Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Coline Pierre

Coline Pierre
Coline Pierré est née en 1987. Elle a grandi en Alsace, a vécu à Paris et à Nantes et habite aujourd'hui dans la ville de Trélazé, à côté d'Angers. Elle a publié son premier roman (pour enfants) en 2013. Comme elle aime faire tout un tas de choses différentes, elle écrit des histoires pour les en... Voir plus
Coline Pierré est née en 1987. Elle a grandi en Alsace, a vécu à Paris et à Nantes et habite aujourd'hui dans la ville de Trélazé, à côté d'Angers. Elle a publié son premier roman (pour enfants) en 2013. Comme elle aime faire tout un tas de choses différentes, elle écrit des histoires pour les enfants et pour les adultes, elle crée des lectures musicales ou dessinées avec d'autres artistes, elle dessine des petits livres qu'elle édite elle-même, elle apprend à danser les claquettes, elle chante, elle collectionne les instruments de musique bizarres, elle joue du theremin, du qchord, de la lame sonore, du stylophone, du piano et de la guitare.

Avis sur cet auteur (7)

  • add_box
    Couverture du livre « Le jour où les ogres ont cessé de manger des enfants » de Coline Pierre et Loic Froissart aux éditions Rouergue

    stephanie tranchant sur Le jour où les ogres ont cessé de manger des enfants de Coline Pierre - Loic Froissart

    Très joli clin d’œil à l’homme carnivore, dans cet album aux couleurs vives et aux illustrations toutes en rondeurs. Des dessins qui semblent exempts de minutie et qui étonnement donnent envie d’être détaillés et observés pour en apprécier les quelques détails rigolos, tels que la cartes du...
    Voir plus

    Très joli clin d’œil à l’homme carnivore, dans cet album aux couleurs vives et aux illustrations toutes en rondeurs. Des dessins qui semblent exempts de minutie et qui étonnement donnent envie d’être détaillés et observés pour en apprécier les quelques détails rigolos, tels que la cartes du restaurant proposant un menu Gosses de Tokyo, les marmots en sushi entre deux baguettes, des petites mains d’enfants en apéritif.

    On y découvre que les ogres modernes ressemblent beaucoup aux hommes d’aujourd’hui et que leurs problématiques sont exactement les mêmes. Et si devenir végétarien n’était pas si mauvaise chose ?

    https://libre-r-et-associes-stephanieplaisirdelire.blog4ever.com/coline-pierre-et-loic-froissart-le-jour-ou-les-ogres-ont-cesse-de-manger-des-enfants

  • add_box
    Couverture du livre « La folle rencontre de Flora et Max » de Martin Page et Coline Pierre aux éditions Ecole Des Loisirs

    Julie Legros sur La folle rencontre de Flora et Max de Martin Page - Coline Pierre

    Que dire... deux personnes qu'on imagine que tout oppose, mais qui se ressemble tellement. Un roman épistolaire qui parle du harcèlement, de l'agoraphobie. Ce dernier sujet est vraiment bien traité.

    On s'attache à ces 2 adolescents, on a envie d'en savoir plus une fois le livre terminé. Une...
    Voir plus

    Que dire... deux personnes qu'on imagine que tout oppose, mais qui se ressemble tellement. Un roman épistolaire qui parle du harcèlement, de l'agoraphobie. Ce dernier sujet est vraiment bien traité.

    On s'attache à ces 2 adolescents, on a envie d'en savoir plus une fois le livre terminé. Une très belle découverte. Un gros coup de coeur. A faire lire à tous les enfants en détresses qui souffre de phobie scolaire, sociales... je pense que ça peut aider.

    A lire absolument.

  • add_box
    Couverture du livre « Ma fugue chez moi » de Coline Pierre aux éditions Rouergue

    Réjane MARTEAU sur Ma fugue chez moi de Coline Pierre

    Un livre ado captivant, pas banale cette fugue qui, faute d'audace, se passe dans le grenier de la maison familiale. Très belle description d'une cellule familiale défaillante, d'une très jeune fille avec ses problèmes d'adolescente sans autre issue que de "disparaître". On sourit, on est ému,...
    Voir plus

    Un livre ado captivant, pas banale cette fugue qui, faute d'audace, se passe dans le grenier de la maison familiale. Très belle description d'une cellule familiale défaillante, d'une très jeune fille avec ses problèmes d'adolescente sans autre issue que de "disparaître". On sourit, on est ému, on se réjouit avec la fin positive du roman, c'est une jolie fable, sans doute improbable, mais qui fait du bien. Un joli moment de lecture, roman très court, presque une nouvelle, qu'on déguste en quelques heures.