir plus
Eva Dolan vit dans l'Essex au nord-est de Londres. Rédactrice pour la
presse et joueuse de poker, elle publie Les Chemins de la haine en 2014 chez
Harvill, classé parmi les meilleurs romans policiers de l'année par The
Guardian. Suivront, chez le même éditeur : Tell No Tales (2015), After You Die
(2016) et Watch Her Disappear (2017) qui paraîtront tous prochainement aux
éditions Liana Levi.

Avis (8)

  • Couverture du livre « Les chemins de la haine » de Dolan Eva aux éditions Liana Levi

    Magali BERTRAND sur Les chemins de la haine de Dolan Eva

    Les chemins de la haine qu’Eva Dolan nous propose de suivre entre ses lignes viennent de loin.
    Ils ont parcouru le monde et les siècles, se sont faufilés entre les hommes et les générations, ils ont sauté les frontières, sillonné l’Histoire et creusé leurs ornières dans les peurs viscérales...
    Voir plus

    Les chemins de la haine qu’Eva Dolan nous propose de suivre entre ses lignes viennent de loin.
    Ils ont parcouru le monde et les siècles, se sont faufilés entre les hommes et les générations, ils ont sauté les frontières, sillonné l’Histoire et creusé leurs ornières dans les peurs viscérales qui dressent depuis toujours les peuples les uns contre les autres : peur de manquer de vivres, peur de manquer d’espace, peur de manquer de travail, peur de se mélanger au risque de disparaître, de perdre le pouvoir.
    C’est dans un contexte socio-économique chauffé à blanc par toutes ces peurs et ces haines recuites qu’Eva Dolan enracine avec force et précision son roman sombre et réaliste.
    Quand dans le commissariat d’une petite ville on en vient à créer une section dédiée aux crimes de haine, c’est que tout peut arriver, surtout le pire.
    Dans un style dénué d’artifice mais rigoureux et percutant, Eva Dolan met en scène une tragédie moderne dont on reconnait les codes, les personnages, les implacables rouages.
    Elle se fixe une unité de temps, une semaine où tout se joue, où des lignes de vie se nouent, se dénouent ou se rompent ; une unité de lieu autour de la petite ville de Peterborough ; une unité d’action dans l’enquête provoquée par un crime abominable. Meurtres, mensonges, trahisons, bassesses ou vengeance mais aussi cruels dilemmes, sursauts d’honneur et quêtes désespérées d’amour (filial, paternel ou autre…) traversent le roman où justiciers, félons, petites frappes, tyrans, jeune fille perdue, cœurs purs et pères pathétiques tiennent leur rôle avec justesse. Sans oublier la terrible et cruelle fatalité qui vient sonner le glas final d’une enquête qui aura mis à jour la trame sordide d’un tissu social en lambeaux…

  • Couverture du livre « Les chemins de la haine » de Dolan Eva aux éditions Liana Levi

    Miss Marple sur Les chemins de la haine de Dolan Eva

    Un bon policier, social et sociétal , qui se déroule en Angleterre, un crime, puis deux et enfin beaucoup plus au fur et à mesure que l'on avance.
    Un sujet plutôt original, les travailleurs immigrés dans la campagne anglaise, l'exploitation de l'homme par l'homme, de la femme par l'homme, les...
    Voir plus

    Un bon policier, social et sociétal , qui se déroule en Angleterre, un crime, puis deux et enfin beaucoup plus au fur et à mesure que l'on avance.
    Un sujet plutôt original, les travailleurs immigrés dans la campagne anglaise, l'exploitation de l'homme par l'homme, de la femme par l'homme, les douleurs tues et rentrées, les violences perpétuelles, des conditions de travail se rapprochant plus de l'esclavage que de la réalisation de soi par le travail !!
    Franchement j'ai découvert un monde parallèle tout près de nous.., bien loin du mien et de mes lectures habituelles, cela m'a révoltée, fait bondir, fermer les yeux pour les rouvrir sur le vrai monde !!
    Ces souffrances que les hommes s'imposent les uns aux autres, pour du fric, laissent peu de place aux joies, aux sourires, aux petits bonheurs, mais plutôt aux cris, hurlements et retours en arrière vers l'avant civilisation !
    Plusieurs crimes, plusieurs assassins, plusieurs histoires , de trop nombreuses vies cassées, écrasées, des langues et des traducteurs, et des policiers issus de l'immigration eux aussi qui ont été transférés là, dans ce cagibi d'où ils doivent enquêter sur ces crimes de haine, choisis justement pour leur parcours familial.

  • Couverture du livre « Les chemins de la haine » de Dolan Eva aux éditions Liana Levi

    Joëlle Guinard sur Les chemins de la haine de Dolan Eva

    https://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2018/04/les-chemins-de-la-haine-deva-dolan.html

    J’ai lu ce livre dans le cadre du Grand Prix Elle 2018, catégorie roman policier.

    Un homme est retrouvé mort dans l'abri de jardin des Barlow, il a été aspergé d'essence et brûlé vif. Le corps est...
    Voir plus

    https://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2018/04/les-chemins-de-la-haine-deva-dolan.html

    J’ai lu ce livre dans le cadre du Grand Prix Elle 2018, catégorie roman policier.

    Un homme est retrouvé mort dans l'abri de jardin des Barlow, il a été aspergé d'essence et brûlé vif. Le corps est difficilement identifiable, il semblerait que ce soit celui de l'homme qui squattait cet abri depuis des mois, un travailleur immigré estonien, Jaan Stepulov.Un homme qui, comme tant de ses compatriotes, est arrivé en Angleterre à la recherche d'un travail et d'une vie meilleure.

    Mais beaucoup voient d'un mauvais œil l'arrivée de ces travailleurs étrangers en pleine période de crise économique..

    Deux policiers, Zigic et sa partenaire Ferreira, mènent l'enquête et vont être confrontés à un milieu où la main d'oeuvre est tellement exploitée, les ouvriers tellement maltraités, méprisés et escroqués qu'il n'est pas exagéré de parler de réseau esclavagiste. Après avoir subi les passeurs et les marchands de sommeil, ils sont maintenant à la merci d'escrocs de la pire espèce.

    J'ai beaucoup aimé ce roman policier pour son intrigue bien ficelée, son dénouement surprenant et surtout pour le contexte dans lequel l'auteure situe son récit. Un fond d'immigration et de racisme, de manque total de cohésion sociale qui est très bien restitué dans ce roman.
    C'est pour moi le meilleur roman policier que j'ai pu lire à l'occasion du Grand Prix Elle.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com