Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Delphine De Vigan

Delphine De Vigan

Delphine de Vigan vit à Paris. Après Jours sans faim sous le nom de Lou Delvig, et Les Jolis Garçons, recueil de nouvelles, elle signe avec Un soir de décembre son second roman.

Articles en lien avec Delphine De Vigan (8)

Avis sur cet auteur (388)

  • add_box
    Couverture du livre « D'après une histoire vraie » de Delphine De Vigan aux éditions Lgf

    Geneviève Munier sur D'après une histoire vraie de Delphine De Vigan

    Ouvrir "D’après une histoire vraie", le dernier roman de Delphine DE VIGAN, nous condamne à ne le refermer qu’après avoir lu le dernier mot.
    Cet ouvrage nous entraîne dans la vie, tourmentée, de Delphine, auteur connu et reconnu mais en panne d’inspiration, incapable qu’elle est de se remettre...
    Voir plus

    Ouvrir "D’après une histoire vraie", le dernier roman de Delphine DE VIGAN, nous condamne à ne le refermer qu’après avoir lu le dernier mot.
    Cet ouvrage nous entraîne dans la vie, tourmentée, de Delphine, auteur connu et reconnu mais en panne d’inspiration, incapable qu’elle est de se remettre de son précédent roman, intimiste, s’il en est. C’est à ce moment précis qu’entre dans sa vie une jeune femme…L. qui semble vouloir s’emparer de sa personnalité. Pourtant, une amitié se fait jour, ambiguë et pour le moins perverse. Il y a un peu du film de Mélanie Laurent "Respire" dans cet écrit…
    Le personnage principal s’appelle Delphine, donc. Mère de deux enfants, elle a un compagnon…François, journaliste…beaucoup de similitudes troublantes avec l’auteur. Alors, roman, autobiographie, fiction, autofiction ? Est-ce important de le savoir ?
    Quel qu’en soit le genre, Delphine de VIGAN signe ici un magnifique texte aux allures de thriller psychologique qui s’aventure aux confins du réel et de la fiction. Son écriture, simple et fluide, élégante et imagée - "… le corps de L. en équilibre sur un tabouret de bar, c’était une chorégraphie immobile qui se passait de musique et convoquait les regards." - reste le fil conducteur d’une histoire de manipulation qui nous tient en haleine du début à la fin.
    J’ai beaucoup aimé cette ambiance, sur le fil, toujours à la frontière de l’horreur, l’étude minutieuse du caractère des personnages en présence, ce talent qu’à l’auteur de nous obliger à des questions sur la vérité. J’ai aimé aussi cette facilité à parler d’elle et de ses proches – à moins que ce ne soit des autres – sans fausse pudeur, de manière touchante et émouvante. J’ai aimé cet ouvrage, tout simplement. Que dis-je, je l’ai adoré. Véritable "page- turner" lu à la vitesse de l’éclair, il reste gravé en moi et pour longtemps, je pense.

  • add_box
    Couverture du livre « D'après une histoire vraie » de Delphine De Vigan aux éditions Lgf

    Sara Adrian sur D'après une histoire vraie de Delphine De Vigan

    Un roman perturbant, où l'auteur joue avec sa trame et ses personnages, aucune certitude n'est établie, on vacille en permanence entre le rationnel et la démence, et l'on est bien obligé de questionner tout ce qu'on pensait savoir un instant plus tôt.
    La personnalité de la narratrice est aussi...
    Voir plus

    Un roman perturbant, où l'auteur joue avec sa trame et ses personnages, aucune certitude n'est établie, on vacille en permanence entre le rationnel et la démence, et l'on est bien obligé de questionner tout ce qu'on pensait savoir un instant plus tôt.
    La personnalité de la narratrice est aussi troublante que celle du personnage L., nous obligeant à déconstruire l'empathie que l'on peut ressentir pour l'une ou l'autre, à mesure que leur relation complexe évolue jusqu'à la chute.
    Un roman qui fait forte impression!

