Celine Minard

Celine Minard
Née en 1969, Céline Minard a étudié la philosophie. Elle est l'auteur de deux fictions R (2004) et la Manadologie (2005).

Vidéos (1)

Articles (7)

Avis (40)

  • add_box
    Couverture du livre « Faillir être flingué » de Celine Minard aux éditions Rivages

    Christophe CORRE sur Faillir être flingué de Celine Minard

    Céline Minard est l'auteur de plusieurs romans dont "Le Dernier Monde" (2007), "Bastard Battle" (2008), et "So long, Luise" (2011). Elle est considérée aujourd'hui comme l'une des voix les plus originales de la littérature contemporaine.

    Le western est un genre peu usité en littérature et...
    Voir plus

    Céline Minard est l'auteur de plusieurs romans dont "Le Dernier Monde" (2007), "Bastard Battle" (2008), et "So long, Luise" (2011). Elle est considérée aujourd'hui comme l'une des voix les plus originales de la littérature contemporaine.

    Le western est un genre peu usité en littérature et c'est pourquoi j’ai eu une certaine appréhension avant de livre ce roman. J'ai plus l'habitude en effet de regarder ce genre au cinéma (j'adore les films de Sergio Leone) ou à la TV.
    Au début j'avais du mal à entrer dans l'histoire, à cerner les différents personnages. Mais au fil de la lecture, j'ai apprécié le style de l'auteur qui utilise une écriture belle et soignée qui nous décrit magistralement le Far-West que ce soit sur le plan géographique (paysages...) ou humain (modes de vie, mœurs...). On se retrouve alors plongé dans l'univers du western, de la conquête de l'Ouest avec des outlaws, des colts, des chevaux, des cow-boys, des indiens, etc. Chaque personnage a son histoire et ils finissent tous par se rencontrer que ce soit pour se venger, s'entraider ou encore se lier d'amitié.
    Bref comme vous pouvez le constater, j'ai adoré ce livre qui s'avère être un des plus beaux romans de cette rentrée littéraire d'automne.

  • add_box
    Couverture du livre « Faillir être flingué » de Celine Minard aux éditions Rivages

    Francis Géminet sur Faillir être flingué de Celine Minard

    Devant le titre, faillir être flingué, je m’attendais à me plonger dans un roman traitant d’une simple histoire de mise à mort, heureusement, il n’en fut rien !
    Le style d’écriture a été un grand obstacle à surmonter à travers les plateaux noirs et blancs de ce livre violet. En effet,...
    Voir plus

    Devant le titre, faillir être flingué, je m’attendais à me plonger dans un roman traitant d’une simple histoire de mise à mort, heureusement, il n’en fut rien !
    Le style d’écriture a été un grand obstacle à surmonter à travers les plateaux noirs et blancs de ce livre violet. En effet, l’alternance entre discours indirect et discours rapporté a été difficile à adopter : pourquoi parfois les personnages parlent avec la ponctuation adéquate, et pourquoi dans un autre cas leur parole est comprise dans l’étau « paragraphique » ?
    Au départ on se demande pourquoi Mme Minard travaille aussi durement à élaborer des fresques qui, sur le coup, peuvent ne pas détenir beaucoup d’intérêt quant à la construction de l’histoire, mais en avançant dans notre lecture on se rend compte que ces événements qui paraissent sans importance trouvent finalement un lien avec des actions futures.
    Aussi, la description est riche, on nous présente une véritable galerie de paysages, il ne manquerait plus que les senteurs pour s’y croire réellement. Et c’est à travers ces paysages, tantôt calmes, tantôt agités, que l’on prend connaissance des actions, qui pour le coup paraissent moins importantes car elles sont traitées plus simplement, qu’entreprennent les différents groupes de personnages.
    J’ai constaté quelques parallèles faits entre les Indiens et les Blancs, mais je ne pense pas que cela était le but principal recherché par l’auteure. Par exemple les Indiens qui tirent leur force de la nature, les Blancs de leur arme ; l’élaboration d’un campement fait de simples choses, et la construction de la ville qui se développe autour des petits plaisirs de l’homme : le saloon, l’établissement de bains de Zébulon etc.
    Arrivé à la fin de ma lecture, je me suis demandé s’il y avait vraiment un personnage principal, et au bout de trois lectures je n’ai pas trouvé de réponse. Finalement, une fois les différents périples dans les terres sauvages passés, chaque personnage se retrouve dans la même ville ; et j’avouerai que c’est à partir de ce point que la lecture a été plus simple à suivre. Ce livre était un vrai puzzle, format adulte, que j’ai pris plaisir à reconstituer malgré l’effort de concentration que cela m’a demandé !

  • add_box
    Couverture du livre « Faillir être flingué » de Celine Minard aux éditions Rivages

    Jacqueline Fayolle sur Faillir être flingué de Celine Minard

    A priori, le grand Far-West, les chevauchées sauvages, les poursuites cow-boys- indiens, sont loin de mes centres d’intérêt.
    A fortiori, au fur et à mesure de la progression dans cette équipée (j’avais d’abord écrit épopée) sauvage, les personnages deviennent attachants, intrigants. La...
    Voir plus

    A priori, le grand Far-West, les chevauchées sauvages, les poursuites cow-boys- indiens, sont loin de mes centres d’intérêt.
    A fortiori, au fur et à mesure de la progression dans cette équipée (j’avais d’abord écrit épopée) sauvage, les personnages deviennent attachants, intrigants. La curiosité s’éveille et le lecteur s’interroge quant aux possibles rencontres constructives de personnages aussi différents que l’indien Elie, les pionniers Bird, Brad et Jeffrey, la « Calamity Jane » locale et Arcadia, la contrebassiste à l’archet perdu…Comment imaginer qu’ils vont tous converger vers un lieu sauvage qu’ils vont civiliser, humaniser, faire prospérer ?
    Je ne suis pas romancière et j’ai eu bien du mal à anticiper quelque chose de cohérent ; Céline Minard, elle, est non seulement une bonne romancière, mais aussi une excellente conteuse parce que, très vite, avec un talent sûr, elle sait camper ses personnages, les mettre dans des situations tantôt tragiques, tantôt comiques qui font qu’on partage la vie des filles du saloon de Sally, qu’on fait confiance aux talents de guérisseuse de la sauvageonne silencieuse Xiao Niù, qu’on se prend à aimer le fruste Zébulon…
    Puis-je dire que je n’ai pas failli être flinguée par ce roman ? Non, je n’ai pas failli ; je le suis littéralement « flinguée » : ravie, enthousiaste, prête à suivre ce qu’écrira dorénavant Céline Minard.

  • add_box
    Couverture du livre « Faillir être flingué » de Celine Minard aux éditions Rivages

    Marjorie Fally-Cornet sur Faillir être flingué de Celine Minard

    Description physique: c'est donc un grand format que j'ai lu, les pages sont de bonnes qualités, agréables au toucher et les caractères son suffisamment grands pour que tous puissent s'y retrouver. La couverture est sobre, peut être un peu trop pour ce genre de roman.

    Contenu du livre: je ne...
    Voir plus

    Description physique: c'est donc un grand format que j'ai lu, les pages sont de bonnes qualités, agréables au toucher et les caractères son suffisamment grands pour que tous puissent s'y retrouver. La couverture est sobre, peut être un peu trop pour ce genre de roman.

    Contenu du livre: je ne suis pas amatrice d'habitude de romans de type "Far West" avec des cowboys et des indiens partout mais je dois dire qu'ici j'ai été séduite; peut être pas tout de suite car l'intrigue est un peu dure à cerner je trouve dès le départ et il faut démêler l'écheveau des nombreuses histoires qui se croisent et s'entrecroisent dans ce bouquin pour finir par ne former qu'une seule et unique histoire.
    Loin d'avoir un seul héros, l'auteur du livre met en avant plusieurs personnages forts qui, par leurs actes et leurs vies, vont être amenés à se rencontrer, se connaître, se battre, s'apprécier et pouvoir former une grande ville dans un entende relativement cordiale et où les problèmes d'un seul deviennent les problèmes de toute une communauté. Un roman donc bien loin des considération du monde actuel où seul l'individualisme compte et où c'est chacun pour soi.
    L'auteur emploie une écriture très imagée avec beaucoup de descriptions tant physique que des descriptions du ressentit des personnages.
    Le seul point vraiment noir que je puis lui mettre est que l'auteur se perd parfois dans le conte des histoires de ses différents personnages et que donc, le lecteur peut facilement perdre le cours du récit, il faut parfois revenir en arrière pour bien saisir une situation ou un dialogue. C'est bien le seul reproche que je puis lui faire car au niveau documentation, on voit que l'auteur s'est renseigné sur les pratiques indiennes et dans les villes de l'ouest, sur la vie des gens de cette époque et sur les moeurs en vigueur.
    Une lecture qui me fait réfléchir sur mon manque d'intérêt pour ce genre de roman, une erreur à laquelle je vais remédier et un auteur que je vais tenter de suivre plus sérieusement.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !