Brigitte Kernel

Brigitte Kernel
Brigitte Kernel est écrivain,. Elle a été pendant de nombreuses années productrice-animatrice à France Inter d'émission littéraires et a écrit pendant dix ans les fameux feuilletons hebdomadaires "Cadavre-Exquis" pour ses émissions de radio dont une partie est publiée chez Librio).
Brigitte Kern... Voir plus
Brigitte Kernel est écrivain,. Elle a été pendant de nombreuses années productrice-animatrice à France Inter d'émission littéraires et a écrit pendant dix ans les fameux feuilletons hebdomadaires "Cadavre-Exquis" pour ses émissions de radio dont une partie est publiée chez Librio).
Brigitte Kernel a également été chroniqueuse littéraire dans "Place aux livres" sur LCI et dans "Rive droite, Rive gauche" de Thierry Ardisson sur Paris Première.
Ses romans : « Dis-moi oui », « A cause d'un baiser», « Fais-moi oublier».

Articles en lien avec Brigitte Kernel (3)

Avis sur cet auteur (33)

  • add_box
    Couverture du livre « Le secret Hemingway » de Brigitte Kernel aux éditions Flammarion

    Madame Tapioca sur Le secret Hemingway de Brigitte Kernel

    Etre le fils du grand Ernest Hemingway ne devait pas être chose facile.
    Comment trouver sa place face à Ernest le boxeur, le chasseur de fauves, le pêcheur de thon, le soldat , l'homme de six pieds de haut qui pesait cent kilos ?
    Si en plus tu t'appelles Grégory et qu'au plus profond de toi tu...
    Voir plus

    Etre le fils du grand Ernest Hemingway ne devait pas être chose facile.
    Comment trouver sa place face à Ernest le boxeur, le chasseur de fauves, le pêcheur de thon, le soldat , l'homme de six pieds de haut qui pesait cent kilos ?
    Si en plus tu t'appelles Grégory et qu'au plus profond de toi tu te sens femme, la route risque d'être longue et tourmentée avant que tu t'émancipes de la figure paternelle et de la société.
    Médecin, écrivain, marié quatre fois, père de huit enfants avec trois de ses épouses, Gregory attendra 64 ans pour devenir officiellement Gloria.

    C'est son histoire que Brigitte Kernel nous raconte avec beaucoup de délicatesse et d'empathie.
    Une histoire douloureuse, une histoire d'identité qui prend sans doute racine dans l'enfance passé au côté d'un stéréotype de virilité qui rêvait de pouponner une jolie petite fille rieuse et vêtue de rose.
    Du fond de la prison pour femmes où elle est incarcérée pour exhibition sur la voir publique, Grégory-Gloria se livre.
    Elle nous raconte son parcours, fuyant son malaise dans les drogues et l'alcool, écumant les bars homos et trans, flirtant avec toutes les limites, tous les excès.
    Elle nous raconte aussi sa belle et grande histoire d'amour avec Ida son épouse.
    Ida…..celle qui s'était mariée une première fois avec Grégory et qui s'unira une seconde fois avec Gloria.

    La destinée de Gloria mise en histoire par Brigitte Kermel m'a vraiment bouleversée.
    Avec bienveillance, retenue et sensibilité, l'auteure signe un beau roman sur la différence, sur la difficulté de naître dans un corps qui n'est pas le sien.
    Autant elle m'avait envoutée avec l'ambiance chaude de « Jours brûlants à Key West », autant elle a su me remuer profondément avec ce récit de vie hors des normes.
    Merci infiniment Madame de m'avoir fait rencontrer Grégory et Gloria.

  • add_box
    Couverture du livre « Le secret Hemingway » de Brigitte Kernel aux éditions Flammarion

    nathalie vanhauwaert sur Le secret Hemingway de Brigitte Kernel

    Ce roman est inspiré d'une histoire vraie, celle du fils cadet d'Ernest Hemingway et Pauline Pfeiffer. Né en novembre 1931 dans un corps masculin, Gregory , emprisonné dans ce physique qui n'est pas le sien, deviendra femme en 1995 à l'âge de 64 ans et s'éteindra en Gloria en 2001.

    C'est...
    Voir plus

    Ce roman est inspiré d'une histoire vraie, celle du fils cadet d'Ernest Hemingway et Pauline Pfeiffer. Né en novembre 1931 dans un corps masculin, Gregory , emprisonné dans ce physique qui n'est pas le sien, deviendra femme en 1995 à l'âge de 64 ans et s'éteindra en Gloria en 2001.

    C'est l'histoire d'une vie difficile. Pauline et Ernest Heminguay espéraient une fille, c'est Grégory qui est né, ils l'appelaient Gigi et jusque l'âge de sept ans l'ont habillé en fille. Cela a-t-il changé le cours des choses?

    A l'âge de dix ans et demi, Grégory surprend son père avec l'une de ses maîtresses, il subtilise ses dessous et les essaie, c'est là que naît Gloria. Son père, le célèbre "prodige de la littérature américaine" est choqué et lui dit "Tu ne seras jamais ça", c'est le rejet et à partir de ce moment Gigi devient Gig, Gloria nous raconte que "Ainsi devins-je sa honte, son secret bien gardé".

    C'est en effet une autre facette du génie de la littérature américaine que nous présente avec beaucoup de tendresse et avec brio, Brigitte Kernel.

    Grégory, Gloria deviendra avant sa déchéance un médecin, père de huit enfants, marié quatre fois avec trois femmes.

    On retrouve Gloria en prison à Miami, arrêtée pour attentat à la pudeur dans un bar suite à la consommation de drogues et d'abus d'alcool. C'est en prison qu'elle va nous raconter sa vie, son parcours, ses amours, ses zones d'ombres, son mal être, sa vie durant dans un corps qui n'était pas le sien.

    Elle nous raconte son enfance, une mère morte jeune qui voulait une fille et qui ne l'a jamais vraiment aimée, sa mère dont on l'accuse de l'avoir tuée. Gloria ne supportant pas l'injustice, se battra pour rétablir la vérité et prouver le contraire.

    Un père célèbre, pour qui elle est la honte, un père qui l'adore pourtant mais en secret car il ne peut accepter l'état transgenre de Grégory, et plus tard sa honte encore plus grande lorsqu'il sera radié de l'ordre des médecins.

    Ce roman, c'est aussi des histoires d'amour, la plus belle avec Ida qu'il épousa deux fois, l'amour pour ses enfants qui le poussa à attendre d'avoir 64 ans avant de prendre vraiment son corps de femme.

    Et puis, il y a aussi la peur, l'insulte difficile à vivre pour Gloria suite surtout aux violences dont elle fut l'objet avec Douglas Robinson.

    Un autre aspect traité avec délicatesse par l'auteur est la malédiction des Hemingway et les idées suicidaires de nombreux membres de la famille.

    Il y a beaucoup d'autres choses magnifiques dans ce roman. L'écriture est fluide, les mots doux, bien choisis. Ce récit m'a emporté, j'ai appris beaucoup de choses. Un petit bijou à lire sans modération.

    C'est un coup de coeur pour moi. ♥♥♥

    Les jolies phrases

    Je suis une femme. Je suis simplement née dans un corps d'homme.

    La bête était en lui comme elle est en moi. Une bête qui va à l'abattoir sans verser une larme. Mais qui voudrait retenir encore un peu le temps avant l'heure de la mise à mort.

    On peut tous tuer à un moment ou à un autre, c'est la faille en nous qui hurle à l'injustice, un cri depuis longtemps bridé.

    Les mots sont plus violents que les coups.

    Mais les insultes, c'est le pire, ça ne cicatrise pas. C'est la terreur inscrite en vous, le tatouage odieux partout à l'extérieur et à l'intérieur de soi.

    Sous la carapace rugueuse de son père, son caractère d'ours, une subtile délicatesse.

    Vous savez, ce n'est pas le nombre d'échardes que nous avons dans le coeur qui compte, c'est la profondeur des cicatrices mal refermées.

    Avez-vous déjà observé un amateur d'arabica à la seconde où ses lèvres effleurent la mousse du nectar ? Son régal l'apaise et son apaisement le régale.

    Allez savoir. Les auteurs sont de telles éponges, des mousses imbibées de détails appartenant à la vraie vie. Ces reliefs, ces rondeurs et ces senteurs qui font l'existence. Ils sculptent leur oeuvre, refondent la réalité et la dépassent parfois, avides de trouvailles. "Un écrivain, jurait Ernest, doit dépasser la réalité pour la rendre plus vraie. Le mensonge doit paraître plus véritable que le réel.

    Quel est le pire enfermement ? Ici, entre ces murs? A la clinique des fous et des fragiles sous calmants ? Dans son corps d'homme autrefois ? Ou cette enveloppe de femme aujourd'hui quand Ida ne veut plus me toucher ?

