Diane Peylin

Diane Peylin
Née en 1978, Diane Peylin a été gérante de gîtes dans les gorges de l'Ardèche, institutrice, puis nomade lors d'un tour du monde en voilier. Elle est aujourd'hui animatrice d'ateliers d'écriture et surtout romancière. Elle est notamment l'auteur de À l'endroit où elles naissent (Les Nouveaux Aute... Voir plus
Née en 1978, Diane Peylin a été gérante de gîtes dans les gorges de l'Ardèche, institutrice, puis nomade lors d'un tour du monde en voilier. Elle est aujourd'hui animatrice d'ateliers d'écriture et surtout romancière. Elle est notamment l'auteur de À l'endroit où elles naissent (Les Nouveaux Auteurs, Grand prix du Roman de l'été 2011) et Quand je serai grande, je serai vieille (Flammarion, 2015).

Avis sur cet auteur (13)

  • add_box
    Couverture du livre « À l'endroit où elles naissent » de Diane Peylin aux éditions Les Nouveaux Auteurs

    Ju-s-tine sur À l'endroit où elles naissent de Diane Peylin

    Deux portraits. Deux histoires. deux filles. Nées le même jour. A deux endroits de la planète. Deux vies. Deux destins.
    Et pourtant... on court tous après la même chose. peu importe le chemin pour y arriver.

    Deux portraits. Deux histoires. deux filles. Nées le même jour. A deux endroits de la planète. Deux vies. Deux destins.
    Et pourtant... on court tous après la même chose. peu importe le chemin pour y arriver.

  • add_box
    Couverture du livre « La grande roue » de Diane Peylin aux éditions Les Escales

    dominique petrone sur La grande roue de Diane Peylin

    A la lecture de ce livre je me suis demandé ou on allait avec tous ces personnages qui change à chaque chapitre, je ne trouvais pas dans ma lecture le résumé de ce livre.
    Puis sont arrivés les chapitres avec Emma, chapitres intriguants, dérangeants mais addictifs qui m'ont poussé à prolonger...
    Voir plus

    A la lecture de ce livre je me suis demandé ou on allait avec tous ces personnages qui change à chaque chapitre, je ne trouvais pas dans ma lecture le résumé de ce livre.
    Puis sont arrivés les chapitres avec Emma, chapitres intriguants, dérangeants mais addictifs qui m'ont poussé à prolonger l'histoire.
    Et c'est dans la lecture de ces derniers que toute la trame se met en place.
    Les personnages se rejoignent et prennent sens et l'histoire devient poignante.
    On comprend seulement à la fin le résumé de ce livre bouleversant et finalement si bien écrit.
    Encore un fait divers malheureusement si courant et tellement déplorable.
    Ce livre m'a laissé un gout amer pour toute la "vilainerie" de ce monde.
    Un puzzle littéraire à découvrir absolument !!

  • add_box
    Couverture du livre « Même les pêcheurs ont le mal de mer » de Diane Peylin aux éditions Les Escales

    Mathilde81 sur Même les pêcheurs ont le mal de mer de Diane Peylin

    Il a fallu que Salvi , enterre son grand-père tant aimé et trouve l'enveloppe que ce dernier lui a laissé pour qu'il comprenne enfin pourquoi il est si différent des hommes de la famille.
    En effet si son père et son grand-père sont tous deux pêcheurs , lui Salvi ne supporte pas la pêche, il a...
    Voir plus

    Il a fallu que Salvi , enterre son grand-père tant aimé et trouve l'enveloppe que ce dernier lui a laissé pour qu'il comprenne enfin pourquoi il est si différent des hommes de la famille.
    En effet si son père et son grand-père sont tous deux pêcheurs , lui Salvi ne supporte pas la pêche, il a le mal de mer, pour lui la pêche est un métier ingrat, les poissons puent et il préfère quitter l'ile et travailler dans l'informatique mais surtout ce qu'il préfère c'est être sur scène, dans un habit de clown , avec un nez de clown et faire rire le public.
    Et pourtant, il fait rire le public en mettant en scène sa vie d'avant sur l'ile, une vie pleine de tristesse, de mauvais souvenirs, de morts ..............
    Comment et pourquoi les hommes de la famille n'ont pas su être père à part entière, aimer leurs enfants comme tous les pères ............
    La vie d'une famille sur plusieurs générations, pêcheur de père en fils, dans laquelle chacun cache son désespoir et préfére être jugé pour ce qu'il n'ést pas plutôt que de se dévoiler.
    La fierté et les mensonges des hommes qui se rendent compte trop tard de ce qu'ils ont fait et ce qu'ils ont raté.
    un magnifique roman, une histoire bien écrite qui prend aux tripes et trouble le lecteur.

  • add_box
    Couverture du livre « Un jour, il y aura autre chose que le jour » de Diane Peylin aux éditions Pocket

    Delphine de Du calme Lucette sur Un jour, il y aura autre chose que le jour de Diane Peylin

    Diane Peylin me séduit toujours par sa plume délicate et poétique. C’est le troisième roman que je lis de cette auteure et c’est encore un véritable plaisir, de chavirer entre ses mots, de me laisser emporter dans ses contrées oniriques.

    Comme l’écrit Boris Vian, Un jour Il y aura autre...
    Voir plus

    Diane Peylin me séduit toujours par sa plume délicate et poétique. C’est le troisième roman que je lis de cette auteure et c’est encore un véritable plaisir, de chavirer entre ses mots, de me laisser emporter dans ses contrées oniriques.

    Comme l’écrit Boris Vian, Un jour Il y aura autre chose que le jour, et Diane Peylin nous plonge dans ce bain de poème dès l’épigraphe. Un jour, la nuit ouvrira la porte d’une nouvelle journée dans laquelle les choses seront différentes, auront changé. Et c’est quand un petit garçon se présente à la porte de la bâtisse taillée dans le calcaire d’une famille tsigane sédentarisée et, il faut le dire, loufoque, que leur vie va pour toujours changer.

    « Sur la route grignotée par les poules, l’enfant se laissait chahuter par le vent. Les rafales le balançaient de droite à gauche, de haut en bas, sans se soucier de ses jambes maladroites. Pataugeant dans la boue, le petit homme et ses bottes de géant fixaient leurs empreintes dans le sol mouvant. Il avait six ans mais ses chaussures étaient immenses. Des bottes de sept lieues pour aller de l’autre côté du monde. »

    Le ton est donné, le décor est planté. Maintenant, il faudra savoir se laisser exalter par le récit d’une auteure à l’imagination fertile sous peine de passer à côté de ce roman qui parle de l’absence, de l’acceptation, de la douleur, de la résilience, toujours en délicatesse et sensibilité.

    La façon de raconter les épreuves et les troubles familiaux n’est jamais commune avec Diane Peylin et c’est en cela que j’apprécie chacun de ses romans. Elle peut dérouter, indéniablement, mais on peut tomber amoureux, furieusement. Il suffit de garder l’esprit ouvert et de croire en ses mots. Elle mène la barque et elle arrive toujours à me bercer de ses contes. Car oui, Un jour, il y aura autre chose que le jour, ressemble à s’y méprendre à un conte.

    Un jour, un garçon de six ans ouvrit la porte d’une famille dont chaque membre avait une particularité physique, artistique, dans les gestes, dans l’esprit. Ce jour, il fut baptisé Englo, l’ange, et aucun autre prénom ne pouvait lui aller mieux, mise à part son véritable prénom que lui-même avait oublié, autant qu’il avait oublié celle qui fut sa mère. Peu à peu, il les découvrit, chacun leur tour, il s’intégra dans ce foyer déluré, il fut de moins en moins transparent, il les bouleversa, ils l’acceptèrent et finirent par l’aimer sans jamais vouloir qu’il les quittât désormais. Du moins, c’est ce qu’ils croyaient, parce que celui que l’on nomma Englo avait une mission qu’ils finirent par découvrir, pour le bien de tous.

    Le mystère qui plane tout au long du roman s’éclaircit sur un dénouement insoupçonnable autant qu’émouvant. La lutte intérieure de chacun des membres s’apaise, et la paix finit par les envahir tous, y compris Englo. Bien sûr, je n’en dirai pas davantage, mais la fin est belle, et tendre, et révélatrice. Un thème finalement universel qui peut faire écho en chacun de nous.

    « Dans sa chambre, tout seul, ses battements cardiaques avaient cessé. Comme anesthésiés par cette solitude froide. Mais là, près d’eux, serré, son sang se mettait à nouveau à circuler. Les pulsations revenaient, entraînées par le métronome de l’amour. Il y avait du rythme ici. Dans ces mains liées. Dans ce groupe. Qui ne trouvait l’harmonie qu’une fois tous les membres réunis. Si un manquait à l’appel, la musique commençait à dérailler. Pour n’être plus qu’une rhapsodie délirante lorsque chacun errait de son côté. »

    Vous l’aurez compris, ce roman poétique et ésotérique m’a séduit même s’il peut sembler divaguer parfois dans les limbes de la loufoquerie et de l’onirisme. Mais s’il on se laisse porter par l’auteure et s’il on sait d’avance que ce ne sera pas un récit ordinaire, alors on passe un très bon moment d’évasion. Surtout que l’écriture est très belle, autant que le message qu’elle veut faire passer et qu’elle porte merveilleusement bien.

    Je lirai de nouveau ce roman, maintenant que je sais, maintenant que j’ai toutes les cartes en main pour me laisser m’émouvoir du sort – et du passé – d’Englo et de cette famille toute entière.

    « – Je sais, dit-il. Je sais tout. Maintenant, je vais mieux. Je me sens tout bizarre mais je vais mieux. (…) »

    Ma chronique sur mon blog : https://ducalmelucette.wordpress.com/2018/09/25/lecture-un-jour-il-y-aura-autre-chose-que-le-jour-de-diane-peylin/