Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

David Goldblatt

David Goldblatt

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (1)

  • add_box
    Couverture du livre « Henri Huet » de David Goldblatt aux éditions Actes Sud

    Claude Stas sur Henri Huet de David Goldblatt

    2014 fut l’année de commémoration des deux conflits mondiaux (le début de l’un, la fin de l’autre). Mais elle fut également celle de plusieurs manifestations (colloque, exposition, publications) tentant d’élaborer une véritable réflexion sur la guerre, action pour laquelle l’homme a su déployer...
    Voir plus

    2014 fut l’année de commémoration des deux conflits mondiaux (le début de l’un, la fin de l’autre). Mais elle fut également celle de plusieurs manifestations (colloque, exposition, publications) tentant d’élaborer une véritable réflexion sur la guerre, action pour laquelle l’homme a su déployer au maximum son inventivité. D’autres conflits ont émaillé la seconde partie du XX° siècle : les guerres coloniales, la guerre du Vietnam, les deux guerres du Golfe, pour ne citer que celles-là.
    La collection Photo Poche offre un volume à Henri Huet (1927-1971), fauché, tout comme Robert Capa et Gilles Caron, sur le lieu même de son activité professionnelle : le photojournalisme de guerre. Il est souvent qualifié de « l’homme d’une seule guerre », celle du Vietnam, pendant laquelle son hélicoptère fut abattu. Un véritable coup de poing, des photos choc qui, nous le savons bien, ont révélé les réalités d’un combat absurde, ce qui déplaisait fortement aux autorités politiques et militaires, partisanes d’une propagande positive. Henri Huet nous a donné des images inoubliables, d’une grande force et d’une dimension esthétique indiscutable. Ainsi prenons « War Zone C » (1966), reproduite en couverture du volume : le corps sans vie d’un soldat américain est hélitreuillé. Dans une telle photo est flagrant le sens de la composition de Huet, celui du cadrage également. Mais ailleurs, l’émotion affleure face à l’administration des derniers sacrements après la bataille, ou lors de l’arrestation musclée d’un prisonnier viêt-cong (la peur sur le visage de cet homme !). Et que dire de ces divers portraits d’enfants orphelins, abandonnés ou réfugiés ? Ils montrent avec l’empathie que nourrissait Huet pour les êtres humains dépassés par une guerre dans laquelle tous étaient embourbés. Toujours au plus près de son sujet, grâce à l’usage du 35 mm, ces photos sont un témoignage poignant, à placer près de celui d’un autre photographe, Larry Burrows, mort dans le même hélicoptère que Henri Huet.

Ils ont lu cet auteur

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !