Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Bastien Vives

Bastien Vives
Son père, Jean-Marie Vivès, travaille comme peintre illustrateur et photographe ; sa mère officie quant à elle au sein de Passe-Murailles, une société spécialisée dans les décors cinématographiques. La vocation artistique de Bastien Vivès semble, presque, toute tracée. Tout en menant de solides é... Voir plus
Son père, Jean-Marie Vivès, travaille comme peintre illustrateur et photographe ; sa mère officie quant à elle au sein de Passe-Murailles, une société spécialisée dans les décors cinématographiques. La vocation artistique de Bastien Vivès semble, presque, toute tracée. Tout en menant de solides études spécialisées (il fréquente tour à tour un lycée technique de dessin, l'école supérieure d'arts graphiques Penninghen, à paris), et, toujours dans la capitale, la section animation des Gobelins, le jeune homme adopte le pseudonyme de Bastien Chanmax et imagine Poungi, un pingouin rappeur, mal dégrossi et misogyne. Après une publication sur internet (accessible un temps sur bkcrew), Danger public, une filiale des éditions de Tournon, en propose deux recueils en 2006. « Elle(s) », publié cette fois sous son véritable nom, inaugure, en 2007, la collection « KSTR » des éditions Casterman. Succès d'estime. L'année suivante, Vivès inaugure la Boucherie, une tranche de vie débitée chez Warum. Pour « KSTR », il conçoit « Hollywood Jan », en tandem avec Michaël Sanlaville, puis « le Goût du chlore », que d'aucuns saluent comme un ouvrage majeur. Le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême ne s'y trompe pas et lui décerne, en 2009, le prix Essentiel Révélation. En 2009, en collaboration avec Alexis de Raphalis, il cosigne « Juju Mimi Gégé Chacha », un album chez Ankama. Avec « Dans mes yeux », l'auteur innove une fois de plus. Fin 2009, toujours pour « KSTR », il se lance dans « Amitié étroite ». De nouveau pour Casterman, mais cette fois pour la collection « Ecritures », il dessine « Une nuit d'été dans le sud de la France », un récit intégré dans le collectif « Quelques jours en France ». Encore inconnu au milieu des années 2000, Bastien Vivès se positionne désormais parmi les auteurs les plus prometteurs, les plus ambitieux de sa génération.

Avis sur cet auteur (26)

  • add_box
    Couverture du livre « Polina » de Bastien Vives aux éditions Casterman

    Valérie Dufour sur Polina de Bastien Vives

    Apprendre un art, c'est aller du plus difficile au plus simple.
    "Les gens ne voient pas ce qu'on ne leur montre pas."

    Apprendre un art, c'est aller du plus difficile au plus simple.
    "Les gens ne voient pas ce qu'on ne leur montre pas."

  • add_box
    Couverture du livre « Polina » de Bastien Vives aux éditions Casterman

    François Reynaud de LES CORDELIERS sur Polina de Bastien Vives

    De quoi est faite une vie ? De choix, de paris, de changements de direction, de rencontres et d'erreurs. Polina sera danseuse, et toute petite déjà, son avenir semble tracé. D'autant que la gamine, bourrée de talent, est très vite remarquée par des professeurs parmi les plus réputés. Mais où...
    Voir plus

    De quoi est faite une vie ? De choix, de paris, de changements de direction, de rencontres et d'erreurs. Polina sera danseuse, et toute petite déjà, son avenir semble tracé. D'autant que la gamine, bourrée de talent, est très vite remarquée par des professeurs parmi les plus réputés. Mais où exercer son génie de la danse quand autour de soi, les sollicitations se multiplient ? Dans le monde de la danse classique avec l'impressionnant professeur Bojinski ou dans celui de la danse contemporaine avec Mme Litvosky, dénicheuse de talents hors pair ? Polina va devoir faire sa route toute seule, assumer ses choix au risque de passer à côté d'une très grande carrière. Mais qu'est-ce qu'une vie réussie, après tout ? Une vie sans regrets est-elle possible ? Et ce danseur aux cheveux bruns, qui la regarde depuis le début de la saison, n'est-ce pas plutôt vers lui qu'elle doit aller, de sauts de biche en entrechats... ?

    Avec Polina et après les superbes Le goût du chlore et Amitié étroite, Bastien Vivès nous éblouit de nouveau par l'insolence de son génie graphique associée à une sensibilité et une intelligence des coeurs incroyables. Nul ne rend mieux le mouvement des corps que lui. Nul ne saisit avec autant de classe les silences éloquents où tout se décide sans que rien ne se passe. Voici Polina, voici un chef d'oeuvre !

Ils suivent Bastien Vives

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !