Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Chester Himes

Chester Himes

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (6)

  • add_box
    Couverture du livre « Mamie mason ou un exercice de la bonne volonte » de Chester Himes aux éditions Gallimard

    Michel Giraud sur Mamie mason ou un exercice de la bonne volonte de Chester Himes

    Mamie Mason rêvait d'être la grande dame de Harlem, celle qui recevait dans son salon, faisait et défaisait les couples, organisait les plus grandes réceptions. Elle voulait être chic et élancée, porter des robes-fourreaux taille 40, et devait pour cela faire attention à son régime et se faire...
    Voir plus

    Mamie Mason rêvait d'être la grande dame de Harlem, celle qui recevait dans son salon, faisait et défaisait les couples, organisait les plus grandes réceptions. Elle voulait être chic et élancée, porter des robes-fourreaux taille 40, et devait pour cela faire attention à son régime et se faire violence ; mais il lui arrivait de craquer. Elle se faisait de nombreux ami(e)s, et parfois quelques amants, mais aussi beaucoup d'ennemi(e)s. Enfin, elle nourrissait l'ambition de faire la une des journaux...

    Contrairement à ce que pourrait laissait penser la collection dans laquelle il est publié, ce roman n'est pas un roman-policier, pas même un roman noir. L'auteur se livre ici plutôt à une étude de mœurs, ou plus exactement réalise une caricature d'étude de mœurs de personnages caricaturaux ! Et il le fait avec la verve qui est la sienne dans les polars de la série Cercueil et Fossoyeur.
    On découvre donc Mamie Mason, son petit monde d'amis noirs ou blancs, ses rêves de grandeur et ses intrigues. Les personnages festoient et boivent, beaucoup, font l'amour et trompent leurs conjoints, souvent, se déchirent et se réconcilient, parfois.
    Écrivain noir du milieu du 20ème siècle, on comprend que Chester Himes ait eu du mal à s'imposer dans une Amérique blanche, et soit artistiquement contraint à l'exil. Quand on lit Mamie Mason, plus que tous ses autres romans, on comprend pourquoi il ne fit pas l'unanimité, et ait eu du mal à s'imposer, dans la communauté noire. Il n'est pas tendre avec elle !
    Mais c'est écrit avec tellement d'allégresse et de truculence qu'on ne peut que tout pardonner à l'auteur, et prendre un énorme plaisir à le lire !

    http://michelgiraud.fr/2020/05/19/mamie-mason-chester-himes-gallimardfolio-truculent/

  • add_box
    Couverture du livre « Imbroglio negro » de Chester Himes aux éditions Gallimard

    Michel Giraud sur Imbroglio negro de Chester Himes

    Roman Hill, accompagné de de sa compagne et de M. Baron, le vendeur, teste la toute nouvelle Cadillac qu'il vient d'acquérir. Un moment d'inattention, et il renverse une vieille femme qui traversait la rue, et ne s'arrête pas. Juste derrière survient une Buick avec trois hommes habillés en...
    Voir plus

    Roman Hill, accompagné de de sa compagne et de M. Baron, le vendeur, teste la toute nouvelle Cadillac qu'il vient d'acquérir. Un moment d'inattention, et il renverse une vieille femme qui traversait la rue, et ne s'arrête pas. Juste derrière survient une Buick avec trois hommes habillés en policiers à son bord. Ils interceptent la Cadillac, la vident de ses occupants et volent la voiture.
    Quelques instants plus tard, une fusillade éclate devant un bar faisant deux morts et un blessé, l'homme politique Casper Holmes, qui s'est en outre fait voler les cinquante mille dollars que son parti venait de lui remettre pour lancer sa campagne électorale.
    Les policiers Johnson, dit Ed Cercueil, et Jones, dit Fossoyeur, entrent alors en scène et ne mettent pas longtemps à découvrir que les auteurs de la fusillade sont les trois faux policiers. Il leur faudra quelques jours pour démêler tous les fils de cet imbroglio et remonter jusqu'aux coupables.

    On ne présente plus les deux policiers héros de Chester Himes, mélanges détonnant de tendresse et de violence. L'intrigue tourne ici autour de Casper Holmes, politicien très influent à Harlem, au comportement bien étrange pour une victime.
    On retrouve dans ce roman toute la gouaille de l'auteur, qu'il utilise pour décrire un Harlem haut en couleurs et pour dénoncer tout autant les violences faites aux afro-américains que celles qu'ils s'infligent entre eux.
    L'intrigue est menée à un rythme fou dans les rues enneigées de New York, laissant de nombreux cadavres sur les trottoirs. Himes multiplie les scènes improbables.
    C'est le cinquième roman de la série, et ce n'est certainement pas le meilleur. J'ai trouvé l'écriture moins vive que dans les précédents, multipliant les incohérences. L'auteur s'est certainement fait plaisir, mais il nous a un peu perdu en chemin...

  • add_box
    Couverture du livre « La reine des pommes » de Chester Himes aux éditions Gallimard

    NADIA D'ANTONIO sur La reine des pommes de Chester Himes

    L'auteur de ce livre est un américain, né dans le Missouri et il est décédé en Espagne. le titre original en est THE FIVE CORNERED SQUARE, publié en France en 1958.

