Benoite Groult

Benoite Groult

Benoîte Groult est née à Paris. Elle est la fille d'André Groult, décorateur et de Nicole, soeur du couturier Paul Poiret, et qui créa sa propre maison de couture. Sa jeunesse s'est déroulé dans un milieu "artiste", ses parents fréquentant les peintres et les écrivains d'avant guerre, Picasso, Pi...

Voir plus

Benoîte Groult est née à Paris. Elle est la fille d'André Groult, décorateur et de Nicole, soeur du couturier Paul Poiret, et qui créa sa propre maison de couture. Sa jeunesse s'est déroulé dans un milieu "artiste", ses parents fréquentant les peintres et les écrivains d'avant guerre, Picasso, Picabia, Jouhandeau, Paul Morand etc ... Marie Laurencin fut sa marraine. Elle fera des études classiques puis Licence-ès-Lettres, Latin, Grec et Philologie, et obtient un certificat d'Etudes Pratiques d'Anglais. Enseigne le latin et la Littérature pendant 3 ans, puis entre à la radiodiffusion où elle devient journaliste pour les magazines tel que Elle, Marie-Claire, Parents... Elle fut mariée en seconde noces au grand reporter Georges de Caunes dont elle a deux filles. Puis, elle se remarie, en 1951, à l'écrivain Paul Guimard dont elle a une fille. En 1978 elle fonde un mensuel féministe avec Claude Servan Schreiber "F MAGAZINE" dont elle assure les éditoriaux. De 1984 à 1986 elle assure la présidence de la "Commission de Terminologie pour la féminisation des noms de métiers, de grades et de fonctions", fondée par Yvette Roudy, alors Ministre des Droits des Femmes. Où travaillent des grammairiens, des linguistes, des écrivains (arrêté de féminisation publié au Journal Officiel en mars 86). Depuis 1982 elle est membre du Jury Fémina.

Avis (10)

  • Couverture du livre « Journal d'Irlande ; carnet de pêche et d'amour, 1977-2003 » de Benoite Groult aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Jean François SIMMARANO sur Journal d'Irlande ; carnet de pêche et d'amour, 1977-2003 de Benoite Groult

    Le sous-titre "Carnets de Pêche et d'Amour" illustre parfaitement les passions vécues par Benoîte Groult dans sa maison irlandaise dans la dernière partie de sa vie. On y croise la faune de l'Atlantique par kilos ainsi que des personnages éminents de la République dans toute leur simplicité. On...
    Voir plus

    Le sous-titre "Carnets de Pêche et d'Amour" illustre parfaitement les passions vécues par Benoîte Groult dans sa maison irlandaise dans la dernière partie de sa vie. On y croise la faune de l'Atlantique par kilos ainsi que des personnages éminents de la République dans toute leur simplicité. On y découvre surtout une femme passionnante confrontée à ses choix. Belle idée que d'avoir construit ce journal sous cette forme, digne d'un roman brûlant de nostalgie et de paysages tourmentés, comme les âmes qui le traversent.

  • Couverture du livre « Mon évasion » de Benoite Groult aux éditions Lgf

    Meuhriel B sur Mon évasion de Benoite Groult

    Des difficultés perceptibles au XXème siècle

    J’étais assez réticente quant à la lecture de ce livre au départ, du fait (et je plaide coupable) d’une couverture qui ne me tentait pas particulièrement. Finalement, dès les premières lignes, j’ai été happée par l’histoire de cette femme au passé...
    Voir plus

    Des difficultés perceptibles au XXème siècle

    J’étais assez réticente quant à la lecture de ce livre au départ, du fait (et je plaide coupable) d’une couverture qui ne me tentait pas particulièrement. Finalement, dès les premières lignes, j’ai été happée par l’histoire de cette femme au passé si particulier de l’époque. Même s’il est manifeste que le sort des femmes n’était il y a encore que quelques décennies pour le moins médiocre, l’autobiographie de Benoîte Groult nous livre concrètement les embûches semées sur le chemin d’une grande majorité de femmes du siècle dernier – imaginez tout de même si nous devions avorter tous les 4 mois ; illégalement ! Mon évasion m’a donc permis de me rendre véritablement compte de l’évolution qui a eu lieu depuis le XXème siècle en matière d’égalité hommes/femmes, et ainsi de me faire me sentir plus concernée par la cause féministe (et pourtant je suis moi-même une femme, pour vous dire la difficulté à mettre en place cette égalité !)

    Une prise d'expérience de cette femme

    On découvre également, et de manière appréciable par une écriture fluide, l’ensemble de la vie de cette auteure, de manière assez chronologique. Petit à petit nous découvrons une femme qui s’assume, qui prend ses rêves en main – même s’ils peuvent apparaître comme tardifs – et qui évolue indéniablement avec la prise des années, mais également avec l’avancée des droits comme des mentalités au cours du siècle. J’ai apprécié de découvrir ses sensations face à sa propre vie, qui nous sont décrits par le biais de cet écrit. La maturité et l’expérience de Benoîte Groult y sont perceptibles tout au long du récit ; la romancière nous fait ressentir sa propre évolution tout en nous décrivant sa vie, son vécu.

    Une belle découverte en somme, que je vous recommande.

    https://lectriceassidueendevenir.wordpress.com/2017/08/23/mon-evasion-de-benoite-groult/

  • Couverture du livre « La part des choses » de Benoite Groult aux éditions Lgf

    sandra voet sur La part des choses de Benoite Groult

    Tout commence par Marion, une femme d’âge mûr, qui jardine tranquillement à son domicile en Bretagne.
    Le voyage qu’elle va faire a été initié par son mari qui souhaite réaliser un reportage, au bout du monde.
    Un ami fortuné les embarque à bord du Moana pour six mois de navigation. Puis...
    Voir plus

    Tout commence par Marion, une femme d’âge mûr, qui jardine tranquillement à son domicile en Bretagne.
    Le voyage qu’elle va faire a été initié par son mari qui souhaite réaliser un reportage, au bout du monde.
    Un ami fortuné les embarque à bord du Moana pour six mois de navigation. Puis d’autres personnes se sont greffées sur ce voyage.

    C’est comme ça que chaque individu embarque avec ses tourments, ses esprits, ses casseroles et ses valises.

    Quelques petits traits d’humour quand Marion décrit son mari Yves ! On se demande parfois les gens, pourquoi sont-ils ensemble !

    Bref, ils naviguent de ports en ports, enfin ils effleurent les ports et les paysages.
    Comme eux, je suis passé complètement à côté de l’histoire !!! Je m’attendais un peu à une introspection, mais là, je suis un peu resté au bord !

    La quatrième de couverture ne répondait pas aux attentes qu'elle laissait sous-entendre.

    Les parties "le cahier de Gallia", représentatives du personnage de Marion, offrent de temps en temps une beauté des mots et des réflexions intérieures attirantes. Ce sont les seuls passages qui m’aient vraiment plu !!!!

    C’est un portrait de la superficialité, des failles de la classe "aisée" des années soixante-dix. Dans les rapports humains et dans leur vision étriquée du monde. En effet, leur voyage autour de la terre ne les ouvre pas au monde et aux êtres humains qu’ils sont amenés à rencontrer. Mais ce n’est pas le cas …

    Il y a quand même un autre thème que ceux précités : la condition des jeunes filles de la période de guerre qui ont eues leur jeunesse volée et qui ne sont plus suffisamment jeune pour être un attrait pour les hommes. Avant la guerre, il fallait être une femme pour attirer l’œil, après-guerre, une jeune fille !

    Bref, j’ai lu, j’ai vu, j’ai apprécié moyennement, mais je reste ouverte à tout débat le concernant, je suis sûrement passé à côté …

    Ne lâchez pas tout de suite, lisez ce livre et faites-vous votre propre idée…

  • Couverture du livre « Les trois quarts du temps » de Benoite Groult aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Patricia Taburet sur Les trois quarts du temps de Benoite Groult

    Sublime Benoîte ! J'ai eu envie de relire ce livre, au hasard d'une balade dans ma bibliothèque, juste quelques jours avant l'annonce de son décès. Tout y est. Tout est dit, avec justesse et finesse. La condition féminine, la difficulté d'aimer, les non-dits et les mensonges. De magnifiques...
    Voir plus

    Sublime Benoîte ! J'ai eu envie de relire ce livre, au hasard d'une balade dans ma bibliothèque, juste quelques jours avant l'annonce de son décès. Tout y est. Tout est dit, avec justesse et finesse. La condition féminine, la difficulté d'aimer, les non-dits et les mensonges. De magnifiques portraits de femme. Rien n'est démodé.,

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com