David Foenkinos

David Foenkinos
David Foenkinos, romancier, scénariste et musicien, est auteur de treize romans traduits
en quarante langues. Il a notamment publié aux Éditions Gallimard Le potentiel érotique de
ma femme, Nos séparations, La délicatesse, Les souvenirs, Je vais mieux. En 2011, il a
adapté au cinéma avec son frère s... Voir plus
David Foenkinos, romancier, scénariste et musicien, est auteur de treize romans traduits
en quarante langues. Il a notamment publié aux Éditions Gallimard Le potentiel érotique de
ma femme, Nos séparations, La délicatesse, Les souvenirs, Je vais mieux. En 2011, il a
adapté au cinéma avec son frère son livre La délicatesse, avec Audrey Tautou et François
Damiens.

Vidéos (3)

Articles (11)

Avis (378)

  • add_box
    Couverture du livre « Charlotte » de David Foenkinos aux éditions Gallimard

    valérie Boupi sur Charlotte de David Foenkinos

    Emouvant, touchant, on découvre la vie de cette artiste que pour ma art je ne connaissais pas... et qui donne envie d'aller plus loin. le style épuré, profond et fluide fait penser à un poème qu'on dévore!

    Emouvant, touchant, on découvre la vie de cette artiste que pour ma art je ne connaissais pas... et qui donne envie d'aller plus loin. le style épuré, profond et fluide fait penser à un poème qu'on dévore!

  • add_box
    Couverture du livre « Le mystère Henri Pick » de David Foenkinos aux éditions Gallimard

    Camille Capron sur Le mystère Henri Pick de David Foenkinos

    C’est l’histoire d’un roman, l’histoire d’un mystère…

    A Crozon, une bibliothèque pour les livres refusés par les maisons d’édition a été créée par Jean-Pierre Gourvec, en l’honneur de l’écrivain Richard Brautignan qui en avait créé une en Amérique.

    Delphine, éditrice chez Grasset et native...
    Voir plus

    C’est l’histoire d’un roman, l’histoire d’un mystère…

    A Crozon, une bibliothèque pour les livres refusés par les maisons d’édition a été créée par Jean-Pierre Gourvec, en l’honneur de l’écrivain Richard Brautignan qui en avait créé une en Amérique.

    Delphine, éditrice chez Grasset et native de Crozon en Bretagne, trouve un jour dans cette bibliothèque des livres refusés, un manuscrit écrit par Henri Pick et qui a tout d’un bestseller : le style d’écriture est magnifique tout comme l’histoire.

    Cependant, cet Henri Pick, maintenant décédé, était un pizzaiolo qui n’écrivait et ne lisait jamais…. Est-ce bien lui l’auteur de ce roman ?

    Suivant son intuition d’éditrice, Delphine va réussir à faire éditer ce chef d’œuvre : tout plait au public, tant l’histoire que l’histoire de sa découverte ! Cependant, cette fièvre cache bien des surprises… Tant de vies vont changer et être basculées, et la seule cause est ce roman…

    Entre Crozon et Paris, cet engouement que suscite le livre de Pick est partout !





    Ce roman baigne littéralement dans le monde des livres, de la littérature. Au cours de la lecture, on rencontre des libraires, des bibliothécaires, des éditeurs, des écrivains, des journalistes et critiques littéraires (il y a même François Busnel dans le roman !)…. Ce voyage dans le monde des livres nous met aussi face, en tant que lecteur, à une dure réalité : on a des parallèles qui se créés entre les écrivains publiés et ceux qui ne le sont pas, entre les publiés qui connaissent leur heure de gloire et ceux publiés qui restent tout de même dans l’ombre…

    Deux thèmes principales ressortent donc : les livres refusés par les maisons d’édition et le fait d’être publié (et d’avoir ou non du « succès »). Deux thèmes flottant autour de ce mystère: le livre d'Henri Pick.





    J’ai passé un merveilleux moment pendant ma lecture, David Foenkinos a une écriture simple et très accessible mais toujours munie d’humour, et ça fait plaisir à lire ! On s’attache forcément à ses personnages avec leurs qualités et leurs défauts qui les rendent uniques mais auxquels on peut tout de même plus ou moins s’identifier !

    J’ai particulièrement apprécié le personnage de Delphine (je me suis attachée à elle grâce à son caractère mais aussi car l’édition est un monde qui m’intéresse). Au fur et à mesure de la lecture, on suit plusieurs personnages, on voit leur point de vue face à cette histoire et on découvre leurs vies.

    Un roman coup de cœur, une histoire dont on a forcément envie de savoir le « pourquoi du comment » et qui nous dévoile une fin digne d’un bon roman !

  • add_box
    Couverture du livre « Le mystère Henri Pick » de David Foenkinos aux éditions Gallimard

    Frederique Letilleul sur Le mystère Henri Pick de David Foenkinos

    Ce roman fractionné par grandes parties, se lit comme un feuilleton à plusieurs facettes. La première partie m'a particulièrement séduite puisqu'elle nous raconte comment est venue l'idée de constituer "la bibliothèque des manuscrits refusés". Comment cette idée à été portée par un passionné,...
    Voir plus

    Ce roman fractionné par grandes parties, se lit comme un feuilleton à plusieurs facettes. La première partie m'a particulièrement séduite puisqu'elle nous raconte comment est venue l'idée de constituer "la bibliothèque des manuscrits refusés". Comment cette idée à été portée par un passionné, comment elle a été ensuite oubliée. La suite du roman est une véritable énigme autour d'un manuscrit extrait un jour et réédité. Ce récit très proche de la réalité des mystères de la création littéraire est un vrai petit plaisir. Après le succès de son précédent roman "Charlotte", David Foenkinos nous fait la démonstration de la variété de ses récits et de ses talents d'écrivain reconnu dans plusieurs styles différents.

  • add_box
    Couverture du livre « Le mystère Henri Pick » de David Foenkinos aux éditions Gallimard

    Virginie H sur Le mystère Henri Pick de David Foenkinos

    J'avais été déçue par Les souvenirs et La délicatesse, sans trop savoir pourquoi. Je n'avais pas eu envie de lire Charlotte parce que le style (poème en prose) ne me plaisait pas (l'extrait découvert ne m'avait sincèrement pas enthousiasmée). Pourtant là, je me suis laissée tenter, sans doute...
    Voir plus

    J'avais été déçue par Les souvenirs et La délicatesse, sans trop savoir pourquoi. Je n'avais pas eu envie de lire Charlotte parce que le style (poème en prose) ne me plaisait pas (l'extrait découvert ne m'avait sincèrement pas enthousiasmée). Pourtant là, je me suis laissée tenter, sans doute parce que cette histoire de manuscrits refusés et cachés dans une bibliothèque bretonne était prometteuse.

    A vrai dire, je me suis beaucoup amusée avec ce roman ! Même si la plupart des personnages sont un peu convenus, ils sont tous très attachants et l'auteur fait preuve de suffisamment d'humour pour brosser des portraits tour à tour tendres et désenchantés.

    Là où sa causticité se dévoile pleinement, c'est à l'évocation du milieu littéraire parisien, faisant intervenir journalistes et éditeurs toujours à l'affût d'un bon coup, d'un buzz médiatique, mais aussi des personnages réels tels que François Busnel, Augustin Trappenard, Bernard Lehut ou Frédéric Beigbeder : c'est un petit peu acide et ça m'a bien plu.

    Foenkinos, malgré l'apparente légèreté de son récit, aborde la question de la célébrité, du besoin de reconnaissance, des difficultés d'écrire (et de la nécessité de la déprime pour être un écrivain créatif ?), de la pérennité des œuvres littéraires, ose des clins d'oeil à Charlotte ou au roman de Brautigan, L'avortement (l'idée d'un fonds de livres refusés est la sienne, et The Brautigan Library existe toujours).

    Certes le style de Foenkinos m'a semblé parfois un peu pauvre, la narration manquant souvent d'un peu de consistance, notamment en ce qui concerne les dialogues. Je n'ai pas vu l'intérêt de la scène de sexe (un paragraphe qui n'apporte rien à l'histoire, l'évocation sensuelle aurait suffi) et j'ai très vite deviné le nœud de l'intrigue de ce faux-polar littéraire...Mais j'ai passé un bon moment !