Celine Minard

Celine Minard
Née en 1969, Céline Minard a étudié la philosophie. Elle est l'auteur de deux fictions R (2004) et la Manadologie (2005).

Vidéos (1)

Articles (7)

Avis (40)

  • add_box
    Couverture du livre « Le grand jeu » de Celine Minard aux éditions Rivages

    PATRICIA SOYER sur Le grand jeu de Celine Minard

    Un peu déçue après avoir parcouru les critiques je m'attendais à autre chose.
    Ce roman aurait mérité d être plus long pour qu'on est plus le temps de s'imprégner du décor futuriste et naturel et de l'intrigue.

    Un peu déçue après avoir parcouru les critiques je m'attendais à autre chose.
    Ce roman aurait mérité d être plus long pour qu'on est plus le temps de s'imprégner du décor futuriste et naturel et de l'intrigue.

  • add_box
    Couverture du livre « Le grand jeu » de Celine Minard aux éditions Rivages

    Christelle Salvan sur Le grand jeu de Celine Minard

    J'ai d'abord cru que je me retrouvais dans un roman style Into the wild,puis je me suis retrouvée face à de véritables sujets de philo de Bac .

    " Est-ce qu'on apprivoise le nourrisson avant de dresser l'enfant ? "

    Ou encore :

    "Peut-on s'oublier au point de s'accueillir ? "

    En fait...
    Voir plus

    J'ai d'abord cru que je me retrouvais dans un roman style Into the wild,puis je me suis retrouvée face à de véritables sujets de philo de Bac .

    " Est-ce qu'on apprivoise le nourrisson avant de dresser l'enfant ? "

    Ou encore :

    "Peut-on s'oublier au point de s'accueillir ? "

    En fait j'ai accompagné une femme dans une retraite philosophique et j'ai tenté de jouer le jeu pour trouver des réponses au sujet principal de l'épreuve qu'elle s'est imposée : " Comment Vivre "

    "Les choses importantes de la vie ne sont que vide, pourriture, insignifiance, cabots qui se mordent, gamins qui se chamaillent, qui rient et pleurent l'instant d'aprés ."

    La solitude, l'éloignement nous entrainent inévitablement vers des interrogations profondes .La vie serait-elle un jeu? Une grande roue de la fortune ou de l'infortune? Pleine de défis, de promesses ,de pertes, de profits , de conflits intérieurs,de rituels, de solitudes ? Nous offre t'elle une seconde chance ?

    "Est-ce que le plaisir peut être défini par l'absence de douleur ?"

    Dans son refuge high-tech , cette femme s'interroge. L'isolement qu'elle s'impose la met à l'épreuve . La faune et la flore y jouent un rôle important et une rencontre inattendue va pourtant bouleverser ses plans .

    "Qui suis-je ? Qu'ai-je négligé qui conduit au bonheur ?"

    Un roman surprenant,curieux,insolite ,déroutant ,un sacré risque que prends l'auteur après son magnifique roman "Faillir être flingué",elle joue avec le feu ,et risque quelques flinguages au passage...

    Alors "Le grand jeu" va-t'il gagner le Coeur des lecteurs ou pas ?

    Le mien a gagné quelques belles citations ,quelques interrogations et m'a donné envie d'une retraite mais uniquement pour lire,lire,lire encore et toujours .

    "Je m'exerce et cherche à savoir si l'on peut vivre hors jeu ..."

    À découvrir si les jeux et les enjeux d'une quête spirituelle vous tentent ou si comme moi le dernier roman de Céline vous intrigue quitte à en ressortir déconcertée .

  • add_box
    Couverture du livre « Le grand jeu » de Celine Minard aux éditions Rivages

    michel carlier sur Le grand jeu de Celine Minard

    Une jeune femme s'installe dans un refuge high-tech en montagne pour vivre en autarcie pendant 6 mois loin du monde civilisé .
    Elle développe tous les moyens pour arriver à cette fin : ramassage du bois , jardinage , etc... Elle s'impose également des épreuves physiques en pratiquant l'escalade...
    Voir plus

    Une jeune femme s'installe dans un refuge high-tech en montagne pour vivre en autarcie pendant 6 mois loin du monde civilisé .
    Elle développe tous les moyens pour arriver à cette fin : ramassage du bois , jardinage , etc... Elle s'impose également des épreuves physiques en pratiquant l'escalade et de longues marches en montagne .
    Je crois que cette démarche spirituelle et philosophique est une ascèse , s'isoler pour mieux se retrouver .
    Mais , surprise , une autre ermite vient faire irruption dans sa retraite , il va falloir composer avec ...
    J'aime cette écriture , c'est sûrement le texte le plus littéraire des quatre livres reçus . J'ai l'impression néanmoins que l'on est un peu en retrait par rapport à ses précédents livres (entre autres , "faillir être flingué") , il manque cette verve et cette truculence qui étaient présents dans ses autres romans .
    J'adore ces pages où l'on vogue en plein onirisme : "je me sentais comme un ensemble vide , très cool . je pouvais entendre les poèmes . Je pouvais les voir" .
    Le reproche principal que je peux faire , c'est que l'on se perd dans le descriptif , dans la topographie des lieux , on a du mal à se situer dans l'espace .

  • add_box
    Couverture du livre « Le grand jeu » de Celine Minard aux éditions Rivages

    Marie S. sur Le grand jeu de Celine Minard

    Avis de la page 100 :
    Une femme s'isole en pleine nature à 3000 mètres d'altitude. Solitude, nature et questionnement.
    Elle se perd dans le travail, le découverte du lieu mais qui est-elle et pourquoi a-t-elle tout quitté?
    Le questionnement est selon moi beaucoup trop occasionnel et...
    Voir plus

    Avis de la page 100 :
    Une femme s'isole en pleine nature à 3000 mètres d'altitude. Solitude, nature et questionnement.
    Elle se perd dans le travail, le découverte du lieu mais qui est-elle et pourquoi a-t-elle tout quitté?
    Le questionnement est selon moi beaucoup trop occasionnel et sybillin.
    La rencontre d'un être humain va-t-elle dynamiser ce récit trop descriptif? C'est ce que j'espère....

    Avis final:
    Une femme s'isole en pleine montagne, mais dans une construction moderne, autonome en énergie, accroché à une paroi rocheuse à 3400 mètres d'altitude. Pourquoi? Par refus des promesses, des menaces, de l'autorité. Pour voir si on peut jouer seul si on peut se surprendre soi-même?
    " Je veux imaginer une relation humaine qui n'aurait aucun rapport avec la promesse ou la menace."
    Le travail fait partie de son traitement. Elle coupe les arbres pour le bois de chauffage, fait un grand jardin pour les réserves en légumes, arpente la montagne, équipe des voies sur les parois rocheuses, établit un campement d'été sur une roche.
    Elle ne rencontre que des animaux : les isards, les truites du lac, les insectes, les oiseaux.
    Jusqu'au jour où elle aperçoit "un tas de laine" mouvant. Un être humain?
    " J'ai investi cet environnement et ces conditions qui me permettent de n'être pas dans l'obligation de croiser tous les matins un ingrat, un envieux, un imbécile."
    Réfugiée dans le confort protecteur de son tube qui lui sert d'habitation, la narratrice ne peut toutefois rester insensible à une autre présence humaine.
    Une plongée en pleine nature tantôt reposante, tantôt déchaînée est toujours agréable à suivre surtout sous le style riche et descriptif de Céline Minard. Parfois, le vocabulaire du monde de l'escalade ne permettait pas de bien visualiser les effets, les lieux mais la plongée solitaire en pleine nature réserve de superbes moments de contemplation, des moments intenses d'effort, parfois des instants de peur.
    " Il y a des connaissances d'affût. Des patiences fructueuses. Des replis stratégiques."
    Mais je regrette que les passages de réflexion n'expliquent pas davantage les raisons de cet éloignement du monde. Certaines phrases m'ont paru ésotériques.
    Est-ce l'alcool et le cannabis qui obscurcissent l'esprit de notre ermite? L'autre humain, ce moine ou général chinois, a de bien curieuses activités, perché sur un mât, un nuage ou rebondissant sur une sangle. Est-il vraiment réel ou n'est-il qu'un leurre qui pousse la narratrice a se lancer dans un jeu où la menace est sans domination et la promesse sans objet?
    Après plusieurs succès littéraires, j'avais hâte de découvrir la plume de Céline Minard. Elle est sans nul doute une auteure moderne qui s'inscrit dans un univers atypique. Mais ce roman en particulier n'a pas su me donner la base concrète qui m'aurait permis de supporter un récit qui oscille entre descriptif et fantasmagorie.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !