Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Berengere Cournut

Berengere Cournut

Bérengère Cournut est née en 1979. Ses premiers livres exploraient essentiellement des territoires oniriques, où l'eau se mêle à la terre (L'Écorcobaliseur, Attila, 2008), où la plaine fabrique des otaries et des renards (Nanoushkaïa, L'Oie de Cravan, 2009), où la glace se pique à la chaleur du d...

Voir plus

Bérengère Cournut est née en 1979. Ses premiers livres exploraient essentiellement des territoires oniriques, où l'eau se mêle à la terre (L'Écorcobaliseur, Attila, 2008), où la plaine fabrique des otaries et des renards (Nanoushkaïa, L'Oie de Cravan, 2009), où la glace se pique à la chaleur du désert (Wendy Ratherfight, L'Oie de Cravan, 2013).

En 2017, elle a publié Née contente à Oraibi (Le Tripode), roman d'immersion sur les plateaux arides d'Arizona, au sein du peuple hopi. Dans la même veine est paru en août 2019 De pierre et d'os, un roman sur le peuple inuit, pour lequel elle a bénéficié d'une résidence d'écriture de dix mois au sein des bibliothèques du Muséum national d'histoire naturelle, financée par la région Île-de-France. Entretemps, un court roman épistolaire lui est venu, Par-delà nos corps, paru en février 2019.

Avis sur cet auteur (61)

  • add_box
    Couverture du livre « De pierre et d'os » de Berengere Cournut aux éditions Le Tripode

    Miss K Paris sur De pierre et d'os de Berengere Cournut

    Comme ce livre fait du bien ... telle la banquise recouverte de son manteau blanc et cotonneux, on navigue à travers ces pages dans un état un peu second, bercé par les chants inuits qui parsèment ce roman inclassable.
    Ce n’est un récit ni anthropologique, ni ethnologique ; juste un ovni...
    Voir plus

    Comme ce livre fait du bien ... telle la banquise recouverte de son manteau blanc et cotonneux, on navigue à travers ces pages dans un état un peu second, bercé par les chants inuits qui parsèment ce roman inclassable.
    Ce n’est un récit ni anthropologique, ni ethnologique ; juste un ovni littéraire, un conte peut-être, aux frontières des sciences humaines et sociales qui m’a particulièrement touchée par la beauté de ses paysages, le ravissement de ses chants et la puissance de ses esprits en phase avec une nature omniprésente.
    L’histoire d’une jeune fille, Uqsularik, qui se retrouve coupée de sa famille par le fait d’une rupture de la banquise. Et le voyage commence sur ces terres hostiles où le froid et la faim rôdent et où chaque communauté vient en aide à l’autre. C’est un prétexte pour nous raconter ce peuple nomade, ses croyances, ses rituels en phase avec une nature omniprésente qui est à la fois crainte, respectée et vénérée. C’est aussi l’occasion de dresser le portrait de ces femmes inuits qui ont un rôle essentiel dans la transmission d’un savoir ancestral, parfois à la limite du chamanisme.
    Ce livre est empreint d’un onirisme incroyable, c’est poétique, apaisant, bref ça fait du bien-être ces temps quelque peu troublés.

  • add_box
    Couverture du livre « De pierre et d'os » de Berengere Cournut aux éditions Le Tripode

    Elobooks sur De pierre et d'os de Berengere Cournut

    Je suis encore sous le coup de l'enchantement de ce magnifique roman.
    J'ai adoré suivre Uqsuralik et son peuple à travers l'Arctique, cette terre aussi belle qu'hostile pour les hommes, où la vie est si fragile qu'elle peut basculer à chaque instant.
    Dans des conditions extrêmes, ponctuées...
    Voir plus

    Je suis encore sous le coup de l'enchantement de ce magnifique roman.
    J'ai adoré suivre Uqsuralik et son peuple à travers l'Arctique, cette terre aussi belle qu'hostile pour les hommes, où la vie est si fragile qu'elle peut basculer à chaque instant.
    Dans des conditions extrêmes, ponctuées d’événements parfois violents, les Inuits luttent chaque jour pour leur survie, toujours avec humilité et dans le respect de la nature.
    Après un drame qui la sépare de sa famille, la courageuse héroïne du récit, Uqsuralik, parviendra à trouver sa place au sein de cette communauté, dans laquelle l'entraide et le partage sont des valeurs essentielles. A travers son histoire, Bérengère Cournut nous fait découvrir les traditions ancestrales de ce peuple, transmises par des chants où se mêlent la magie et la poésie.

  • add_box
    Couverture du livre « De pierre et d'os » de Berengere Cournut aux éditions Le Tripode

    MAPATOU sur De pierre et d'os de Berengere Cournut

    Ce très poétique et dépaysant roman se termine sur un album photos d'Inuits prises au début du 20ème siècle. Ces images m'ont ramenée, à titre personnel, dans les années 70 où je me souviens avoir fait un exposé sur ces peuplades. J' avais été très étonnée par leurs coutumes et croyances.

    La...
    Voir plus

    Ce très poétique et dépaysant roman se termine sur un album photos d'Inuits prises au début du 20ème siècle. Ces images m'ont ramenée, à titre personnel, dans les années 70 où je me souviens avoir fait un exposé sur ces peuplades. J' avais été très étonnée par leurs coutumes et croyances.

    La jeune Uqsuralik se trouve brutalement séparée de sa famille alors que la banquise vient de se fendre. du côté où il se trouve, son père lui envoie une peau d'ours, un harpon…par chance, sa chienne préférée était déjà de ce côté-ci de la banquise ce qui accroît ses chances de survie.

    Uqsuralik n'a pas d'autre choix que de s'enfoncer dans la nuit et le froid polaire avec l'espoir de rencontrer d'autres humains.

    Bérengère Cournut nous invite à la suivre tout au long de sa vie, tout en nous permettant de découvrir la façon de vivre des Inuits, le fonctionnement des familles, leurs croyances et les histoires qu'ils se racontent.

    C'est extrêmement bien documenté et raconté avec poésie. A cette lecture, on aurait presque envie que leur mode de vie n'ait pas changé quand on sait qu'à l'heure actuelle l'alcoolisme fait des ravages et que 1 adolescent sur 5 vivant au Groëland se suicide (cf Arte Reportages).

  • add_box
    Couverture du livre « De pierre et d'os » de Berengere Cournut aux éditions Le Tripode

    CaroGalmard sur De pierre et d'os de Berengere Cournut

    Il y a des hasards heureux : tomber sur l'auteure de ce roman dans une librairie. Quand j'ai vu la 4ème de couverture, je n'ai pas hésité.
    Et quand j'ai eu fini de le lire, je n'ai pas regretté.
    Vous allez partir vivre pour un peu plus de 200 pages, avec les inuits. Et quelle vie !!! Tout est...
    Voir plus

    Il y a des hasards heureux : tomber sur l'auteure de ce roman dans une librairie. Quand j'ai vu la 4ème de couverture, je n'ai pas hésité.
    Et quand j'ai eu fini de le lire, je n'ai pas regretté.
    Vous allez partir vivre pour un peu plus de 200 pages, avec les inuits. Et quelle vie !!! Tout est nature, froid, mouvement. Mouvement pour ne pas mourir de froid. Mouvement pour trouver à manger. Mouvement pour se retrouver en fonction des saisons. La nature est particulièrement rude. Alors il faut leur expérience pour extirper le meilleur du presque rien. Imaginez un monde glacé, privé plusieurs semaines de soleil.
    La construction d'igloo, d'abris, de vêtements, de traîneaux, de canoës n'aura plus de secret pour vous.
    Ca m'a rappelé un peu les Enfants de la Terre de Jean Mary Auel dans la manière qu'a l'auteure de nous faire intégrer la communauté, sa façon de survivre, vivre et exister. On touche du doigt leurs croyances, leurs coutumes et leur infini respect pour la nature, la vie et la mort, dont les frontières mouvantes permettent parfois aux esprits de visiter les vivants.

    C'est beau. Tellement vrai. Comme un morceau de glace que le soleil et la mer parent de ses plus beaux reflets bleutés.

    Alors, faut-il le lire ? Oui. Au risque de trouver notre vie très compliqué en comparaison...