    Le titre m'avait intriguée et je ne comprenais pas pourquoi c'était un roman policier. Mais j'ai vu qu'il correspondait à un...
    Voir plus

    L'auteur de ce livre est un américain, né dans le Missouri et il est décédé en Espagne. le titre original en est THE FIVE CORNERED SQUARE, publié en France en 1958.

    Le titre m'avait intriguée et je ne comprenais pas pourquoi c'était un roman policier. Mais j'ai vu qu'il correspondait à un surnom donné à Jackson, un truand vivant à Harlem et qui connaît de nombreux déboires à cause de sa naïveté qui le mène à être victime d'une arnaque dans laquelle il perd ses économies et va essayer de soudoyer un flic véreux.

    Pour l'aider, il fait appel à son frère jumeau, Goldy.
    Parmi les nombreux personnages, il faut également citer la belle Imabelle qui tente d'emporter le butin.

    J'avais lu ce livre il y a quelques années et il a fallu que je le feuillette à nouveau pour me souvenir que j'avais passé un bon moment en le lisant car il y de nombreux rebondissements et un grand nombre de morts.

    L'enquête est menée par Ed Cercueil et Fossoyeur Jones, personnages un peu douteux.

    J'ai aimé l'écriture faite sur un rythme trépidant et les nombreux personnages pittoresques. Je reste sur cette impression d'un bon moment de lecture, un bon moment, oui.

    De plus, je sais que ce livre a reçu un très grand succès lors de sa parution.

  • add_box
    Couverture du livre « La reine des pommes » de Chester Himes aux éditions Gallimard

    Michel Giraud sur La reine des pommes de Chester Himes

    A Harlem, le roi des naïfs, la reine des pommes, c'est Jackson. Imabelle, sa petite amie, n'en veut qu'à son argent. Pour arriver à ses fins, elle s'acoquine avec trois malfrats, rois de l'arnaque, violents mais maladroits. Jackson n'a d'autres recours que Dieu, qui ne lui est pas d'un grand...
    Voir plus

    A Harlem, le roi des naïfs, la reine des pommes, c'est Jackson. Imabelle, sa petite amie, n'en veut qu'à son argent. Pour arriver à ses fins, elle s'acoquine avec trois malfrats, rois de l'arnaque, violents mais maladroits. Jackson n'a d'autres recours que Dieu, qui ne lui est pas d'un grand service, et son frère Goldy, petit escroc et bonne soeur à la ville, qui, flairant le bon coup, tente lui aussi à le posséder. Comble de malchance, Jackson tombe sur les deux flics les plus impitoyables de Harlem, Ed Cercueil et Fossoyeur Jones. Mais Il a la foie Jackson, en Dieu et en Imabelle, et il est prêt à aller jusqu'au bout pour sortir, croit-il, sa belle du pétrin...

    La reine des pommes est le premier roman policier de Chester Himes, un roman écrit en anglais, mais initialement publié en Français (l'auteur vivait à Paris et c'est Marcel Duhamel qui l'a convaincu de se lancer dans le polar). Il inaugure la série Ed Cercueil et Fossoyeur Jones.

    J'ai lu, et aimé, ce roman il y a plus de 30 ans (mon exemplaire a été imprimé en 1984 !), et je viens de le relire avec un très vif plaisir.

    Le texte est porté par une écriture extrêmement imagé, avec beaucoup d'humour, un humour souvent grinçant ; une écriture truculente, que Pagnol a certainement appréciée s'il a lu C. Himes.

    L'intrigue, noire et violente, totalement délirante, n'est qu'un prétexte pour :
    - analyser une psychologie simplifiée des personnages, autour de deux grands traits de caractères : crédulité/roublardise et bonté/violence, le versant noir l'emportant le plus souvent...
    - dénoncer le sort réservé aux noirs par les blancs, dans les années 50, sans quasiment jamais en parler ; un tour de force ! Harlem, un monde noir, est ghettoïsé, on le devine, par les blancs, mais ceux-ci sont quasiment absents du roman, à l'exception de quelques policiers figurants et, personnages plus marquants, du très intéressé entrepreneur de pompes funèbres et du district attorney qui synthétise l'affaire dans les dernières pages.
    - dénoncer l'attitude des noirs qui répondent aux violences subies des blancs, par la violence entre eux, reproduisant, à l'encontre des plus faibles d'entre eux, le comportement de "l'oppresseur" blanc.
    Certains disent que ce roman est daté, et il faut bien reconnaître que le Harlem du début du 21ème siècle n'as plus grand chose à voir avec le Harlem de Chester Himes. Mais peut-être n'a t'on fait que déplacer le problème un peu plus au nord, vers le Bronx ?

    Je trouve pour ma part le sujet encore très d'actualité : combien de Jackson se sont faits plumer dans les magouilles financières de cabinets tels que Mossack-Fonseca (voir le film The Laundromat : L'Affaire des Panama Papers, de Steven Soderbergh, sur Netflix) ? Sans parler des islamistes, dont l'argent ne vient ni ciel ni de la sueur du travail, qui croient reproduire les violences subies lors de la colonisation, et qui ont tué plus de musulmans que de chrétiens...

    Une satire truculente de l'Amérique des années 50 qui pourrait être transposée sur des sujets au coeur de l'actualité.