Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Chimamanda Ngozi Adichie

Chimamanda Ngozi Adichie

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (49)

  • add_box
    Couverture du livre « Americanah » de Chimamanda Ngozi Adichie aux éditions Gallimard

    Elodie Gode sur Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie

    Americanah est une vraie lecture de vacance et un authentique livre de fille, n'en déplaise aux enragés bataillons du sexisme. Les vacances durant lesquelles je lisais Americanah m'ont apporté suffisamment de repos pour savourer avec indulgence les posts futiles et féroces de la...
    Voir plus

    Americanah est une vraie lecture de vacance et un authentique livre de fille, n'en déplaise aux enragés bataillons du sexisme. Les vacances durant lesquelles je lisais Americanah m'ont apporté suffisamment de repos pour savourer avec indulgence les posts futiles et féroces de la blogueuse-héroïne Ifemelu, pour m'intéresser du début à la fin à son parcours chaotique et rocambolesque d'Africaine portée par son ambition au coeur des Etats-Unis. Étonnamment, il y a autant de futilité que de profondeur, de clairvoyance et de sagacité dans le regard qu'Ifemelu porte sur l'Amérique d'Obama. Oui, à partir du constat que les afro-américaines aspirant à la réussite ne se coiffent pas de la même manière que les africaines, quitte à endurer une torture capillaire passée sous silence, Ifemelu tisse un tableau saisissant de l'accueil réservé aux Noirs africains dans l'Amérique libre, celle du melting-pot de façade et pointe du doigt les valeurs les plus contestables du système de "self-made-woman", creusant toujours plus la distance, le clivage qui la sépare de cette terre d'élection. Mais attention, ce n'est pas une vision pessimiste et désenchantée que nous livre le personnage, seulement celle d'une déracinée qui s'ignore (jusqu'à un certain moment).
    Du point de vue de la facture du récit, on est bercé par la touffeur d'un salon de coiffure afro-américain pour être régulièrement plongé dans les souvenirs d'Ifemelu, dont le tressage des cheveux et le spectacle du salon de coiffure semblent l'occasion d'une sérieuse introspection.
    Enfin, ce roman est avant tout une histoire d'amour entre Ifemelu et Obinze, son petit ami Nigerian, dont on attend le dénouement avec plus ou moins de ferveur.
    Americanah est donc à mes yeux un très bon roman, qui propose une dense réflexion sur l'être et le paraître sans toutefois m'inciter à le conseiller à n'importe quel lecteur...

  • add_box
    Couverture du livre « Americanah » de Chimamanda Ngozi Adichie aux éditions Gallimard

    Aurélie Baudrier sur Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie

    Un livre magnifique que l'on ne veut surtout pas refermer. Americanah est avant tout un beau roman d'amour. L'histoire d'Ifemelu et d'Obinze qui se rencontrent au lycée et que la vie va séparer. C'est également un livre sur l'Afrique et sur l'envie d'ailleurs éprouvent les Africains, sur...
    Voir plus

    Un livre magnifique que l'on ne veut surtout pas refermer. Americanah est avant tout un beau roman d'amour. L'histoire d'Ifemelu et d'Obinze qui se rencontrent au lycée et que la vie va séparer. C'est également un livre sur l'Afrique et sur l'envie d'ailleurs éprouvent les Africains, sur l'émigration et l'exil.
    Un livre riche, drôle, féroce, émouvant...

  • add_box
    Couverture du livre « Americanah » de Chimamanda Ngozi Adichie aux éditions Gallimard

    Muriel Pautet sur Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie

    Le bijou, la perle, le trésor, un sublime roman, j’ai adoré quelle belle écriture de cette auteure inconnue en France, ce livre la met dans la lumière. Ifemelu est une jeune fille nigériane au caractère bien trempé qui décide de partir, comme beaucoup d'autres jeunes, poursuivre ses études aux...
    Voir plus

    Le bijou, la perle, le trésor, un sublime roman, j’ai adoré quelle belle écriture de cette auteure inconnue en France, ce livre la met dans la lumière. Ifemelu est une jeune fille nigériane au caractère bien trempé qui décide de partir, comme beaucoup d'autres jeunes, poursuivre ses études aux Etats-Unis. C'est son itinéraire que nous suivons au fil des pages, le sien et celui de ses proches, entre quête d'une nouvelle identité (car en Afrique, Ifemelu était une femme, aux Etats-unis elle est "devenue" noire), difficultés d'adaptation, rencontres, conquêtes, premiers logements, premiers jobs... elle finira par devenir une véritable Americanah, sans jamais oublier son pays d'origine, ni surtout Obinze, le garçon qu'elle a laissé là-bas et vers lequel tout la ramène. Un livre passionnant, bien écrit, drôle, où le problème du racisme et de la race est clairement posé.
    J'ai été sensible au personnage d'Ifemelu, une jeune femme fière, franche et intègre qui arrive, malgré les épreuves, les déconvenues, à garder la tête haute et à défendre ses idées.
    Très riche, très juste et très instructif.

  • add_box
    Couverture du livre « Americanah » de Chimamanda Ngozi Adichie aux éditions Gallimard

    Corinne Smeesters sur Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie

    J’ai beaucoup de mal à parler d’«Americanah » par crainte de le dénaturer tant le sujet est vaste et les thèmes abordés variés... comme les coiffures des Africaines.

    «Americanah» désigne, chez les Nigérians, quelqu’un qui, comme l’héroïne de ce roman, a vécu aux Etats-Unis, s’est...
    Voir plus

    J’ai beaucoup de mal à parler d’«Americanah » par crainte de le dénaturer tant le sujet est vaste et les thèmes abordés variés... comme les coiffures des Africaines.

    «Americanah» désigne, chez les Nigérians, quelqu’un qui, comme l’héroïne de ce roman, a vécu aux Etats-Unis, s’est «américanisé» puis est revenu au Nigeria.
    Il s’agit d’un véritable récit de voyage, en Afrique, aux États-Unis et en Angleterre. Pour moi le Nigeria se résumait à un pays où sévit actuellement la secte Boko Haram. J’y ai découvert un pays à la fois éloigné et proche de l’image caricaturale que j’ai des états africains. C’est un pays dynamique avec sa musique (l’afrobeat) et son cinéma (Nollywood), sa jeunesse dorée, ses langues et ses différentes communautés. C’est aussi un pays où la corruption n’est jamais loin, où les fortunes se font (et se défont) rapidement, selon les appuis politiques, un pays que les interminables grèves, notamment dans les écoles, poussent les jeunes à quitter.

    Et ce roman est aussi une histoire d’émigrés (aux Etats-Unis pour l’héroïne et pour sa tante, en Angleterre pour Obinze, l’amour de jeunesse d’Ifemelu) qui dans l’exil vont connaître la pauvreté, le racisme, la discrimination, l’humiliation, le mal du pays et, parfois, la réussite professionnelle et amoureuse. A travers le parcours de ces jeunes africains, on s’interroge sur l’identité et sur la réalité de la race. On y aborde aussi, sans complaisance et sans émotivité outrancière, les problèmes inévitables de la clandestinité, les faux papiers, les mariages blancs mais aussi l’entraide et l’amitié.

    Enfin, c’est l’histoire de personnages très attachants et c’est surtout une très belle histoire d’amour sans guimauve ni eau de rose.