Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Audur Ava Olafsdottir

Audur Ava Olafsdottir
Audur Ava Ólafsdóttir est née en 1958 à Reykjavík et est professeur d'histoire de l'art et directrice du Musée de l'Université d'Islande. Après l'immense succès de Rosa candida, elle nous offre l'Embellie, traduit pour la première fois en français.

Articles en lien avec Audur Ava Olafsdottir (1)

  • L’Exception d'Audur Ava Olafsdottir
    L’Exception d'Audur Ava Olafsdottir

    Cela s’appelle mal commencer l’année : le soir de la Saint Sylvestre, Maria apprend de son mari qu’il la quitte. L’Exception (ed. Zulma) commence comme une histoire affreusement banale, si ce n’est la manière dont l’écrivaine islandaise Audur Ava Olafsdottir s’emploie à raconter la chute d’une jeune femme.

Avis sur cet auteur (94)

  • add_box
    Couverture du livre « Miss Islande » de Audur Ava Olafsdottir aux éditions Zulma

    Lisa_D sur Miss Islande de Audur Ava Olafsdottir

    [ De feu et de glace ]

    Islande, 1963. Hekla, vingt et un ans, quitte sa province, terre de la Saga des gens du Val-au-Saumon, pour Reykjavik. Dans sa valise, sa machine à écrire et un unique objectif : devenir écrivain. Il lui aurait été pourtant plus facile de participer à l’élection Miss...
    Voir plus

    [ De feu et de glace ]

    Islande, 1963. Hekla, vingt et un ans, quitte sa province, terre de la Saga des gens du Val-au-Saumon, pour Reykjavik. Dans sa valise, sa machine à écrire et un unique objectif : devenir écrivain. Il lui aurait été pourtant plus facile de participer à l’élection Miss Islande.
    Dans la capitale, Hekla retrouve ses amis d’enfance, Isey, mère au foyer qui s’évade à travers l’écriture, et Jón Jhon, un garçon pas comme les autres…

    Miss Islande traite du féminisme mais aussi de l’homophobie et du racisme (présence de soldats Noirs sur la base militaire américaine de Reykjavik)… bref du droit à la différence, thème toujours d’actualité en 2020 !
    L’autre thème principal est la puissance créatrice évoquée à travers trois personnages. Hekla, qui porte le nom d’un volcan, bouillonne d’énergie créatice mais est taciturne, mystérieuse et imprévisible … son petit ami aspirant poète en manque perpétuel d’inspiration et Isey qui a « envie de s’interrompre dans ce qu’elle fait pour l’écrire au lieu de vivre. ».

    Miss Islande, c’est un voyage dans l’autre pays des poètes. Un roman d’atmosphère auquel participe la poésie des éléments : le feu des volcans, l’eau des torrents dans lesquels les poétesses se jettent…
    Car « nous sommes tous pareils, des baleines déboussolées et mortellement blessées ». Ce qui nous maintient à la surface : l’art… Nous en avons eu pleinement la confirmation pendant cette pandémie…( et les livres sont le moyen le plus accessible pour s’évader)

  • add_box
    Couverture du livre « L'embellie » de Audur Ava Olafsdottir aux éditions Points

    Vanessa Rioli sur L'embellie de Audur Ava Olafsdottir

    Un roman qui se lit comme un bonbon, quel plaisir d'être en Islande dans une époque révolue ou l'héroïne et son meilleur ami vivront leur propre vie malgré les tabous d'une société encore conservatrice §
    !

    Un roman qui se lit comme un bonbon, quel plaisir d'être en Islande dans une époque révolue ou l'héroïne et son meilleur ami vivront leur propre vie malgré les tabous d'une société encore conservatrice §
    !

  • add_box
    Couverture du livre « Miss Islande » de Audur Ava Olafsdottir aux éditions Zulma

    Mumu Dans le Bocage sur Miss Islande de Audur Ava Olafsdottir

    Ce que j'aime avec Audur Ava Ólafsdóttir c'est que chaque lecture est un voyage, un voyage dans des paysages, une ambiance, une culture mais surtout dans une histoire originale comme dans Rosa Candida ou Le rouge vif de la rhubarbe..Dans celui-ci elle remonte dans le temps, en 1963, à Reykjavik...
    Voir plus

    Ce que j'aime avec Audur Ava Ólafsdóttir c'est que chaque lecture est un voyage, un voyage dans des paysages, une ambiance, une culture mais surtout dans une histoire originale comme dans Rosa Candida ou Le rouge vif de la rhubarbe..Dans celui-ci elle remonte dans le temps, en 1963, à Reykjavik avec trois êtres liés par une amitié indéflectible.

    Avec Miss Islande, l'auteure nous fait découvrir des personnalités qui se sentent soit incomprises, isolées voire brutalisées dans leurs vies mais aussi dans leurs aspirations. Il y a Hekla, 21 ans, qui ne veut qu'écrire alors qu'on la pousse à se présenter à l'élection de Miss Islande en raison de sa beauté. Il y a Jon John, marin par défaut,  son meilleur ami, rejeté parce qu'homosexuel et puis Isey, l'amie d'enfance d'Hekla qui elle est mariée et déjà mère de famille.

    Trois vies, trois itinéraires et c'est à travers Hekla que nous allons découvrir non seulement la difficulté à réaliser ses rêves, quitte à utiliser des subterfuges, mais aussi à se réaliser. 

    Tout en délicatesse, en finesse, sans se perdre dans des tours et détours, l'auteure dresse leurs portraits, leurs volontés surtout pour Hekla et Jon John, de vouloir la vie qu'ils ont choisie : elle devenir écrivain et lui ne plus être regardé, abusé, battu parce qu'il aime les hommes. A l'opposé Isey, elle, on a le sentiment qu'elle suit une route toute tracée, sans l'avoir vraiment choisie sans que cela atteigne le lien qui l'unit à Hekla qui ne juge pas et l'accepte comme elle est.

    Il y a la rudesse d'un pays, d'une société, du travail et des longues campagnes de pêche, des gestes déplacés mais également la beauté de l'amitié, des paysages, la pureté de l'amour qui lie les personnages, du besoin d'écrire, de s'écrire à tout prix comme un besoin vital, plus fort que tout, plus fort que l'amour qui lie Hekla à Starkadur, le bibliothécaire "poète".

    Il y a un romantisme dans les désirs d'Hekla et Jon John mais un romantisme moderne, nordique, pudique mais assumé. Comment ne pas penser à tous ces écrivains inconnus, voire maudits, animés de la passion de l'écriture, qui ne vivent que d'elle, qui n'attendent pas forcément une reconnaissance, même si elle est la bienvenue, mais surtout le Besoin comme celui de manger et de boire.

    J'ai aimé ce roman qui décrit si bien une époque, un pays, un état d'esprit mais également qui s'attache à travers les mots, l'écriture à nous faire ressentir le moi profond d'Hekla, ce qui l'anime, cette volonté que rien ne parviendra à faire taire, ses silences, sans aucune violence elle avance sans jamais se renier.

    J'ai aimé l'évolution des personnages, n'acceptant les compromissions que le temps d'arriver à leurs buts, j'ai aimé tendrement Jon John, sa fragilité mais sa ténacité à être reconnu pour ce qu'il est, sa fidélité malgré l'éloignement et j'ai admiré Hekla pour sa détermination douce, tranquille, attendant son heure. 

    Oui chaque lecture de cette auteure est un voyage, un dépaysement et il n'y a que l'Embellie que j'ai abandonnée car l'auteure m'avait perdue dans un de ses voyages. Mais peut-être n'étais-je pas prête pour celui-ci !

  • add_box
    Couverture du livre « Miss Islande » de Audur Ava Olafsdottir aux éditions Zulma

    Charlène Cherbonnel sur Miss Islande de Audur Ava Olafsdottir

    Un petit bijou de lecture.
    En Islande, au début des années 60, Hekla est une jeune fille de 21 ans. Son rêve est de devenir écrivain. Elle est en avance sur son époque. À Reykjavik on la voit plutôt devenir Miss Islande, ou femme au foyer. Mais elle porte le prénom d'un volcan, elle sait ce...
    Voir plus

    Un petit bijou de lecture.
    En Islande, au début des années 60, Hekla est une jeune fille de 21 ans. Son rêve est de devenir écrivain. Elle est en avance sur son époque. À Reykjavik on la voit plutôt devenir Miss Islande, ou femme au foyer. Mais elle porte le prénom d'un volcan, elle sait ce qu'elle veut.
    Plusieurs thèmes forts et d'actualités sont abordés : la place de la femme et le féminisme est omniprésent dans ce roman, l'homosexualité aussi, la réalisation d'un rêve envers et contre tout.
    Ce roman est très fort et résonne en moi encore longtemps après avoir tournée la dernière page. C'est beau, c'est magnifique, c'est puissant, écrit avec une plume très poétique qui vous transporte.