David Chauvel

David Chauvel
Né en 1969 à Rennes, David Chauvel est devenu en quelques années l'un des meilleurs scénaristes de la BD contemporaine. Prolifique, exigeant et imaginatif, il commence sa carrière avec la série Black Mary chez Glénat, dessinée par Fagès. Depuis, il a entre autres signé chez Delcourt : Rails et Le... Voir plus
Né en 1969 à Rennes, David Chauvel est devenu en quelques années l'un des meilleurs scénaristes de la BD contemporaine. Prolifique, exigeant et imaginatif, il commence sa carrière avec la série Black Mary chez Glénat, dessinée par Fagès. Depuis, il a entre autres signé chez Delcourt : Rails et Le Poisson-clown avec Simon, Les Enragés et Ce qui est à nous avec Le Saëc, Nuit Noire et Arthur avec Lereculey, Ring Circus avec Pedrosa, Le Sabre et l'Épée avec Boivin, Octave avec Alfred... Il a aussi réalisé, pour le même éditeur, de magnifiques adaptations de grands textes de littérature, comme L'Île au Trésor avec Simon ou Le Magicien d'Oz avec Enrique Fernandez.

Avis (7)

  • add_box
    Couverture du livre « Sept pistoleros ; septs légendes de l'Ouest face à leur destin » de David Chauvel et Bastien Ayala et Antonio Sarchione aux éditions Delcourt

    Gérald LO sur Sept pistoleros ; septs légendes de l'Ouest face à leur destin de David Chauvel - Bastien Ayala - Antonio Sarchione

    Fin du XIXème siècle, aux Etats-Unis, un groupe de financiers, entrepreneurs puissants veut s’étendre sur le territoire américain, implanter le monde moderne dans les coins les plus reculés, là où s’opposent encore des cow-boys, des hors-la-loi. Pour cela, il font appel à une jeune journaliste...
    Voir plus

    Fin du XIXème siècle, aux Etats-Unis, un groupe de financiers, entrepreneurs puissants veut s’étendre sur le territoire américain, implanter le monde moderne dans les coins les plus reculés, là où s’opposent encore des cow-boys, des hors-la-loi. Pour cela, il font appel à une jeune journaliste qui propose une idée ingénieuse.
    Le récit est entraînant, bien construit, et passionnant. Alliant action et complot, trahison et rebondissements, l’histoire est haletante. L’univers des western face à l’arrivée de la modernité ne peut rien faire, c’est cruel, mais c’est surtout la fin d’un mode de vie, d’une civilisation.
    Le graphisme est bien réalisé, avec des personnages aux traits tirés, fouetté par les sables des déserts. Beau et simple.
    Une bande dessinée intéressante et plus que passionnante. Un vrai road movie où sept pistoleros subissent les vagues de la violence, de l’appât du gain, tenues d’une main de maître, une lame de fond invincible, la modernité.

  • add_box
    Couverture du livre « Daho, l'homme qui chante » de David Chauvel et Alfred aux éditions Delcourt

    Dominique Sudre sur Daho, l'homme qui chante de David Chauvel - Alfred

    « L’homme qui chante », c’est Daho, Etienne de son prénom. Nous allons le suivre pendant les trois ans indispensables à la création de son dernier album « Les chansons de l’innocence retrouvée »
    A Londres tout d’abord, où va être réalisée une grande partie de son disque , puis en tournée.
    Tout...
    Voir plus

    « L’homme qui chante », c’est Daho, Etienne de son prénom. Nous allons le suivre pendant les trois ans indispensables à la création de son dernier album « Les chansons de l’innocence retrouvée »
    A Londres tout d’abord, où va être réalisée une grande partie de son disque , puis en tournée.
    Tout au long, le récit graphique alterne entre deux visions, celle de Daho, puis à tour de rôle, de tous ceux qui autour de lui sont indispensable à la création, à la réalisation du disque : musiciens compositeurs, musicien bassiste, coproducteur, directeur artistique, ingénieur du son, responsable image, responsable de projet, photographe, manager, réalisateur, régisseur général sur la tournée, tout un microcosme que l’on n’imagine pas mais qui permet l’aboutissement de l’œuvre de l’artiste.
    Le récit est découpé en chapitres qui rythment à eux seuls ces étapes créatives : l’écriture, l’enregistrement, Londres, l’album, le truc (là, je ne vous dis rien, allez voir !), la promo, la tournée.
    Enfin, quelques doubles pages avec simplement les paroles des chansons, dans un décor graphique intéressant et sobre, qui reprend les tonalités de tout l’album : rouge, bleu, noir, gris.
    Une fois refermée la dernière page, le lecteur a voyagé dans les coulisses de la réalisation d’un disque. Et comprends les interrogations et questionnements de l’artiste. Maintenant, il n’y a plus qu’à écouter l’album !

  • add_box
    Couverture du livre « LA MANO NERA » de David Chauvel et Erwan Le Saec aux éditions Delcourt

    André Utrago sur LA MANO NERA de David Chauvel - Erwan Le Saec

    Un sujet qui m'intéresse particulièrement et pourtant c'est une déception. Beaucoup de narration et quasiment pas de dialogue dans cette BD. Du coup c'est lourd à lire. Dommage.

    Un sujet qui m'intéresse particulièrement et pourtant c'est une déception. Beaucoup de narration et quasiment pas de dialogue dans cette BD. Du coup c'est lourd à lire. Dommage.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !