David Carkeet

David Carkeet
Né en Californie du Nord, David Carkeet est diplômé de Berkeley et a longtemps animé des ateliers d'écriture à l'université. Il est l'auteur de six romans et de recueils de nouvelles.

Articles (2)

  • Interview de David Carkeet
    Interview de David Carkeet

    Qui se cache derrière Jeremy Cook ? Entretien avec David Carkeet, un Américain au goût anglais expert dans l’art de l’humour absurde.

  • Le Linguiste était presque parfait de David Carkeet
    Le Linguiste était presque parfait de David Carkeet

    Jusqu’à présent sa vie se bornait à décrypter les «m’boui» du fils de son collègue de travail favori ainsi que les balbutiements d’enfants. Cook, le héros du Linguiste était presque parfait, de David Carkeet (Monsieur Toussaint Louverture), est en effet linguiste dans un établissement curieux, un centre de recherche sur le langage implanté dans une garderie du Sud de l’Indiana.

Avis (8)

  • Couverture du livre « Le linguiste etait presque parfait » de David Carkeet aux éditions Points

    Aurélien sur Le linguiste etait presque parfait de David Carkeet

    Une enquête policière qui ne manque pas de nous faire sourire voir rire avec certaines situations proches de l'absurde et des personnages un peu spéciaux.

    C'est d'ailleurs sans doute la force de ce livre, ces personnages un peu dérangés et avec des personnalités diamétralement opposées qui...
    Voir plus

    Une enquête policière qui ne manque pas de nous faire sourire voir rire avec certaines situations proches de l'absurde et des personnages un peu spéciaux.

    C'est d'ailleurs sans doute la force de ce livre, ces personnages un peu dérangés et avec des personnalités diamétralement opposées qui travaillent ensemble dans un institut peu banal. Institut dont la routine va être troublée par la mort d'un des leurs.

    Un livre agréable à lire.

  • Couverture du livre « Une putain de catastrophe » de David Carkeet aux éditions Monsieur Toussaint Louverture

    Danièle Lecuppre sur Une putain de catastrophe de David Carkeet

    Il est possible de qualifier le mariage de différents adjectifs, ici , en tous cas , c'est clair et c'est une putain de catastrophe.
    Je n'ai pas lu du même auteur , l'histoire du linguiste presque parfait, mais ici on retrouve ce jeune homme Jeremy Cook, il a perdu son travail et répond à la ...
    Voir plus

    Il est possible de qualifier le mariage de différents adjectifs, ici , en tous cas , c'est clair et c'est une putain de catastrophe.
    Je n'ai pas lu du même auteur , l'histoire du linguiste presque parfait, mais ici on retrouve ce jeune homme Jeremy Cook, il a perdu son travail et répond à la petite annonce d'une agence menée par un certain Pillow.
    Et là , l'auteur déroule une histoire acadabrantesque à première vue...
    L'agence Pillow se révèle vouloir aider les couples en difficulté et ce par la compréhension de leur langage. Jeremy s'installe donc au sein d'une famille, un couple et un enfant, et s'attelle à comprendre son fonctionnement. Il est bon de signaler que le dit Jeremy a d'énormes difficultés lui-même dans sa vie privée, et que le départ de sa dernière petite amie l'a perturbé. Autant dire que le lecteur navigue pendant la lecture de ces 400p serrées entre loufoquerie, comédie de mœurs, sourires, et parfois hochements de tête dubitatifs.
    Et, le livre refermé, les bizarreries de Mr Pillow digérées, les réactions touchantes parfois des acteurs de cette comédie grinçante assimilées , je pense que n'importe quel lecteur ou lectrice vivant cette union ne peut que réfléchir plus ou moins certes sur les bienfaits ou méfaits de cette institution.
    Il m'est arrivé de penser que la fin de la lecture était bien lointaine, mais en fait, je n'ai même pas lu une page en diagonale tant les répliques ou situations sont savoureuses.

  • Couverture du livre « Des erreurs ont été commises » de David Carkeet aux éditions Monsieur Toussaint Louverture

    Pen Parrau sur Des erreurs ont été commises de David Carkeet

    C’est toujours un grand plaisir de retrouver les aventures de Jeremy Cook.
    Cette fois, le voilà en prise avec la vie de couple et le chômage.
    Notre anti-héros n’a rien perdu de sa superbe, son acuité à observer le monde reste égale à son désir de ne pas en être.
    L’humour très anglais de...
    Voir plus

    C’est toujours un grand plaisir de retrouver les aventures de Jeremy Cook.
    Cette fois, le voilà en prise avec la vie de couple et le chômage.
    Notre anti-héros n’a rien perdu de sa superbe, son acuité à observer le monde reste égale à son désir de ne pas en être.
    L’humour très anglais de David Carkeet fait toujours mouche chez moi et j’aime à tourner les pages , le sourire aux lèvres et les yeux pétillants de plaisir.

  • Couverture du livre « Le linguiste etait presque parfait » de David Carkeet aux éditions Points

    Amandine Cirez sur Le linguiste etait presque parfait de David Carkeet

    Publié aux Etats-Unis en 1980, Le linguiste était presque parfait arrive en France trente-trois ans plus tard, pour le plus grand plaisir des fans de polars et de fantaisie. Un roman truculent ! Considéré aux USA comme un livre totem auprès des lecteurs, il mérite assurément le même succès en...
    Voir plus

    Publié aux Etats-Unis en 1980, Le linguiste était presque parfait arrive en France trente-trois ans plus tard, pour le plus grand plaisir des fans de polars et de fantaisie. Un roman truculent ! Considéré aux USA comme un livre totem auprès des lecteurs, il mérite assurément le même succès en France.

    Arrêtons-nous tout d’abord sur la définition de linguiste (et bien oui c’est important). Un linguiste est un scientifique qui étudie le langage et les langues, jusque là c’est plutôt logique mais la linguistique se distingue de l’étude grammaticale. Elle a pour objet l’étude des aspects phonologiques, syntaxiques, lexicaux et sémantiques et se fondent uniquement sur l’observation des faits.
    J’espère ne pas vous avoir perdu avec cette explication mais avant d’aller plus loin il fallait planter le décor.

    Nous entrons donc dans cet univers intrigant et passionnant en faisant la connaissance de 7 linguistes dont un linguiste principal nommé Jérémy Cook. Tous travaillent à l’institut Wabash sous la houlette de Wach, un type plutôt détestable. Ils ont pour mission d’étudier le langage des bébés et des enfants.

    Mais voilà, tout ne va pas se dérouler comme prévu et l’un de leur camarade, Arthur Stiph va être retrouvé mort, crâne scalpé, dans le bureau de Cook. Problème : Cook se trouvait dans le bâtiment de Wabash le soir du meurtre. La raison : il travaillait tard car la journée il était occupé à répondre aux questions d’un journaliste. Journaliste qui va à son tour disparaître pour être retrouvé mort à coup de machine à écrire quelques jours plus tard dans la rivière située à côté de l’institut.
    Cook devient le coupable idéal, ainsi afin de lever tout soupçon, il va mener l’enquête en parallèle de celle du commissaire Leaf - le stéréotype du flic bourru, qui ne fait pas dans la dentelle - pour élucider ces meurtres. Et quelle meilleure façon de mener l’enquête lorsque l’on est linguiste qu’en analysant chacun des idiomes utilisés et tous les signes non verbaux des six autres linguistes mais également des enfants. Tout est indice potentiel pour tenter de faire la lumière sur cette tragédie qui entache la réputation de l’institut.
    Et comme si Cook n’avait pas passé une journée assez pourrie, il entend au détour d’un passage dans le couloir, que Paula, la jolie jeune plante fraîchement arrivée et qui ne le connaît donc pas, le qualifie de « trou-du-cul », qui a donc bien pu lui mettre cette idée en tête ? Cook, très attaché aux regards portés sur lui, va se lancer dans une double enquête.

    C’est un audacieux pari que l’auteur prend car Le linguiste était presque parfait est clairement le genre de roman que l’on peut adorer ou détester tant l’univers dans lequel le lecteur évolue est atypique.
    Pour ma part, il fait partie de la catégorie « j’adore ! ».

    Toute la réussite de ce roman ne réside pas tant dans la résolution de cette/ces enquête(s) tirée(s) par les cheveux mais bien dans l’importance et l’analyse du langage. A travers ces sept hommes aux personnalités bien distinctes, l’auteur met le doigt sur l’usage qu’ils en font, entre contradictions, antipathie ou encore hypocrisie, David Carkeet nous dépeint le triste mais non moins drôlissime (surtout pour des linguistes) monde des adultes, bien loin des babillements innocents (ou pas…) des enfants. Pertinent, il détaille avec finesse la complexité des relations humaines notamment dans le monde du travail, avec ses jalousies, ses rêves de gloire, ses mesquineries … on se reconnaîtra (ou on reconnaîtra des collègues) forcément dans l’une ou l’autre des personnalités mise en scène.
    Bien sûr les personnages sont caricaturaux, même le pauvre Arthur Stiph ne déroge pas à la règle, mais ils sont si hauts en couleurs et déjantés qu’on ne peut que s’y attacher. J’y ai parfois retrouvé des aspects de Grand Budapest Hotel de Wes Anderson.
    Enfin, les jeux de mots franchement réussis nous décrochent un sourire si ce n’est un franc rire tout au long de cette lecture (soulignons l’excellent travail du traducteur Nicolas Richard). Mais Carkeet ne fait pas dans l’excès, tout est parfaitement dosé et intégré intelligemment. Le linguiste était presque parfait est aussi psychédélique que burlesque et vivifiant, assurément on se régale.

    Lien : http://livresselitteraire.blogspot.fr/2017/03/le-linguiste-etait-presque-parfait-david-carkeet.html

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com