Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Brandon Sanderson

Brandon Sanderson
Brandon Sanderson a publié en 2005 Elantris, aussitôt récompensé par des prix et salué par la presse. Le succès a été également au rendez-vous avec les deux premiers volumes de la série Alcatraz. Traduit dans plus de 12 langues, Brandon Sanderson a été choisi pour terminer le célèbre cycle de La ... Voir plus
Brandon Sanderson a publié en 2005 Elantris, aussitôt récompensé par des prix et salué par la presse. Le succès a été également au rendez-vous avec les deux premiers volumes de la série Alcatraz. Traduit dans plus de 12 langues, Brandon Sanderson a été choisi pour terminer le célèbre cycle de La Roue du temps après le décès de Robert Jordan.

Avis sur cet auteur (23)

  • add_box
    Couverture du livre « Les archives de Roshar T.1 ; la voie des rois t.1 » de Brandon Sanderson aux éditions Lgf

    Lunartic sur Les archives de Roshar T.1 ; la voie des rois t.1 de Brandon Sanderson

    Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un joli pavé, j'ai nommé la première partie (oui, vous avez bien lu) du premier tome des Archives de Roshar, La voie des Rois, par Brandon Sanderson.

    Je ne vous cacherai pas que le début de ma lecture fut des plus...
    Voir plus

    Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un joli pavé, j'ai nommé la première partie (oui, vous avez bien lu) du premier tome des Archives de Roshar, La voie des Rois, par Brandon Sanderson.

    Je ne vous cacherai pas que le début de ma lecture fut des plus laborieux. À dire vrai, j'ai bien failli abandonner ce livre au bout d'une petite centaine de pages. Moi qui tenais tant à enfin découvrir la plume et l'imaginaire du grand auteur de fantasy de notre génération, c'était loupé ! Et pourtant, ce n'était certainement pas l'écriture de Brandon Sanderson qui me posait problème, bien au contraire : je la trouvais digne des meilleurs des conteurs, tout simplement entraînante et d'une beauté sans mesure. Seulement voilà, je ne parvenais pas à accrocher avec cet univers extrêmement dense qu'on me présentait, ni avec ces personnages. Ce roman n'était tout bonnement pas fait pour moi à ce moment précis. Je l'ai donc reposé et laissé mariner pendant environ deux semaines... puis je me suis sentie prête. Et c'est alors que la plus extraordinaire des aventures a commencé pour moi.

    Je ne vais pas vous mentir, je ne reste pas à 200% convaincue par ce que la plume foisonnante d'idées de Brandon Sanderson a bien voulu nous proposer dans cette première partie de tome un. Par exemple, je ne vois pas encore tout à fait l'intérêt des passages du récit dits "intermédiaires" qui séparent chacune des parties de ce dernier. Alors en effet, cela permet de souffler un peu avec notamment des chapitres beaucoup plus courts (du moins, c'est ainsi que je les perçois) mais à part quand l'on nous partage le point de vue de Szeth dans ces moments là, je ne vois clairement pas ce que les autres intermèdes apportent à l'intrigue. Cela me perd plus qu'autre chose, j'ai l'impression...

    Ce détail un tantinet dérangeant mis à part, j'ai adoré tout le reste : la plume de l'auteur, comme je l'ai mentionné précédemment, juste exquise ; la mythologie et les contrées que celui-ci est parvenu à créer et les protagonistes que j'ai par la suite fini par trouver tous tout ce qu'il y a de plus fascinants, avec en outre une psychologie et un passif creusés en profondeur. Il me tarde d'en apprendre plus sur l'ensemble d'entre eux ! Et personnellement, j'ai déjà mes petits chouchous, Dalinar et Kaladin en tête pour les personnages principaux.

    Pour conclure, je ne peux que chaudement vous recommander ce livre. Ne vous angoissez pas à cause des presque mille pages qu'il comporte, elles se tournent d'elles-même une fois que l'on est embarqué par le récit ! Et ce dernier ne manquera pas de vous épater tant il est d'une richesse émotionnelle et créatrice infinie. Mais justement, pour pouvoir savourer tout ce qu'il a à nous offrir sans risquer d'être totalement déboussolé, mieux vaut s'asseoir confortablement et prendre la peine de le savourer comme il se doit. Et surtout, il faut avoir envie de recevoir ce qu'il va nous apporter, attendre le bon moment et ne pas forcer l'instant de notre rencontre avec ce livre juste magique et délicieusement éprouvant (faut croire que j'aime me faire du mal au petit cœur, pour ne pas changer...) - j'ai retenu la leçon !

  • add_box
    Couverture du livre « Fils-des-Brumes T.2 ; le puits de l'ascension » de Brandon Sanderson aux éditions Lgf

    Les Fantasy d'Amanda sur Fils-des-Brumes T.2 ; le puits de l'ascension de Brandon Sanderson

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Du Brandon Sanderson, mais pas de coup de coeur ?! ---

    Et j’en suis la première surprise, ayant plus qu’adoré L’Empire Ultime. Rassurez-vous, néanmoins : j’ai malgré tout passé un agréable moment entre...
    Voir plus

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Du Brandon Sanderson, mais pas de coup de coeur ?! ---

    Et j’en suis la première surprise, ayant plus qu’adoré L’Empire Ultime. Rassurez-vous, néanmoins : j’ai malgré tout passé un agréable moment entre les pages du Puits de l’Ascension, même si je l’ai trouvé légèrement en-dessous du tome précédent et ce, pour plusieurs raisons.

    Mais avant de vous les exposer, je tiens à préciser que les bémols évoqués ci-dessous ne seront appréciés qu’au regard de mon coup de coeur pour le premier volet. Car, oui, je n’ai pas pu m’empêcher de comparer l’un et l’autre. Pour autant, cela n’enlève rien à la qualité de ce titre qui demeure très bon !

    --- Un léger problème de traduction ? ---

    Cela peut paraître anecdotique, mais j’ai été dérangée à plusieurs reprises par la répétition de certains mots, parfois dans la même phrase. Ma lecture a donc manqué de fluidité, par moments. Pourtant, il s’agit de la même traductrice que pour L’Empire Ultime…

    --- Un an après la chute du Seigneur Maître… ---

    …tout a changé ! En effet, avec trois armées prêtes à enfoncer ses portes, Luthadel est en état de siège. Mais comment a-t-on pu en arriver là ? C’est à cette question que Brandon Sanderson s’efforce de répondre… pendant les 250 premières pages !

    Pour être honnête avec vous, ces débuts m’ont semblé longs. Certes, ils ne sont pas dénués d’intérêt, mais ils ne relancent nullement l’intrigue, comme on pourrait s’y attendre dans un tome 2. Autant vous dire que j’ai fini par m’impatienter…

    --- Elend Venture bientôt roi ? ---

    Du moins, c’est l’objectif que se sont fixé nos héros. Cependant, mener une révolte et asseoir son pouvoir sont deux choses bien distinctes. Vin, Elend et leurs compagnons vont ainsi faire face à quelques imprévus…

    Vous l’aurez compris, l’histoire prend un sacré tournant dans ce deuxième opus. Le talent de Brandon Sanderson s’exprime ainsi différemment, grâce à de nouveaux enjeux. Le hic, c’est que j’ai trouvé le récit moins dynamique que dans L’Empire Ultime où apprentissage de l’allomancie, complots politiques et révolution se mêlaient habilement. Le rythme m’a donc paru plus linéaire ici, malgré quelques découvertes spectaculaires.

    --- Un héros qui manque à l’appel… ---

    Comme bon nombre de lecteurs, j’avais un faible pour Kelsier. Qu’importait le prix à payer, il prenait tous les risques pour atteindre son but. Or, Vin n’a pas son goût du danger, tempérée dans ses ardeurs par Elend et son sens de la justice, de la démocratie également. Son indécision constante m’a d’ailleurs fait grincer des dents à plusieurs reprises.

    Alors, même si ces derniers forment un beau duo, peut-être un peu trop parfait parfois, il me manquait un héros pour porter l’histoire. J’ai néanmoins fini par le trouver là où je ne l’attendais pas.

    --- …et un autre qui se dévoile ! ---

    Sazed ! Je l’appréciais déjà beaucoup dans le premier volet mais, cette fois, je l’ai découvert sous un jour plus personnel. Et je l’ai adoré ! Personnage au centre de toutes les intrigues, il est un véritable soutien pour Vin et une source d’informations précieuse concernant le Puits de l’Ascension. Toutefois, ce qui m’a le plus touchée, c’est la relation qu’il entretient avec Tindwyl au-delà de toute raison.

    J’ai donc savouré chaque passage le mettant en scène.

    --- Un final plein de mystères ---

    Après une lente montée en puissance, le dénouement surprend, ce qui m’a plu. Bien entendu, l’auteur ne nous offre pas toutes les réponses, allant jusqu’à faire vaciller nos certitudes. J’ai donc hâte de poursuivre cette saga !

  • add_box
    Couverture du livre « Fils-des-Brumes T.1 ; l'empire ultime » de Brandon Sanderson aux éditions Orbit

    Les Fantasy d'Amanda sur Fils-des-Brumes T.1 ; l'empire ultime de Brandon Sanderson

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Parce que c’est du Brandon Sanderson ---

    Pour mes vacances de Noël, je me suis réservé une lecture qui, j’en étais certaine, allait me plaire au-delà de toutes mes espérances. Pourtant, j’avais mis la...
    Voir plus

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Parce que c’est du Brandon Sanderson ---

    Pour mes vacances de Noël, je me suis réservé une lecture qui, j’en étais certaine, allait me plaire au-delà de toutes mes espérances. Pourtant, j’avais mis la barre très, très haut. Je parle évidemment du premier tome de la saga Fils-des-Brumes, qui dort depuis bien trop longtemps dans ma PAL. Et quel coup de coeur !

    Une fois encore, Brandon Sanderson a produit un véritable chef-d’oeuvre. Pour moi, cette série est encore meilleure que Coeur d’acier et Warbreaker, et ce n’est pas peu dire.

    --- Une frayeur passagère ---

    En débutant L’Empire Ultime, je redoutais d’avoir des exigences trop élevées, ce que semblaient confirmer les premiers chapitres. En effet, toute l’intrigue tourne autour d’un plan, un plan risqué, voire carrément insensé : renverser le Seigneur Maître. Le hic, c’est que ce plan est loin d’être simple. Il fallait donc l’orchestrer avec minutie, recruter des personnes compétentes, appréhender les conséquences possibles, et tout cela a pris un temps fou ! Bref, j’étais impatiente de voir ce plan mis à exécution. Et quand c’est arrivé…

    L’intrigue est littéralement devenue passionnante, exaltante, incroyable ! Sincèrement, si je n’ai jamais douté du talent de Brandon Sanderson, je dois avouer qu’il s’est surpassé pour cette saga.

    --- La recette miracle ---

    Avec le recul, je m’aperçois que l’auteur n’a rien réinventé. Au contraire, il reprend des codes mille fois utilisés, mais qui ont mille fois fait leurs preuves : un peuple opprimé, des injustices que l’on ne peut tolérer, une révolte qui gronde… Il a cependant su manier ces éléments avec brio, exploiter leur potentiel au maximum, et c’est ce qui fait toute la différence !

    Il a conféré une telle richesse à son univers, une telle profondeur à ses personnages, une telle complexité à son système de magie que l’on en oublie la réalité pour vivre cette histoire pleinement.

    D’ailleurs, concernant le système de magie développé dans Fils-des-Brumes… Ouaw ! Grâce à l’allomancie, les personnages sont capables de voler, de se battre comme des titans, d’affûter leurs sens jusqu’à voir au-delà du brouillard. Et ces capacités reposent sur des règles très complexes, des explications tellement poussées qu’on y croirait presque !

    --- Des héros à la personnalité unique ---

    Si je me suis investie autant dans l’histoire, c’est parce que Brandon Sanderson est parvenu à faire naître en moi un attachement sincère pour ses personnages. Je suis sûre que si vous vous lancez dans cette lecture, vous n’y échapperez pas non plus.

    Ignorant l’étendue de ses pouvoirs, Vin est une enfant craintive qui, sous l’impulsion de Kelsier, se transforme lentement en une jeune femme pleine d’assurance. Quant à Kelsier lui-même… C’est le héros par excellence, celui qui endosse le rôle de meneur sans broncher, qui est prêt à prendre tous les risques, parce qu’il a déjà trop perdu pour renoncer. Ça ne veut pas dire qu’il n’est pas effrayé, qu’il n’a pas conscience des dommages collatéraux, simplement qu’il n’a plus le choix : s’il ne sauve pas l’Empire Ultime du Seigneur Maître, personne d’autre ne le fera…

    --- Le coup de coeur ne s’arrêtera pas là ---

    Brandon Sanderson n’a pas besoin de terminer sur un cliffhanger insoutenable pour pousser ses lecteurs à continuer la saga. Alors oui, L’Empire Ultime a une fin, une vraie fin, et celle-ci m’a fait passer par tous les sentiments : colère, désespoir, haine et, bien sûr, passion. Heureusement, ce n’était que la première étape. Et, croyez-moi, je suis prête pour la suivante !

  • add_box
    Couverture du livre « L'âme de l'Empereur » de Brandon Sanderson aux éditions Lgf

    Les Fantasy d'Amanda sur L'âme de l'Empereur de Brandon Sanderson

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    Une imagination… qui défie l’imagination ?

    Ce n’est pas mon premier livre de Brandon Sanderson – j’ai d’ailleurs chroniqué Warbreaker, ainsi que Brasier, le tome 2 de Cœur d’acier – et, chaque fois, je...
    Voir plus

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    Une imagination… qui défie l’imagination ?

    Ce n’est pas mon premier livre de Brandon Sanderson – j’ai d’ailleurs chroniqué Warbreaker, ainsi que Brasier, le tome 2 de Cœur d’acier – et, chaque fois, je suis soufflée par l’originalité, la force et le détail des univers qu’il crée de toutes pièces. Je ne sais où il puise son inspiration, mais je suis sincèrement admirative de ses idées, plus innovantes les unes que les autres.

    Et, ici aussi, la magie a opéré ! Dans L’âme de l’empereur, l’auteur nous fait découvrir l’art à la fois convoité et prohibé des Faussaires, ces êtres capables de modifier des objets, voire des personnes, dans leur essence même. Si ce concept peut paraître banal au premier abord, détrompez-vous : la Falsification exige le respect de règles pointues auxquelles Shai, notre héroïne, doit se soumettre pour accomplir sa mission. Et quelle mission : façonner une nouvelle âme pour l’empereur, qui n’est plus qu’une coquille vide.

    Au cœur de la psychologie des personnages

    Le livre ne faisant que 195 pages, Brandon Sanderson a principalement axé son récit sur deux personnages. En premier lieu, Shai, une jeune fille dont la passion pour la Falsification tourne à l’obsession. Emprisonnée pour avoir tenté de dérober une relique sacrée, elle se voit confrontée à un dilemme : relever le défi qui lui est imposé – ce qui l’obligerait à se dépasser plus que jamais – ou berner ses geôliers pour mieux s’enfuir. Car rien ne lui garantit la vie sauve, si ce n’est la parole de vieux arbitres, des politiciens ambitieux et arrogants.

    Parmi eux, se trouve Gaotona. Contrairement à ses comparses, ce dernier semble doté d’une plus grande sagesse. Malheureusement, le respect de ses principes lui a progressivement coûté son influence. Néanmoins, Shai découvre en lui un grand homme, presque un grand-père, auquel elle s’attachera peu à peu.

    En bref, l’entièreté de l’histoire repose sur l’évolution de ces deux personnages, sur la compréhension nouvelle qu’ils accorderont à l’autre, malgré leurs différences. Une relation aussi complexe qu’émouvante, aussi inattendue qu’inévitable.

    En conclusion : un one-shot excellent, mais bien trop court !

    « C’est déjà terminé ?! », voilà ce que je me suis dit en refermant ce bouquin. Les pages ont défilé tellement vite que je n’ai pas vraiment eu le temps d’appréhender la fin. En d’autres termes, je n’étais pas prête à quitter cet univers fascinant, et pourtant… Si j’avais été à la place de Brandon Sanderson, je n’aurai pas ajouté un mot de plus à cette histoire fabuleuse.