Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Christophe Bec

Christophe Bec
1969 Naissance le 24 août de Christophe Bec à Rodez. Ses parents travaillant pour la coopération, il vit ses premiers mois au Maroc. Le petit Christophe passera le reste de son enfance dans un village aveyronnais. C'est là qu'il apprendra à lire, dans un recueil du Journal de Tintin. Et, déjà, l... Voir plus
1969 Naissance le 24 août de Christophe Bec à Rodez. Ses parents travaillant pour la coopération, il vit ses premiers mois au Maroc. Le petit Christophe passera le reste de son enfance dans un village aveyronnais. C'est là qu'il apprendra à lire, dans un recueil du Journal de Tintin. Et, déjà, le premier choc avec la BD : l'Extraordinaire odyssée de Corentin, de Paul Cuvelier. Et bien sûr les aventures de Tintin. 1979 Sa vocation se révèle à l'âge de 10 ans. Malade, il passe quinze jours cloué au lit chez ses grands-parents, où il trouve au fond d'un placard une pile de vieux Astérix. Suivront les années d'apprentissage en autodidacte, la création de petits fanzines tirés à dix exemplaires, un premier album publié par un petit éditeur local. 1989 Création du journal "Esquisse", qui sera nominé pour l'Alphart 1990 du meilleur fanzine à Angoulême. 1990 Christophe Bec entre à l'École de bande dessinée d'Angoulême. La rencontre avec d'autres jeunes auteurs sera déterminante et se concrétisera un an plus tard avec la publication d'un album historique intitulé "La Bête du Gévaudan".. Peu après, Christophe signe son premier contrat professionnel aux Éditions Soleil. 1997 Il publie le premier tome de la série "Zéro Absolu", sur un scénario de Richard Marazano. 2001 Avec Xavier Dorison au scénario, il lance aux Humanoïdes Associés la série "Sanctuaire". 2002 Sortie du tome 2 de Sanctuaire, les couleurs de la série sont réalisées par l'un des meilleurs coloristes américain : Homer Reyes. 2003 Il crée "Processus" son site internet officiel : www.bec-processus.com. 2004 Sortie du tome 3 qui clôt la série Sanctuaire. Déjà un best- seller, l'album se classe parmi les meilleures ventes de livres et de BD, avec à ce jour, plus de 150 000 ventes. Ce troisième volume est nominé au Festival du Film Policier de Cognac et au festival du Film Jules Verne Grand Rex à Paris comme meilleur album BD de l'année 2004. Il a également fait l'objet d'un spot publicitaire de douze seconde diffusé dans 1050 salles parisiennes durant tout le mois de septembre 2004. Raw Progressive Films, société de production hollywoodienne, prend une option sur "Sanctuaire" pour une adaptation sur grand écran. Sortie également de" Anna", un récit complet intimiste en noir et blanc paru chez La boîte à bulles sur un scénario de Betbeder. 2005 Parallèlement à la sortie du dernier opus de la trilogie "Sanctuaire", Christophe Bec devient scénariste, toujours aux Humanos, pour une nouvelle série, "Carême", dessinée par Paolo Mottura. Cette nouvelle série est rapidement remarquée, puis primée au salon BD de Nîmes (Sanglier de Bronze-Prix Albert Uderzo) Egalement, la parution de "Sanctum", la traduction américaine de "Sanctuaire" publiée chez DC Comics. Outre ses nombreuse collaborations pour les Humanoïdes Associés, Christophe Bec ne manque pas de projets, notamment "Bunker" écrit avec Stéphane Betbéder prévu pour septembre 2006. Il va également travailler sur un album concept intitulé "3 christs", qu'il réalisera avec Denis Bajram, entres autres, et écrit par Valérie Mangin pour Quadrant Solaire. Dans un futur plus lointain se profile un comics de super-héros et une préquelle à la série "Sanctuaire". 2006 Année prolifique pour Bec. Outre la suite et fin de la trilogie "Carême",il signe, au scénario et au dessin, une nouvelle série, "Le temps des loups", qui nous plonge dans un univers envoûtant, où disparitions mystérieuses et assassinats agitent la communauté de Damonte. 2007 Il crée, pour le talentueux Stefano Raffaele, la série"Pandemonium", dont le premier tome est prévu pour le début de l'année: un thriller angoissant qui confirme la virtuosité de Bec pour le genre fantastique. En mars paraît le début de la série "Carthago", sur le dessin d'Eric Henninot: un subtil mélange entre thriller et aventure, sur fond d'écologie.

Avis sur cet auteur (23)

  • add_box
    Couverture du livre « Prométhée T.8 ; Necromanteion » de Christophe Bec et Stefano Raffaele aux éditions Soleil

    Gérald LO sur Prométhée T.8 ; Necromanteion de Christophe Bec - Stefano Raffaele

    Dans cet épisode, nous découvrons comment les trous de ver prennent vie et surtout qu’en est-il dans les temps sur leur connaissance, et leur utilisation. Le récit devient compliqué. Compliqué parce qu’encore une fois, nous avons droit à la mythologie qui n’amène pas grand chose à l’histoire....
    Voir plus

    Dans cet épisode, nous découvrons comment les trous de ver prennent vie et surtout qu’en est-il dans les temps sur leur connaissance, et leur utilisation. Le récit devient compliqué. Compliqué parce qu’encore une fois, nous avons droit à la mythologie qui n’amène pas grand chose à l’histoire. Compliqué parce que c’est long de suivre une histoire qui prend de plus en plus son temps. C’en est presque ennuyeux. Nous nous attendons et c’est le cas à voir sur le palier de notre humanité, une bande d’extra-terrestres, pas trop sympas, un peu vicieux même, qui ont bien envie de s’amuser en nous claquant un peu le beignet… mais qu’ils arrivent, on n’en peut plus d’attendre.
    Le graphisme est lui toujours assez bien travaillé, bien que les décors ne soit pas le fort du dessinateur. On sent le va-vite de la réalisation pour répondre aux exigences d’un calendrier commercialement serré…C’est dommage, parce que l’idée est intéressante, j’aime bien ce côté x-files, mais là c’est l’équivalent de la dixième saison, bof bof…

  • add_box
    Couverture du livre « Prométhée T.7 ; la théorie du 100e singe » de Christophe Bec et Stefano Raffaele aux éditions Soleil

    Gérald LO sur Prométhée T.7 ; la théorie du 100e singe de Christophe Bec - Stefano Raffaele

    L’album le plus bizarre de la série. Des événements se déroulent mais pour l’instant nous n’y voyons pas trop le lien avec les albums précédents. Le récit essaye peut-être de reprendre son souffle, et pour cela utilise le mythe du centième singe, un mythe bien sûr, puisque la théorie proposée,...
    Voir plus

    L’album le plus bizarre de la série. Des événements se déroulent mais pour l’instant nous n’y voyons pas trop le lien avec les albums précédents. Le récit essaye peut-être de reprendre son souffle, et pour cela utilise le mythe du centième singe, un mythe bien sûr, puisque la théorie proposée, et qui existe, n’est malheureusement pas fondée scientifiquement. Force est de constater que les auteurs s’y engouffrent comme des foufous et se plantent méchamment. Dommage…
    Le graphisme quant à lui est bien réalisé avec toujours beaucoup de personnages mais leur travail est pointu et nous permet facilement de nous repérer. Que dire de plus de cet album qu’il est en-dessous de la moyenne. Septième tome et où nous mène la série ? On se demande même quand les E-T vont descendre nous mettre une bonne claque.

  • add_box
    Couverture du livre « Prométhée T.6 ; l'arche » de Christophe Bec et Stefano Raffaele aux éditions Soleil

    Gérald LO sur Prométhée T.6 ; l'arche de Christophe Bec - Stefano Raffaele

    Suite des événements se déroulant à 13h13. Il apparaît que l’humanité cette fois-ci est épargnée. Alors qu’un groupe se retrouve de l’autre côté du miroir dans une dimension de notre monde, l’envers du décor dans lequel l’homme n’y a pas sa place.
    Le récit devient de plus en plus alambiqué,...
    Voir plus

    Suite des événements se déroulant à 13h13. Il apparaît que l’humanité cette fois-ci est épargnée. Alors qu’un groupe se retrouve de l’autre côté du miroir dans une dimension de notre monde, l’envers du décor dans lequel l’homme n’y a pas sa place.
    Le récit devient de plus en plus alambiqué, mais l’auteur arrive tout de même à conserver la trame. Déjà la moitié de la saga et nous avons l’impression de ne pas en savoir plus que le précédent album. C’est dommage, on a envie d’informations, de révélations tonitruantes, mais pour l’instant, rien.
    Le graphisme quant à lui est bien réalisé et malgré le nombre de personnages qui prospère d’album en album, nous arrivons à nous y retrouver grâce à la qualité du travail de Raffaele.
    Dans l’ensemble, un album mitigé qui n’annonce rien de plus. Espérons que la suite sera meilleure.

  • add_box
    Couverture du livre « Prométhée T.5 ; le sarcophage » de Collectif et Christophe Bec et Stefano Raffaele aux éditions Soleil

    Gérald LO sur Prométhée T.5 ; le sarcophage de Collectif - Christophe Bec - Stefano Raffaele

    Ce cinquième épisode fait la part belle aux expérimentations américaines. Les faits de 13h13 passent au second plan pour ne traiter pratiquement que des mystères autour des découvertes sur le dernier siècle des forces américaines. Le graphisme, dans cet album, est au-dessus des albums...
    Voir plus

    Ce cinquième épisode fait la part belle aux expérimentations américaines. Les faits de 13h13 passent au second plan pour ne traiter pratiquement que des mystères autour des découvertes sur le dernier siècle des forces américaines. Le graphisme, dans cet album, est au-dessus des albums précédents. Le nombre de dessinateurs aura certainement permis une émulation les poussant tous à rendre des planches d’un bon niveau.
    Le récit, quant à lui, chute d’un cran, s’éloignant de la trame principal, pour donner plus d’éléments aux lecteurs. Auront-ils de l’importance dans les prochains albums ?
    En somme, un album qui fait office un peu d’ovnis dans la saga, si je peux me permettre.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !