Boulet

Boulet
Gilles Roussel étudie le dessin aux Arts Décoratifs de Strasbourg puis débute dans les pages de "Tchô!" sous le pseudonyme BOULET. Il y publie plusieurs séries à l'humour original, RAGHNAROK lancé en 2000, MIYA, La Rubrique scientifique, mais aussi les Womoks campés par Reno dont il est le scénar... Voir plus
Gilles Roussel étudie le dessin aux Arts Décoratifs de Strasbourg puis débute dans les pages de "Tchô!" sous le pseudonyme BOULET. Il y publie plusieurs séries à l'humour original, RAGHNAROK lancé en 2000, MIYA, La Rubrique scientifique, mais aussi les Womoks campés par Reno dont il est le scénariste. Animateur de jeux et de rubriques diverses, Boulet est un auteur incontournable du journal de TITEUF. En 2006, il dessine un épisode de DONJON écrit par Sfar et Trondheim aux éditions Delcourt.

Avis (17)

  • Couverture du livre « Infinity 8 T.7 ; et rien pour finir » de Lewis Trondheim et Boulet aux éditions Rue De Sevres

    Yves Mabon sur Infinity 8 T.7 ; et rien pour finir de Lewis Trondheim - Boulet

    Septième et avant-dernier reboot pour le capitaine du vaisseau Yss Infinity. Et cette fois-ci l'agente en charge d'élucider le mystère de la nécropole empêchant le vaisseau de progresser est... un agent. Douglas. Un petit mec, tout frêle et pas courageux, du genre à fuir dès qu'il y a du...
    Voir plus

    Septième et avant-dernier reboot pour le capitaine du vaisseau Yss Infinity. Et cette fois-ci l'agente en charge d'élucider le mystère de la nécropole empêchant le vaisseau de progresser est... un agent. Douglas. Un petit mec, tout frêle et pas courageux, du genre à fuir dès qu'il y a du grabuge. Mais quelle mouche a piqué le capitaine pour l'engager lui ? Et que va faire le lieutenant qui propose la botte à toutes les agentes précédemment sélectionnées ?

    Volume qui change des autres d'abord par son héroïne qui n'en est pas une mais un héros, plutôt anti-héros et ensuite par sa mise en scène du reboot et du problème récurrent à la série, expliqué de manière différente. Une surprise donc, fort bienvenue, non que la série ennuie, mais la surprise à l'avant-dernier numéro, je ne m'y attendais pas, c'est d'ailleurs tout bien pesé, le principe d'une surprise.

    L'humour est toujours présent dans la couardise de Douglas, l'impassibilité de son kidnappeur et la fureur, l'impulsivité et la bestialité de celui qui les recherche. J'aime bien le dessin et les couleurs de Boulet, ses personnages expressifs (voyez la couverture). Le scénario est moins compliqué que le précédent tome ou plus à ma portée de garçon basique.

    Pénultième album de cette très bonne série, la fin approche donc à grand pas. Cool, je vais enfin avoir le fin mot de cette histoire qui me tient depuis deux ans, depuis le premier tome Romance et macchabées.

  • Couverture du livre « La page blanche » de Boulet et Penelope Bagieu aux éditions Delcourt

    Alice Porra sur La page blanche de Boulet - Penelope Bagieu

    On suit donc Héloïse depuis son « réveil », en mode page blanche sur son banc (oui elle a tout oublié de sa vie !) jusqu’à son diagnostic final sur son état…

    J’ai beaucoup aimé les couleurs de cette bande dessinée et le coup de crayon si caractéristique de Miss Bagieu. Surtout quand elle fait...
    Voir plus

    On suit donc Héloïse depuis son « réveil », en mode page blanche sur son banc (oui elle a tout oublié de sa vie !) jusqu’à son diagnostic final sur son état…

    J’ai beaucoup aimé les couleurs de cette bande dessinée et le coup de crayon si caractéristique de Miss Bagieu. Surtout quand elle fait l’inventaire de son appartement pour découvrir des informations sur sa vie d’avant le gros trou noir, tout est déballé, sorti des cartons, le maquillage, les factures..tout est examiné. Elle essaie également d’analyser ses relations avec ses collègues, sa famille pour essayer d’y comprendre quelque chose. En fond une critique de la société de consommation qui homogénéise tout le monde : ses clients à la librairie ne veulent que le dernier Marc Lévy (toujours pas lu pour ma part), ses collègues ne parlent que de la dernière série que tout le monde regarde…

    Arrivée à la fin on comprend enfin le pourquoi du comment et j’ai trouvé ça très joliment dit

  • Couverture du livre « Par bonheur le lait... » de Neil Gaiman et Boulet aux éditions Au Diable Vauvert

    Lucille Prost sur Par bonheur le lait... de Neil Gaiman - Boulet

    Un concentré d'inventivité, d'aventures et d'humour !
    Un papa part acheter du lait pour le petit déjeuner de ses enfants... mais il met beaucoup de temps à revenir ! Que s'est-il passé pendant tout ce temps ? Il va tout raconter à ses enfants : comment il a rencontré un dinosaure qui parle...
    Voir plus

    Un concentré d'inventivité, d'aventures et d'humour !
    Un papa part acheter du lait pour le petit déjeuner de ses enfants... mais il met beaucoup de temps à revenir ! Que s'est-il passé pendant tout ce temps ? Il va tout raconter à ses enfants : comment il a rencontré un dinosaure qui parle dans une montgolfière, comment il a échappé à de terribles pirates, comment il a rencontré des poneys à crinière à paillettes...
    Tout est fou ! Chaque page réserve une nouvelle surprise. On va de découverte en découverte, portés par le récit du papa qui a toujours des rebondissements incroyables à proposer. Les surprises résident aussi dans les illustrations de Boulet, qui animent le texte. En fait, chaque édition du livre à un illustrateur issu du pays où il est publié. Par exemple, l'Angleterre bénéficie des illustrations de Chris Riddell, les USA de Skottie Young... avis aux collectionneurs !
    En bref, un livre fou qui ravira petits et grands !

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !