Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Colum Mccann

Colum Mccann
Né à Dublin en 1965, Colum McCann est l'auteur de plusieurs romans - dont Le Chant du coyote, Les Saisons de la nuit, Danseur et Zoli - et de deux recueils de nouvelles, La Rivière de l'exil et Ailleurs, en ce pays. Son nouveau roman, Et que le vaste monde poursuive sa course folle, paru aux Édit... Voir plus
Né à Dublin en 1965, Colum McCann est l'auteur de plusieurs romans - dont Le Chant du coyote, Les Saisons de la nuit, Danseur et Zoli - et de deux recueils de nouvelles, La Rivière de l'exil et Ailleurs, en ce pays. Son nouveau roman, Et que le vaste monde poursuive sa course folle, paru aux Éditions Belfond en 2009, a remporté le National Book Award. Transatlantic, son nouveau roman, paraît aux éditions Belfont. Colum McCann vit aujourd'hui à New York.

Articles en lien avec Colum Mccann (2)

Avis sur cet auteur (53)

  • add_box
    Couverture du livre « Transatlantic » de Colum Mccann aux éditions Belfond

    Max Buvry de VAUX LIVRES sur Transatlantic de Colum Mccann

    Colum McCann est vraiment un écrivain à part. A partir d'une lettre et de son parcours, une lettre anodine, identique à tant d'autres, il dresse les portraits croisés de personnages à travers le siècle entre les États-Unis et l'Irlande («Un si beau pays. Un peu sauvage pour l'homme, quand...
    Voir plus

    Colum McCann est vraiment un écrivain à part. A partir d'une lettre et de son parcours, une lettre anodine, identique à tant d'autres, il dresse les portraits croisés de personnages à travers le siècle entre les États-Unis et l'Irlande («Un si beau pays. Un peu sauvage pour l'homme, quand même.»), leurs histoires, leurs allers-retours mais évidemment aussi l'Histoire. Il tisse sa toile dense, tranquillement, mais avec force et détermination et le lecteur se plait à s'y laisser prendre. 1919, Jack Alcock et Arthur Brown, deux aviateurs ont transformé un bombardier en avion de paix et espèrent relier pour la première fois sans escale l'Amérique et l'Irlande. Au moment de partir, une jeune fille leur confie une lettre à poster à leur arrivée. 1845, Dublin, Frank Douglass, un ancien esclave noir venu d'Amérique, assure des conférences dans le pays et défend la cause des abolitionnistes. Il rencontre un peuple attentif à son discours mais pauvre et affamé. 1998, New York, le sénateur américain G. Mitchell, Irlandais de sang, effectue moult allers-retours entre les deux pays et mène un ultime combat, une ultime négociation pour ramener durablement la paix en Irlande. En outre, une lignée anonyme relie ces trois figures : la modeste et jeune Lily Duggan qui après sa rencontre avec Frank Douglass, prendra en main son destin et décidera d'émigrer aux États-Unis («Nos vies sont des tunnels qui parfois se connectent, laissant entrer le jour à des moments inattendus, puis elles nous replongent dans le noir.»). Une grande et superbe épopée où histoire et destins individuels sont étroitement liés et qui prouvent que notre monde est finalement bien petit.

  • add_box
    Couverture du livre « Transatlantic » de Colum Mccann aux éditions Belfond

    Pascale Pay sur Transatlantic de Colum Mccann

    1919, deux anciens pilotes de guerre traversent l’atlantique de l’Amérique vers l’Irlande, à bord d’un Vickers, avion militaire reconverti. Dans la poche de son blouson, Brown, l’un des pilotes, emporte la lettre d’Emily, journaliste, fille d’une émigrante irlandaise. 2011 Hannah, la...
    Voir plus

    1919, deux anciens pilotes de guerre traversent l’atlantique de l’Amérique vers l’Irlande, à bord d’un Vickers, avion militaire reconverti. Dans la poche de son blouson, Brown, l’un des pilotes, emporte la lettre d’Emily, journaliste, fille d’une émigrante irlandaise. 2011 Hannah, la petite-fille d’Emily, se résout à vendre sa maison au bord d’un lac d’Irlande où sa mère, revenue sur la terre de ses aïeux, s’était installée après son mariage.

    On pourrait dire que la boucle est bouclée, si ce n’est que ce roman est tout sauf une boucle. Loin de nous dresser une fresque historique chronologique, Mc Cann saute allègrement d’avant en arrière dans le temps, entre la fin du 19e siècle et les années 2000, pour nous raconter l’histoire de quatre générations d’Irlandaises d’un côté et de l’autre de l’Atlantique. S’il faut un peu de temps pour s’habituer aux sauts d’époques et pour saisir les liens qui les unissent, ces tranches de vies présentées à la manière des touches de couleur d’une peinture impressionniste finissent par former un tableau d’une subtile beauté.

    Dans ce roman chatoyant, à la fois touchant et plein de vie, Mc Cann nous livre un portrait vivant de l’Irlande et de ses contradictions, loin des clichés du tigre celtique et des paysages grandioses que l’île évoque aujourd’hui. Entre grande famine, domination anglaise et processus de paix difficile marqué par les assassinas et les vengeances sans fin, l’auteur dresse le portrait d’un pays et d’un peuple profondément meurtris. Transatlantic, c’est aussi l’histoire des liens étroits qui unissent l’Irlande et l’Amérique, pays d’accueil de dizaines de milliers d’Irlandais contraints de fuir la misère et la guerre.

    L’écriture séduisante de Mc Cann se fait vive pour nous tenir en halène ou plus lente pour imprimer à son récit le tempo d’une autre époque où l’on voyageait au rythme des chevaux et des navires transatlantiques. Un superbe roman qui joue à saute-mouton dans le temps.

  • add_box
    Couverture du livre « Transatlantic » de Colum Mccann aux éditions Belfond

    Patricia Hily sur Transatlantic de Colum Mccann

    1919: La première traversée de l'Atlantique,deux aviateurs réussissent leur exploit sportif à grand peine, bravant la tempête et la mécanique défaillante. Avant leur départ, une lettre écrite par Emily, journaliste leur est remise. Cette lettre restera dans la famille durant quatre générations....
    Voir plus

    1919: La première traversée de l'Atlantique,deux aviateurs réussissent leur exploit sportif à grand peine, bravant la tempête et la mécanique défaillante. Avant leur départ, une lettre écrite par Emily, journaliste leur est remise. Cette lettre restera dans la famille durant quatre générations. C'est cette saga familiale que l'auteur nous fait vivre, depuis le départ de Lily, alors domestique à Dublin dans les années 1863, pour le Nouveau Monde, choix qui va bouleverser sa vie et celle de ses enfants et petits enfants. Après un début d’existence très difficile, (elle a été infirmière et a soigné les blessés pendant la guerre, retrouvant même un jour son propre fils tué) elle ouvre un commerce et pourra faire scolariser sa fille Emily (celle qui a donné la lettre aux deux aviateurs)
    Tout est écrit dans un va et vient qui ne respecte pas la chronologie, il existe pourtant un fil conducteur qui relie les différentes histoires.Ce livre est long à lire, dans le sens où on perd parfois ce fil conducteur. Le début du livre était prometteur, la suite un peu moins, on retrouve les différentes pièces du puzzle...mais elles ont été très mélangées.Il a vraiment fallu que je m’accroche pour continuer le livre, portant bien écrit mais ennuyeux au possible.

  • add_box
    Couverture du livre « Transatlantic » de Colum Mccann aux éditions Belfond

    Antoine Ydraut sur Transatlantic de Colum Mccann

    Je vais être franc, je ne suis pas allé au bout de ce livre. J’ai lu la moitié et il a fallu que je m’accroche dès la fin du récit sur la traversée de l’atlantique (pas beaucoup de pages). La suite du livre n’est faite que de longues descriptions de l’Irlande, traînants en longueur et...
    Voir plus

    Je vais être franc, je ne suis pas allé au bout de ce livre. J’ai lu la moitié et il a fallu que je m’accroche dès la fin du récit sur la traversée de l’atlantique (pas beaucoup de pages). La suite du livre n’est faite que de longues descriptions de l’Irlande, traînants en longueur et n’aboutissant jamais malgré les pages qui se tournent. L’histoire étant reléguée au second plan il est très difficile de s’y plonger vraiment. Au delà de ces longueurs, le style rend également la lecture longue et laborieuse. D’une manière plus générale ce type d’écriture et de récit ne sont pas ceux que j ‘apprécie.