Davide Enia

Davide Enia
Acteur, metteur en scène et dramaturge, né en 1974, Davide Enia commence à écrire en 1998. Lauréat de nombreux prix, il a vu plusieurs de ses pièces publiées en Italie chez des éditeurs prestigieux. Paru en 2012 Sur cette terre comme au ciel est son premier roman, en cours de traduction dans ... Voir plus
Acteur, metteur en scène et dramaturge, né en 1974, Davide Enia commence à écrire en 1998. Lauréat de nombreux prix, il a vu plusieurs de ses pièces publiées en Italie chez des éditeurs prestigieux. Paru en 2012 Sur cette terre comme au ciel est son premier roman, en cours de traduction dans 18 pays. Il a été finaliste des prix Strega et Bancarella.

Avis (12)

  • Couverture du livre « La loi de la mer » de Davide Enia aux éditions Albin Michel

    Nathalie DEFLORAINE sur La loi de la mer de Davide Enia

    « Ici on sauve des vies. En mer, toutes les vies sont sacrées. Si quelqu’un a besoin d’aide, on lui porte secours. Il n’y a ni couleur de peau, ni ethnie, ni religion. C’est la loi de la mer »
    Durant plus de trois ans, Davide Enia a recueilli des témoignages à Lampedusa, cette île...
    Voir plus

    « Ici on sauve des vies. En mer, toutes les vies sont sacrées. Si quelqu’un a besoin d’aide, on lui porte secours. Il n’y a ni couleur de peau, ni ethnie, ni religion. C’est la loi de la mer »
    Durant plus de trois ans, Davide Enia a recueilli des témoignages à Lampedusa, cette île méditerranéenne posée plus près des côtes africaines que de la Sicile qui a été le théâtre de drames humains : les naufrages de centaines de migrants.
    L’auteur s’est rendu sur place, a assisté à des « débarquements ». Son récit est construit autour de témoignages d’habitants, de secouristes, d’exilés et de survivants, témoignages poignants qui nous rappellent que derrière chacun des personnages (migrant, habitant, secouriste) il y a un être de chair avec une histoire, une expérience, des rêves, des renoncements.
    Ce récit, mélange réussi entre essai et autobiographie est poétique, bien écrit et fait preuve de beaucoup d’humanité. Il est à la fois désespérant et empli d’espoir.
    L’histoire collective croise l’histoire individuelle de l’auteur, celle de sa famille, de ses rapports avec son père, son oncle malade dans des allers-retours qui rendent ce livre lumineux et terriblement vivant (n’est-ce pas notre quotidien que de recevoir chaque jour des informations extérieures qui se télescopent avec notre vie, qui nous font mesurer avec plus d’acuité l’importance d’une vie ?)
    Une lecture dont je ne sors pas indemne et qui me donne l’envie d’apporter ma goutte d’eau….
    « On sait ce qui se passe mais on fait semblant de ne pas savoir. Si j’accepte de vous parler c’est parce que si toutes les voix s’unissent, on peut sensibiliser les gens. Nous sommes des gouttes mais ces gouttes, toutes ensemble, font un océan »

  • Couverture du livre « La loi de la mer » de Davide Enia aux éditions Albin Michel

    Virginiem06 sur La loi de la mer de Davide Enia

    Un récit bouleversant des débarquements sur l’île de Lampedusa avec les témoignages des protagonistes du quotidien (plongeurs, habitants, garde-côtes ....). Un très beau roman à lire absolument.

    Un récit bouleversant des débarquements sur l’île de Lampedusa avec les témoignages des protagonistes du quotidien (plongeurs, habitants, garde-côtes ....). Un très beau roman à lire absolument.

  • Couverture du livre « La loi de la mer » de Davide Enia aux éditions Albin Michel

    sylvie frigère sur La loi de la mer de Davide Enia

    bonjour
    j'ai beaucoup aimé le précédent roman de Davide Enia
    celui-ci est d'après mes libraires encore plus abouti
    Dès que je peux je m'y plonge et donnerai mon avis
    sylvieM

    bonjour
    j'ai beaucoup aimé le précédent roman de Davide Enia
    celui-ci est d'après mes libraires encore plus abouti
    Dès que je peux je m'y plonge et donnerai mon avis
    sylvieM

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !