Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Berengere Cournut

Berengere Cournut

Bérengère Cournut est née en 1979. Ses premiers livres exploraient essentiellement des territoires oniriques, où l'eau se mêle à la terre (L'Écorcobaliseur, Attila, 2008), où la plaine fabrique des otaries et des renards (Nanoushkaïa, L'Oie de Cravan, 2009), où la glace se pique à la chaleur du d...

Voir plus

Bérengère Cournut est née en 1979. Ses premiers livres exploraient essentiellement des territoires oniriques, où l'eau se mêle à la terre (L'Écorcobaliseur, Attila, 2008), où la plaine fabrique des otaries et des renards (Nanoushkaïa, L'Oie de Cravan, 2009), où la glace se pique à la chaleur du désert (Wendy Ratherfight, L'Oie de Cravan, 2013).

En 2017, elle a publié Née contente à Oraibi (Le Tripode), roman d'immersion sur les plateaux arides d'Arizona, au sein du peuple hopi. Dans la même veine est paru en août 2019 De pierre et d'os, un roman sur le peuple inuit, pour lequel elle a bénéficié d'une résidence d'écriture de dix mois au sein des bibliothèques du Muséum national d'histoire naturelle, financée par la région Île-de-France. Entretemps, un court roman épistolaire lui est venu, Par-delà nos corps, paru en février 2019.

Avis sur cet auteur (61)

  • add_box
    Couverture du livre « Née contente à Oraibi » de Berengere Cournut aux éditions Le Tripode

    carole laulhere sur Née contente à Oraibi de Berengere Cournut

    NÉE CONTENTE À ORAIBI : le titre à lui seul est solaire. Nous voilà partis dans la tribu des Hopi, peuple de la paix, un peuple amérindien d’Arizona. Nous allons suivre le destin de Tayatitaawa, celle qui salue le soleil en riant. Tout un programme !
    Au sein de ce peuple le respect des...
    Voir plus

    NÉE CONTENTE À ORAIBI : le titre à lui seul est solaire. Nous voilà partis dans la tribu des Hopi, peuple de la paix, un peuple amérindien d’Arizona. Nous allons suivre le destin de Tayatitaawa, celle qui salue le soleil en riant. Tout un programme !
    Au sein de ce peuple le respect des traditions constitue la base de l’éducation. Les hommes vivent au plus près de la nature et des animaux : chaque clan porte le nom d’un animal. Un monde où les clans ne s’opposent pas mais sont au contraire solidaires.
    Bérengère Cournut livre dans ce roman un texte très poétique dont la lecture se savoure, une éloge à la vie, dans une vie rude ou le réel côtoie parfois le spirituel. Mais où l’espoir, la volonté, l’acharnement, la quête de changement de soi et de liberté, le caractère intrépide de Tayatitaawa trace son sillon et lui permet de venir à bout de ses questionnements intérieurs. Ce roman m’a conquise tant par son style que par l’univers et le dépaysement dans lequel nous transporte Bérengère Cournut pour aborder des questions clés liées à l’appartenance, à la vie, à la liberté, à la mort. Sans parler des illustrations insérées à la fin du livre : elles s’harmonisent parfaitement avec l’imaginaire que le lecteur a pu créer au fil des mots. Merci à Bérengère Cournut pour cette lecture telle une parenthèse suspendue, et aux éditions le Tripode pour sélectionner toujours aussi bien vos auteurs, à la fois éclectiques et de qualité.
    https://accrochelivres.wordpress.com/2020/08/10/nee-contente-a-oraibi-berengere-cournut/

  • add_box
    Couverture du livre « De pierre et d'os » de Berengere Cournut aux éditions Le Tripode

    Camille MONDOLONI sur De pierre et d'os de Berengere Cournut

    Ce roman est une ode au monde ancien des inuits, entre rituels, chant chamanique et voyage de l'âme. C'est aussi un roman initiatique sur le voyage d'une jeune femme Uqsuralik, qui va être séparée de sa famille à cause d'une fracture de la banquise. Il est question de survie, de rencontres,...
    Voir plus

    Ce roman est une ode au monde ancien des inuits, entre rituels, chant chamanique et voyage de l'âme. C'est aussi un roman initiatique sur le voyage d'une jeune femme Uqsuralik, qui va être séparée de sa famille à cause d'une fracture de la banquise. Il est question de survie, de rencontres, d'animaux, d'enfantement et de deuils. le roman est entrecoupé de poèmes inuits. le style est délicat et poétique. Bérengère Cournut nous entraîne dans un univers onirique authentique, hors du temps. Un très beau moment de lecture et un très beau travail de recherches. Un carnet de photographies complète ce roman et nous laisse l'impression d'avoir vécu avec notre héroïne le temps de cette lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « De pierre et d'os » de Berengere Cournut aux éditions Le Tripode

    Cathfd sur De pierre et d'os de Berengere Cournut

    Rendez-vous en terre inconnue

    J'ai fait un très beau voyage en terre Arctique avec Uqsuralik, une toute jeune fille inuit. Un de ces voyages immersifs où tous les sens en alerte, je me suis laissée porter à la découverte d'une société aux mœurs et au mode de vie tellement différents des...
    Voir plus

    Rendez-vous en terre inconnue

    J'ai fait un très beau voyage en terre Arctique avec Uqsuralik, une toute jeune fille inuit. Un de ces voyages immersifs où tous les sens en alerte, je me suis laissée porter à la découverte d'une société aux mœurs et au mode de vie tellement différents des miens que observant, écoutant, je me suis laissée imprégner de ces sensations nouvelles et dépaysantes. J'ai été plus proche de la nature et de la vie brute que jamais. L'eau, le vent, la glace ont fait partie intégrante de mon quotidien.
    Et en ce sens la version audio de ce roman de Bérengère Cournut est un plaisir d'écoute total avec des musiques, des bruitages, des chants psalmodiés et la diction claire et parfaite de Marianne Denicourt.

    Une nuit d'hiver alors qu'Uqsuralik est sortie de l'igloo familial, la banquise se fracture et elle se retrouve isolée de sa famille seule avec quelques chiens. Pour survivre, elle va devoir déployer beaucoup de courage et de force de caractère. Elle va partir à la recherche d'autres inuits car on ne peut pas vivre seul dans cet environnement hostile. Elle est la narratrice du roman qui la suit jusqu'à la fin de sa vie. Un parcours initiatique puissamment onirique et poétique illustré de chants( les inuits en ont pour toutes les occasions), parsemé de rites ancestraux qui peuvent parfois nous paraître extrêmement violents, et de croyances millénaires, dans une société animiste où les esprits tiennent un rôle fondamental dictant nombre de règles et de tabous quotidiens... Le tout est narré avec un certain fatalisme et une douceur surprenante, avec une écriture sans fioritures, fluide, au plus près des ressentis d'Uqsuralik, sans jugement ni commentaires.

    ❤ Inoubliable Uqsuralik, "au caractère d'ours et au prénom d'hermine", une femme forte, indépendante qui ne cessera de s'affirmer tout au long de sa vie...

  • add_box
    Couverture du livre « De pierre et d'os » de Berengere Cournut aux éditions Le Tripode

    Catherine Airaud sur De pierre et d'os de Berengere Cournut

    Voici un livre qui nous entraîne sur la banquise avec des inuits. Avec une belle écriture poétique, nous sommes avec Uqsuralik, une jeune fille qui perd ses parents suite à une fracture de banquise, elle va retrouver d'autres familles, au fils de ses errances dans cette nature si hostile ou pas....
    Voir plus

    Voici un livre qui nous entraîne sur la banquise avec des inuits. Avec une belle écriture poétique, nous sommes avec Uqsuralik, une jeune fille qui perd ses parents suite à une fracture de banquise, elle va retrouver d'autres familles, au fils de ses errances dans cette nature si hostile ou pas. L'auteure décrit très bien ce milieu hostile, ces moments de communion entre les habitants, des familles qui se regroupent pendant l'hiver, dans de grandes tentes communautaires, puis au printemps, ils partent à la chasse. La vie de ces peuples, chasseurs, pécheurs. de magnifiques pages sur le rapport à la nature, aux mythes (des contes, des chants, des cérémonies de chamanisme). Un conte,qui décrit la vie d'une femme face à la nature, aux autres. Une belle écriture fait de ce texte un beau et troublant voyage dans les pôles : l'auteure décrit bien la vie des inuits, les règles de vie, les mythes, de belles pages sur les chasses, sur les séances de chamanisme, de fêtes. Ce texte est entrecoupé de chants, qui rajoute à la magie des paysages, des mythes. Un livre très proche des femmes et de leur rôle dans ces communautés : fille, femme, mère, grand mère... Un très beau texte sur les femmes. J'ai beaucoup aimé les photographies à la fin du volume, qui nous montre que ce livre n'est pas seulement un livre de fiction ou un conte, mais qu'il nous raconte aussi la vie d'une communauté, en voie de disparition. Un conte sur la banquise et un magnifique portrai d'une femme faite de volonté et qui prend en main sa vie.