Christian Binet

Christian Binet

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (6)

  • Couverture du livre « Les Bidochon T.20 ; n'arrêtent pas le progrès » de Christian Binet aux éditions Fluide Glacial

    Henri-Charles Dahlem sur Les Bidochon T.20 ; n'arrêtent pas le progrès de Christian Binet

    Mettons d’emblée les choses au point : Voilà l’un des meilleurs romans de l’année. En s’intéressant à une septième fonction – secrète – du langage, Laurent Binet réussit une œuvre polyphonique qui ne peut que ravir les amateurs de littérature, ceux qui aiment la petite musique des mots et ne...
    Voir plus

    Mettons d’emblée les choses au point : Voilà l’un des meilleurs romans de l’année. En s’intéressant à une septième fonction – secrète – du langage, Laurent Binet réussit une œuvre polyphonique qui ne peut que ravir les amateurs de littérature, ceux qui aiment la petite musique des mots et ne dédaignent pas à l’occasion, en apprendre un peu plus sur des domaines qu’ils n’ont pas explorés jusque là.
    Comme l’épistémologie ou la sémiologie, termes restés pour moi assez abscons jusqu’à la lecture de ce roman qui tient à la fois de l’enquête policière, d’un traité sur les fonctions du langage, d’une photographie des années 80 au sein du milieu universitaire et intellectuel français, d’une analyse de la victoire de François Mitterrand face à Valery Giscard d’Estaing et d’un magistral plaidoyer pour la littérature !
    Car il fallait une bonne dose d’audace pour mettre en scène des personnages qui, pour nombre d’entre eux, continuent leur bonhomme de chemin aujourd’hui, Philippe Sollers ou Bernard Henry-Levy, Laurent Fabius ou Jack Lang, pour n’en citer que quatre, et qui auront peut être différemment apprécié le traitement que leur fait subir Laurent Binet. Mais ce n’est que du roman… Quoique.
    C’est ainsi que Wikipédia nous indique que l’auteur de Mythologies est «fauché par la camionnette d'une entreprise de blanchissage alors qu'il se rend au Collège de France, le 25 février 1980 et que Roland Barthes meurt des suites de cet accident le 26 mars suivant à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Il est enterré auprès de sa mère, dans le cimetière d'Urt au Pays basque.» Au plus près de la réalité et de la biographie que lui a consacrée Marie Gil (et dont Laurent Binet a rendu compte avec enthousiasme dans les colonnes de Marianne en 2012), nous allons revivre tous ces épisodes, retrouver les témoins et tenter de comprendre l’enchaînement fatal.
    Autre trouvaille géniale de l’auteur : le duo de choc qu’il constitue pour mener cette enquête. Jacques Bayard est un enquêteur des RG qui va bien vite être dépassé par les théories intellectuelles. Pour tenter de démêler cet inextricable écheveau, le commissaire va s’adjoindre les services d’un jeune universitaire, titulaire d’un DEA e lettres modernes sur le roman historique et qui prépare une thèse de linguistique sur les actes de langage. Simon Herzog, même s’il n’est pas a proprement parler sémiologue, va accepter d’aider Bayard qui vient d’acheter Le Barthes sans peine en librairie.
    Ce dernier épisode donne du reste le ton jubilatoire de ce roman. C’est drôle de bout en bout. A partir du moment où Jacques et Simon comprennent à la fois l’importance du document qu’ils recherchent et qu’ils ne sont pas seuls sur cette piste, la quête va devenir de plus en plus ébouriffante. Des bancs de la Sorbonne à ceux de l’université de Bologne puis de Cornell, ils n’auront de cesse de mettre la main sur cette septième fonction, quitte à laisser quelques cadavres sur le côté, à goûter aux joies des backrooms, à succomber aux charmes d’une espionne russe et à éviter les parapluies bulgares… sans oublier les Dupont et Dupond asiatiques, les Brigades rouges et la belle Bianca.
    « Quand on a goûté à la langue, on s’ennuie assez vite avec toute autre forme de langage : étudier la signalisation routière ou les codes militaires est à peu près aussi passionnant pour un linguiste que de jouer au tarot ou au rami pour un joueur d’échecs ou de poker. Comme pourrait dire Umberto Eco : pour communiquer, la langue, c’est parfait, on ne peut pas faire mieux. Et cependant, la langue ne dit pas tout. Le corps parle, les objets parlent, l’Histoire parle, les destins individuels ou collectifs parlent, la vie et la mort nous parlent sans arrêt de mille façons différentes ».
    Et nous, on se régale, on s’amuse, on s’instruit de ces mille façons. «Sublime, forcément sublime» ! http://tinyurl.com/ptgjvf2

  • Couverture du livre « Les Bidochon T.17 ; les Bidochon usent le forfait » de Christian Binet aux éditions Fluide Glacial

    Christophe CORRE sur Les Bidochon T.17 ; les Bidochon usent le forfait de Christian Binet

    Dans ce tome 17, les Bidochon décident de s'acheter un téléphone mobile. Robert devient rapidement accro au grand dam de Raymonde, son épouse, réfractaire au "modernisme actuel."

    Ils vont alors découvrir les avantages et les inconvénients de cet appareil de communication.

    Je ne vous en...
    Voir plus

    Dans ce tome 17, les Bidochon décident de s'acheter un téléphone mobile. Robert devient rapidement accro au grand dam de Raymonde, son épouse, réfractaire au "modernisme actuel."

    Ils vont alors découvrir les avantages et les inconvénients de cet appareil de communication.

    Je ne vous en dis pas plus et je vous invite à lire cette BD, récompensé par le prix public du meilleur album à Angoulême en 2001.

  • Couverture du livre « Les Bidochon T.12 ; téléspectateurs » de Christian Binet aux éditions Fluide Glacial

    Christophe CORRE sur Les Bidochon T.12 ; téléspectateurs de Christian Binet

    Dans cet album, Binet s'en donne à cœur joie en critiquant les programmes TV (foot ou film d'amour ?) et la participation de "français moyens" à des jeux télévisés (avec Patrick Saladier !).

    Chacun d'entre nous s'y retrouvera plus ou moins.

    Les Bidochon, ce sont 50 pages d'humour...
    Voir plus

    Dans cet album, Binet s'en donne à cœur joie en critiquant les programmes TV (foot ou film d'amour ?) et la participation de "français moyens" à des jeux télévisés (avec Patrick Saladier !).

    Chacun d'entre nous s'y retrouvera plus ou moins.

    Les Bidochon, ce sont 50 pages d'humour non-stop.

    Lisez cet album et les autres , c'est que du bonheur !

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com