Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Charles-Ferdinand Ramuz

Charles-Ferdinand Ramuz
Charles-Ferdinand Ramuz est né en 1878 à Lausanne, il fait des études de Lettres puis s'installe pour dix ans (1904-1914) à Paris où il fréquente Charles-Albert Cingria, André Gide ou le peintre René Auberjonois. Il finalise Aline (1905), écrit Jean-Luc persécuté (1909), Vie de Samuel Belet (191... Voir plus
Charles-Ferdinand Ramuz est né en 1878 à Lausanne, il fait des études de Lettres puis s'installe pour dix ans (1904-1914) à Paris où il fréquente Charles-Albert Cingria, André Gide ou le peintre René Auberjonois. Il finalise Aline (1905), écrit Jean-Luc persécuté (1909), Vie de Samuel Belet (1913). En 1914, Ramuz, encore considéré comme un écrivain du terroir à Paris, revient en Suisse et s'installe dans les vignes du Lavaux. Il rédige le manifeste des Cahiers vaudois. Cette revue, autant que maison d'édition, réunit les créateurs majeurs de Suisse romande (Cingria, René Auberjonois, Gustave Roud), mais aussi Romain Rolland ou Paul Claudel. Les Cahiers paraîtront jusqu'en 1919. Son oeuvre, pétrie de pessimisme et de fatalisme, est une longue série de variations sur l'amour et la mort, seuls sujets vraiment dignes d'être traités, de l'aveu de Ramuz. Ses audaces stylistiques lui valent le reproche de mal écrire « exprès ». Mais il n'est de loin pas partagé par tous: dès 1924, Grasset publie les livres de Ramuz et lui assure ainsi un succès auprès des critiques et du public. Entre 1929 à 1931, il dirige la revue Aujourd'hui. Dans les dernières années de sa vie, il s'essaie également à des textes politiques et autobiographiques, avant de s'éteindre à Pully en 1947. Son œuvre est aujourd'hui publiée dans la collection de la Pléiade.

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « La grande peur dans la montagne » de Charles-Ferdinand Ramuz aux éditions Infolio

    Jean François SIMMARANO sur La grande peur dans la montagne de Charles-Ferdinand Ramuz

    Récit à la fois fantastique et naturaliste proche d'Edgar Poe. Une bonne entrée pour découvrir Ramuz.

    Récit à la fois fantastique et naturaliste proche d'Edgar Poe. Une bonne entrée pour découvrir Ramuz.

  • add_box
    Couverture du livre « La beauté sur la terre » de Charles-Ferdinand Ramuz aux éditions Gallimard

    nathalie delhaye sur La beauté sur la terre de Charles-Ferdinand Ramuz

    Sous la plume de l'auteur, Juliette est magnifiquement représentée. C'est un être impalpable, une beauté exotique, sulfureuse, presque un hologramme de LA femme idéale. Chaque mouvement de la jeune fille est formidablement bien décrit, on sent le souffle léger de chacun de ses mouvements, c'est...
    Voir plus

    Sous la plume de l'auteur, Juliette est magnifiquement représentée. C'est un être impalpable, une beauté exotique, sulfureuse, presque un hologramme de LA femme idéale. Chaque mouvement de la jeune fille est formidablement bien décrit, on sent le souffle léger de chacun de ses mouvements, c'est un réel plaisir de lecture, de la poésie pure.

    A noter tout de même la particularité de l'écriture de Charles-Ferdinand Ramuz, qui joue avec la syntaxe, mélange les temps à souhait, de sorte que certaines phrases méritent d'être relues, le lecteur se trouvant parfois malmené par ce style particulier.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !