Carina Rozenfeld

Carina Rozenfeld
Carina Rozenfeld est née en 1972 à Paris. Après des études de géographie et d'urbanisme, elle se tourne vers l'édition, puis elle devient journaliste pour Cyberpress Publishing et Panini dans des magazines jeunesse. Depuis trois ans, elle se consacre à l'écriture de ses romans et à ses rencontres... Voir plus
Carina Rozenfeld est née en 1972 à Paris. Après des études de géographie et d'urbanisme, elle se tourne vers l'édition, puis elle devient journaliste pour Cyberpress Publishing et Panini dans des magazines jeunesse. Depuis trois ans, elle se consacre à l'écriture de ses romans et à ses rencontres auprès des jeunes lecteurs de toute la France. Carina a déjà publié une dizaine de romans jeunesse et ados récompensés par de nombreux prix, aux éditions L'Atalante, Syros, Intervista. Elle a appris la musique pendant onze ans à l'École nationale de musique de Saint-Germain-en-Laye, ce qui lui a permis de créer avec délice l'univers musical dont ses diptyques Phænix et La Symphonie des Abysses sont imprégnés.

Avis (30)

  • add_box
    Couverture du livre « E.V.E. ; entité, vigilance, enquête » de Carina Rozenfeld aux éditions Syros

    Lunartic sur E.V.E. ; entité, vigilance, enquête de Carina Rozenfeld

    Une fois n'est pas coutume, je tiens dans un premier temps à remercier de tout cœur les éditions Syros pour ce bel envoi qui me faisait tant envie et que j'ai tout simplement savouré après réception. L'attente a été vraiment dure, car cette nouveauté livresque me faisait les yeux doux avec sa...
    Voir plus

    Une fois n'est pas coutume, je tiens dans un premier temps à remercier de tout cœur les éditions Syros pour ce bel envoi qui me faisait tant envie et que j'ai tout simplement savouré après réception. L'attente a été vraiment dure, car cette nouveauté livresque me faisait les yeux doux avec sa couverture futuriste et son contraste avec son rose chatoyant et son bleu foncé, sa jeune fille violacée baignée d'un bleu plus clair, comme si elle voyait le ciel dans son horizon (oui, j'ai de l'imagination), un monde plus vivant. Du coup, le fait que ma demande de service de presse ait été acceptée n'a rendu sa lecture que plus douce et jouissive. Ce fut un véritable enchantement et vous avez toute ma gratitude. Ajoutons à cela que j'avais eu la chance de rencontrer Carina Rozenfeld, l'auteure, lors des Imaginales 2017 (dans mes Vosges ♥) et elle s'est montrée toute douce, très avenante.

    Sa gentillesse se lit sur ces traits et s'en est trouvée confirmée lors de ce bref entretien. Je n'avais pas grand chose à lui dire et j'étais embarrassée car, comme je le lui ai expliqué, j'avais tellement entendu de bien d'elle mais je n'avais jamais encore eu le temps de lire un de ses romans. En réponse, elle m'a souhaité le meilleur bienvenue qui soit dans son petit univers, avec le plus mignon et gentil des sourires. J'ai ainsi été conquise par le chant de son héroïne Abrielle dans La Symphonie des abysses (mon petit achat au stand où elle se situait), et E.V.E. fut une autre belle découverte, qui m'a confirmé que j'avais bien frappé à la bonne porte au niveau paradis littéraire. Cette nouvelle parution nous plonge au sein d'un futur plus ou moins proche, dans une mégalopole de trente millions d'âmes, à l'instar de Tokyo et de sa périphérie, prénommée Citypolis. Un nom qui, je pense, n'a pas été choisi au hasard tant il symbolise l'anonymat de cette ville, qui ressemble à n'importe laquelle des grandes capitales de notre époque actuelle. Elle en est vide de personnalité, je me la représentais dans mon esprit immaculée, lambrissée de plaques en verre propres comme un sou neuf. Voilà, une grande ville proprette à l'éclat bien terne et inintéressant. Pourtant, elle possède une particularité qui pourrait nous séduire.

    Je souligne bien le pourrait car cette particularité a un désavantage conséquent. En effet, cette ville est exempte de criminalité, la violence y a fait une chute libre grâce aux fameuses E.V.E.s (Entité. Vigilance. Enquête) dont fait partie la nôtre. Celle-ci va nous narrer son histoire pour le moins peu commune, son quotidien où elle doit s'introduire tel un parasite dans la vie privée des différents citoyens afin de s'assurer que leurs signes vitaux ne s'affolent pas. Ébats sexuels, rendez-vous amoureux, moments gênants de la vie de tous les jours, sont donc épiées par ces entités dont on ne sait rien, si ce n'est qu'elles assurent la sécurité et la protection au sein de Citypolis.

    En avertissant directement les agents d'intervention. On peut comprendre que ce système aussi efficace que redoutable peut en perturber certains malgré ses attraits (j'ai été impressionnée en tout cas). En comparaison, notre service de surveillance est loin de servir nos intérêts *raclements de gorge*. Bref... Ce point de vue d'un esprit machinal, préparé à répondre à des questions toutes faites et à un certain automatisme, va s'ouvrir et s'épanouir à l'Humanité lorsqu'il va être témoin d'un crime d'une grande brutalité qui était totalement imprévisible. Son immersion va permettre à la victime d'avoir son corps maintenu en vie d'une manière miraculeuse, mais son âme, elle, a déjà rejoint les cieux. Notre narratrice peu ordinaire, E.V.E., va alors pouvoir jouir des sensations, celle de respirer, de rire, de sentir le soleil ou la pluie sur sa peau, celle d'être aimée, de ressentir de l'amitié, du désespoir, celle enfin de choisir sa destinée. E.V.E. va constituer un personnage attachant et attendrissant, que je ne pouvais que comprendre : face à la beauté de la vie humaine, à sa complexité et à cet émerveillement et joie que cela procure, comment résister ?

    Notre programme de vigilance aux origines bien sombres (préparez-vous à un choc de ce côté-là d'ailleurs) va alors s'humaniser au fil des pages, se libérer des carcans de la vitre derrière laquelle elle est confinée, même si elle va se sentir terriblement mal, culpabiliser à l'idée de voler à la défunte Éva son corps, de violer sa propriété en somme, et de mentir aux yeux de tous. In fine, E.V.E. est le personnage que j'ai trouvé être le plus intelligent, empathique, sensible et brave, altruiste, de l'histoire. Le personnage le plus remarquable de par son comportement, son attitude et ses pensées qui relèvent d'un véritable apprentissage pour cette entité aux fonctions de prime abord purement robotiques.

    J'ai beaucoup aimé le raisonnement que cela amène, à savoir : quelle est la frontière entre l'Homme et le fruit de sa création, le robot ? Une conception scientifique et technologique a-t-elle le droit de s'approprier des caractères humains, d'être considérée comme telle ? Si, au départ, le fait qu'E.V.E. insuffle le souffle de vie nécessaire au corps d'Éva afin que ce dernier ne devienne point un véritable cadavre est somme toutes assez surprenant, voir effrayant, très vite, j'ai vu E.V.E. comme une personnalité, un individu hors normes qui, lui aussi, avait le droit de vivre pour lui-même. Cette entité est certainement bien plus humaine, juste et sensée que l'essentiel des personnages nés-humains dans ce roman, qui paraissent bien fades en comparaison. J'ai fortement apprécié l'optimisme que la vision de l'auteure apporte sur le sujet de la high-tech,-de son empreinte croissante sur notre vie.

    Avec un juste milieu qui nous permet de nous poser beaucoup de questions et de nous montrer plus tolérant, compatissant avec notre prochain et le monde qui nous entoure. Et de croquer la vie à pleines dents également, car ce don que nous avons en tant qu'êtres vivants ayant notre libre-arbitre est très précieux. Bref, ce roman prenant de bout en bout dégage plein de bonnes ondes, et je ne peux que vous le recommander ♥

  • add_box
    Couverture du livre « Les sentinelles du futur » de Carina Rozenfeld aux éditions Syros

    Marie Kacher sur Les sentinelles du futur de Carina Rozenfeld

    En 2359, la Terre est dévastée par le réchauffement climatique, les pluies acides et les catastrophes naturelles à répétition. Dans ce monde décimé subsiste cependant une lueur d’Espoir : le bout du tunnel approche, les Sphères Blanches vont très bientôt être découvertes et l’humanité va pouvoir...
    Voir plus

    En 2359, la Terre est dévastée par le réchauffement climatique, les pluies acides et les catastrophes naturelles à répétition. Dans ce monde décimé subsiste cependant une lueur d’Espoir : le bout du tunnel approche, les Sphères Blanches vont très bientôt être découvertes et l’humanité va pouvoir reconstruire un monde meilleur grâce à l’énergie infinie et propre qu’elles contiennent. Si personne ne doute de cet état de fait, exception faite de quelques groupuscules extrémistes, c’est que l’information provient de l’avenir lui-même : les Sentinelles du Futur, ces hommes et ces femmes qui voyagent dans le temps, ont vu par eux-mêmes la Terre telle qu’elle le sera dans 300 ans. Elon est élève à l’Académie, l’école qui forme ces arpenteurs du futur et qui travaille d’arrache-pied pour que les choses se déroulent comme prévu, et il ne rêve que d’une chose : entreprendre à son tour ce fabuleux voyage. Et en dépit de son fantastique don, il était bien loin de se douter que son souhait allait être exaucé plus tôt que prévu, tandis que des attaques extraterrestres dévastent la Terre de 2659 …

    S’il est aussi difficile de vous concocter un résumé correct, c’est que toutes les informations qui s’y trouvent se découvrent aussi progressivement que spontanément au cours des premiers chapitres. Le lecteur se retrouve immédiatement plongé au cœur du quotidien d’Elon, un étudiant pas tout à fait comme les autres mais dont on ne comprend pas immédiatement la particularité, car les explications sont données au compte-goutte, par petites touches, sans se transformer en indigestes pavés d’informations. Je dois cependant avouer avoir été quelque peu perdue au début, ce qui m’a quelque peu rebutée : j’ai eu énormément de difficultés à me plonger véritablement dans l’histoire. Ce n’est qu’à partir de la deuxième partie que je me suis laissée entrainée par l’intrigue. Même remarque pour les personnages : il m’a fallu bien des chapitres pour m’y attacher, car les événements se déroulent si rapidement qu’on n’a pas le temps d’apprendre à les connaitre. Je pense que ce livre aurait mérité d’être un petit peu plus long, ne serait-ce que pour poser véritablement les bases de ce monde si différent du nôtre avant que l’intrigue ne débute pour de bon.

    Malgré ce petit problème de rythme, ce petit roman jeunesse reste très bon : des idées excellentes, un message très profond, des personnages attachants, une narration bien fluide … Comme bien d’autres livres de la collection Soon, nous avons ici une morale essentiellement écologique, qui nous invite à prendre soin de notre planète et de ne pas se comporter comme des parasites à son égard. Un joli message de paix se cache également au cœur de cette histoire, avec deux héros aux dons singuliers qui vont tout faire pour empêcher une guerre en privilégiant le dialogue et la compréhension. Ajoutez à cela la romance mignonne à souhait entre Elon, symbole de cette humanité qui tirent les missiles avant de poser des questions, et Nuts, qui devient sans le savoir le porte-parole de cette espèce extraterrestre pas si agressive que cela, et vous aurez une magnifique illustration du célèbre adage « Faites l’amour, pas la guerre ». En à peine trois-cent pages, l’auteure est parvenue à délivrer ces messages essentiels au lecteur, de façon suffisamment subtile pour ne pas imposer sa vision du monde, mais suffisamment présente pour la suggérer.

    Pour conclure, nous avons ici une lecture en demi-teinte : d’un côté, un contexte prometteur et un message instructif, de l’autre, un rythme trop déséquilibré et un univers parfois compliqué à comprendre. L’auteure avait de très bonnes idées, mais ces dernières auraient méritées à être plus exploitées : le don de prescience d’Elon n’est finalement pas si utile qu’on aurait pu l’imaginer en lisant le résumé, et le rôle de Nuts dans la résolution du conflit aurait pu être plus important sans que cela ne soit dérangeant. Cependant, il y a énormément de points positifs pour ce roman : des personnages faciles à identifier, une narration fluide et délicate, des descriptions à couper le souffle et un message primordial. Je pense que ce livre fera le ravissement de tous les jeunes lecteurs adeptes de voyages temporels et d’histoire d’amour, de tous les adolescents qui se préoccupent de leur planète et de l’avenir. Ce roman ferait une excellente introduction à la science-fiction pour les enfants qui n’en lisent pas encore, ainsi qu’une jolie sensibilisation pour ceux qui ne comprennent pas que la nature a besoin d’être protégée.

  • add_box
    Couverture du livre « Zalim t.1 » de Carina Rozenfeld aux éditions Scrineo

    Manon S. sur Zalim t.1 de Carina Rozenfeld

    Je suis toujours très emballée de lire un Scrineo. C'est une maison d'édition dans laquelle je me retrouve et qui a à cœur de mettre en avant des auteurs français et des genres que j'apprécie. J'en attendais beaucoup de Zalim car certains thèmes abordés dans le résumé, comme la métamorphose,...
    Voir plus

    Je suis toujours très emballée de lire un Scrineo. C'est une maison d'édition dans laquelle je me retrouve et qui a à cœur de mettre en avant des auteurs français et des genres que j'apprécie. J'en attendais beaucoup de Zalim car certains thèmes abordés dans le résumé, comme la métamorphose, m'ont tout de suite fait penser au Roi des Fauves, mon coup de cœur absolu de cette maison d'édition. Malheureusement, ce premier tome est une déception.

    Ce livre m'a en effet frustré sur plusieurs points. Tout d'abord, ce premier tome fait un peu trop office d'introduction et de remplissage. L'auteur s'attarde beaucoup trop sur le temps qu'il fait, sur le quotidien pas toujours intéressant du château, et se répète beaucoup ! Vivement que le monstre nous détruise ces colonnes de créatures fantastiques qui semblent nous suivre du regard (vous avez cette même phrase, mot pour mot, au moins quatre fois dans le livre)

    En plus de faire traîner son récit, j'ai trouvé que l'auteur l'avait tout simplement complètement raté : elle essaye de jouer sur le suspens, sauf que l'on comprend dès la première apparition du monstre qui est son hôte (aidé notamment par la couverture où aurait clairement du figurer le monstre seul) et cela rend le livre d'autant plus long.

    J'ai aussi eu du mal avec son style. Ses phrases sont parfois beaucoup trop longues et donc pas très compréhensibles. Et je n'ai pas aimé le style un peu vieillot qu'elle s'est sentie obligée de prendre pour faire plus fantasy.

    J'ai aussi été très déçue par son univers. L'auteur n'explique presque rien et ce qu'elle prend le temps d'expliquer sonne creux. C'est trop facile, trop banal.

    L'idée était pourtant bonne, intéressante. Sur la fin on sent d'ailleurs qu'elle commence à développer des choses autour du monstre. Peut-il être maîtrisé au final ? J'ai aussi, heureusement, été complètement conquise par ses personnages et les différents couples qui sont tellement réels et touchants. Ils sont vraiment bien construits, chacun avec leurs faiblesses, leurs doutes. On les sent aussi évoluer, surtout Elyana. Son père, le roi, m'a particulièrement touché.

    Il n'était peut-être pas nécessaire d'en faire une série. Ce premier tome, en tout cas, est clairement trop long et décourage beaucoup. Mais je me suis tellement attachée aux personnages que je vais surement lire la suite, en espérant que le récit avance plus vite et que les révélations soient moins évidentes dans le prochain tome !

    http://bookshowl.blogspot.fr/2017/01/zalim-tome-1-carina-rozenfeld.html

  • add_box
    Couverture du livre « Le feu secret t.1 » de Carina Rozenfeld et Christi Daugherty aux éditions R-jeunes Adultes

    Clara Combasteil sur Le feu secret t.1 de Carina Rozenfeld - Christi Daugherty

    Cela fait un moment que je voulais lire ce livre et maintenant c'est chose faite. Pour tout vous dire ce livre à frôler le coup de cœur !

    Dans cette histoire nous allons faire la connaissance de Taylor et de Sacha. Deux personnes qui ont un chacun un pouvoir très différent mais qui...
    Voir plus

    Cela fait un moment que je voulais lire ce livre et maintenant c'est chose faite. Pour tout vous dire ce livre à frôler le coup de cœur !

    Dans cette histoire nous allons faire la connaissance de Taylor et de Sacha. Deux personnes qui ont un chacun un pouvoir très différent mais qui peuvent se révéler dangereux. L'un habite en Angleterre, l'autre à Paris. Malgré la distance, leur destin est d'être ensemble mais cela ils l'ignorent. Ils vont devoir combattre pour survivre contre les Rafleurs. Mais qui les a envoyé pour les tuer ?
    C'est vraiment un roman très bien mené, les auteures prennent bien le temps de nous poser l'univers, de décrire. Elles prennent leur temps mais cela n'a pas de conséquence sur le rythme du livre puisque une fois que l'histoire commence vraiment tout devient plus intense. On en apprend davantage sur la malédiction de Sacha et sur le don de Taylor.

    Taylor est un personnage que j'ai beaucoup aimé pour son ambition. Elle veut toujours faire de son mieux que ce soit pour ces études ou pour ses pouvoirs. En effet, elle va beaucoup s’entraîner pour apprendre à contrôler ses pouvoirs même si par moments elle se décourage. De plus, elle veut rentrer dans une grande école, pour ça un professeur en particulier va l'aider à faire des petites missions afin d'améliorer son dossier. C'est comme ça qu'elle va faire la rencontre de Sacha.
    Sacha est un jeune homme très mystérieux, on sait très peu de choses de lui et de sa vie passé. Sacha va se servir de sa malédiction pour faciliter la vie de sa famille, mais tout n'est pas toujours aussi facile. On va apprendre plus tard que Sacha va mourir à un jour précis. Cette révélation va donner une sorte de piment à l'histoire.
    Ces deux personnages vont alors se réunir afin d'essayer de trouver une solution contre cette malédiction.

    Les auteures avaient chacune un personnage. Si je ne me trompe pas Carina Rozenfeld écrivait du point de vue de Sacha et C.J. Daugherty du point de vue de Taylor. Elles ont réussi, grâce à leur style d'écriture (qui je dois dire est assez similaire, mais pas totalement) à faire une histoire originale, qui nous emporte. Les pages de ce roman se tournent très rapidement tellement l'envie de savoir la suite est présente.

    En bref, c'est un roman que j'ai adoré lire ! J'ai hâte de retrouver Taylor et Sacha pour la suite de leurs aventures. Dernière chose : vous devez absolument lire ce livre !

    Clara Dream Books (http://claradreambooks.blogspot.fr/2016/03/le-feu-secret-de-cj-daugherty-rozenfeld.html)

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com