Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Christel Diehl

Christel Diehl

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (3)

  • add_box
    Couverture du livre « Enola game » de Christel Diehl aux éditions Editions Dialogues

    Valérie Magnon sur Enola game de Christel Diehl

    Ce livre est tout à la fois éprouvant par sa fin inéluctable et par son écriture magnifique de poésie et de tendresse. Ce premier roman de Cristel DIEHL est un vrai coup de cœur.
    Une mère et sa petite fille se trouvent contraintes de vivre en autarcie dans leur maison. Dehors règne un chaos...
    Voir plus

    Ce livre est tout à la fois éprouvant par sa fin inéluctable et par son écriture magnifique de poésie et de tendresse. Ce premier roman de Cristel DIEHL est un vrai coup de cœur.
    Une mère et sa petite fille se trouvent contraintes de vivre en autarcie dans leur maison. Dehors règne un chaos d’origine inexpliquée mais il devient rapidement certain que la fin de leur monde est proche. L’auteure raconte à merveille le souvenir des bonheurs passés, l’élan quotidien nécessaire à la mère pour les faire perdurer autant que possible pour son enfant mais aussi l’effroi et le manque qui s’installent.
    Comment vivre avec le rien ? Qu’est ce qui devient essentiel ? Comment peut-on en arriver à prendre une décision dramatique pour préserver son enfant du pire ? Le lecteur avance avec la mère, réfléchit, l’encourage et se construit lui aussi.
    Un livre incontournable.

  • add_box
    Couverture du livre « Enola game » de Christel Diehl aux éditions Editions Dialogues

    ISABELLE MENARD sur Enola game de Christel Diehl

    Une jeune femme et sa petite fille vivent recluses dans leur maison. A l’origine de cet enfermement, il y a Enola Game, une catastrophe dont on ne connaît pas la nature exacte : accident nucléaire ? Conflit mondial ? Guerre civile ? Au fil des semaines, malgré sa peur et son chagrin, la mère...
    Voir plus

    Une jeune femme et sa petite fille vivent recluses dans leur maison. A l’origine de cet enfermement, il y a Enola Game, une catastrophe dont on ne connaît pas la nature exacte : accident nucléaire ? Conflit mondial ? Guerre civile ? Au fil des semaines, malgré sa peur et son chagrin, la mère puise dans sa mémoire et ses lectures 1000 raisons de célébrer la vie. Les mots de Mallarmé qu’elle recopie dans son journal intime trouvent une résonance particulière dans le vide de son huis-clos :
    « Ma faim qui d’aucun fruit ici ne se régale, trouve en leur docte manque une saveur égale. »
    Cependant, tandis que la mère louvoie entre sa douleur, ses souvenirs magnifiés et sa volonté farouche de donner un sens à la vie de son enfant, les quelques nouvelles du monde qui lui parviennent encore sont chaque jour un peu plus alarmantes.
    On se sent happer par l'histoire de cette mère et de sa fille, plongée avec elles dans ce futur incertain et désolé. Et quelle peinture plus belle de l'amour que celle de cet amour d'une maman pour sa fille. Le plus bel amour au monde, le plus fort, et l’auteur nous le livre ici dans toute sa splendeur, toute sa force, avec des mots tantôt simplement touchants, tantôt profondément émouvants. Tout au long de la lecture, j‘ai laissé le roman s'étirer, me suis laissée imprégner de son atmosphère et surtout laissée bercée par les mots de l’auteur. Par son écriture tendre, saisissante, poétique, drôle...vraie

  • add_box
    Couverture du livre « Enola game » de Christel Diehl aux éditions Editions Dialogues

    clara et les mots sur Enola game de Christel Diehl

    Une mère et sa petite fille vivent enfermées dans leur maison depuis une catastrophe. Les ordres donnés par une patrouille sont clairs : rester chez soi, ne pas s‘aventurer à l’extérieur. Les moyens de communication et l’électricité sont coupés. Sans aucune nouvelle de son compagnon et de sa...
    Voir plus

    Une mère et sa petite fille vivent enfermées dans leur maison depuis une catastrophe. Les ordres donnés par une patrouille sont clairs : rester chez soi, ne pas s‘aventurer à l’extérieur. Les moyens de communication et l’électricité sont coupés. Sans aucune nouvelle de son compagnon et de sa fille aînée, la jeune femme lutte contre l'angoisse grandissante.

    Dans un décor apocalyptique où l'on ne sait pas ce qui s'est passé, cette mère a décidé de nommer le jour de la catastrophe Enola Game. En proie à de nombreuses questions, il lui faut occuper sa fille de quatre ans, établir un rythme au cours de ces journées longues et semblables les unes aux autres. Régulièrement, un char sillonne les rues en déposant devant les portes quelques vivres. Tiraillée par la peur, elle écrit. Puise dans ses souvenirs et ses anciennes lectures pour compenser l’inacceptable. Au fil des semaines, la situation prend un tournant alarmant. Des bandes pillent des maisons, la nourriture manque. La jeune femme repense à sa vie, trie le superflu du nécessaire et tente malgré tout pour sa fille, de faire comme si tout cela n'était qu'un jeu. Mais combien de joueurs sont-ils ? Et l'espoir que la fin de la partie permette un retour à la vie d'avant s'amenuise.

    Dans ce premier roman à l’écriture où les mots résonnent d’angoisse et des jours heureux, Christel Diehl nous interroge sur "ce qui reste quand il ne reste rien". Dès les premières lignes, l’ambiance saisit à la gorge et la tension va en crescendo.
    Entre l'amour omniprésent et le rêve d'un avenir radieux qui s'éloigne, l’étau se resserre autour du lecteur.
    La fin inéluctable est un au coup de poing (vous êtes prévenus) et j’ai reposé ce livre bouleversée.

    Sur des thèmes déjà exploités, l’écriture aux mots choisis, pesés donne une dimension très forte où la réflexion s’invite. J’ai relu des passages rien que pour le plaisir ! A lire absolument!