Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Catherine Weinzaepflen

Catherine Weinzaepflen
Née à Strasbourg où elle a passé son enfance et sa jeunesse, Catherine Weinzaepflen vit à Paris tout en voyageant régulièrement aux quatre coins du monde. Romancière et poète, elle est l'autrice d'une oeuvre qui rassemble près d'une vingtaine de textes dont les premiers comme les plus récents ont... Voir plus
Née à Strasbourg où elle a passé son enfance et sa jeunesse, Catherine Weinzaepflen vit à Paris tout en voyageant régulièrement aux quatre coins du monde. Romancière et poète, elle est l'autrice d'une oeuvre qui rassemble près d'une vingtaine de textes dont les premiers comme les plus récents ont été publiés aux éditions des femmes-Antoinette Fouque : "Isocelles" (1977), "La Farnésine, jardins" (1978), "Orpiment" (Prix Brantôme 2006), "Am See" (réédition 2007), "Le Temps du tableau" (poésie, 2008), "Celle-là" (2012), "La Vie sauve" (2014), "Avec Ingeborg" (2015, recueil de poésie figurant dans la sélection finale du prix Guillaume Apollinaire 2016), "La soeur de mon frère" (2017). Son dernier recueil de poèmes, "Le rrawrr des corbeaux" est paru aux éditions Flammarion en 2018.

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « L'odeur d'un père » de Catherine Weinzaepflen aux éditions Des Femmes

    Henri-Charles Dahlem sur L'odeur d'un père de Catherine Weinzaepflen

    Catherine Weinzaepflen refait le chemin de la fille séparée de son père, de leurs relations compliquées, des découvertes et des incompréhensions. Un beau voyage, une belle histoire.

    C'est un court roman qui raconte les souvenirs d'une fille de onze ans, d'une femme de quarante ans, d'une...
    Voir plus

    Catherine Weinzaepflen refait le chemin de la fille séparée de son père, de leurs relations compliquées, des découvertes et des incompréhensions. Un beau voyage, une belle histoire.

    C'est un court roman qui raconte les souvenirs d'une fille de onze ans, d'une femme de quarante ans, d'une écrivaine de soixante ans. Onze ans, c'est l'âge qu'elle a lorsqu'elle débarque en Afrique équatoriale trois ans avant l'indépendance du pays qui deviendra la République de Centrafrique. Dans cet endroit à «la terre rouge, au fleuve immense et à la végétation intense» elle retrouve son père et sa compagne qui ressemble à l'Olive de Popeye. Une femme qui la déteste et avec laquelle elle va devoir composer. Et un père qu'elle n'arrive pas à cerner: «Quand j'ai onze ans je ne sais pas trop à quoi ça sert, un père. Toi tu as l'air de le savoir, moi j'ai beaucoup de mal à trouver une position de fille. Tout me semble faux: la façon dont tu me réprimandes, l'affection que tu revendiques comme un dû. Tu as l'air sincère, moi je ne sais plus qui je suis. Ce doit être le propre de l'adolescence de se construire secrètement, sans pouvoir dire sa pensée, sans pouvoir parler, alors que les parents ont sur nous pouvoir de vie et de mort.»
    Alors, en cherchant une explication, elle revient sur ses premiers émois, sur sa prime enfance et ce souvenir de sa mère penchée sur un bidet et perdant son sang. Elle apprendra plus tard qu'il s'agissait d'un avortement. Quelques mois plus tard, les disputes au sein du couple vont mener au divorce. Quand, après un séjour dans les Vosges où sa mère dirigeait une colonie de vacances, elle regagne leur domicile, tout a disparu, y compris son père.
    Elle grandira chez son oncle qui lui fera découvrir la littérature en lui racontant L'Odyssée, une formation culturelle qu'elle complètera des années plus tard avec des séances de cinéma hebdomadaires. Un bagage intellectuel qui lui permettra à quinze ans, d'être embauchée à l'Ambassade de France, chargée du tri des dépêches. Une première expérience professionnelle qui prendra fin trois plus tard, quand son père rentre en France pour ouvrir un garage dans le Roussillon.
    Aujourd'hui, à soixante ans passés, elle a un regard nostalgique sur cette période. «Sans doute aurions-nous pu nous réconcilier de ton vivant si ta femme n'avait veillé à ce qu'il n'y eût aucun rapprochement entre nous, jamais. Aujourd'hui je me dis que si tu n’étais pas mort, je saurais t'aborder calmement, délestée de ma colère. Et je t'appellerais Fernand. Je ne m'adresserais plus à toi en t'appelant papa comme je m'efforçais de le faire, sans conviction, avec toujours la sensation d’un parler faux. Aujourd’hui j'ai une vie derrière moi, une vingtaine d'ouvrages publiés, et je ne sais pas ce que tu as pensé de mes premiers livres si jamais je t’en ai offert un. Black-out...»
    Catherine Weinzaepflen aura trouvé dans l'écriture les passerelles susceptibles de lever ce Black-out, l'Indochine de Marguerite Duras se révélant proche de son Afrique. Qui donne au paradis perdu de l'enfance les couleurs et les parfums d'une époque révolue. Aujourd'hui, on sent la citoyenne du monde qu'elle est devenue, apaisée et même reconnaissante face à un père auquel elle offre ici un bel écrin, à l'image du paysage qui entoure le cimetière où il repose.
    https://urlz.fr/eWBS

  • add_box
    Couverture du livre « Celle-là » de Catherine Weinzaepflen aux éditions Des Femmes

    Agnès Caralp de JAKIN sur Celle-là de Catherine Weinzaepflen

    Une femme, "celle-là", vient de perdre son enfant. Elle part. Et nous emmène avec elle, dans sa marche sans but vers une sorte de vide qui est prêt à tout recevoir parce qu'elle n'attend plus rien. Dès la première page, vous êtes happé par une écriture d'une simplicité très prenante...
    Voir plus

    Une femme, "celle-là", vient de perdre son enfant. Elle part. Et nous emmène avec elle, dans sa marche sans but vers une sorte de vide qui est prêt à tout recevoir parce qu'elle n'attend plus rien. Dès la première page, vous êtes happé par une écriture d'une simplicité très prenante qui vous tient jusqu'à la dernière page.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !