Craig Mcdonald

Craig Mcdonald

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (1)

  • Couverture du livre « La tête de Pancho Villa » de Craig Mcdonald aux éditions 10/18

    Christophe Dupuis de ENTRE-DEUX-NOIRS sur La tête de Pancho Villa de Craig Mcdonald

    Mexique, 1957, «terre d'espoir et de rêves».
    Hector Mason Lassiter, ancien militaire, auteur de polars violents et sulfureux, grand consommateur de femmes, d'alcool, de lieux louches, prompt à la bagarre... bref un sacré spécimen, est assis dans une cantina mexicaine où Bill Wade, un de ses...
    Voir plus

    Mexique, 1957, «terre d'espoir et de rêves».
    Hector Mason Lassiter, ancien militaire, auteur de polars violents et sulfureux, grand consommateur de femmes, d'alcool, de lieux louches, prompt à la bagarre... bref un sacré spécimen, est assis dans une cantina mexicaine où Bill Wade, un de ses amis persona non grata aux États-Unis, lui propose de ramener la tête de Pancho Villa pour la vendre - 80 000 $ - à une société secrète de Yale. L'affaire est dangereuse, tout le monde... étudiants d'autres société secrètes, républicains texans, banditos armés de pistolets -mitrailleurs ou quelque vieux fantôme mexicain surnommé «le Boucher» - la veut. Hector n'a pas le temps de réfléchir, la cantina est prise d'assaut par 4 federales mexicains, s'en suit une belle fusillade, Wade meurt, tout comme les federales.
    «Putain ! Je m'inventai un nouvel aphorisme : Quand tu tues un federal, tu sais que t'es vraiment compromis». Hector va monter dans sa Chevrolet Bel Air 1957 et, aidé par Bud Fiske, un jeune poète journaliste chargé de faire un papier sur lui - va filer direction les States pour vendre cette tête mythique.
    Voici un premier roman qui ne manque ni de mordant, ni de rebondissements. Basé sur des faits réels dont il s'explique en fin de livre, Craig McDonald nous livre un texte aux personnages hauts en couleurs, qui tutoient les stars (on en croise un certain nombre) le tout sur un rythme endiablé. Hector Mason Lassiter est un sacré personnage comme savent en porter la mythologie américaine, mais Craig McDonald ne délaisse pas pour autant les autres qui sont tout aussi bien construits. Le livre fait 300 pages, les 250 premières auraient suffi, c'est le seul reproche à faire à cette belle entrée en matière dans le monde du polar.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com