Axel Kahn

Axel Kahn
Personnalité scientifique de premier plan et expert reconnu dans le monde entier, Axel Kahn, généticien, a été directeur de recherche à l'INSERM, directeur de l'institut Cochin et membre du Comité consultatif national d'éthique (1992-2005). Depuis le 20 décembre 2007, il dirige l'université Paris... Voir plus
Personnalité scientifique de premier plan et expert reconnu dans le monde entier, Axel Kahn, généticien, a été directeur de recherche à l'INSERM, directeur de l'institut Cochin et membre du Comité consultatif national d'éthique (1992-2005). Depuis le 20 décembre 2007, il dirige l'université Paris-Descartes. Axel Kahn a mené une réflexion sur les rapports entre l'éthique et la génétique, et sur les problèmes du clonage. Il est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages sur le sujet, dont L'Homme, ce roseau pensant ; essai sur les racines de la nature humaine (Éditions Nil, 2007) et L'Homme, le Bien, le Mal. Une morale sans transcendance, avec Christian Godin (Stock, février 2008).Olivier Lafont est pharmacien et chercheur, professeur à la Faculté de Médecine et de Pharmacie de l'Université de Rouen (classe exceptionnelle 2e échelon), Guest Professor, à l'Université de Hangzhou (Chine), membre de l'Académie nationale de Pharmacie (France), ancien Vice-Président de l'Académie internationale d'Histoire de la Pharmacie, Président de la Société d'Histoire de la Pharmacie (France), President of the international Society of History of Pharmacy.Il est l'auteur de sept ouvrages d'histoire des sciences ou d'histoire de la pharmacie, de nombreuses collaborations à des ouvrages collectifs, de plus de soixante-dix articles historiques, sans compter une centaine d'articles scientifiques dans des revues internationales à comité de lecture.François Chast est pharmacien et docteur ès sciences pharmaceutiques de l'Université Paris-Descartes, chef du service de pharmacie-pharmacologie-toxicologie de l'Hôtel-Dieu, professeur associé à l'Université Paris-Descartes. Il a publié de nombreux ouvrages et articles dans le domaine de l'histoire des sciences pharmaceutiques, et notamment une Histoire contemporaine des médicaments aux Editions de La Découverte.Bernard Roques est membre de l'Académie des sciences dans la section de biologie moléculaire et cellulaire, génomique, professeur émérite à l'Université Paris-Descartes et directeur scientifique de la société Pharmaleads. Il a consacré ses recherches à l'étude à l'échelle moléculaire des phénomènes de reconnaissance de cibles biologiques (par exemple, l'ADN, les peptidases, les protéines rétrovirales...) par des agents endogènes (par exemple, les enképhalines, les neuropeptides...) ou exogènes et sa possible extension thérapeutique. Dans ce but, il a développé des outils chimiques et des techniques d'analyse structurale.Ancien élève de l'École polytechnique, Frédéric Dardel est docteur en biologie moléculaire. Il a dirigé jusqu'en avril 2008 les sciences de la vie du CNRS, et est aujourd'hui professeur à la faculté de pharmacie de Paris. Il s'est intéressé très tôt à l'analyse informatique des séquences biologiques, à la fois du point de vue des concepts et des applications. Ses travaux actuels portent sur l'étude structurale et fonctionnelle de biomolécules d'intérêt thérapeutique. Il est notamment l'auteur, avec François Képès, de Bioinformatique : Génomique et post-génomique (Editions de l'école polytechnique), et, plus récemment, de Main basse sur le génome (Editions Anne Carrière), un ouvrage de vulgarisation qu'il a co-écrit avec l'ancien journaliste Renaud Leblond.Yvan Brohard est historien et commissaire d'exposition ; il est l'auteur d'une quarantaine de livres et catalogues d'art ou d'ethnologie. Il a effectué de multiples missions en Afrique et surtout en Asie et monté à ce jour plus de trente expositions. Parmi les plus importantes : Bijoux du monde, reflets d'éternité (1996), 2000 ans d'art chinois (2000), Sur les chemins d'Ispahan, savoir et médecine entre Orient et Occident (2006). Il a publié, aux Éditions de La Martinière, Quand l'art rencontre la science et Une histoire de la médecine ou le souffle d'Hippocrate.

Avis (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Pensées en chemin ; ma France, des Ardennes au Pays basque » de Axel Kahn aux éditions Stock

    régine berlinski sur Pensées en chemin ; ma France, des Ardennes au Pays basque de Axel Kahn

    Je m'attendais à autre chose qu'un banal récit de randonnée sur les chemins de France...

    Je m'attendais à autre chose qu'un banal récit de randonnée sur les chemins de France...

  • add_box
    Couverture du livre « Entre deux mers ; voyage au bout de soi » de Axel Kahn aux éditions Lgf

    NADIA D'ANTONIO sur Entre deux mers ; voyage au bout de soi de Axel Kahn

    Envie d’un voyage « original » en France ? On connaît Sylvain Tesson avec son livre « Sur les chemins noirs » mais Axel Kahn lui aussi a traversé le pays en diagonale et en deux fois. La première fois c’était des Ardennes au Pays basque », en 2013 et il en a tiré le livre « Pensées en chemin »....
    Voir plus

    Envie d’un voyage « original » en France ? On connaît Sylvain Tesson avec son livre « Sur les chemins noirs » mais Axel Kahn lui aussi a traversé le pays en diagonale et en deux fois. La première fois c’était des Ardennes au Pays basque », en 2013 et il en a tiré le livre « Pensées en chemin ». La seconde fois, en 2014, il tente de réitérer son exploit mais en partant de la côte atlantique (la Pointe du Raz en Bretagne) pour arriver à la côte méditerranéenne (à Menton). De ce dernier périple il nous a livré « Entre deux mers, voyage au bout de soi ».
    C’est bien un exploit que cette nouvelle marche à pied d’environ 2.000 kilomètres, pendant deux mois et demi, étant donné que l’auteur approche de ses soixante-dix ans, souffre des genoux (surtout dans les descentes), se blesse à une épaule…
    Mais il ne part pas seul car il emporte avec lui une peluche, une pouliche, qui sera sa mascotte, Norman, et pour laquelle certaines personnes rencontrées lui demandent si c’est son « doudou ». Axel l’appelle « Princesse Mascotte » car c’est sa part de féminité et de sensibilité et sa compagnie est très importante pour son moral.

    Il écrit, page 74 :
    « J’ai à l’esprit le mythique poème :
    Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
    Ou comme celui-là qui conquit la toison,
    Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
    Vivre entre ses parents le reste de son âge !

    J’ai quant à moi suivi plutôt l’exemple de Jacques Lacarrière, ou d’un homme âgé rencontré il y a bien longtemps dans le mauvais temps sur une crête du massif du Sancy, je ne suis pas, après de longs voyages, demeuré en famille le reste de mon âge ! J’accepte la déclaration d’amour à l’Anjou du poète de la Pléiade :

    Plus mon Loire gaulois, que le Tibre latin,
    Plus mon petit Liré que le mont Palatin,
    Et plus que l’air marin la douceur angevine. »

    Avec lui on visite toute cette France hors des sentiers battus. On découvre de magnifiques sites naturels dont il tombe amoureux tels que la Cap Sizun, la région de Guerlédan (en Bretagne), la Brenne (vallée cristalline de la Creuse), le cirque des Boutières, les Pré-Alpes et les Alpes du sud….
    Heureusement pour lui, il a bien planifié ce voyage et peut s’arrêter chaque soir, après avoir marché un grand nombre de kilomètres, dans un petit hôtel ou un gîte qu’il a réservé et où l’attendent des gens du cru désirant lui faire dédicacer son premier livre ou tout simplement lui faire honneur et le recevoir du mieux possible.
    Mais ce périple est aussi l’occasion pour Axel, de nous livrer une somme considérable d’informations aussi bien géographiques que géologiques et même politiques – d’autres sur l’Histoire des régions traversées, des coutumes. Tout cela en admirant des paysages splendides qui s’offrent à ses yeux en nous les décrivant mais aussi avec des explications sur la faune et la flore. Autrement dit, c’est un livre très riche, un excellent guide pour qui ne connaît pas toutes ces régions où l’auteur a de véritables coups de cœur.

    Dans ce second livre, cette deuxième diagonale, c’est un véritable « voyage au bout de soi » qui est accompli par l’auteur. Même blessé ou à bout de forces, il arrive toujours à surmonter la douleur et démontre donc ainsi « que l’on peut avancer dans une certaine allégresse aux différents âges de la vie ». Et puis Princesse Mascotte est là pour le soutenir et l’écouter parler.

    C’est pas à pas, kilomètre après kilomètre que l’on accompagne Axel et on souffre avec lui lorsque les conditions météorologiques (par exemple) ne lui sont pas favorables (orages, grêle…).
    Il nous fait aussi part de faits historiques (entre autres avec les guerres de Vendée – la construction de la ville de Richelieu par le Cardinal – des souvenirs sur George Sand et des peintres).
    C’est un livre absolument complet à tous les points de vue. Mais c’est aussi le dernier voyage à pied d’Axel car pour sa dernière blessure à une épaule, une échographie faite trois mois plus tard, va révéler qu’il s’est rompu un « important tendon de la coiffe des rotateurs » (c’est la définition scientifique).

    Dans les dernières lignes, il écrit : « Je dois maintenant me résoudre à l’inéluctable, je dévale la pente raide, je suis à Menton, les pieds dans la Méditerranée, comme je me l’étais promis, le jour que j’avais annoncé. Me voici en définitive sur le plancher des vaches, dans l’univers des fauves, c’est aussi le mien, il va bien falloir que j’y vive ». (page 256)

    Mais je suis certaine que ce scientifique, de temps en temps écrivain-voyageur, qui prend une part active à la vie associative, auteur de nombreux ouvrages, ne va pas rester sur ses lauriers car c’est un battant, et comme il a de nombreuses cordes à son arc, peut-être va-t-il nous étonner autrement ?
    En tout cas, merci pour cette traversée d’une France inattendue et pleine de belles surprises.

  • add_box
    Couverture du livre « L'homme, le libéralisme et le bien commun » de Axel Kahn aux éditions Stock

    Michèle FINANCE sur L'homme, le libéralisme et le bien commun de Axel Kahn

    Question essentielle : comment une société d'êtres fondamentalement égoïstes peut-elle défendre l'intérêt général ?

    Médecin généticien, directeur de recherches à l’INSERM, cet écrivain a toujours eu un bel engagement humaniste et une réflexion de longue date qui interroge sur l’homme, le bien...
    Voir plus

    Question essentielle : comment une société d'êtres fondamentalement égoïstes peut-elle défendre l'intérêt général ?

    Médecin généticien, directeur de recherches à l’INSERM, cet écrivain a toujours eu un bel engagement humaniste et une réflexion de longue date qui interroge sur l’homme, le bien et le mal. Engagé, pertinent, souvent controversé, homme de gauche impliqué, Axel Kahn pose des questions et nous apporte sans aucun doute des éléments de réponse : comment fonder une morale laïque ? Comment l’avenir permettra-t-il à l’homme de vivre en relation avec ses congénères tout en développant ce qui fonde une société économique ? Comment le libéralisme peut-il survivre dans la pensée actuelle ?

    Un essai passionnant et un écrivain de grand talent qui parvient à nous intéresser avec des sujets économiques complexes.

  • add_box
    Couverture du livre « Pensées en chemin ; ma France, des Ardennes au Pays basque » de Axel Kahn aux éditions Stock

    françoise goimet sur Pensées en chemin ; ma France, des Ardennes au Pays basque de Axel Kahn

    Dommage. Je m'attendais à autre chose. C'est sûr que l'auteur a beaucoup de connaissances. Mais j'ai ressenti une grande prétention de sa part ce qui en gâche la lecture. Pour moi la marche, ce n'est pas ça!

    Dommage. Je m'attendais à autre chose. C'est sûr que l'auteur a beaucoup de connaissances. Mais j'ai ressenti une grande prétention de sa part ce qui en gâche la lecture. Pour moi la marche, ce n'est pas ça!

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !