Clare Mackintosh

Clare Mackintosh

Clare Mackintosh a passé douze ans dans les forces de police, qu’elle a quittées en 2011 pour devenir journaliste indépendante et consultante en médias sociaux avant de se consacrer à l’écriture. Elle a fondé le festival littéraire de Chipping Norton. Son premier roman, Te Laisser partir, a été r...

Voir plus

Clare Mackintosh a passé douze ans dans les forces de police, qu’elle a quittées en 2011 pour devenir journaliste indépendante et consultante en médias sociaux avant de se consacrer à l’écriture. Elle a fondé le festival littéraire de Chipping Norton. Son premier roman, Te Laisser partir, a été récompensé en 2016 par le prix Theakston’s Crime Novel et par le prix « Polar » du Meilleur Roman International du Festival de Cognac en octobre 2016. Une adaptation en série télévisée est en cours. Son second roman, Je te vois, paraîtra en France le 22 mars 2017. Il s’est déjà vendu à plus de 100 000 exemplaires depuis sa sortie en Grande-Bretagne. Les droits ont été cédés dans 26 pays.

Avis (34)

  • Couverture du livre « Te laisser partir » de Clare Mackintosh aux éditions Lgf

    lireencore93420 sur Te laisser partir de Clare Mackintosh

    Fin du thriller #telaisserpartir de #claramackintosh - lu en lecture commune avec le groupe #lappeldelange - Une Jeune femme Anka va chercher son fils de 5 ans à l'école, le petit Jacob court, et une voiture fonce sur lui, il meurt sur le coup - le capitaine Ray Stevens et sa coéquipière Kay,...
    Voir plus

    Fin du thriller #telaisserpartir de #claramackintosh - lu en lecture commune avec le groupe #lappeldelange - Une Jeune femme Anka va chercher son fils de 5 ans à l'école, le petit Jacob court, et une voiture fonce sur lui, il meurt sur le coup - le capitaine Ray Stevens et sa coéquipière Kay, vont faire ce cette enquête, une priorité, allant jusqu'à Ne pas suivre les ordres du Juge. Ils découvriront la vérité et réaliseront que le meurtrier et pas souvent celui qui s'avère évident

    Mon avis : Très bon thriller, du suspens, des rebondissements, de l'amour. J'ai beaucoup aimer La vue du commissaire et son équipe et La meurtrière qui recherche - L'auteur as était assez forte pour me faire apprécier une meurtrière - mais pas apprécier au début de pas avoir était assez clair - Mais du suspens jusqu'au bout - Envie de lire son suivant #jetevois

    Morale de l'histoire : Même si vous êtes dans la pire de la situation l'amour peut toujours vous sauver faut juste continuer à y croire

  • Couverture du livre « Te laisser partir » de Clare Mackintosh aux éditions Lgf

    Cathy13600 sur Te laisser partir de Clare Mackintosh

    Je possédais « Te laisser partir » depuis longtemps mais je ne m'empressais pas de le lire car, pour être honnête, d'autres oeuvres m'attiraient davantage parmi toutes celles qui constituent mon énorme PAL.
    Membre du groupe de lectures partagées « L'Appel de l'ange » sur Instagram, je l'ai...
    Voir plus

    Je possédais « Te laisser partir » depuis longtemps mais je ne m'empressais pas de le lire car, pour être honnête, d'autres oeuvres m'attiraient davantage parmi toutes celles qui constituent mon énorme PAL.
    Membre du groupe de lectures partagées « L'Appel de l'ange » sur Instagram, je l'ai commencé parce qu'il a, tout simplement, été choisi comme livre du mois de septembre.
    La dernière page tournée, je vous retrouve, donc, aujourd'hui pour vous faire part de mon ressenti en espérant qu'il soit constructif et vous aide dans vos choix futurs.
    Au risque d'étonner la blogosphère littéraire, vu les critiques dithyrambiques trouvées çà et là, j'ai aimé mais ce n'est pas un coup de coeur. J'ai été, par exemple, plus captivée, plus envoûtée par des thrillers d'une puissance incroyable comme « Eclipse de vie » de Fabienne Kisvel ou « Temps glaciaires » de Fred Vargas.
    Dès le prologue, on comprend que ce roman sera dur, torturant puisque, un soir de pluie, on assiste en direct, si j'ose m'exprimer ainsi, à un AVP - Accident sur Voie Publique - dans lequel un enfant de cinq ans, prénommé Jacob, trouve la mort après avoir été percuté par un chauffard qui s'enfuit précipitamment.
    La trame posée, Clare Mackintosh articule ensuite son récit en deux parties d'égale importance où les chapitres égrènent alternativement le point de vue des protagonistes.
    Durant la première fraction, on plonge au coeur de l'enquête grâce à Ray et Kate, deux inspecteurs qui espèrent par une recherche approfondie, confondre le conducteur.
    A quoi vont-ils être confrontés ? Que découvriront-ils ? Réussiront-ils finalement ? Suspens…
    En parallèle, nous suivons Jenna, jeune femme solitaire, qui au lendemain du drame part s'exiler dans un cottage isolé d'une petite ville côtière du Pays de Galles. Qui est-elle ? Pourquoi quitter L'Angleterre et plus précisément Bristol ? A quoi ou à qui veut-elle échapper ? Pourquoi ce besoin impérieux de refaire sa vie ? A-t-elle un lien avec l'accident ? Si oui, lequel ?
    La seconde moitié, quant à elle, relève véritablement du roman psychologique. Dès son entame, on est pris, comme une araignée tisse sa toile, dans les entrailles de l'intrigue pour aboutir à… surprise !
    Je ne vous en révèlerai pas davantage car je ne veux pas vous gâcher le plaisir de trouver, par vous-même, les réponses. Il est de plus difficile de parler de cet écrit sans trop en dévoiler. Donc, chut !
    Par contre, je peux m'épancher sur les points négatifs et positifs de cet ouvrage qui, ne l'oublions pas, est écrit par une jeune romancière ex-commandante des forces de l'ordre britanniques.
    Nous faisons véritablement connaissance avec les différents personnages (membres de la brigade criminelle, héroïne principale) durant les vingt et un premiers chapitres.
    On vit leur quotidien. On pénètre la sphère familiale de Ray, empêtré dans des difficultés de couple mais aussi d'adolescent tout en étant obligé d'être au summum de ses capacités professionnelles.
    J'ai eu faible pour ce sympathique policier qui essaye, non sans mal, de contenter tout le monde. Il est attachant.
    J'ai aimé la fougue et l'ambition de Kate. Sa jeunesse apporte de la fraicheur à l'aventure. Heureusement, qu'elle s'est obstinée.
    La reconstruction de Jenna à cent cinquante kilomètres est racontée simultanément. On en apprend plus sur sa vie, son caractère, ses nouveaux amis (Patrick, Bethan…).
    Jeune femme qui m'a touchée, émue et pour laquelle j'ai eu de la compassion.
    L'emploi du « je » comme narration dans tous les moments la concernant est appréciable. Cela permet davantage de proximité, de lien.
    Pour synthétiser, je dirai qu'à travers ces passages, l'énigme s'installe, prend forme, nous met peu à peu dans l'ambiance.
    Bonne idée, me diriez-vous ? Vous avez raison. Sauf que cela m'a paru long à lire. J'avais l'impression de tourner en rond, de pas avancer. Je me suis même demandée où était le thriller.
    Et puis…arrive la fin de la vingt et unième section avec un twist hallucinant, monumental, inattendu. Bref, j'ai relu les dernières phrases pour être certaine de n'avoir rien raté, de bien comprendre ce que je venais de découvrir. Je dois admettre que notre écrivaine m'a envoyée un uppercut incroyable avec sa construction bluffante. Elle m'a estomaquée. Mes hommages, Madame, pour ce retournement de génie !
    A partir de là, une autre histoire que je ne suis pas parvenue à lâcher commence. J'ai eu, alors, le sentiment d'avoir dans les mains un livre « 2 en 1 ». C'est magique comme sensation.
    Hypnotisée pas les ressorts psychologiques, Je me suis laissée guidée avec avidité vers le dénouement final. Cette enquête m'a conquise.
    Me remettant à peine du coup de théâtre, j'ai vécu avec Jenna en l'apercevant différemment. J'ai tenté de comprendre son cheminement, son mutisme et son inaction.
    J'ai abordé cette portion du texte sous une autre perspective en essayant de ne pas craquer.
    Ian m'est apparu comme un individu abject, monstrueux, détestable. Ses dialogues sont glaçants et tétanisent.
    Je croyais naïvement ne plus être surprise et bien que nenni ! Les rebondissements étant encore nombreux, il y a des virages que je n'ai pas vu venir. Même si, avec les trois quarts des éléments en ma possession, j'ai deviné la fin.
    Plume fluide, simple, agréable.
    En conclusion, je m'adresse, ici, aux aficionados de la catégorie. Achetez cet opus, car les deux cent dernières pages valent vraiment leur pesant d'or.
    A mon sens, elles représentent la genèse même d'un bon polar. A savoir : une incertitude extrême, de l'angoisse et de l'émotion.
    Pour être franche, c'est la première fois que je me fais berner par une histoire

  • Couverture du livre « Je te vois » de Clare Mackintosh aux éditions Lgf

    Christelle Point sur Je te vois de Clare Mackintosh

    Un soir, alors qu’elle revient de son travail dans le métro londonien, Zoé tombe sur sa photo dans un tabloïd. Oui, c’est bien sa photo qui illustre une publicité pour un site de rencontre et évidemment, cela la met très mal à l’aise. La publicité renvoie vers un site internet inaccessible sans...
    Voir plus

    Un soir, alors qu’elle revient de son travail dans le métro londonien, Zoé tombe sur sa photo dans un tabloïd. Oui, c’est bien sa photo qui illustre une publicité pour un site de rencontre et évidemment, cela la met très mal à l’aise. La publicité renvoie vers un site internet inaccessible sans mot de passe et il n’y a aucune explication logique à cette histoire. Mais très vite, Zoé comprend que les jeunes femmes qui ont vu leur photo publiées au même endroit avant et après elle ont été agressées, volées, violées et même pire parfois. Zoé sent qu’elle est en danger et la police semble ne pas prendre son histoire au sérieux. Zoé est en danger, et elle n’imagine pas à quel point le danger est proche… Sans être d’une originalité échevelée, le thriller de Clare Mackintosh fonctionne terriblement bien car il surfe sur l’air du temps : harcèlement des femmes dans l’espace public, danger des réseaux sociaux, cybercriminalité et usurpation d’identité sont les quatre piliers de ce thriller féministe et au final, malgré ses exagérations et ses rebondissements, très pertinent. Ecrit dans un style facile d’accès, avec des chapitres bien calibrés, le roman oscille entre deux héroïnes. Dun côté Zoé, quadragénaire mère de deux grands enfants, en pleine reconstruction avec son nouveau compagnon, qui va tous les matin à Londres vers un travail qu’elle n’aime plus sous les ordres d’un boss mal embouché : un sorte de « girl next door » à laquelle on peut toutes s’identifier d’emblée et qui devient vite une victime mais une victime « active ». De l’autre côté Kelly, flic des transports, qui au travers de cette enquête cherche à exorciser un passé personnel et familial douloureux. Comme dans tout bon thriller, on soupçonne tour à tour tout le monde : le nouveau copain, l’ex-mari, le boyfriend de la fille, le patron car tout le monde semble suspect. C’est la conséquence de la paranoïa bien compréhensible qui s’empare de Zoé et du lecteur au fil des pages. Le (double) rebondissement final est difficile à deviner (encore que…) et sonne un petit peu bizarre. On sent que Clare Mackintosh voulait absolument le coup de théâtre total, inimaginable, époustouflant, la crédibilité de l’intrigue en prend un petit coup au passage mais ce n’est pas bien grave car pris dans son ensemble, « Je te vois » est un thriller de très bonne qualité. Une fois refermé, on se dit que cela pourrait faire un très bon thriller sur grand écran, avec des personnages bien écrits et complexes et avec un climat de paranoïa aussi efficace que crédible.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com