Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Didier Poli

Didier Poli

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (14)

  • add_box
    Couverture du livre « Prométhée et la boîte de Pandore » de Luc Ferry et Clotilde Bruneau et Didier Poli et Giuseppe Baiguera et Simon Champelovier aux éditions Glenat

    Sabrina SMAIL sur Prométhée et la boîte de Pandore de Luc Ferry - Clotilde Bruneau - Didier Poli - Giuseppe Baiguera - Simon Champelovier

    La bataille contre les Titans s'achève et déjà les dieux s'ennuient. Germe alors l'idée de créer un monde en permanente évolution permettant aux dieux de se divertir. Cette responsabilité revient à Prométhée. Epiméthée, son frère, crée à partir de terre, d'eau et de feu des êtres totalement...
    Voir plus

    La bataille contre les Titans s'achève et déjà les dieux s'ennuient. Germe alors l'idée de créer un monde en permanente évolution permettant aux dieux de se divertir. Cette responsabilité revient à Prométhée. Epiméthée, son frère, crée à partir de terre, d'eau et de feu des êtres totalement différents avec des qualités données par les Dieux eux-mêmes. Des herbivores aux carnivores, il crée une biodiversité somptueuse en alliant qualités et équilibre. Il n'a rien laissé à Prométhée pour créer les hommes. Voulant créer des êtres "dépassant leur rôle de jouets et insuffler un peu de grandeur", il utilisera des attributs divins. Zeus, se rendant compte du vol pour cette humanité, punira Prométhée par un châtiment : il sera attaché à un rocher, chaque jour, son foie sera dévoré par aigle immense, et chaque nuit, il repoussera jusqu'à la fin des temps. Zeus ne punira pas uniquement Prométhée, et Pandore fera son apparition.

    C'est l'un mythe que j'ai étudié pendant ma scolarité qui m'a beaucoup marqué pour diverses raisons. Tout d'abord pour la création de l'Homme et cette humanité qui au début, ne se voulait pas imparfaite. Pour cette boite où résident tous les châtiments jetés sur le monde par la curiosité de Pandore. Pour ce châtiment aussi abject que renouvelable à souhait. Enfin, parce que les Dieux à mes yeux réagissaient comme de simples enfants dans une cour de récréation.

    Ce tome est en majeure partie réussie, déjà dans son graphisme. J'ai pris un réel plaisir à le lire, les planches sont agréables, le trait est fin et les visages sont expressifs et reconnaissables. Un tome où j'ai le plaisir de voir davantage les Dieux tout-puissants et imbibés eux-mêmes de jalousie et de colère. Le châtiment est à la hauteur de l'imagination cruelle des Dieux. Cependant, le monde ainsi créé a toute leur attention.

    Prométhée est un peu le père de l'humanité, le découpage de sa vie et de son œuvre reste assez cohérent et met en avant l'orgueil de Zeus. Prométhée n'est que la victime des envies et de la colère de ce dernier. Il sera libéré par Héraclès grâce à ses connaissances : celui-ci voulait savoir comment entrer dans le jardin des Hespérides pour y cueillir les pommes d'or.
    Enfin, Prométhée est censé être déjà immortel, je n'ai pas vraiment compris en quoi l'offrande de Chiron de son immortalité à lui était utile. Cela me demandera de me replonger dans mes livres sur les mythes.

    En bref :

    Dans l'ensemble une belle découverte dans ce tome. J'en ai apprécié le graphisme et le découpage qui met à l'honneur l'orgueil de Zeus. Quelques questions subsistent, mais ne m'ont pas gênée dans ma lecture.

    https://lecturedaydora.blogspot.com/2019/02/promethee-et-la-boite-de-pandore.html

  • add_box
    Couverture du livre « Dédale et Icare » de Luc Ferry et Clotilde Bruneau et Didier Poli et Guilia Pellegrini aux éditions Glenat

    Sabrina SMAIL sur Dédale et Icare de Luc Ferry - Clotilde Bruneau - Didier Poli - Guilia Pellegrini

    Dédale est l'architecte connu pour son fameux labyrinthe abritant le Minotaure. Mais avant de travailler pour Minos, il avait son atelier à Athènes. C'est ici que son destin bascule une première fois, à cause d'un orgueil mal placé face au talent d'un jeune garçon de l'âge de son fils. Il sera...
    Voir plus

    Dédale est l'architecte connu pour son fameux labyrinthe abritant le Minotaure. Mais avant de travailler pour Minos, il avait son atelier à Athènes. C'est ici que son destin bascule une première fois, à cause d'un orgueil mal placé face au talent d'un jeune garçon de l'âge de son fils. Il sera chassé de cette grande cité et sera recueilli par Minos où l'un de ses grands travaux sera d'aider Pasiphaé à s'unir au taureau blanc cadeau de Poséidon. De cette union naîtra le Minotaure, et Dédale sera appelé par le roi pour lui créer un labyrinthe digne des plus grandes constructions. En donnant la solution à Ariane, qui aidera alors Thésée à s'en sortir, Dédale reçoit le courroux du roi pour lui et pour son fils. Ils seront enfermés Icare et lui dans ce même labyrinthe où ils devront trouver la solution pour se libérer.

    L'histoire de Dédale est étroitement liée à celle du Minotaure, je me souviens que nous avions appris ces épisodes de la mythologie pendant ma scolarité, et donc d'où venait le mot dédale. Je n'ai jamais vraiment porté l'attention à la vie que pouvais avoir Dédale ou son fils en dehors de cet épisode. J'ai donc été contente de retrouver l'épisode de Pasiphaé et de la perte d'Icare qui s'est trop approché du soleil.

    Le point le plus difficile dans ce tome est le graphisme : certaines planches sont superbes, exécutées avec des traits fins, un jeu de lumière, des émotions perceptibles sur le visage. D'autres sont comme totalement inachevées et les traits disgracieux de certaines nuisent tout de même à la lecture. C'est cette inconstance que je regrette. Par exemple, lorsqu'Icare s'envole, ces planches manquent de légèreté et son alourdit par des traits trop noirs, trop épais. Cela m'a gênée. La couverture, quant à elle, est splendide !

    L'histoire de Dédale est intéressante et montre à quel point les dieux finissent toujours, d'une manière ou d'une autre, par leur main ou celle des hommes, à punir l'orgueil. Je ne dis pas que les malheurs de Dédale sont dus aux Dieux. Mais indirectement, peut-être : il était là lorsque Pasiphaé s'est unie au taureau blanc de Poséidon. Il était là lorsque Thésée, fils de Poséidon, triomphe du Minotaure. Peut-être que le dieu des mers étaient bien trop présent dans sa vie.

    En bref :

    Un tome intéressant pour se familiariser avec la vie de Dédale et de son fils Icare. Je déplore l'inconstance de la qualité des dessins.

    https://lecturedaydora.blogspot.com/2019/02/dedale-et-icare-clotilde-bunreau-giulia.html

  • add_box
    Couverture du livre « Jason et la toison d'or T.1 ; premières armes » de Luc Ferry et Alexandre Jubran et Clotilde Bruneau et Didier Poli aux éditions Glenat

    Sabrina SMAIL sur Jason et la toison d'or T.1 ; premières armes de Luc Ferry - Alexandre Jubran - Clotilde Bruneau - Didier Poli

    Ivre de pouvoir, l'oncle de Jason extermine sa famille pour qu'aucun ne puisse prétendre au trône d'Iolcos. Sa mère parvient à le protéger du massacre et le confie à un centaure : Chiron. Celui-ci se montrera le meilleur des éducateur, améliorant sans cesse les capacités de son jeune disciple....
    Voir plus

    Ivre de pouvoir, l'oncle de Jason extermine sa famille pour qu'aucun ne puisse prétendre au trône d'Iolcos. Sa mère parvient à le protéger du massacre et le confie à un centaure : Chiron. Celui-ci se montrera le meilleur des éducateur, améliorant sans cesse les capacités de son jeune disciple. Mais l'heure de la vérité sur son passé approche. Une fois jeune homme, il défie son oncle et accepte le défi proposé : retrouver et rapporter la Toison d'or. Il faudra un navire et un équipage digne de ce nom avant le départ pour l'aventure.

    Le mythe de Jason est porteur d'une belle aventure. C'est celui que je connais le moins, je dois bien l'avouer, et j'ai donc découvert une histoire des plus attrayante. La mythologie recèle de nombreux massacres et recherches effrénées de pouvoir, quitte à trahir ce que l'on est. J'ai d'ailleurs apprécié les premières pages qui attirent directement notre attention.

    Le découpage de la BD est agréable, certaines planches sont plus brouillonnes et méritaient qu'on s'y attardent davantage avec plus de détails, mais cela ne gâche pas le plaisir de la lecture. Encore une fois, c'est un gout personnel. Les couleurs sont belles, les jeux de lumière tout autant. Les visages sont expressifs et ne souffrent pas de traits grossiers. Les visages colériques sont particulièrement bien dessinés.

    Mon bémol réside dans l'apprentissage de Jason. Chiron est un personnage qui me fascine depuis petite : un centaure, mi-homme mi-cheval, dont la puissance et l'intelligence sont extraordinaires. C'était bien trop court ! Il y aurait eu tant à montrer. En parallèle, la route vers Ioclos une fois Jason grand est intéressante, l'apparition des Dieux également. J'espère vraiment que ces derniers seront davantage présent.

    En bref :

    Le mythe de la toison d'or dévoilé dans un premier tome intéressant. Le voyage des Argonautes ne fait que commencer.

    https://lecturedaydora.blogspot.com/2019/02/jason-et-la-toison-dor-tome-1-premieres.html

  • add_box
    Couverture du livre « Héraclès T.1 ; la jeunesse du héros » de Luc Ferry et Anna Bel et Clotilde Bruneau et Didier Poli aux éditions Glenat

    Sabrina SMAIL sur Héraclès T.1 ; la jeunesse du héros de Luc Ferry - Anna Bel - Clotilde Bruneau - Didier Poli

    Il fut un temps où, durant mes samedis et/ou dimanches, je regardais les aventures de "Xéna la guerrière" ou de "Hercule". Oui, oui, et j'en garde un bon souvenir malgré les effets spéciaux et les histoires étranges. Et que dire des yeux d'Héra… Avant cela, ma première rencontre avec Hercule a...
    Voir plus

    Il fut un temps où, durant mes samedis et/ou dimanches, je regardais les aventures de "Xéna la guerrière" ou de "Hercule". Oui, oui, et j'en garde un bon souvenir malgré les effets spéciaux et les histoires étranges. Et que dire des yeux d'Héra… Avant cela, ma première rencontre avec Hercule a été avec… "Les 12 travaux d'Astérix" et quel plaisir ! Un grand classique. Quel était ce héros, fort et demi-dieu ?

    Dans ce premier, nous suivons la jeunesse d'Alcide, fils de Zeus et d'Alcmène, une belle mortelle, comme toutes celles que le dieu des dieux a séduites. Cette enfance sera heureuse, Alcide montre des aptitudes physique remarquables, mais doit apprendre à gérer sa force et son tempérament. Il grandit entouré de ses parents, de son frère puis finit par se marier et avoir des enfants. Héra, la femme de Zeus, ne pardonnera jamais la trahison de celui-ci et se promet de détruire Hercule. Le rendant fou, il commettra un sacrilège en tuant femme et enfant en étant possédé par des visions. Débutera alors pour lui un grand voyage en prenant le nom d'Héraclès.

    Le personnage d'Hercule n'a rien de la figure parfaite : il est impulsif, impétueux, colérique, prompt à profiter des plaisirs de l'existence. Il est intéressant de découvrir sa naissance, son enfance, et cette haine viscérale que lui voue Héra (oui, car au final, il n'y est pour rien…). J'ai trouvé la BD un peu longue sur certains passages, instructifs sans être passionnant. L'histoire d'Hercule, c'est l'histoire de ses exploits, de sa force, des 12 travaux incroyables qu'il a réalisés. Malgré ses longueurs, l'histoire est une belle introduction à ses exploits.

    Les dessins sont agréables, le jeu de couleur également. La scène où il perd la raison me plaît beaucoup, le visage est expressif, on devine ce qui l'accable et la culpabilité qui l'assaille.
    J'ai très vite abandonné la lecture en fin de BD. Je suis toujours curieuse de découvrir les œuvres d'art réalisées et présentées, mais il y a aussi beaucoup de texte pour finalement ne rien dire ou alors si peu. Comme Antigone (oui, je sais, je reviens encore sur ce tome…), les travaux d'Hercule font partie des passages de la mythologie que j'affectionne tout particulièrement. Autant dire que j'attends beaucoup de la suite ! Et je continue à l'appeler Hercule…

    En bref :

    Une introduction intéressante à l'univers mythologique, dans une BD qui revient à sa naissance en tant qu'Alcide jusqu'à ce qu'il prenne ce nom : Héraclès.

    https://lecturedaydora.blogspot.com/2019/01/heracles-tome-1-la-jeunesse-du-heros.html

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !