Carole Fives

Carole Fives

Carole Fives, née le 12 novembre 1971 dans le Pas-de-Calais est une femme de lettres française.

Après une licence de philosophie et une maîtrise d'arts plastiques, Carole Fives entre à l'école des beaux-arts de Paris où elle obtient le diplôme national supérieur d'expression plastique (DNSEP). A...

Voir plus

Carole Fives, née le 12 novembre 1971 dans le Pas-de-Calais est une femme de lettres française.

Après une licence de philosophie et une maîtrise d'arts plastiques, Carole Fives entre à l'école des beaux-arts de Paris où elle obtient le diplôme national supérieur d'expression plastique (DNSEP). Artiste plasticienne et vidéaste, elle écrit d'abord dans le cadre de performances sonores. Un premier recueil de nouvelles est publié en 2010, "Quand nous serons heureux", qui est récompensé par le prix Technikart, présidé cette année-là par Alain Mabanckou. Elle est aussi auteur d'albums et de romans jeunesse notamment à l'École des Loisirs ("Zarra", " Modèle vivant"... ) et chez Hélium. Elle travaille régulièrement avec les dessinatrices Dorothée de Monfreid et Séverine Assous. Après avoir vécu à Lille, elle s'est installée récemment à Lyon.

Articles en lien avec Carole Fives (2)

Avis sur cet auteur (69)

  • add_box
    Couverture du livre « Camille Claudel, la vie jeune » de Carole Fives aux éditions Invenit

    Carrie sur Camille Claudel, la vie jeune de Carole Fives

    Je suis très contente d'avoir lu cette (très) courte histoire, et ce à plusieurs titres.
    D'abord, parce que ce livre traînait dans ma PAL depuis quelques années après l'avoir acheté à l'occasion d'une rencontre avec l'auteure lors d'une lecture dans un café très connu de ma ville qui, hélas...
    Voir plus

    Je suis très contente d'avoir lu cette (très) courte histoire, et ce à plusieurs titres.
    D'abord, parce que ce livre traînait dans ma PAL depuis quelques années après l'avoir acheté à l'occasion d'une rencontre avec l'auteure lors d'une lecture dans un café très connu de ma ville qui, hélas !, changement de propriétaire oblige, a arrêté depuis ce genre de dédicace.
    Ensuite, parce que Carole Fives est très très sympa, je me souviens beaucoup de sa gentillesse et de son humilité.
    Enfin, parce que l'histoire se déroule au sein du sublime musée La Piscine de Roubaix, un bijou niché au coeur d'une ville à la mauvaise réputation.

    La Petite Châtelaine de Camille Claudel se trouve au centre de ces huit destins croisés de personnages, chacun aux prises avec ses propres contradictions, ses propres désirs, face à son passé ou, au contraire, à son avenir, certains au carrefour de leur vie ou sur le point de prendre une décision irrémédiable. Et cette sculpture représentant une petite fille semble porter, c'est selon, tout l'espoir, la tristesse ou la joie du monde sur ses frêles épaules.

    Et qui mieux que Caroles Fives, artiste plasticienne de formation, diplômée de l'école des beaux-arts de Tourcoing, ville tout aussi mal considérée que sa voisine roubaisienne, pour retranscrire toute l'émotion apportée par cette sculpture de cette artiste maudite que fut Camille Claudel ?
    Une plume très imagée, très franche, très brute, à l'image de ces personnages en perdition.

    Une jolie découverte

  • add_box
    Couverture du livre « Tenir jusqu'à l'aube » de Carole Fives aux éditions Gallimard

    Les livres de K79 sur Tenir jusqu'à l'aube de Carole Fives

    J’ai eu la chance de rencontrer et d’échanger avec Carole Fives lors du jury du Prix Orange du Livre 2019 dont je faisais partie. C’est une fille extrêmement sympathique, drôle et charmante. Depuis, n’ayant jamais lu une de ses œuvres, je me suis promis de corriger cette anomalie.

    Dans ce...
    Voir plus

    J’ai eu la chance de rencontrer et d’échanger avec Carole Fives lors du jury du Prix Orange du Livre 2019 dont je faisais partie. C’est une fille extrêmement sympathique, drôle et charmante. Depuis, n’ayant jamais lu une de ses œuvres, je me suis promis de corriger cette anomalie.

    Dans ce court roman, on suit les traces d’une jeune maman qui élève seule son fils. Immergé dans son quotidien, on assiste à toutes les péripéties qui jalonnent son quotidien. Petit à petit, on comprend la détresse qui l’envahit face à toutes les épreuves auxquelles elle est confrontée. Sa vie est surchargée et la solitude s’en mêle. Elle se retrouve désemparée, engloutie sous ses responsabilités.

    Cette histoire est d’autant plus difficile que l’héroïne ne peut partager ses désagréments avec personne sous peine de subir le regard et le jugement des autres. La communauté des mères respecte des règles de discrétion, qui empêche ses membres de se plaindre. La souffrance doit rester silencieuse.

    En étant au plus proche de cette femme, on entre en empathie avec elle. Grâce à cette intimité, plusieurs jugements hâtifs que j’avais avant cette lecture, ont été remis en cause. J’ai été stressé par certaines scènes et je me suis senti impuissant avec cette femme.

    A l’instar de « Amour propre » de Sylvie le Bihan que j’avais aussi adoré, « Tenir jusqu’à l’aube » fait preuve d’une grande lucidité sur le métier de mère d’aujourd’hui, dans notre société à la fois réactionnaire et castratrice. Ce texte, criant de vérité, permet de donner la parole à une mère isolée en prenant le contrepied du politiquement correct. Il nous ouvre les yeux sur une réalité bien moins douce que l’on veut nous faire croire. Dans le même temps, j’ai été frustré par la brièveté du texte mais j’ai aussi été ravi de retourner dans ma propre vie bien plus tranquille…

    « Bravo Carole, j’ai hâte de découvrir tes autres livres ! »

    http://leslivresdek79.com/2019/12/17/510-carole-fives-tenir-jusqua-laube/

  • add_box
    Couverture du livre « Tenir jusqu'à l'aube » de Carole Fives aux éditions Gallimard

    Berenice974 sur Tenir jusqu'à l'aube de Carole Fives

    Deux ans qu'elle est mère, du mieux qu'elle peut dans un monde sans compassion qui sans cesse crache ses injonctions : il faut être aimante, bienveillante, organisée, forte, dévouée. Il faut sourire, travailler, aimer. Mais la vie de "maman solo" comme on dit dans les magazines, cela ressemble...
    Voir plus

    Deux ans qu'elle est mère, du mieux qu'elle peut dans un monde sans compassion qui sans cesse crache ses injonctions : il faut être aimante, bienveillante, organisée, forte, dévouée. Il faut sourire, travailler, aimer. Mais la vie de "maman solo" comme on dit dans les magazines, cela ressemble souvent peu aux couleurs du papier glacé. Quittée du jour au lendemain sans même une explication par le père de l'enfant, elle lutte chaque jour pour maintenir à flot son monde qui s'est brusquement étriqué : de l'appartement au parc, du parc à la supérette. Son emploi de graphiste free-lance lui permet à peine de joindre les deux bouts mais comment bosser quand on ne peut pas faire garder son bambin, quand le moindre rendez-vous vous ramène à la même situation inextricable ?

    Alors elle rêve, doucement, d'un moment, petit tout petit, rien qu'à elle. Oser sortir, marcher, respirer une demie-heure, une heure, peut-être deux quand l'enfant dort. Sortir sans qu'il s'en rende compte, sortir sans que personne ne s'en rende compte, ni la concierge, ni les voisins, sortir pour respirer un autre air que celui de la fusion. Aller un peu plus loin chaque fois, reculer l'heure du minuteur sur le téléphone, être libre... Vraiment ?
    Avec Tenir jusqu'à l'aube, Carole Fives sonde avec acuité et justesse l'intime, des petits gestes du quotidien aux tourments intérieurs. Son héroïne s'interroge sans cesse sur cette vie qu'elle subit, sur cet amour inconditionnel, fusionnel qui la lie à son petit enfant et l'enferme, l'isole. Quand on n'a personne à qui parler, à qui se confier, auprès de qui prendre conseil, il reste, dans la solitude des soirées, les forums. A travers chaque recherche de la jeune femme, Carole Fives donne à voir toute la complexité de cette situation de mère célibataire isolée face aux injonctions et aux jugements parfois violents de notre société. Un roman qui m'a donné envie d'aller découvrir plus avant l'écriture et les thèmes de Carole Fives.

  • add_box
    Couverture du livre « Tenir jusqu'à l'aube » de Carole Fives aux éditions Gallimard

    Marie Claude Lahellec sur Tenir jusqu'à l'aube de Carole Fives

    Vivre en maman solo est très compliqué : l'enfant ne peut compter que sur sa mère et la vie ne tourne qu'autour de lui... Comment un père peut-il ne manifester qu'indifférence envers son enfant ? Comment vivre au quotidien avec un jeune enfant sans aide aucune ? Comment retrouver sa part de...
    Voir plus

    Vivre en maman solo est très compliqué : l'enfant ne peut compter que sur sa mère et la vie ne tourne qu'autour de lui... Comment un père peut-il ne manifester qu'indifférence envers son enfant ? Comment vivre au quotidien avec un jeune enfant sans aide aucune ? Comment retrouver sa part de femme dans son statut de maman à temps plein? Comment recevoir le regard et le jugement de l'entourage ?
    Un magnifique 1er roman sur un sujet qui touche de plus en plus de femmes. Une écriture fluide et percutante. Un roman qu'on a du mal à reposer dès qu'on l'a ouvert et une fin très surprenante...