Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

David Zukerman

David Zukerman

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (50)

  • add_box
    Couverture du livre « Iberio » de David Zukerman aux éditions Calmann-levy

    Fabienne Bonilla sur Iberio de David Zukerman

    David Zukerman "joue" avec son lecteur (et gentiment, sans le faire passer pour un voyeur qui attend avec impatience la scène de toutes les horreurs, comme certains se complaisent à le faire...); ça montre vraiment une grande maitrise de l'écriture et de la construction du récit.
    Les...
    Voir plus

    David Zukerman "joue" avec son lecteur (et gentiment, sans le faire passer pour un voyeur qui attend avec impatience la scène de toutes les horreurs, comme certains se complaisent à le faire...); ça montre vraiment une grande maitrise de l'écriture et de la construction du récit.
    Les personnages sont très attachants : Zukerman nourrit son œuvre par un échange tacite entre les protagonistes, réel, jamais verbalisé et "sans contact" pour que ce soit beau.
    Cela pourrait être un film : le personnage de Mercedes est vraiment très beau (sans mauvais esprit ), des actrices se battraient pour l'avoir, mais peu pourraient l'incarner à sa juste mesure.

    Bref, c'est riche et diablement bien fichu.

  • add_box
    Couverture du livre « San Perdido » de David Zukerman aux éditions Calmann-levy

    Chelra sur San Perdido de David Zukerman

    Une merveilleuse découverte!
    Jai choisi le livre ..pour une couverture attirante ;-)
    Et je n'ai vraiment pas regretté mon choix!

    Outre une plongée dans les bidonvilles panaméens et une vision de la politique oh malheureusement combien réelle dans tant de pays, ce livre est vrai.
    Les...
    Voir plus

    Une merveilleuse découverte!
    Jai choisi le livre ..pour une couverture attirante ;-)
    Et je n'ai vraiment pas regretté mon choix!

    Outre une plongée dans les bidonvilles panaméens et une vision de la politique oh malheureusement combien réelle dans tant de pays, ce livre est vrai.
    Les personnages y sont dépeints pour ce qu'ils sont. Sans fioritures.
    Chacun nait avec ses forces, ses chances d'y parvenir mais surtout ses choix de vie.
    Et les conséquences de ces choix...à assumer un moment ou l'autre.
    J'ai dévoré le livre en une après-midi, je ne pouvais pas en sortir tellement j'étais happé par les personnages.

    Je ne peux que le conseiller pour voyager au travers des descriptions nullement chargées d'un pays, d'une époque, d'une réalité pas si éloignée.

  • add_box
    Couverture du livre « San Perdido » de David Zukerman aux éditions Calmann-levy

    Laurence Cottard sur San Perdido de David Zukerman

    Ce roman vous embarque dès les premières lignes dans une histoire où le pire côtoie le meilleur chez l’homme, où la magie vient au secours de la cruelle réalité sur fond de société décadente dans un décor aux couleurs chatoyantes et à l’exotisme sensuel.

    Ce roman vous embarque dès les premières lignes dans une histoire où le pire côtoie le meilleur chez l’homme, où la magie vient au secours de la cruelle réalité sur fond de société décadente dans un décor aux couleurs chatoyantes et à l’exotisme sensuel.

  • add_box
    Couverture du livre « San Perdido » de David Zukerman aux éditions Calmann-levy

    Claudine B sur San Perdido de David Zukerman

    Une plongée dans le Panama des années 50, son ambiance tout aussi écrasante que sa chaleur...et la petite ville côtière de San Perdido. Ici, les habitants oscillent entre misère, violence, prostitution et corruption. Seules opportunités dans cette ville où il se dit qu’il est difficile d’avoir...
    Voir plus

    Une plongée dans le Panama des années 50, son ambiance tout aussi écrasante que sa chaleur...et la petite ville côtière de San Perdido. Ici, les habitants oscillent entre misère, violence, prostitution et corruption. Seules opportunités dans cette ville où il se dit qu’il est difficile d’avoir une morale et qu’une journée, si belle soit-elle finit toujours pas s’obscurcir…

    Et au milieu, coule .... une décharge. De laquelle surgit un matin un gamin au regard aussi clair que sa peau est noire, surnommé La Langosta (le homard), en raison de la taille et de la puissance de ses mains, qu'il lui suffit d'apposer sur le front de quelqu'un pour lire en lui à livre ouvert tant il éprouve de l'empathie pour les humains. Et pourtant...les animaux fuient à son passage. Nous sommes à San Perdido, ne l'oublions pas...
    Oui, j'ai plongé dans cette ambiance panaméenne à la tension omniprésente et j'étais prête à suivre ce gamin, mi-justicier mi-mercenaire dans son périple, utilisant ses mains comme d'autres utilisent un colt. Sauf que j'ai soudain perdu sa trace... pour me retrouver au cœur de la vie d'une maison close, où des gamines de 15 ans offrent leur jeunesse et leur cupidité à tout ce que la ville compte d'hommes fortunés.
    Au point d'avoir l'impression que c'était elle, le personnage principal de l'histoire.
    Et puis soudain, je l’ai retrouvée La Langosta, La Mano, Yerbo de son prénom, dans une fin surprenante qui m’aura laissée sur la mienne, de faim.

    Plus que de l'avoir aimé ou pas aimé, j'ai terminé ce livre avec le sentiment étrange d'une lecture hors sujet. Dommage...

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !