Delphine Solere

Delphine Solere
Originaire du Nord de la France et toulousaine d'adoption, Delphine Solère, qui exerce le métier d'éducatrice, écrit avec Le Goût du désamour un premier roman dans un style hyperréaliste, mêlant avec beaucoup de sincérité l'érotisme le plus audacieux à la réflexion sur la vie d'une femme moderne,... Voir plus
Originaire du Nord de la France et toulousaine d'adoption, Delphine Solère, qui exerce le métier d'éducatrice, écrit avec Le Goût du désamour un premier roman dans un style hyperréaliste, mêlant avec beaucoup de sincérité l'érotisme le plus audacieux à la réflexion sur la vie d'une femme moderne, prise dans ses contradictions et écartelée entre ses désirs et son histoire.

Avis (2)

  • Couverture du livre « Le goût du désamour » de Delphine Solere aux éditions La Musardine

    Laetitia LOCHARD sur Le goût du désamour de Delphine Solere

    Delphine notre héroïne de 30 ans après avoir passé 10 ans avec son époux, homme de télé, de radio très connu et plus âgé décide de le quitter mais ce dernier meurt d'une crise cardiaque et à partir de ce moment là elle se découvre et se rend compte après une aventure avec un inconnu dans les...
    Voir plus

    Delphine notre héroïne de 30 ans après avoir passé 10 ans avec son époux, homme de télé, de radio très connu et plus âgé décide de le quitter mais ce dernier meurt d'une crise cardiaque et à partir de ce moment là elle se découvre et se rend compte après une aventure avec un inconnu dans les toilettes d'une discothèque que sa vie sexuelle est très pauvre. La rencontre d'un groupe d'ami constitué de 2 femmes et de 2 hommes vont lui ouvrir la porte du libertinage et autres expériences BDSM. L'histoire est assez sympa car malgré tout Delphine cherche l'amour et la lecture de poème écrit par un admirateur secret va lui redonner foi en l'amour.
    Le sexe est très présent et montre que le BDSM est une activité débordante d'imagination.

  • Couverture du livre « Les risques de l'improvisation » de Delphine Solere aux éditions Michalon

    Yves MABON sur Les risques de l'improvisation de Delphine Solere

    Un grand moment de musique : on entend le jazz des grands : Miles Davis, Duke Ellington, Ella Fitzgerald, Chet Baker, ... et beaucoup d'autres, et il donne même envie de les (ré)écouter. Bon, on y parle aussi variété française, puisque pour vivre Élysée écrit des musiques sur des paroles très...
    Voir plus

    Un grand moment de musique : on entend le jazz des grands : Miles Davis, Duke Ellington, Ella Fitzgerald, Chet Baker, ... et beaucoup d'autres, et il donne même envie de les (ré)écouter. Bon, on y parle aussi variété française, puisque pour vivre Élysée écrit des musiques sur des paroles très "variétés", parfois il vaut mieux écouter des chansons étrangères, au moins on ne capte pas la vacuité des propos. Mais, c'est un travail alimentaire pour Élysée qui lui permet des extras comme payer le train, le taxi ou l'hôtel pour filer tel suspect, se cacher de ses poursuivants : merci Léo Fériot (le parolier et interprète payeur).
    Un polar drôle, léger et musical, quoi de mieux pour cet été ? C'est drôle et léger parce que les personnages sont assez peu attendus dans les situations auxquelles ils font face, ils sont maladroits, gênants, bruyants là où il faudrait du calme et ne pensent qu'à la musique qui les habite (et les nourrit). Je dis les personnages car Élysée s'adjoint les services (et plus car affinités) de "Déborah, la belle contorsionniste douce comme une ballade de Richard Galliano" (4ème de couverture) et de Vauchillon, un collègue marseillais qui lui trouve du boulot et la planque lorsque les ennuis commencent. C'est drôle aussi parce que Delphine Solère fait preuve d'un style audiardien qui mêle argot, expressions humoristiques, une gouaille fort bienvenue et fort agréable ; par exemple lorsque les jazzmen jouent à l'enterrement d'un richissime éleveur de poulets (accessoirement père de la jeune fille évaporée à Notre Dame de la Garde) : "Il y avait un passage assez chiant à cause d'un changement de rythme que le batteur négocia avec la maestria d'un coureur de Formule 1, puis les endimanchés, à la vitesse d'un gastéropode qui aurait fumé du libanais, disparurent dans la grande église." (p. 60)
    L'enquête est longue à démarrer puisque c'est uniquement page 110 qu'Élysée se sent "mêlé à une sale affaire. J'ai su aussi que je ne pouvais plus faire confiance à personne. Ni les amis ni la police. J'ai ressenti un trouble que je ne connaissais pas. Le sentiment d'avoir cherché volontairement à me mettre dans une situation débile et maintenant de ne plus pouvoir la maîtriser." Mais cette relative lenteur du début n'est pas rébarbative, bien au contraire, tant on se plaît en compagnie d'Élysée et de ses amis, les musiciens vivants et les morts. En fait, on aimerait bien prolonger un peu les moments avec eux tous, les bons moments du début ou les plus durs (mais toujours drôles de la suite). Je ne sais pas si une suite est prévue, mais si oui, j'en suis !

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com