Celine Minard

Celine Minard
Née en 1969, Céline Minard a étudié la philosophie. Elle est l'auteur de deux fictions R (2004) et la Manadologie (2005).

Vidéos (1)

Articles (7)

Avis (40)

  • add_box
    Couverture du livre « Faillir être flingué » de Celine Minard aux éditions Rivages

    Les livres de K79 sur Faillir être flingué de Celine Minard

    Encensé par la critique professionnelle mais avec un avis plutôt mitigé pour les lecteurs, je devais donc lire "Faillir être flingué" pour me faire ma propre opinion.
    Céline Minard nous installe dès les premières lignes dans une époque et des lieux non définis, mais qui ressemblent fortement au...
    Voir plus

    Encensé par la critique professionnelle mais avec un avis plutôt mitigé pour les lecteurs, je devais donc lire "Faillir être flingué" pour me faire ma propre opinion.
    Céline Minard nous installe dès les premières lignes dans une époque et des lieux non définis, mais qui ressemblent fortement au western, tels qu'on l'imagine. On est transporté grâce à une écriture soignée, dans les grandes plaines désertiques du Far West, où interagit un éventail d'individus d'origines et d'horizons différents.
    Au début du livre, j'ai été un peu perdu car Céline Minard introduit un grand nombre de personnages et passe de l'un à l'autre sans vraiment les définir. Au fil du récit, j'ai réussi à rétablir le fil conducteur, à remettre bon an mal an les choses dans l'ordre et c'est là qu'est venue ma plus grande déception. L'univers du western est bien présent, l'ambiance est parfaitement adaptée mais l'histoire n'a vraiment que peu d'intérêt. C'est une succession de petites séquences avec des personnes variées et peu approfondies donc au final insipides. On s'ennuie donc progressivement même si les dernières pages apportent un peu de d'entrain aux évènements.
    Céline Minard a peint un très beau tableau de paysage, mais a oublié le mouvement de ses personnages, ce qui offre un résultat assez mitigé si on le compare aux souvenirs de films de cowboys où les fusillades et les poursuites battaient leur plein.

  • add_box
    Couverture du livre « Faillir être flingué » de Celine Minard aux éditions Rivages

    David Vincent de MOLLAT sur Faillir être flingué de Celine Minard

    C'est toujours une sensation de retrouver Céline Minard qui bâtit une oeuvre en se moquant des courants et des vagues, et n'hésite pas cette fois-ci à nous projeter en pleine conquête de l'Ouest avec tout ce que cela comporte d'imageries et de clichés qu'elle envoie joyeusement et...
    Voir plus

    C'est toujours une sensation de retrouver Céline Minard qui bâtit une oeuvre en se moquant des courants et des vagues, et n'hésite pas cette fois-ci à nous projeter en pleine conquête de l'Ouest avec tout ce que cela comporte d'imageries et de clichés qu'elle envoie joyeusement et talentueusement dinguer. C'est un western, comme on n'en écrit quasiment plus, un western qu'aurait traversé toute la littérature du XXe pour lui insuffler une puissance d'évocation tenant plus à la langue qu'aux images réinventées. Au centre du livre Eau-qui-court-sur-la-plaine, une Indienne seule rescapée de son clan qui pratique des guérisons sur des Blancs incrédules et des Indiens méfiants (ou inversement). Elle va rencontrer deux frères, Jeff et Brad, qui font péniblement avancer leur char à boeufs avec leur increvable mais mourante vieille mère, elle croisera Gifford qu'elle sauve de la variole, Bird Boisverd qui veut récupérer son cheval volé, beaucoup de gens au bout du conte qui se bousculent au générique et dont le destin va basculer au coeur de cette Amérique qui s'invente dans la poussière des illusions. C'est riche en bruits, fort en fureur, ça possède un goût que personne d'autre ne sait infuser, c'est la marque d'un écrivain qui confirme livre après livre son importance.

  • add_box
    Couverture du livre « Faillir être flingué » de Celine Minard aux éditions Rivages

    Amandine Gotti de DES LIVRES ET DES HOMMES sur Faillir être flingué de Celine Minard

    Dans cette vraie fausse parodie de western, Céline Minard, écrivain surdouée, arrive à mêler le méditatif et le jubilatoire.
    On y suit multiples itinéraires de figures du grand Ouest qui tous convergent vers une ville tout juste sortie de terre. Et là tout se noue... et se dénoue pour notre...
    Voir plus

    Dans cette vraie fausse parodie de western, Céline Minard, écrivain surdouée, arrive à mêler le méditatif et le jubilatoire.
    On y suit multiples itinéraires de figures du grand Ouest qui tous convergent vers une ville tout juste sortie de terre. Et là tout se noue... et se dénoue pour notre plus grand plaisir.

  • add_box
    Couverture du livre « Faillir être flingué » de Celine Minard aux éditions Rivages

    VANILLE LN LECLERC sur Faillir être flingué de Celine Minard

    Seule la plume surdouée, survoltée, éperdument libre et virtuose de Céline Minard pouvait être dégainée pour inventer un western littéraire, inattendu, une véritable chevauchée fantastique, trépidante et éminemment romanesque.

    Dans ce nouveau roman, l'auteure du Dernier Monde et de So long,...
    Voir plus

    Seule la plume surdouée, survoltée, éperdument libre et virtuose de Céline Minard pouvait être dégainée pour inventer un western littéraire, inattendu, une véritable chevauchée fantastique, trépidante et éminemment romanesque.

    Dans ce nouveau roman, l'auteure du Dernier Monde et de So long, Luise investit l'immensité de l'espace américain – ce "wilderness" fait de grandes prairies, de plateaux à perte de vue, de forêts profondes et infinies, de montagnes escarpées, tout ceci composant une sorte de sanctuaire d'une nature sauvage et inviolée où cohabitent faucons, chevaux, ours, lièvres, et Indiens – avec tout son imaginaire, sa mythologie, au point que l'espace n'est pas seulement la toile de fond mais bien plutôt le personnage principal du livre.

    L'époque n'est pas précisément datée mais l'on devine qu'il s'agit du temps de la Conquête de l'Ouest, ce temps sans frontière et sans limite, le temps de tous les rêves et de tous les possibles. La première phrase est lancée au rythme du chariot qui s'élance vers une ville naissante et en devenir, pour symboliser d'emblée ce moment où les pionniers ont envahi ces lieux inapprivoisés mais auréolés du mirage de terres promises qui les font repousser plus loin, toujours plus loin la frontière impalpable entre l'Est colonisé et l'Ouest encore à conquérir.

    Dans ces espaces grandioses, fascinants, pleins de promesses, Céline Minard fait surgir et évoluer toute une galerie de personnages rêveurs, singuliers, interlopes, terriblement vivants, qui sotn autant d'archétypes de la culture américaine et de notre imaginaire du western : des voleurs de chevaux, des pionniers avec leurs chariots, des aventuriers prêts à tout, des paumés, une musicienne, des Chinois, une tenancière de saloon, des éleveurs, des commerçants, des entrepreneurs, et surtout, une Indienne, seule rescapée de sa tribu, qui possède des pouvoirs chamaniques qu'elle exerce avec les Indiens comme avec les Blancs et qui est un personnage à la fois poétique et menaçante – elle peut guérir aussi bien que tuer...

    Au fil des chapitres du livre, on avance dans l'histoire comme si l'on chevauchait à travers le grand Ouest américain. Les grands thèmes du western, tant traditionnel que moderne, sont omniprésents pas du tout au service d'une parodie du genre mais bien au contraire pour réaliser un vrai western, passionné, remarquable de maîtrise et fascinant de beauté, sans caricatures ni facilités. L'auteure dit très exactement avoir "voulu travailler le lieu commun, au sens littéral, le lieu partagé par tous. Et le rincer des clichés, (…) replacer le western dans un état d'incertitude, au moment où l'identité de chaque protagoniste est en train de se créer."

    Le pittoresque des scènes les plus triviales, le rythme narratif soutenu, l'humour des dialogues trouvent parfaitement leur place au cœur d'un décor qui invite à la contemplation – le vivant, homme et animal, est à l'écoute de son environnement et le lecteur est porté à en faire autant par les magnifiques descriptions des paysages, des espaces, des éléments...

    L'auteure nous propose ainsi un texte dense à l'écriture fluide, idéalement balancé entre naturalisme et humanité, et qui aborde, sans manichéisme aucun, au contraire en les plaçant sur le même plan – non moral mais narratif – vie et mort, altérité et vengeance, ombre et lumière.

    Récit de la conquête de territoires et hommage poétique à la nature, "Faillir être flingué" nous emporte avec brio vers les contrées les plus sauvages et les plus captivantes du western.

    "Je pense chaque livre comme un monde complet, ouvert mais autonome. Et j'essaie de faire en sorte que ce soit chaque fois un nouveau monde, une découverte, dans le sens ambigu où l'on a pu découvrir de nouvelles terres."

    Et le voyage est magnifique.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !