Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Denis Lachaud

Denis Lachaud

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Articles en lien avec Denis Lachaud (2)

Avis sur cet auteur (19)

  • add_box
    Couverture du livre « J'apprends l'hébreu » de Denis Lachaud aux éditions Actes Sud

    Nathalie Palayret sur J'apprends l'hébreu de Denis Lachaud

    Frédéric n'a encore que 17 ans. Et pourtant il sent bien que, déjà, quelque chose se fissure.
    Le jeu de questions-réponses sur lequel reposent la plupart de nos conversations, Frédéric n'en saisit plus les règles. Alors, il fait ce que l'on fait quand on sent qu'on n'y arrive plus : il...
    Voir plus

    Frédéric n'a encore que 17 ans. Et pourtant il sent bien que, déjà, quelque chose se fissure.
    Le jeu de questions-réponses sur lequel reposent la plupart de nos conversations, Frédéric n'en saisit plus les règles. Alors, il fait ce que l'on fait quand on sent qu'on n'y arrive plus : il compense, il bricole avec les moyens du bord.
    Denis Lachaud nous offre un livre comme on propose une errance. Le lecteur qui acceptera de se perdre dans le territoire de ce roman ne le regrettera pas. Et il se souviendra longtemps de ce jeune homme de 17 ans que l'avenir a trahi .

  • add_box
    Couverture du livre « J'apprends l'allemand » de Denis Lachaud aux éditions Actes Sud

    STOLL AUDEBEAU BENEDICTE sur J'apprends l'allemand de Denis Lachaud

    Difficile pour ce garçon d'une dizaine d'années de vivre à Paris, de souhaiter apprendre l'allemand langue maternelle de ses parents qui vivent dans le dénis de leurs origines.

    Difficile pour ce garçon d'une dizaine d'années de vivre à Paris, de souhaiter apprendre l'allemand langue maternelle de ses parents qui vivent dans le dénis de leurs origines.

  • add_box
    Couverture du livre « Ah ! ça ira... » de Denis Lachaud aux éditions Actes Sud

    Plume Nacrée sur Ah ! ça ira... de Denis Lachaud

    « Ah ! Ça ira… » est un roman qui nous projette en 2037. Un futur pas si lointain dans lequel on s’imagine très facilement. Tout ce qui se déroule parait possible. On oublie que l’on est plus « aujourd’hui ». Des détails nous rappellent que l’on a fait un saut dans le temps en montrant...
    Voir plus

    « Ah ! Ça ira… » est un roman qui nous projette en 2037. Un futur pas si lointain dans lequel on s’imagine très facilement. Tout ce qui se déroule parait possible. On oublie que l’on est plus « aujourd’hui ». Des détails nous rappellent que l’on a fait un saut dans le temps en montrant l’importance accrue du numérique :
    - les voitures sont téléguidées dès qu’elles entrent sur l’autoroute, les distances de sécurité sont ainsi respectées et « le Central de régulation de la vitesse des véhicules a détecté la carte grise et scanné à distance la carte d’identité de chaque passager. » (p 133),
    - les écrans sont omniprésents, pas de journal en papier mais des tablettes sur le comptoir des bars par exemple.
    Pour en venir à « l’histoire » (Histoire ?) : on commence le roman aux côtés d’un homme Antoine, appartenant à un groupe révolutionnaire qui commet un assassinat. Il va être incarcéré pendant vingt et un an. Quand il sort de prison en 2037, « il doit réapprendre la vie ». Il reprend progressivement ses repères surtout grâce à sa fille qui ne l’a d’ailleurs presque pas connu. Petit à petit, l’intrigue va évoluer et concerner un groupe plus large de personnages au sein duquel il jouera un rôle mais dans lequel il n’aura plus le premier.
    La construction de ce roman est intéressante par fait que l’on découvre les personnages au fur et à mesure. Au début, on a l’impression que ce ne sont que des sortes de « figurants » et au fil de l’avancement, ils ont une réelle importance. En fait, les personnages font leur apparition petit à petit. Ceux qui occupent le devant de la scène dans la première partie du roman ne sont pas ceux qui l’occuperont à la fin. C’est le cas d’Ahmed par exemple. A la page 20, un court récit de cinq lignes s’intercale entre deux chapitres pour nous annoncer sa naissance. A ce moment de l’histoire, on ne fait aucun lien avec le récit qui nous porte. A la page 54, à nouveau cinq lignes nous en disent un tout petit peu plus sur lui. Au fil du roman, des pages de ce type s’égrènent ; on se demande quel rôle va incomber à Ahmed jusqu’au moment où son destin croise celui des protagonistes principaux et où il va alors tenir un « vrai rôle ».
    Le titre « Ah ! Ça ira… » nous met sur la piste du thème révolutionnaire. Page 137, un résumé des causes de cette révolution qui couve est présenté : « 20 ans de tensions sociales, de crises qui se succèdent, l’Etat s’est désengagé de tout au profit du privé, enrichissement des riches, appauvrissement des pauvres, comme partout, les progrès informatiques ont dévoré la classe moyenne, précarité généralisée, chacun s’emploie à survivre ». Que de sujets d’actualité ! A cela, on peut ajouter l’immigration vers l’Europe et le sort réservé aux migrants ; le problème de la cherté des logements même pour ceux qui ont un travail. Voilà les ingrédients de ce roman réussi.

    Vous pouvez aussi me lire là :
    https://cahiersvarisetplumenacre.wordpress.com/2016/01/14/ah-ca-ira-denis-lachaud/

  • add_box
    Couverture du livre « Ah ! ça ira... » de Denis Lachaud aux éditions Actes Sud

    Salina sur Ah ! ça ira... de Denis Lachaud

    De la manière de mener « La Révolution « à travers le temps, voilà en résumé l'idée essentielle de ce roman au demeurant attractif et de lecture facile.
    Antoine, surnommé Saint Just et quelques comparses prennent en otage et tuent le président de la République.
    Trente ans plus tard,en 2037,...
    Voir plus

    De la manière de mener « La Révolution « à travers le temps, voilà en résumé l'idée essentielle de ce roman au demeurant attractif et de lecture facile.
    Antoine, surnommé Saint Just et quelques comparses prennent en otage et tuent le président de la République.
    Trente ans plus tard,en 2037, Antoine, sorti de prison, réapprend difficilement à vivre, mais surtout retrouve sa fille Rosa, devenue une jeune femme presqu'intimidante pour lui. Rosa a bien des idées révolutionnaires mais cherche le moyen de les mettre en action, et elle y parviendra sans violences. Son copain, lui , voudrait jouer dans la cour des grands, et n'en a certes pas l'envergure , ce qui lui coutera très cher.
    Antoine avec Ahmed, son voisin observent tout cela avec nostalgie, il s'y mêlerait bien malgré le bracelet électronique.
    L'occupation des Champs Elysées est assez folklo quand même ; les différentes strates de la société sont montrées par D. Lachaud avec une telle prévisibilité , que parfois, elles prêtent à sourire , les clichés ne manquent pas : le maton a forcément la nuque épaisse , le flic le regard canin , j'en passe …
    Il faut recommander ce roman aux lecteurs qui croient au « Royaume d'utopie », il est vrai qu'on peut toujours rêver.