    Ma chronique complète est ici : http://viederomanthe.blogspot.fr/2015/11/dapres-une-histoire-vraie-delphine-de.html

  • add_box
    Couverture du livre « D'après une histoire vraie » de Delphine De Vigan aux éditions Lgf

    Lili0000 sur D'après une histoire vraie de Delphine De Vigan

    Delphine est écrivain. Elle a rencontré un succès immense et inattendu à la publication de son précédent roman. Un roman très intime. Et elle ne sait comment écrire à nouveau, après “ça”.

    Alors que ses enfants grandissent et partent étudier loin de chez elle et que son compagnon est...
    Voir plus

    Delphine est écrivain. Elle a rencontré un succès immense et inattendu à la publication de son précédent roman. Un roman très intime. Et elle ne sait comment écrire à nouveau, après “ça”.

    Alors que ses enfants grandissent et partent étudier loin de chez elle et que son compagnon est fréquemment en déplacement à l’étranger, Delphine rencontre L. qui semble être le genre de femme qu’elle a toujours rêvé être.

    Très rapidement, L. va prendre une place prépondérante dans la vie de Delphine. Comme dans une amitié adolescente.

    Elle sera là quotidiennement, semblant tout connaître de Delphine et la comprendre mieux que quiconque.

    Progressivement, L. va couper Delphine de toute vie sociale et de l’écriture même pour, après une apothéose dans la domination, finir par disparaître.

    J’ai adoré “Rien ne s’oppose à la nuit” de Delphine de Vigan et également beaucoup aimé “No et moi”. J’étais très enthousiaste à l’idée de la sortie de son nouveau roman dont j’avais lu des critiques toutes plus dithyrambiques les unes que les autres.

    Je dois reconnaître que j’ai été terriblement déçue. Et j’assume cet avis en dépit du prix qu’elle a récemment remporté. Peut être n’ai je rien compris. Peu importe.

    L’histoire en elle même n’est pas en cause. Le jeu sur le double, le doute, une narration toujours à la frontière entre réalité et folie, la réflexion sur le monde de l’écriture aujourd’hui, tout cela est très intéressant et très bien mené.

    Mais je n’ai pas retrouvé la sensibilité de son écriture. Aucune phrase ne s’ancrait en moi, aucun mot n’avait le caractère presque charnel que j’avais tant aimé dans son style.

    Certaines répétitions m’ont horripilée. “Voilà tout”, qui n’est pas la plus belle expression de la langue française, doit être présent dans près d’une page sur deux. J’exagère à peine.

    Certains chapitres m’ont semblé sans aucun intérêt. Comme écrits pour “faire des pages”.

    J’ai eu la sensation d’un livre pour satisfaire un éditeur, un contrat mais pas d’un livre nécessaire. Sans âme, sans tripes.

    Et j’ai été déçue.

    www.metoile.wordpress.com

  • add_box
    Couverture du livre « D'après une histoire vraie » de Delphine De Vigan aux éditions Lgf

    Michèle FINANCE sur D'après une histoire vraie de Delphine De Vigan

    Démêler le vrai du faux ... mais quelle importance ? Ce qui semble avant tout juste dans ce roman c'est la volonté de dépeindre des sentiments forts et contradictoires, c'est la capacité à survivre alors que tout vous mène vers le fond.
    Le texte est parfaitement maîtrisé dans un jeu de cache...
    Voir plus

    Démêler le vrai du faux ... mais quelle importance ? Ce qui semble avant tout juste dans ce roman c'est la volonté de dépeindre des sentiments forts et contradictoires, c'est la capacité à survivre alors que tout vous mène vers le fond.
    Le texte est parfaitement maîtrisé dans un jeu de cache cache permanent. Difficile de sortir indemne de cette lecture, on ne peut s'empêcher de s'interroger sur le sens de sa propre vie.