Aurelie Mendonca

Aurelie Mendonca

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (8)

  • add_box
    Couverture du livre « Pandemonium ; requiem pour un croque-mort » de Aurelie Mendonca aux éditions Chat Noir

    kadeline sur Pandemonium ; requiem pour un croque-mort de Aurelie Mendonca

    Et voilà une lecture comme son titre l'indique absolument pas dans l'esprit des fêtes de fins d'années mais quelle lecture. J'ai profité de sa sélection au plib pour ne pas le laisser trainer et j'ai vraiment bien fait.
    Dans Pandémonium, on suit une thanatopractrice un peu spéciale car elle...
    Voir plus

    Et voilà une lecture comme son titre l'indique absolument pas dans l'esprit des fêtes de fins d'années mais quelle lecture. J'ai profité de sa sélection au plib pour ne pas le laisser trainer et j'ai vraiment bien fait.
    Dans Pandémonium, on suit une thanatopractrice un peu spéciale car elle doit aider des morts à passer dans le royaume des morts spécifique. J'ai adoré cette lecture qui vu le thème n'est pas facile niveaux émotions mais très bien traité. On passe par toutes les émotions possibles, c'est poignant et très beau. Les descriptions sur le métier de croque-mort sont d'une précision qui ne laisse pas indifférent tout en gardant une certaine retenue : les choses sont dites, rien ne nous est épargné mais sans tomber dans le voyeurisme gore. La mythologie présentée est géniale, elle associe de manière convaincante les différentes croyances/traditions mondiales.
    Un très belle histoire

  • add_box
    Couverture du livre « Pandemonium ; requiem pour un croque-mort » de Aurelie Mendonca aux éditions Chat Noir

    Frederique Villé sur Pandemonium ; requiem pour un croque-mort de Aurelie Mendonca

    une petite virée a Trollune à LYon et là une jeune femme dédicace son livre…
    je lis la 4eme de couverture et zhou une dédicace plus tard, je vais lire ce premier livre d'une jeune romanciere lYonnaise

    Une vraie découverte,une entreprise de pompe funébre ou la jeune Elena travaille en accord...
    Voir plus

    une petite virée a Trollune à LYon et là une jeune femme dédicace son livre…
    je lis la 4eme de couverture et zhou une dédicace plus tard, je vais lire ce premier livre d'une jeune romanciere lYonnaise

    Une vraie découverte,une entreprise de pompe funébre ou la jeune Elena travaille en accord avec les forces des ténèbres afin d'y faire passer les âmes choisies par les différents démons.

    on y découvre un peu de la thanatopractie, l'histoire est très bien ficelée, dommage que le livre soit si court car il se lit très vite et on s'attache rapidement à cette jeune femme en écart de la société.

    une jolie découverte !!!

  • add_box
    Couverture du livre « Pandemonium ; requiem pour un croque-mort » de Aurelie Mendonca aux éditions Chat Noir

    Les Fantasy d'Amanda sur Pandemonium ; requiem pour un croque-mort de Aurelie Mendonca

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : http://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- En noir et blanc… et en couleurs (mais ça, c'est seulement à l'intérieur) ---

    Comme chaque année, je me suis rendue à La Foire du Livre de Bruxelles pour y dénicher de nouvelles lectures. J'avais donc...
    Voir plus

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : http://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- En noir et blanc… et en couleurs (mais ça, c'est seulement à l'intérieur) ---

    Comme chaque année, je me suis rendue à La Foire du Livre de Bruxelles pour y dénicher de nouvelles lectures. J'avais donc déjà prévu de me laisser tenter par les couvertures qui me feraient envie. Et c'est là que celle de Pandémonium a attiré mon regard. Avouez, elle est vraiment sublime !

    Ni une ni deux, j'ai lu le synopsis qui m'a aussitôt emballée. du coup, bah… j'ai craqué ! Et comme j'étais curieuse de savoir ce que renfermait ce one-shot, je me suis empressée de le dévorer, malgré une PAL débordante – eh oui, j'ai fait le compte, j'ai atteint les 135 livres (papier) non lus, aïe !

    Mais revenons-en à Pandémonium. Au résumé, on pourrait croire que c'est complètement déluré et pas du tout sérieux. En fait, c'est déluré… et totalement sérieux !

    --- Le début, comme des montagnes russes ---

    Narrant l'enterrement de la grand-mère d'Elena, les premières pages de ce livre m'ont laissée pantoise, tellement c'était criant de vérité. C'était comme si je vivais réellement ce moment. Sincèrement, chapeau à l'auteure sur ce point, car elle a failli me faire pleurer tant son texte m'a pris aux tripes !

    Et puis, soudain, tout s'est accéléré : Elena est envoyée aux Enfers pour racheter la faute de son aïeule – faute dont on ne saura jamais rien, dommage ! – et j'ai eu du mal à me faire à ce rythme effréné, alors que l'histoire débutait à peine. C'était presque incompréhensible ; autant Aurélie Mendonça a pris le temps de décrire la souffrance ressentie par son héroïne, autant elle a fait l'impasse sur les détails du pacte passé avec Hela. Bref, j'étais déboussolée.

    --- Si vous cherchiez le guide de la mort, c'est par ici ! ---

    Je me dois de saluer le travail de fourmi réalisé par l'auteure ; grâce à elle, j'ai découvert les coulisses d'une entreprise de pompes funèbres. Ce fut très instructif. le hic, c'est que pendant ce temps-là l'intrigue n'avance pas beaucoup. Or, le livre étant assez court (un peu moins de 300 pages), je me suis sentie frustrée.

    Par chance, Aurélie Mendonça amène mine de rien des réflexions intéressantes sur des sujets très sérieux (la mort bien sûr, mais aussi la manière dont les vivants la perçoivent, la vie dans l'au-delà, la religion, etc.), le tout sur un ton empreint d'humour noir.

    --- Elena, tiraillée entre Lucifer et Hela ---

    Le récit étant écrit à la première personne, j'ai vite fait la connaissance d'Elena, une héroïne pas comme les autres. Ce que j'ai aimé chez elle ? Sa combativité ! Enfin, jusqu'au moment où elle s'est transformée en une petite chose fragile incapable d'avancer. Là, j'ai eu envie de lui mettre des claques. Mais elle s'est vite reprise, alors on a évité la catastrophe.

    Je dois avouer que j'ai un peu grimacé lorsque Morgane, la stagiaire, est apparue dans le tableau. Après Lucifer (lui, je l'adore !), les Corbeaux et Ghost (je rêve d'avoir un chien comme ça !), elle me semblait très quelconque. En outre, la relation qu'elle développe avec Elena est plus que prévisible. Heureusement, elle constitue avant tout un élément déclencheur, et non le centre de l'histoire.

    --- Sur le chemin des Enfers, je me suis (presque) perdue ---

    Accaparée par sa mission envers les morts, Elena reste aveugle aux signes avant-coureurs d'un complot démoniaque qui l'a pris pour cible. Si, au début, les indices étaient assez éparpillés, par la suite ce fut un véritable raz-de-marée et, clairement, j'ai eu du mal à suivre. Certains évènements demeurent toujours aussi flous dans mon esprit. Et, d'ailleurs, je ne sais toujours pas pourquoi Elena est l'ennemi juré de Lilith.

    Néanmoins, cela ne m'a pas empêchée de me plonger dans ses aventures avec avidité ! Certes, Aurélie Mendonça n'a pas réinventé le mythe de la mort, ni celui des Enfers, mais pourquoi l'aurait-elle fait ? Autant se servir de ce qui existe déjà. J'ai donc adhéré à ses idées même si, comme je l'ai déjà souligné, je me suis parfois égarée.

    --- Une fin qui ne manque pas de piquant ---

    Si le dénouement ne m'a pas étonnée outre mesure, j'ai quand même pris plaisir à tourner les dernières pages. Là encore, l'auteure a placé quelques touches d'humour, ce qui m'a permis de refermer ce one-shot le sourire aux lèvres.

  • add_box
    Couverture du livre « ZOMBITIONS » de Aurelie Mendonca aux éditions Rebelle

    Andrée Lapapivore sur ZOMBITIONS de Aurelie Mendonca

    Zombitions est un roman à réserver plutôt à un lectorat féminin. En effet, entre deux exterminations de zombies l'héroïne nous parle fringues et grossesse, shopping et problèmes relationnels avec sa famille... Rien de lourd, nous ne sommes pas dans une romance ou une chick lit, mais je pense que...
    Voir plus

    Zombitions est un roman à réserver plutôt à un lectorat féminin. En effet, entre deux exterminations de zombies l'héroïne nous parle fringues et grossesse, shopping et problèmes relationnels avec sa famille... Rien de lourd, nous ne sommes pas dans une romance ou une chick lit, mais je pense que les hommes risquent de ne pas y trouver leur compte. Cela mis à part, ce roman est plein d'action, il y a un peu de mystère et beaucoup d'humour, même si le ton devient plus grave au fur et à mesure que l'apocalypse zombie approche.

    Ce que j'ai le plus apprécié dans cette lecture détente, c'est que l'intrigue a pour cadre principal Lyon : quel bonheur de visualiser Evangeline Rose arpenter des quartiers où je me suis déjà promenée, dédicacer ses livres (hé oui, en plus de chasser les zombies elle est auteur de romans ... consacrés aux zombies !) dans des conventions ou librairies où j'ai mes habitudes ou tout simplement chasser les morts vivants pendant la Zombie Walk qui traverse chaque année la presqu'île ! C'est sûr, je ne verrais plus Lyon de la même manière. Pour ceux d'entre vous qui ne connaissent pas Lyon aucun problème, ces quelques clins d'œil ne vous empêcheront pas d'apprécier cette lecture. Les personnages sont intéressants, et même si j'aurais aimé les découvrir plus en profondeur je les ai suivi avec plaisir tout au long de leurs aventures. Les chapitres alternent récit des évènements et journal intime de l'héroïne ; écrit à la première personne du singulier ce dernier nous plonge au plus près de ses sentiments et donne une dimension plus personnelle à l'histoire. La légèreté des premiers temps laisse peu à peu place à une ambiance sombre et désespérée, jusqu'au final qui ne nous laisse qu'une envie : découvrir la suite !

    https://andree-la-papivore.blogspot.fr/2017/10/zombitions-par-aurelie-mendonca.html

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !