Camilla Grebe

Camilla Grebe

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (43)

  • add_box
    Couverture du livre « Le journal de ma disparition » de Camilla Grebe aux éditions Calmann-levy

    Sandrine Fernandez sur Le journal de ma disparition de Camilla Grebe

    Adolescente, Malin s'est retrouvée au cœur d'un drame qui a secoué son paisible village en découvrant le corps sans vie d'une enfant dans les bois entourant Ormberg. Huit ans plus tard, c'est en tant qu'agent de police qu'elle est de retour sur les lieux du drame, pour reprendre l'enquête sur ce...
    Voir plus

    Adolescente, Malin s'est retrouvée au cœur d'un drame qui a secoué son paisible village en découvrant le corps sans vie d'une enfant dans les bois entourant Ormberg. Huit ans plus tard, c'est en tant qu'agent de police qu'elle est de retour sur les lieux du drame, pour reprendre l'enquête sur ce meurtre resté impuni. Intégrée à l'équipe de Manfred, Peter et Hanne, elle se réjouit de pouvoir faire ses preuves tout en appréhendant de retrouver le village et les souvenirs qu'elle a fuis. Même si sa mère y vit encore, Malin revient peu souvent dans ce coin perdu de Suède, sinistré par la crise où l'usine qui faisait vivre la région a été remplacée par un foyer pour réfugiés, au grand dam des locaux.
    Mais très vite, l'enquête tourne mal. Le corps d'une femme est découvert à l'endroit même où était morte la petite fille inconnue, Peter est porté disparu et Hanne est retrouvée hagarde, frigorifiée et amnésique dans la forêt. La psychologue souffrant de problèmes de mémoire tient un journal de bord où pourrait se trouver une explication à la disparition de Peter mais ce précieux carnet est introuvable. C'est Jake Olsson, un adolescent présent dans la forêt en même temps qu'Hanne, qui désormais possède le journal. Mais plutôt que de le remettre à la police et d'avoir à expliquer sa présence sur les lieux, il préfère se plonger dans les souvenirs d'Hanne.

    Tempêtes de neige, secrets de famille et misère sociale sont les ingrédients du deuxième opus de la série mettant en scène l'équipe de Manfred, Peter et la psychologue Hanne. Camilla Grebe leur adjoint deux nouvelles recrues, pas forcément des plus sympathiques, l'ambitieuse Malin, et le trop sûr de lui Andreas. Dans un village replié sur lui-même où les fermetures d'usine, le chômage, les vitrines baissées et l'exode rural ont insufflé aux rares habitants des sentiments d'abandon et de rancoeur, attisés encore par l'installation d'un foyer de réfugiés, l'auteure s'amuse à mêler un cold case et un crime récent, peut-être liés à travers le temps mais tous deux protégés par les taiseux du coin. Au milieu des habitants solidaires, parfois résignés, parfois racistes, s'élève la voix discrète de Jake, un adolescent qui se cherche, coincé entre la peur de sa différence et l'irrésistible envie d'être lui-même. A travers lui, on entend aussi les mots du journal d'Hanne qui seuls pourront peut-être expliquer la disparition de Peter et mener vers le tueur.
    Un véritable page-turner qui ménage sa part de suspense tout en s'intéressant à la psychologie des différents personnages. On s'immerge sans peine dans ce village de carte postale aux maisons de bois rouges, sous une épaisse couche de neige immaculée et qui cache des drames humains et de sombres secrets. Encore une réussite pour Camilla Grebe qui a su se faire une place dans le monde du polar scandinave.

  • add_box
    Couverture du livre « L'ombre de la baleine » de Camilla Grebe aux éditions Calmann-levy

    Hidès sur L'ombre de la baleine de Camilla Grebe

    Comme souvent, Camilla Grebe nous raconte une histoire avec plusieurs voix. Trois portraits, trois personnages qui sont bien différents et qui nous plonge dans des eaux bien sombres…mais qui livre une intrigue légèrement en dessous de mes attentes. Malheureusement, L’ombre de la baleine ne m’a...
    Voir plus

    Comme souvent, Camilla Grebe nous raconte une histoire avec plusieurs voix. Trois portraits, trois personnages qui sont bien différents et qui nous plonge dans des eaux bien sombres…mais qui livre une intrigue légèrement en dessous de mes attentes. Malheureusement, L’ombre de la baleine ne m’a pas pleinement convaincu…seulement trépidant vers la fin….


    Vous avez peut être remarqué avec les auteurs scandinaves, ils font évoluer leurs intrigues au travers de ses personnages. L’enquête n’est pas forcément au premier plan mais l’auteur nous livre des portraits très réaliste et parfois très complexe. Généralement cela n’est pas dérangeant en soi. Mais il faut apprécier les personnages pour pouvoir apprécier pleinement l’histoire. C’est là que le bât blesse avec L’ombre de la baleine. Même si j’ai apprécié un minimum les personnages, tel que Manfred, Malin ou encore Samuel et Rachel. Ils ne m’ont vraiment peu marqué. Cela a créé une certaine distance avec le récit, surtout au début.



