Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Bernard Coat

Bernard Coat

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « La nuit des longs bâtons » de Bernard Coat aux éditions Bernard Coat

    Bernard Juin sur La nuit des longs bâtons de Bernard Coat

    Lorsque des camps de la mort nazie les quelques rescapés purent regarder le soleil en face, le monde entier cria : « plus jamais ça ! »
    Pourtant, la folie meurtrière qui anime le cœur des hommes reprit le dessus sur la civilisation et l’horreur s’exprima avec tout ce qu’elle a d’indicible dans...
    Voir plus

    Lorsque des camps de la mort nazie les quelques rescapés purent regarder le soleil en face, le monde entier cria : « plus jamais ça ! »
    Pourtant, la folie meurtrière qui anime le cœur des hommes reprit le dessus sur la civilisation et l’horreur s’exprima avec tout ce qu’elle a d’indicible dans le continent sud américain.
    Une fois encore la mécanique implacable de déshumanisation des intellectuels fut érigée en mode de pensée politique et la mort se devait d’être au rendez vous de ceux qui pensaient différemment.
    Pas une mort rapide, expéditive ; non, un raffinement de cruauté où la torture mentale et physique devait venir à bout de toutes les convictions.
    C’est cette lente descente aux enfers de la pensée unique que Bernard Coat nous conte avec ce talent de scénariste qui est le sien : des petites phrases courtes, incisives, sèches comme des coup de fouet ; des verbes qui jonglent entre le présent et le passé comme si le temps n’était plus une variable à prendre en compte ; des dialogues diaboliques entre la logique irrationnelle du bourreau et la foi en l’humanité de la victime.
    On ne sort pas indemne d’un texte tel que celui là. Du reste, on a du mal à se mettre dans la peau du personnage avec lequel pourtant on partage les mêmes valeurs. Mais face à l’écrasante destinée qu’édicte un pouvoir omnipotent, on se pose immanquablement cette question : « et moi, qu’aurais je fait ? »
    Il y a du Robert Merle et du Costa Gavras dans cette histoire. Et il y a surtout du Bernard Coat du meilleur crû.
    Et vous, qu’auriez vous fait ?...


    Alex Nicol

  • add_box
    Couverture du livre « Les docks de sang » de Bernard Coat aux éditions Numeriklivres

    Bernard Juin sur Les docks de sang de Bernard Coat

    Waouh !
    Les héros sont attachants, leurs états d'esprits décrits avec précision et justesse. La psychologie du protagoniste est luxuriante et étudiée avec rigueur. L'intrigue est menée par une plume de maître. Le tout est corsé d'une bonne dose d'humour noir. Du roman noir de grande qualité.

    Waouh !
    Les héros sont attachants, leurs états d'esprits décrits avec précision et justesse. La psychologie du protagoniste est luxuriante et étudiée avec rigueur. L'intrigue est menée par une plume de maître. Le tout est corsé d'une bonne dose d'humour noir. Du roman noir de grande qualité.

  • add_box
    Couverture du livre « Les caprices d'Anaïs » de Bernard Coat aux éditions Rendez-vous Editions

    Bernard Juin sur Les caprices d'Anaïs de Bernard Coat

    La délicatesse de B.B
    Très beau livre qui offre un troublant contraste avec "Les docks de sang" et qui le complète.Toujours de l'humour, de l'autodérision et une description de la beauté et de la liberté qui se révèlent vraiment sublimes et propres à l'auteur.Malgré la noirceur et la tragédie,...
    Voir plus

    La délicatesse de B.B
    Très beau livre qui offre un troublant contraste avec "Les docks de sang" et qui le complète.Toujours de l'humour, de l'autodérision et une description de la beauté et de la liberté qui se révèlent vraiment sublimes et propres à l'auteur.Malgré la noirceur et la tragédie, c'est un livre frais, léger et dont la fin m'a particulièrement émue. On rit aussi de certains dérapages, on s'émerveille de la beauté à travers la quête des couleurs et de la délicatesse de B.B. Un roman positif qui donne du baume au coeur et le goût de la lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « Voleurs de Filles » de Bernard Coat aux éditions Bernard Coat

    Bernard Juin sur Voleurs de Filles de Bernard Coat

    Écrire un polar qui se déroule à notre époque est toujours à double tranchant : si c'est réussi le lecteur est embarqué et emballé, sinon tout tombe à l'eau et rien ne fonctionne. Bernard COAT a lui choisi l'Alabama pour situer son action. Le résultat est très convaincant, l'auteur a su...
    Voir plus

    Écrire un polar qui se déroule à notre époque est toujours à double tranchant : si c'est réussi le lecteur est embarqué et emballé, sinon tout tombe à l'eau et rien ne fonctionne. Bernard COAT a lui choisi l'Alabama pour situer son action. Le résultat est très convaincant, l'auteur a su accumuler suffisamment de détails pour être crédible, le tout sans tomber dans l'excès inverse qui transforme un roman en cours de sociologie.Le deuxième risque pris par l'auteur est de parler du contexte social dans un polar. Il fallait oser et là aussi c'est un succès. Par petites touches il nous guide parmi ces truands et arrivistes un peu fous, voire complètement dingues. On en apprend beaucoup sur la vie là-bas sans que cela soit ennuyeux ou trop didactique.Avec un tel cadre on pouvait craindre que l'intrigue du polar passe au second plan. Ce n'est pas le cas, l'auteur maintient le suspense et la suspicion jusqu'au bout avec brio. Les personnages sont biens brossés et forts. Il n'y a pas grand chose à redire en général, le seul problème pourrait venir d'un lecteur peu réceptif au contexte "horrible" du sud U.S.A...Comme il le dit: vivement le retour à New-York.Encore un livre réussite de cet auteur.

Ils ont lu cet auteur

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !