Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Colum Mccann

Colum Mccann
Né à Dublin en 1965, Colum McCann est l'auteur de plusieurs romans - dont Le Chant du coyote, Les Saisons de la nuit, Danseur et Zoli - et de deux recueils de nouvelles, La Rivière de l'exil et Ailleurs, en ce pays. Son nouveau roman, Et que le vaste monde poursuive sa course folle, paru aux Édit... Voir plus
Né à Dublin en 1965, Colum McCann est l'auteur de plusieurs romans - dont Le Chant du coyote, Les Saisons de la nuit, Danseur et Zoli - et de deux recueils de nouvelles, La Rivière de l'exil et Ailleurs, en ce pays. Son nouveau roman, Et que le vaste monde poursuive sa course folle, paru aux Éditions Belfond en 2009, a remporté le National Book Award. Transatlantic, son nouveau roman, paraît aux éditions Belfont. Colum McCann vit aujourd'hui à New York.

Articles en lien avec Colum Mccann (2)

Avis sur cet auteur (53)

  • add_box
    Couverture du livre « Zoli » de Colum Mccann aux éditions 10/18

    laurence bandelier sur Zoli de Colum Mccann

    C’est l’histoire d’un voyage. Un voyage tant physique qu’intellectuel. Un chemin long, difficile, parsemé d’embûches et de rencontres, de chances et de déconvenues.
    C’est une quête vers elle-même qu’entreprend Zoli, tout au long de sa vie.
    Ecartelée entre ses traditions, ses coutumes, son mode...
    Voir plus

    C’est l’histoire d’un voyage. Un voyage tant physique qu’intellectuel. Un chemin long, difficile, parsemé d’embûches et de rencontres, de chances et de déconvenues.
    C’est une quête vers elle-même qu’entreprend Zoli, tout au long de sa vie.
    Ecartelée entre ses traditions, ses coutumes, son mode de vie et le désir de les exprimer, de les expliquer.
    C’est un heurt face à l’incompréhension et à l’incompatibilité d’idées et d’opinions.
    Une initiation à la vie, au combat qu’est la vie, pour aboutir finalement à la paix intérieure, à la victoire sur les démons qui peuvent nous hanter des années.

    L’écriture ne va cependant pas de soi, des passages sont confus, moins fluides que d’autres.
    Une inégalité qui pèse beaucoup sur un roman qui est, malgré tout très beau.

  • add_box
    Couverture du livre « Ailleurs, en ce pays » de Colum Mccann aux éditions 10/18

    Corinne GANTOIS sur Ailleurs, en ce pays de Colum Mccann

    La vie quotidienne Irlandaise vue par 3 enfants, dans la misère, qui observent leurs parents affronter courageusement la vie, l'absence et la mort ... Le tout avec en fond la guerre Irlande / Angleterre, l'IRA.

    C'est le premier livre que je lis de C. Mc Cann. Ce côté Irlande profonde on en...
    Voir plus

    La vie quotidienne Irlandaise vue par 3 enfants, dans la misère, qui observent leurs parents affronter courageusement la vie, l'absence et la mort ... Le tout avec en fond la guerre Irlande / Angleterre, l'IRA.

    C'est le premier livre que je lis de C. Mc Cann. Ce côté Irlande profonde on en parle peu, pourtant c'est bien le quotidien de milliers de gens.

  • add_box
    Couverture du livre « Treize façons de voir » de Colum Mccann aux éditions Belfond

    Caroline Candille sur Treize façons de voir de Colum Mccann

    Colum McCann revient avec un nouveau livre qui en fait est un recueil de nouvelles dont une très courte et un mini roman. J’aime beaucoup cet auteur pour ses histoires, son style, sa poésie.
    Il était en train d’écrire son mini roman quand il a été victime d’une agression à New York, un épisode...
    Voir plus

    Colum McCann revient avec un nouveau livre qui en fait est un recueil de nouvelles dont une très courte et un mini roman. J’aime beaucoup cet auteur pour ses histoires, son style, sa poésie.
    Il était en train d’écrire son mini roman quand il a été victime d’une agression à New York, un épisode qui a bien sûr influencé la suite son écriture puisque toutes les histoires traitent de la violence sous ses différents aspects. Elle peut être physique, morale, psychologique ou encore verbale.
    Mais malheureusement, me concernant, et vraiment j’insiste sur ce point, je n’ai pas été touchée. Le petit roman aurait gagné à être plus court, plus concis, à aller davantage à l’essence de l’histoire et de son dénouement, au profit de la dernière nouvelle, vraiment trop courte et peu narrative à mon goût.
    La nouvelle avec la religieuse est celle qui m’a le plus « accrochée » mais le sujet et le traitement laissent un sentiment de déjà vu ou lu.
    Alors, à vous de découvrir ces Treize façons de voir et de donner votre sentiment !!

  • add_box
    Couverture du livre « Transatlantic » de Colum Mccann aux éditions Belfond

    Emmanuelle matoussowsky sur Transatlantic de Colum Mccann

    Cet ambitieux roman s'attache à nouer les fils qui tissent les relations transatlantiques entre l'Irlande et les Etats-Unis du 19e siècle à nos jours au travers de quelques évènements historiques : la visite à Dublin en 1845 de Frederick Douglass, esclave en fuite venu témoigner à Dublin de...
    Voir plus

    Cet ambitieux roman s'attache à nouer les fils qui tissent les relations transatlantiques entre l'Irlande et les Etats-Unis du 19e siècle à nos jours au travers de quelques évènements historiques : la visite à Dublin en 1845 de Frederick Douglass, esclave en fuite venu témoigner à Dublin de l'horreur de l'esclavage, le premier vol transatlantique sans escale en 1919, de Terre-Neuve au Connemara, les négociations menées à bien en 1998 par George Mitchell, sénateur américain, pour le processus de paix en Ulster…
    Au sein de la Grande Histoire, la petite histoire raconte la saga familiale féminine de Lily Dugan, fuyant l'Irlande misérable et la famine en 1845 pour tenter sa chance au Nouveau Monde.
    J'ai été un peu rebutée par la construction inattendue de ce roman qui prend le parti de dresser un tableau avec quelques évènement historiques n'ayant aucun rapport entre eux et s'étalant sur un siècle et demi, puis, dans une 2e partie, de passer au roman qui se déroule globalement dans le même laps de temps et qui fait intervenir les personnages historiques dans la fiction.
    Forcément, lorsqu'on condense 150 ans dans 350 pages, les personnages restent assez superficiels et peinent à toucher le lecteur ; parallèlement j'ai eu un peu de mal à saisir le fil conducteur entre tous ces évènements mais j'ai été scotchée par le descriptif des pourparlers de paix menés à bien par George Mitchell : on y sent la force d'un grand écrivain et l'authentique souffrance d'un peuple en guerre.
    Pour le reste, j'ai bien aimé les premiers pas de Lily Dugan sur le sol américain et la description pour le moins insolite des « fermes de glace » ! mais l'ensemble m'a semblé manquer de liant pour en faire un roman vraiment passionnant… dommage !