    Puis il y a ce léger « défaut » venu du Nord, l’auteur aime prendre son temps pour nous présenter ses divers personnages, pour nous révéler une intrigue plutôt bien ficelée. C’est la première fois que je ressens cette lenteur d’une manière péjorative. L’histoire, l’enquête commence vraiment trop lentement. Je trouve cela vraiment dommage qu’il faut attendre la moitié du roman pour retrouver ce qui m’a séduit dans le style de Camilla Grebe, cet élément perturbateur incroyable qui te rend incapable de te détacher de ce roman.


    Avec L’ombre de la baleine, Camilla ne déroge pas à la règle des intrigues entrelacées avec brio, endormant la vigilance du lecteur, pour mieux nous surprendre et nous prendre aux pièges dans une histoire bien sombre. Je regrette seulement le manque de tensions au début du récit.

    https://hidesbouquine.blogspot.com/2019/09/lombre-de-la-baleine-camilla-grebe.html

  • add_box
    Couverture du livre « Le journal de ma disparition » de Camilla Grebe aux éditions Calmann-levy

    Soraya_bouquine sur Le journal de ma disparition de Camilla Grebe

    Un bon thriller nordique comme je les aime. L'intrigue se déroule en Suède et plus précisément à Ormberg. Le décor y est parfait; c'est une bourgade isolée, désertée et sinistrée où le chômage règne depuis la fermeture des usines qui employaient une majorité des habitants.
    En pleine crise...
    Voir plus

    Un bon thriller nordique comme je les aime. L'intrigue se déroule en Suède et plus précisément à Ormberg. Le décor y est parfait; c'est une bourgade isolée, désertée et sinistrée où le chômage règne depuis la fermeture des usines qui employaient une majorité des habitants.
    En pleine crise sociale, les habitants voient d'un mauvais oeil l'installation d'un centre d'accueil pour demandeurs d'asile.
    Crise sociale, hostilité et méfiance envers les étrangers. C'est dans ce contexte que deux meutres sont commis ainsi qu'une disparition inquiétante. Une enquête est alors menée ponctuée de rebondissements et suspens à souhait. .
    Ma lecture a été très fluide. J'ai adoré le style de l'auteure. Je n'avais pas lu le premier roman de l'auteure mais cela n'a pas été gênant pour cette lecture. .
    .

  • add_box
    Couverture du livre « L'archipel des larmes » de Camilla Grebe aux éditions Calmann-levy

    L'atelier de Litote sur L'archipel des larmes de Camilla Grebe

    Vous pouvez choisir de lire ce livre indépendamment des trois autres mais pourquoi se priver de la lecture d’excellents polars scandinaves. Avec L’archipel des larmes on s’engage non seulement dans une enquête policière, un tueur en série sévit sur plusieurs décennies mais aussi sur une étude...
    Voir plus

    Vous pouvez choisir de lire ce livre indépendamment des trois autres mais pourquoi se priver de la lecture d’excellents polars scandinaves. Avec L’archipel des larmes on s’engage non seulement dans une enquête policière, un tueur en série sévit sur plusieurs décennies mais aussi sur une étude sociologique de la place des femmes dans la société suédoise sur une période allant de 1944 à 2019. On va suivre ainsi trois enquêtrices et voir les difficultés qu’elles sont amenées à rencontrer du fait de leurs statuts de femmes flics. Je me suis vraiment passionnée pour chacune d’entre elles, c’était intelligent et touchant à la fois. Bien écrit et bien traduit avec de nombreuses surprises et rebondissements. Alors je trouve qu’il y a un petit coté féministe dans ce livre où l’on traite souvent de la discrimination faite aux femmes. C’est bien ainsi puisque cela correspond à l’évolution des femmes depuis les années cinquante. Au début elles devaient être silencieuses, dociles et n’avaient pas vraiment de poids dans les décisions et puis à force de se battre pour leurs convictions les choses ont fini par évoluer mais lentement hein, il ne faut rien brusquer. A la fois, elle reprend les clichés que l’on peut communément trouver sur des portraits masculins négatifs, vraiment primaires. La narration de ce récit est différente des autres livres, ici, le temps de l’action s’étire sur plusieurs décennies, donc on a le sentiment d’une façon d’écrire hachée, il m’a fallu un peu de temps avec ça mais au final c’était bien vu. Les crimes ont lieux sur cet espace temps et on vient les relier entre eux grâce à différents personnages à travers les périodes. Ces personnages deviennent des représentants de leur époque et c’est bluffant. Le fait que les points de vue sur l’enquête soient féminins, et ce que cela change dans la façon de faire était un plus. Bonne lecture.

Ils suivent Camilla Grebe

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !