Celeste Ng

Celeste Ng
Celeste Ng vit dans le Massachusetts. Tout ce qu'on ne s'est jamais dit est son premier roman.

Articles (2)

Voir tous les articles

Avis (38)

  • Couverture du livre « La saison des feux » de Celeste Ng aux éditions Sonatine

    Palamede sur La saison des feux de Celeste Ng

    Dans La saison des feux, critique sociale intelligente, Celeste Ng explore avec finesse l'hypocrisie qui fait la cohésion factice d'une société, et sa fragilité face à des éléments perturbateurs. Mais si elle dénonce une société rigide, sûre d'elle-même et intransigeante, elle le fait sans...
    Voir plus

    Dans La saison des feux, critique sociale intelligente, Celeste Ng explore avec finesse l'hypocrisie qui fait la cohésion factice d'une société, et sa fragilité face à des éléments perturbateurs. Mais si elle dénonce une société rigide, sûre d'elle-même et intransigeante, elle le fait sans fustiger les choix des individus qui sont par essence aussi subjectifs que souverains.

    De la même manière, dans ce récit bien construit et vertigineux, Celeste Ng aborde les secrets de famille, les relations mères-filles, la maternité, le racisme et l'adoption, en se mettant du point de vue de ses personnages — des femmes pour la plupart — ce qui évite l'écueil de la généralisation. Ainsi, elle analyse le désir et la difficulté d'être mère, d'être fille, d'être femme, sans jugement mais en mettant en garde contre le conformisme qui serait le plus mauvais choix.

    Dans un monde parfaitement ordonné, dans une ville où tout le monde s'entend bien et obéit aux règles, Mia et Pearl, en ayant le courage d'être elles-mêmes, ont ouvert une porte qui ne peut être refermée — la porte de la liberté.

  • Couverture du livre « La saison des feux » de Celeste Ng aux éditions Sonatine

    yves MONTMARTIN sur La saison des feux de Celeste Ng

    Céleste Ng m'avait agréablement surpris avec son premier roman tout en finesse « Tout ce qu'on ne s'est jamais dit », son second roman est un vrai coup de cœur tant la qualité de l'écriture rejoint la qualité de l'intrigue.

    Dès les premières pages, nous connaissons au moins une partie de la...
    Voir plus

    Céleste Ng m'avait agréablement surpris avec son premier roman tout en finesse « Tout ce qu'on ne s'est jamais dit », son second roman est un vrai coup de cœur tant la qualité de l'écriture rejoint la qualité de l'intrigue.

    Dès les premières pages, nous connaissons au moins une partie de la tragédie qui va s'abattre sur ce quartier résidentiel de Cleveland, l'incendie d'une maison, mais tout l'intérêt du récit c'est de savoir comment on en est arrivé là. La maison appartient à Elena et Bill Richardson, un couple blanc riche qui incarne le succès à la fin des années 90. Ils y vivent avec leurs quatre adolescents dont Izzy la benjamine une enfant sauvage, indomptable, et désespérée qui dénote dans ce quartier où tout le monde s'entend bien et obéit aux règles, où tout paraît beau et parfait de l'extérieur, alors que le feu couve à l'intérieur.
    Mais l'arrivée de Mia, une artiste énigmatique, avec sa fille Pearl, va bouleverser la tranquillité et attiser les braises jusqu'à provoquer l'embrasement dans ces familles si parfaites. « Toute sa vie, elle avait appris que la passion, comme le feu, était une chose dangereuse. Elle devenait si facilement incontrôlable. »

    J'ai apprécié tout le talent de Céleste Ng d'impliquer tous ses personnages dans le récit, d'imbriquer leurs vies, leurs secrets, chacun allume des petits feux partout. Célest Ng va revenir sur le passé de chacun pour apporter les réponses au drame qui se joue. L'auteur sait explorer la société américaine et sa moralité qui prétend que le respect des règles peut éviter un désastre. Un roman sur la classe, la famille, la race, « Peut-être qu'à la naissance on devrait tous être confiés à une famille d'une autre race. Peut-être que ça résoudrait le problème du racisme une bonne fois pour toutes ? »

    Une réflexion sur la maternité à travers trois portraits saisissants de femmes. L'une a été mère porteuse et a refusé au dernier moment de donner son bébé. La seconde a abandonné son enfant et fait tout pour le récupérer, la troisième prend la décision douloureuse d'avorter. « On en revenait encore et encore à la question suivante : qu'est-ce qui faisait de quelqu'un une mère ? Était-ce la biologie seule, ou était-ce l'amour ? »

    Un roman noir captivant porté par une écriture vivante qui nous fait entrer dans le coeur des familles de ce quartier bien trop paisible

  • Couverture du livre « La saison des feux » de Celeste Ng aux éditions Sonatine

    Bill sur La saison des feux de Celeste Ng

    Ce deuxième roman de Celeste Ng raconte une histoire de familles.

    Il y a la famille classique, respectable, qui mène une vie ordonnée, suit les règles historiques léguées par les grands-parents ; il y a la famille bohème, qui va de ville en ville au gré de l’inspiration …

    Les adultes de la...
    Voir plus

    Ce deuxième roman de Celeste Ng raconte une histoire de familles.

    Il y a la famille classique, respectable, qui mène une vie ordonnée, suit les règles historiques léguées par les grands-parents ; il y a la famille bohème, qui va de ville en ville au gré de l’inspiration …

    Les adultes de la famille classique ont des métiers qu’ils exercent dans des bureaux, journaliste, avocat, celle de la famille bohème est artiste.

    La famille respectable a des possessions qu’elle expose : voitures, meubles, pelouse manucurée ; les possessions de la famille bohème n’ont rien de superflu et contiennent toutes dans l’habitacle et le coffre d’une vieille Golf VW.

    La famille classique se compose d’un papa, d’une maman et de nombreux enfants élevés selon les principes sacrés traditionnels ; la famille bohème comprend une maman, Mia, et une fille, Pearl.

    Jusque-là, elles ne sont jamais restées assez longtemps dans un lieu pour que Pearl y passe une année scolaire et se fasse des amis …

    Tout change lorsqu’elles arrivent à Shaker Heights, banlieue cossue de Cleveland où l’arrivée de Mia et Pearl sèmera involontairement le désordre dans la famille Richardson … et vice-versa lorsqu’Elena mènera l’enquête sur le passé de Mia.

    Un roman passionnant sur les apparences, le choix de vie, la maternité, les relations entre ados …

    Celeste Ng qui m’avait déjà envoûtée avec "Tout ce qu’on ne s’est jamais dit", sait écrire sur les relations familiales ; elle gratte juste où il faut, à l’endroit où le vernis s’écaille, où la peinture n’est pas sèche pour dévoiler ce qu’on préférerait laisser dans l’ombre …

Voir tous les avis

Vidéos (1)

  • #TopduLibraire spécial mois du polar

Voir toutes les videos

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com