Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Danielle Thiery

Danielle Thiery

Danielle Thiéry, née le 15 octobre 1947 à Viévigne en Côte-d'Or, commissaire divisionnaire honoraire et l'une des premières femmes de l’histoire de la police française à accéder à ce grade, est aujourd'hui écrivain.

Voir plus

Danielle Thiéry, née le 15 octobre 1947 à Viévigne en Côte-d'Or, commissaire divisionnaire honoraire et l'une des premières femmes de l’histoire de la police française à accéder à ce grade, est aujourd'hui écrivain.

Articles en lien avec Danielle Thiery (5)

Avis sur cet auteur (45)

  • add_box
    Couverture du livre « Cannibale » de Danielle Thiery aux éditions Syros

    LALIE.01 sur Cannibale de Danielle Thiery

    Super ! Une écrivaine de romans policiers et qui a été l'une des premières femmes de la police française à avoir accédé au grade de commissionnaire divisionnaire ? J'adore. Il s'agit de Danielle Thiéry et le livre que j'ai choisi est « Cannibale » (éditions SYROS). Elle avait débuté avec «...
    Voir plus

    Super ! Une écrivaine de romans policiers et qui a été l'une des premières femmes de la police française à avoir accédé au grade de commissionnaire divisionnaire ? J'adore. Il s'agit de Danielle Thiéry et le livre que j'ai choisi est « Cannibale » (éditions SYROS). Elle avait débuté avec « Mauvaise graine ». Depuis, ses ouvrages sont nombreux et certains ont reçu des prix.

    « Un thriller implacable avec un duo père-fille mémorable. » Je confirme.

    Pour finir l'année scolaire en beauté, avec une fête de la musique, après une épreuve de course d'orientation, sans aucun objet connecté (portables), c'est raté. En effet, deux jeunes gens ne sont pas revenus et l'angoisse commence à gagner les autres. Parmi eux, la jolie Olympe, dont le père Antony Marin, va être sur l'enquête pour rechercher les disparus.
    Ces manquants à l'appel sont Roxane Flamand et Rafaël Cottin.

    L'ouvrage débute avec : « C'est moi, Roxane…
    Je suis une fille comme les autres mais personne ne m'aime.
    Personne, sauf toi.
    Je suis à toi. Tu es à moi. Nous sommes les deux moitiés d'un fruit et le produit d'un amour sans bornes. (…)
    Personne d'autre que moi ne l'aimera comme nous.
    Je le jure.
    Sur la tête de ma mère morte. »

    Et dire que cela a été prononcé par une adolescente, des paroles qui n'augurent rien de bon sur le personnage, ce que l'on verra par la suite.
    Roxane refait surface, dépenaillée, blessée, traumatisée et hospitalisée pour recevoir des soins. Quant à Rafaël, pas de nouvelles.

    Pendant les recherches, on apprend la fusion que formaient les deux adolescents disparus, des inséparables, mais apparemment, Rafaël était plutôt sous l'emprise de Roxane. On ne leur connaissait qu'une amitié indéfectible mais pas de liaison amoureuse. Pendant l'hospitalisation de Roxane qui semble shootée aux remèdes, en fait, elle est lucide et a des pensées inquiétantes : « J'aurais voulu avoir des canines de vampire pour les poser sur ton cou et t'aspirer. Pas seulement ton sang, mais tes muscles, tes os… Toi tout entier. » ou « Je suis de mon codeur le vampire,
    Un de ces grands abandonnés
    Au rire éternel condamnés,
    Et qui ne peuvent plus sourire ! » (...)
    « J'ai envie de hurler. Je dois me contenter de chuchoter.
    Mort. Mort. Mort. (…)
    Ca suffit.
    La sonnette.
    Barre-toi, connard. »

    Le thème de « Cannibale » est bien choisi car on découvre que Roxane souffre d'un syndrome narcissique, le »cannibalisme, au sens métaphorique » et qu'elle était suivie par une psychiatre Louise Lavil.

    Si on devine dès le début le rôle de Roxane, si on ne doute pas de sa culpabilité (mais on ne sait pas de quelle façon), on découvre au fil de la lecture des événements terribles dont elle aurait été l'instigatrice, déjà toute petite !… et le lecteur s'étonne du manque d'attention de son père.
    Par contre, Olympe est un personnage intéressant, rebelle, amoureuse de Rafaël pour qui elle est très inquiète et elle va faire équipe avec son père pour les recherches après avoir enterré la hache de guerre avec lui, car il adore sa fille à qui, avec son métier, il n'avait pas assez de temps à lui consacrer. Mais quand Olympe lui dévoile la vérité, il se montre compréhensif.

    Dans ce récit, entrecoupé des « délires » de Roxane, de ses réflexions macabres, de ses actes on ne peu plus fous, Danielle Thiéry nous entraîne dans une intrigue fort bien faite avec sa plume rapide. C'est un ouvrage dont j'ai tourné les pages avec du mal à m'arrêter afin de connaître l'issue et ahurie par la terrible force machiavélique de Roxane : elle va très loin, trop loin. le capitaine Marin, aidé par d'autres enquêteurs ainsi que par sa fille, se retrouve à tenter de démêler tout un écheveau de mensonges – de violence – d'amour qui engendre bien de la jalousie - de la haine (que l'on retrouve avec Baudelaire parfois avec « Les Fleurs du Mal » : »Je te frapperai sans colère et sans haine, comme un boucher…) (extrait de «L'Héautonimorounéos".)

  • add_box
    Couverture du livre « Cannibale » de Danielle Thiery aux éditions Syros

    régine berlinski sur Cannibale de Danielle Thiery

    Oups,! Je reste sur ma faim.. Le titre promettait une intrigue intéressante, l'auteure rare femme de la police française à avoir été commissaire divisionnaire avait matière à écrire dans ce domaine ! Cependant je n'ai pas vraiment été captée par le fil de l'histoire...Beaucoup de clichés,...
    Voir plus

    Oups,! Je reste sur ma faim.. Le titre promettait une intrigue intéressante, l'auteure rare femme de la police française à avoir été commissaire divisionnaire avait matière à écrire dans ce domaine ! Cependant je n'ai pas vraiment été captée par le fil de l'histoire...Beaucoup de clichés, beaucoup de descriptions qui nuisent à maintenir un bon suspens...La guérison rapide du flic ,l'apparition inattendue en classe de Roxane recherchée par la police mais aussitôt disparue de l'établissement...Tout me cela semble un peu décousu pas accrocheur. La fin m'a laissée perplexe en attente d'une explication quant au sort du jeune disparu dont au final on ne sait pas ce qu'il lui est arrivé. Dois-je imaginer un second tome pour avoir la réponse ?

  • add_box
    Couverture du livre « Le sang du bourreau » de Danielle Thiery aux éditions Editions Du Masque

    CATHIE LOUVET sur Le sang du bourreau de Danielle Thiery

    Le Sang du Bourreau, second opus de la série consacrée aux enquêtes de la commissaire Edwige Marion, a été publié en 1996 par les éditions Jean-Claude Lattès, puis réédité par les éditions du Masque  dans la collection Poche en 2013, puis en version poche par les éditions J'ai Lu en 2018. Le...
    Voir plus

    Le Sang du Bourreau, second opus de la série consacrée aux enquêtes de la commissaire Edwige Marion, a été publié en 1996 par les éditions Jean-Claude Lattès, puis réédité par les éditions du Masque  dans la collection Poche en 2013, puis en version poche par les éditions J'ai Lu en 2018. Le style est brut de décoffrage, sans fioritures. Les mots sont débités comme les balles sortant d'un pistolet mitrailleur: "Le spécialiste de scène de crime marmonna une réflexion peu amicale et retourna à ses tamponnages, à la recherche de poils, de traces, de résidus organiques ou minéraux tandis que son collègue s'attelait au relevé des quelques empreintes susceptibles de présenter un intérêt pour l'enquête." (Page 26).
    Les chapitres alternent selon deux points de vue: celui des enquêteurs et celui du tueur en série ouvrant une toute petite fenêtre sur son univers, assez pour comprendre comment il fonctionne, mais trop peu pour pouvoir l'identifier.

    Le corps de Nicole Privat, atrocement mutilé, attachée à son lit, est retrouvé plusieurs jours après sa disparition. Seuls indices pour la commissaire Edwige Marion: un long cheveu blond, un embout de talon aiguille fiché dans le parquet près du pied de lit. Mais les medias, accaparés par la série de règlements de compte et d'accidents de toutes sortes dus aux intempéries, ne relayent que très peu l'information et s'en désintéressent rapidement, ce qui ne convient guère au tueur.
    Qu'à cela ne tienne! Il ne lui reste plus qu'à sélectionner une autre victime parmi sa liste et à se remettre au travail. Se succèdent alors d'autres crimes identiques à celui de la malheureuse femme. Qui a commis ces atrocités? Et pourquoi? S'agit-il d'un sadique pervers? D'un monstre se faisant passer pour un homme quelconque? Quelqu'un que la commissaire connaît?
    Le Sang du Bourreau est un polar efficace, abattant ses cartes au fil d'une intrigue bien construite que vous lirez l'espace d'un après-midi pluvieux ou d'une fraîche soirée automnale, bien emmitouflé dans un plaid confortable...avec l'évidente envie de vous plonger dans l'enquête suivante.

  • add_box
    Couverture du livre « Cannibale » de Danielle Thiery aux éditions Syros

    Dominique Sudre sur Cannibale de Danielle Thiery

    C’est la nuit de la fête de la musique, le moment parfait pour fêter la fin d’une année scolaire bien remplie. Un groupe d’élèves du lycée Victor-Hugo a choisi de célébrer le début de l’été par une course d’orientation en forêt, et cela devra se faire sans portable. C’est Roxane, l’une d’entre...
    Voir plus

    C’est la nuit de la fête de la musique, le moment parfait pour fêter la fin d’une année scolaire bien remplie. Un groupe d’élèves du lycée Victor-Hugo a choisi de célébrer le début de l’été par une course d’orientation en forêt, et cela devra se faire sans portable. C’est Roxane, l’une d’entre eux, qui a eu cette idée. Une idée reprise par tous et sponsorisée par le prof de gym. Mais quand arrive la fin de la course, tous les binômes sont rentrés sauf celui de Roxane et Rafaël.

    Cette même nuit, deux adolescent évitent de justesse un accident et découvrent une jeune fille blessée et désorientée errant sur la route. Rapidement, le lien est fait entre cette jeune fille amnésique et mutique et Roxane, celle qui a disparu. Mais le capitaine Marin doit retrouver Rafaël et comprendre ce qui est arrivé aux deux jeunes gens.

    Marin est nouveau dans la région. Il arrive du 93 et l’on se demande pourquoi il est venu se perdre dans ce coin paumé. Il porte un lourd et sombre bagage dont il n’a vraiment pas envie de parler. Sa fille Olympe connaît bien Roxanne, et refuse de voir en elle une victime. Pourtant, comme sa relation avec son père est plutôt chaotique, loin de l’aider dans son enquête elle va quasiment lui mettre de bâtons dans les roues.
    Démêler les fils de cette affaire est bien compliqué. Bizarrement, le père de Roxane n’est pas très inquiet pour sa fille qui se révèle être une enfant secrète, manipulatrice et violente. Olympe n’a aucune confiance en cette fille qui, selon elle, joue un jeu pervers. Marin ne sait pas à quel saint se vouer, mais fort heureusement il est épaulé par son équipe pour tenter de démêler le vrai du faux..

    Rapidement, le lecteur comprend qui est coupable. Tout l’enjeu va alors être de savoir jusqu’où et comment il ou elle compte s’y prendre, et qui pourra l’arrêter.

    Ma chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2020/12/25/cannibale-danielle-thiery/