Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Atiq Rahimi

Atiq Rahimi

Atiq Rahimi, né le 26 février 1962 à KaboulAfghanistan, est un romancier et réalisateur de double nationalité française et afghane. Il a reçu le prix Goncourt le 10 novembre 2008 pour son roman Syngué sabour. Pierre de patience.

Atiq Rahimi vit la guerre d'Afghanistan de 1979 à 1984, puis il s...

Voir plus

Atiq Rahimi, né le 26 février 1962 à KaboulAfghanistan, est un romancier et réalisateur de double nationalité française et afghane. Il a reçu le prix Goncourt le 10 novembre 2008 pour son roman Syngué sabour. Pierre de patience.

Atiq Rahimi vit la guerre d'Afghanistan de 1979 à 1984, puis il se réfugie au Pakistan.

Après avoir demandé l'asile politique à la France, accordé en 1984, il obtient son doctorat en audiovisuel à la Sorbonne.

Contrairement à ses trois premiers romans écrits en persanSyngué sabour. Pierre de patience est directement écrit en français. 

En 2011, il adapte avec l'écrivain et scénariste français Jean-Claude Carrière son roman Syngué sabour. Pierre de patience.

Articles en lien avec Atiq Rahimi (2)

  • 2018, fossoyeuse de l’édition française ?
    2018, fossoyeuse de l’édition française ?

    2018 commence abruptement avec la mort des éditeurs Bernard de Fallois et Paul Otchakovsky-Laurens et celle du grand écrivain israélien Aharon Appelfeld.

  • "La Ballade du Calame" d'Atiq Rahimi (L'Iconoclaste)
    #Chronique : "La Ballade du Calame", du verbe au trait, du trait au verbe

    "La Ballade du Calame" est un portrait intime dans lequel Atiq Rahimi se libère des mots pour mieux raconter, en traits et en courbes, sa singulière histoire d'homme qui a fui l'Afghanistan et s'est réfugié en France. Un récit qu'il laisse s'écrire, plus qu'il ne l'écrit au fil de son calame, une tige de roseau creuse d'où s'écoule la craie blanche.

Avis sur cet auteur (32)

  • add_box
    Couverture du livre « Les porteurs d'eau » de Atiq Rahimi aux éditions P.o.l

    Selma sur Les porteurs d'eau de Atiq Rahimi

    Un très beau récit à la manière d’un conte sur la recherche de soi et de ses origines. Par la voix de deux héros, l’un parti, l’autre resté.

    Un chapitre après l’autre, on découvre Yusuf, le porteur d’eau, celui qui est resté, dans ce Kaboul aux mains des talibans, la description des montagnes...
    Voir plus

    Un très beau récit à la manière d’un conte sur la recherche de soi et de ses origines. Par la voix de deux héros, l’un parti, l’autre resté.

    Un chapitre après l’autre, on découvre Yusuf, le porteur d’eau, celui qui est resté, dans ce Kaboul aux mains des talibans, la description des montagnes afghanes adoucit un peu la terreur qui s’abat sur l’hiver du jeune homme. Et Tamim, devenu Tom en Europe, celui qui est parti, et qui n’est pas dupe qu’un passé reste toujours un passé qu’on trimballe, quand bien même on cherche à le fuir dans les bras d’une nouvelle femme ou d’une nouvelle ville, quand bien même on cherche à le diluer en s’abandonnant aux peintures de Rembrandt ou aux effluves passagers des nuits amstellodamoises.

    Premier roman du Goncourt 2008 écrit directement en français, il invite au voyage, d’abord dans les hivers afghans, mais surtout, surtout à l’intérieur de soi.

    Mention spéciale à la deuxième partie du livre que j’ai trouvée grandiose.

  • add_box
    Couverture du livre « Syngué sabour ; pierre de patience » de Atiq Rahimi aux éditions Gallimard

    Laure Tainturier sur Syngué sabour ; pierre de patience de Atiq Rahimi

    Syngué Sabour - Pierre de patience par Atiq Rahimi est un roman d'une immense sensibilité dont on ne ressort pas totalement indemne.
    L'histoire poignante d'une femme Afghane racontee par un témoin anonyme dans un style cinématographique (d'ailleurs adapté au cinéma par son auteur devenu...
    Voir plus

    Syngué Sabour - Pierre de patience par Atiq Rahimi est un roman d'une immense sensibilité dont on ne ressort pas totalement indemne.
    L'histoire poignante d'une femme Afghane racontee par un témoin anonyme dans un style cinématographique (d'ailleurs adapté au cinéma par son auteur devenu réalisateur en 2013).

    Cette femme va vivre pendant plusieurs jours au chevet de son mari, plongé dans le coma depuis qu'il a reçu une balle dans la nuque, dans un Afghanistan en guerre ou ne règnent que la violence et la peur.
    Profitant de son coma, elle va s'acheter enfin un peu de liberté en se confiant à lui, comme une femme "normale" pourrait le faire avec un homme "normal" dans une vie "normale".
    Elle va lui avouer tous les lourds secrets de sa vie qui lui pèsent et qui lui auraient valu la mort immédiate de la main de ce monstre s'il avait été conscient.
    Pour une fois elle va être elle-même. Pour une fois elle va respirer. Pour une fois elle va vivre.

    Dur pour le cœur, bon pour l'âme, je l'ai dévoré en 2 heures intenses en émotions,.un prix Goncourt largement mérité et à lire si ce n'est pas déjà fait.

  • add_box
    Couverture du livre « Syngué sabour ; pierre de patience » de Atiq Rahimi aux éditions Gallimard

    Jean-Paul Degache sur Syngué sabour ; pierre de patience de Atiq Rahimi

    La scène se passe quelque part en Afghanistan ou ailleurs. Dans une chambre très sobre, un homme gît, inerte, sous perfusion, décharné. Près de lui, une femme égrène un chapelet, devant un Coran ouvert. Dans la pièce d’à côté, deux petites filles pleurent et leur mère va les consoler. Au loin,...
    Voir plus

    La scène se passe quelque part en Afghanistan ou ailleurs. Dans une chambre très sobre, un homme gît, inerte, sous perfusion, décharné. Près de lui, une femme égrène un chapelet, devant un Coran ouvert. Dans la pièce d’à côté, deux petites filles pleurent et leur mère va les consoler. Au loin, une bombe explose et des coups de feu se rapprochent.

    Avec sobriété, et précision, le décor est planté et nous ne nous en éloignerons guère. Atiq Rahimi, avec une immense sensibilité, nous place au cœur de la vie de cette femme qui se confie à cet homme, dans le coma depuis trois semaines. Petit à petit, elle lui avoue ses secrets et implore Dieu de venir à son secours. Elle confie sa vie intime. En dix ans et demi de mariage, ils n’ont eu que trois ans de vie commune, son mari étant absent. D’ailleurs, elle a été fiancée à lui à 17 ans puis mariée en son absence. La parole des sages lui revient : « Il ne faut jamais compter sur celui qui connaît le plaisir des armes. »


    Peu à peu, l’intensité augmente. Des hommes armés surgissent. Elle s’en débarrasse en leur faisant croire qu’elle est une pute… Ce qu’écrit Atiq Rahimi sur la condition féminine est très fort. Elle dit tout à son mari. Il devient sa Pierre de patience, Synghé sabour, en référence à cette pierre noire qui se trouve à La Mecque.
    Lui revient en mémoire un conte que disait sa grand-mère mais sans lui dire la fin. C’est son beau-père avec lequel elle s’entendait bien qui lui donne la solution. Survient un jeune homme et lui reviennent en mémoire les nuits passées avec son mari, son mépris pour elle et l’absence de plaisir. Tout, elle lui dit tout, jusqu’à ce que… Atiq Rahimi a réussi un petit chef-d’œuvre, réussissant à dérouler une véritable fresque pleine de sensibilité et d’horreur aussi.

    Le Prix Goncourt avait justement couronné ce livre en 2008.
    Chronique illustrée à lire sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/2019/07/atiq-rahimi-synghe-sabour.html

  • add_box
    Couverture du livre « Terre et cendres » de Atiq Rahimi aux éditions Gallimard

    Hamisoitil sur Terre et cendres de Atiq Rahimi

    Atiq Rahimi est l'une de mes plus belles découvertes de cette année 2016. En tout cas, pour le moment !
    J'adore tellement sa plume, son univers, qu'il me faut absolument découvrir tous ses livres.

    Après, Syngué sabour : Pierre de patience du même auteur (chronique ici), je me suis donc...
    Voir plus

    Atiq Rahimi est l'une de mes plus belles découvertes de cette année 2016. En tout cas, pour le moment !
    J'adore tellement sa plume, son univers, qu'il me faut absolument découvrir tous ses livres.

    Après, Syngué sabour : Pierre de patience du même auteur (chronique ici), je me suis donc lancée dans ce petit livre : Terre et cendres. L'histoire est vraiment passionnante, poétique mais dans une ambiance très dure, celle de la guerre en Afghanistan et de souffrance pour les habitants dont ce vieil homme, Dastaguir, qui a perdu toute sa famille. En effet, son village s'est fait bombarder par les Russes. Il a eu le temps de sauver son petit-fils mais pas son épouse et sa belle-fille. A vrai dire, tout son village a été décimé. Et c'est avec beaucoup de courage, qu'il part accompagné de son petit-fils, devenu sourd à cause des bombes, dans les mines annoncer la mauvaise nouvelle à son fils. Très touchant parce que nous sommes carrément plongés dans la souffrance de cet homme qui n'a pas vu son fils depuis des années. Parfois, il se surprend lui- même dans ses songes, dans cette peine qui l'accompagne au milieu ce décor désastreux. On compatis, on l'encourage à ne pas baisser les bras. Pis, son petit-fils, si adorable, qui ne comprend pas pourquoi les autres n'ont pas de son dans leurs voix, sans savoir, bien évidemment, que le problème vient de lui, de ses oreilles et non, des autres.
    Beaucoup d'émotion ; impossible de ne rien ressentir tout au long de cette lecture. Sincèrement, je vous le recommande !