    La célébrité a un prix car, toujours, elle devient agression, et impossible de la ranger dans un coin de sa poche. Comme le ver coupé en deux, elle survit à elle-même.

    Je veux t'aider, Gloria, tu es si douce, rares sont les êtres bienveillants et purs comme toi. Tu es née dans le mauvais corps, il faut que tu deviennes toi, sinon tu ne feras que survivre puis mourir à feu doux.

    Il n'est pas facile d'être la progéniture d'un homme célèbre, son ombre vous couvre tout entier d'un voile, une sorte de toile de cinéma sur laquelle chacun projette son idée du grand homme, son fantasme éveillé.

    https://nathavh49.blogspot.com/2020/02/le-secret-hemingway-brigitte-kernel.html

  • add_box
    Couverture du livre « Le secret Hemingway » de Brigitte Kernel aux éditions Flammarion

    Anita Millot sur Le secret Hemingway de Brigitte Kernel

    Pour son nouveau roman - et notre plus grand plaisir ! - Brigitte Kernel évoque “une” des vies de famille d’Ernest Hemingway, ou plutôt du fils cadet Gregory, issu de son second mariage avec Pauline Pfeiffer.
    Gregory-Gloria Hemingway est un paradoxe, une énigme … Né en novembre 1931, médecin...
    Voir plus

    Pour son nouveau roman - et notre plus grand plaisir ! - Brigitte Kernel évoque “une” des vies de famille d’Ernest Hemingway, ou plutôt du fils cadet Gregory, issu de son second mariage avec Pauline Pfeiffer.
    Gregory-Gloria Hemingway est un paradoxe, une énigme … Né en novembre 1931, médecin marié quatre fois, père de huit enfants avec trois de ses épouses, il n’en est pas moins une femme au plus profond de son âme …
    Il est le narrateur de ce sublime récit. Incarcéré au Centre de Détention des femmes de Miami-Dade, il va nous faire des confidences sur sa transformation physique, sur l’éclosion de Gloria, sur ses amies de galère. Mais aussi sur son enfance avec Patrick son frère ainé, sur sa mère si fragile et morte trop tôt. Et surtout sur son père, monstre sacré de la littérature, qui rejettera les penchants “monstrueux” de son fils. Ernest Hemingway ne les tolèrera pas, ne les lui pardonnera jamais, allant jusqu’à l’accuser d’avoir tué sa mère.
    Brigitte Kernel nous dévoile avec beaucoup d’empathie et d’émotion l’ampleur de la souffrance de Gregory-Gloria Hemingway, à n’être qu’une source de honte et de dégoût pour une grande partie de sa famille, notamment pour cinq de ses huit enfants. Impossible de ne pas se sentir bouleversé par ce déchirement qu’il noyait dans l’alcool avec de plus en plus d’excès …
    Une très belle confession qui ne peut laisser personne indifférent. Un texte dont la qualité littéraire, égale à celle des précédents ouvrages de l’auteure, enchante !

  • add_box
    Couverture du livre « Agatha Christie, le chapitre disparu » de Brigitte Kernel aux éditions Flammarion

    Christlbouquine sur Agatha Christie, le chapitre disparu de Brigitte Kernel

    Pour moi Agatha Christie est une vieille dame buveuse de thé dont les romans policiers enchantaient mes vacances d’enfance et d’adolescence.
    C’est oublier un peu vite qu’il s’agit aussi d’une femme, qui a été jeune, amoureuse et blessée.
    Brigitte Kernel se penche sur 11 jours de 1926 durant...
    Voir plus

    Pour moi Agatha Christie est une vieille dame buveuse de thé dont les romans policiers enchantaient mes vacances d’enfance et d’adolescence.
    C’est oublier un peu vite qu’il s’agit aussi d’une femme, qui a été jeune, amoureuse et blessée.
    Brigitte Kernel se penche sur 11 jours de 1926 durant lesquels Agatha a disparu. Un épisode rocambolesque de la vie de la reine du crime.
    Trompée par son mari, Archie qui souhaite divorcer, Agatha décide de partir du domicile conjugal. D’abord avec l’idée de se suicider, puis avec celle de se venger et de le rendre fou d’inquiétude en orchestrant sa disparition.
    Brigitte Kernel choisit de relater cette version, bien qu’aucune explication n’ait jamais été donnée par Agatha Christie sur ces 11 jours ni sur ses motivations.
    Mais une version qui a le mérite de nous faire vivre quelques moments intéressants dans les pas de la reine du polar et de mettre en lumière une facette moins connue de la romancière.