Christian Gailly

Christian Gailly

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (21)

  • Couverture du livre « Un soir au club » de Christian Gailly aux éditions Minuit

    Couturier sur Un soir au club de Christian Gailly

    J'ai tout aimé, l’histoire, l'écriture, les prsonnages

    J'ai tout aimé, l’histoire, l'écriture, les prsonnages

  • Couverture du livre « Un soir au club » de Christian Gailly aux éditions Minuit

    Dominique JOUANNE sur Un soir au club de Christian Gailly

    Le destin et la destinée dans tous ses états ! C. Gailly choisit des notes de jazz pour traiter le sujet de la nature humaine et son âme. Son héros est un grand pianiste de jazz qui lors de sa notoriété a sombré dans l’alcool, la drogue et la violence. Suzanne va lui sauver la vie in-extremis en...
    Voir plus

    Le destin et la destinée dans tous ses états ! C. Gailly choisit des notes de jazz pour traiter le sujet de la nature humaine et son âme. Son héros est un grand pianiste de jazz qui lors de sa notoriété a sombré dans l’alcool, la drogue et la violence. Suzanne va lui sauver la vie in-extremis en le retirant de ce monde de la nuit. Il va l’épouser, devenir ingénieur, avoir un fils et n’écouter que de la musique classique. Pourtant lors d’un déplacement professionnel, un employé pour le remercier d’avoir solutionné une panne difficile sur une machine essentielle à la bonne marche de l’entreprise, va lui offrir un repas où il va boire son premier verre de vin depuis plus de 10 ans d’abstinence. Ensuite pour tuer le temps avant le départ du train pour Paris, il l’invite à boire un verre dans … une boîte de jazz.
    Notre nature, oui… on peut en être conscient. Oui, on peut la gérer voire la maîtriser. Mais parfois en allant à l’encontre de ce que nous sommes vraiment fait pour, on peut passer à côté de sa vie… Et c’est ce que Simon Nardis, en se remettant au piano sur scène, réalise… Qu’il subissait sa vie au lieu de la vivre… C’est superbement bien écrit. Très gros coup de cœur.
    Note des Editions de Minuit : Christian Gailly disait écrire « pour échapper à la solitude et au vide ». Mort en 2013, Christian Gailly possédait un style inimitable, minimaliste et syncopé, une musique des mots à la fois tragique et légère… La postérité est parfois injuste et fait mal son tri mais cela mérite réparation.

  • Couverture du livre « Un soir au club » de Christian Gailly aux éditions Minuit

    CHRISTELLE MASSON sur Un soir au club de Christian Gailly

    Une pépite littéraire, une écriture fine et très sensible, une histoire d'amour magnifique

    Une pépite littéraire, une écriture fine et très sensible, une histoire d'amour magnifique

  • Couverture du livre « Un soir au club » de Christian Gailly aux éditions Minuit

    Plume Nacrée sur Un soir au club de Christian Gailly

    https://cahiersvarisetplumenacre.wordpress.com/2016/02/10/un-soir-au-club-christian-gailly/
    Un livre assez court qui se lit très vite : l’histoire toute simple d’un homme, Simon, qui part de chez lui pour aider un ingénieur à régler « une installation de chauffage industriel » et qui ne...
    Voir plus

    https://cahiersvarisetplumenacre.wordpress.com/2016/02/10/un-soir-au-club-christian-gailly/
    Un livre assez court qui se lit très vite : l’histoire toute simple d’un homme, Simon, qui part de chez lui pour aider un ingénieur à régler « une installation de chauffage industriel » et qui ne reviendra finalement jamais chez lui.
    L’histoire de Simon qui a réussi à sortir de l’alcoolisme grâce à Suzanne qu’il a épousée. Cette vie plutôt rangée ne lui permet pas vraiment d’être heureux. « En fait, je ne sais pas pourquoi j’étais fait. » (p 119) Un de ses amis, qui est aussi le narrateur, le voit « périr de tristesse » (p 124). On peut s’interroger sur la finalité de notre vie.
    La vision d’une existence où les horaires sont à prendre en compte à la minute près. L’heure donnée par la montre est un élément majeur, immuable au moment où il existe, qui doit être respecté. Si on s’en écarte, on peut rater son train. C’est ce qui arrive à Simon. Ce premier manquement est la porte ouverte à la transgression. A partir de ce moment, tout s’enchaine et une nouvelle fenêtre s’ouvre dans sa vie. Toutefois, on peut se demander si le sentiment de culpabilité qui va planer sur son aventure ne l’empêchera pas d’être heureux.
    Enfin, le style d’écriture de Christian Gailly peut aussi nous motiver à ouvrir ce livre. On lui reconnait un rythme très rapide : phrases courtes, absences fréquentes de verbes conjugués, ponctuation limitée aux virgules, points et points d’interrogation (les dialogues existent sans leur ponctuation traditionnelle), soucis du détail et de la précision, paroles rapportées mêlées aux pensées du locuteur (et même parfois à celles du narrateur comme un aparté).
    Il ne faut pas s’attendre à une intrigue palpitante mais cette histoire pousse à la réflexion. J’ai pris plaisir à lire ce livre.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com